AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Valérie Villieu (Autre)Antoine Houcke (Autre)
EAN : 9782849533253
128 pages
Éditeur : La Boîte à Bulles (27/05/2020)

Note moyenne : 4.18/5 (sur 14 notes)
Résumé :
J'ai mis en route l'enregistreur et Wally a parlé durant des heures, comme si une digue s'était rompue et que les mots pouvaient enfin remonter le cours de son histoire. L'histoire d'une famille juive polonaise venue s'installer en banlieue parisienne en 1926, qui s'est trouvée emportée par les tourments du milieu du XXe siècle.

Wally s'est rappelé ces années où elle a dû se cacher avec ses sœurs dans un village proche de Grenoble. Une vie de faim, d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Bdotaku
  02 avril 2021
Wally Danzig n'a que six mois quand sa famille juive polonaise quitte l'Allemagne pour venir s'installer en France en 1926. Son père a paradoxalement appris à aimer ce pays quand en 1914, alors qu'il venait y faire du tourisme juste avant la déclaration de guerre, il a été emprisonné durant 4 ans parce qu'il était de nationalité austro-hongroise et considéré comme un ennemi. Les débuts dans ce pays tant rêvé sont difficiles pour les Danzig qui travaillent dans la confection mais à force de travail et d'abnégation ils acquièrent une certaine aisance employant même une vingtaine d'ouvrières dans leur atelier. Leurs cinq enfants mènent une vie heureuse mais leur insouciance prend fin avec la déclaration de guerre et surtout la défaite. Avec le régime de Vichy, tout bascule. Ils connaissent la peur, l'humiliation, l'exclusion. Après l'arrestation du fils aîné Beno, puis la rafle du Vel d'Hiv en 1942, les parents décident, la mort dans l'âme, d'envoyer leurs filles en zone libre. Elles vont se réfugier durant « deux hivers, un été » à Corenc dans la région grenobloise …
*
Cet album a bénéficié du soutien de la fondation pour la Mémoire de la Shoah et été supervisé par Annette Wievorka (spécialiste de la Shoah dont les grands-parents maternels sont morts à Auschwitz) qui en signe également la préface. Il est fondé sur le témoignage de Wally Danzig recueilli par Valérie Villedieu. La vieille dame n'avait jamais réellement raconté sa vie et pensait que sa mémoire lui ferait défaut mais les souvenirs sont revenus, intacts, douloureux, bouleversant et heureux quelques fois… Il n'y a aucune bulle : tout le récit est fait à l'aide de récitatifs qui retranscrivent sa parole.
*
Comme le souligne l'historienne dans sa préface, l'histoire de Wally est « singulière et pourtant si semblable à celle de nombreux Juifs de France nés, comme elle, au début des années 20 ». le mérite de ce récit est de «personnaliser » des événements racontés dans les livres d'Histoire, d'ailleurs des astérisques dans la première partie du récit renvoient aux repères historiques placés en fin de volume. On navigue ainsi sans cesse de l'histoire à L Histoire et l'album acquiert une visée didactique un peu lourde parfois. La deuxième partie est plus personnelle cependant et me semble la plus intéressante parce que moins rebattue. On apprend ce qu'a vécu Wally, 16 ans seulement, lorsqu'elle a dû fuir le Paris occupé. On ne peut éprouver que de l'empathie pour cette adolescente qui y reviendra transformée grandie beaucoup trop tôt et orpheline. On apprend aussi comment la vie « en zone libre » était néanmoins dangereuse : parfois des rafles y étaient organisées pour combler les quotas imposés par les Allemands ; les Italiens qui occupèrent la région fin 1942 les laissèrent au contraire tranquilles, mais cela ne dura pas puisqu'elle passa sous contrôle allemand moins d'un an plus tard. On perçoit très bien l'étau qui se resserre, l'Eden qui devient une prison. A travers son récit , toutes les privations, la débrouille au quotidien nous sont racontés ainsi que la solidarité (un policier très humain et des voisins, les Flandrin veillent sur elles) comme l'amour naissant qu'elle éprouve pour celui qui deviendra son mari.
*
Les dessins au pinceau d'Antoine Houcke sont de toute beauté ; il lui a fallu six années pour illustrer ce témoignage. Il a porté une attention particulière à l'utilisation de la couleur et varié les techniques : les planches sont réalisées au fusain en sépia tirant sur le noir dans les moments de guerre ou de danger et se transforment en aquarelles aux couleurs vives une fois que la jeune fille est au contact de la nature iséroise. de nombreux dessins de la première partie s'inspirent de photos d'époque pour ancrer l'histoire des Danzig dans la réalité mais développent également une forme de symbolisme quand elles évoquent l'étau qui se resserre autour des familles juives dans une pleine page dans laquelle des hommes et des femmes sont enserrés par des barbelés en forme d'étoile de David ou quand s'effacent progressivement les visages des voisins de Wally comme pour annoncer leur disparition prochaine. Chaque retour aux cases « noires » en deuxième partie permet, quant à lui, de bien matérialiser le danger qui n'est jamais loin. Comme il n'y a pas de phylactères les pages alpines ressemblent souvent à de vrais tableaux surtout lorsqu'elles se déploient sur des doubles pages.
*
Le livre s'achève avec des photos familiales et des extraits de lettres donnant encore davantage de force au récit, un peu comme ces photos placées au mémorial d'Izieu ou à Oradour. « Deux hivers, un été » est une oeuvre simple mais pas simpliste. Plus témoignage illustré que véritable bande dessinée, elle rend néanmoins abordable pour tous cette réalité que d'aucuns voudraient occulter et a le mérite de transcrire le récit d'un des survivants quand leur nombre va sans cesse décroissant. Alors certes c'est un énième album sur la Shoah mais y en aura-t-il jamais assez ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SerialLecteurNyctalope
  20 janvier 2021
🦊 La peur. L'angoisse. L'attente. L'absence. Mais jamais l'oubli. La jeune Wally est insouciante. Elle, juive, en pleine seconde guerre mondiale qui cherche l'évasion à travers l'horreur. Cette dernière que bien peu connaissaient à cet instant là. Celle qui demeurait de manière sous-marine pour exploser au monde à la libération. Difficile de nos jours d'imaginer que de tels agissements puissent avoir lieu en Europe sans que personne ne soit au courant. de l'occupation à la délivrance, nous suivons Wally dans ses cheminements intérieurs, ponctués d'histoire. Celle qui permet d'apprendre de ses erreurs pour en construire un avenir meilleur. Cette Histoire que l'on n'oublie que bien trop souvent et qui parfois se répète deux fois. Rarement dans la bonne direction. Sa famille quitte la Pologne pour la France pour une nouvelle vie et tout bascule•••
.
🦊 Tout bascule lorsque la guerre éclate, et quand une minorité religieuse en devient le bouc-émissaire. Chaque période historique aura vu son vilain petit canard, celui qu'il faudra accuser de tous les maux pour expliquer une défaillance collective. Alors il faut se cacher, tenter de survivre, dénicher quelques aliments pour se sustenter. Ce récit m'a bouleversé en son absence larmoyante. Antoine Houcke a réussi une prouesse visuelle alternant les couleurs et le noir et blanc de façon subtile. Chaque trait crayonné ou à l'aquarelle explose à nos yeux. La qualité de cet album réside véritablement en cette atmosphère indescriptible. nous ressentons la peur, la noirceur ou le désespoir. Sans jamais afficher les choses telles qu'elles sont, toujours avec subtilité et avec le sens du détail. Cet album est un modèle à étudier en classe à tout âge tant sur le plan historique que visuel. Cette Histoire qui a permis à des policiers français d'organiser une rafle, de venir frapper à certaines portes pour arracher des familles. Cette Histoire qui a permis à des français de dénoncer des juifs car ils étaient juifs mais également à d'autres qui les ont sauvés Car ces derniers tout au long de l'album sont mis en avant. Comme s'ils étaient issus d'une miracle pour la plupart, comme si par magie l'humain redevenait humain. Issue d'une histoire vraie, le duo d'auteurs excelle brillamment dans un exercice pourtant déjà réalisé. Et pourtant on arrive encore à s'émerveiller devant un tel travail•••
Lien : https://www.instagram.com/p/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lilananas57
  23 mars 2021
L'histoire est touchante, d'autant plus qu'on sait qu'il s'agit d'une histoire vraie. Les illustrations à l'aquarelle adoptent des styles, des couleurs et des compositions diverses, ce qui rend le tout agréable malgré une qualité parfois inégale, avec des planches sublimes et d'autres un peu moins maîtrisées.
Un aspect m'ayant moins plu est le fait qu'il s'agisse d'un témoignage illustré et non d'une bande dessinée : les planches illustrent un texte, mais il n'y a pas de mise en scène à proprement parler avec des dialogues, des personnages en action, etc... j'ai trouvé que cela apportait une petite lourdeur au niveau de la lecture mais il s'agit probablement d'une question de goût personnel. Ce choix a sans doute été opéré par soucis de coller au témoignage.
En définitive, j'ai trouvé que c'était globalement un bon livre malgré quelques aspects m'ayant déplu. L'Histoire avec un grand H y est racontée au travers d'une histoire personnelle et de nombreuses références historiques sont apportées, ce qui ravira les passionnées de l'histoire de la Shoah.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bdziles97
  07 septembre 2020
(IK971) Titre énigmatique pour un récit tournant autour du destin d'une famille juive polonaise entre 1930 et l'après 2nde Guerre mondiale. Narration du point de vue d'une des jeunes filles de la famille d'après ses souvenirs et des lettres de ses proches qui donnent un rendu très authentique. Récit d'apprentissage (Premières amours, expériences de vie, ... ) au dessin réaliste. Recommandation fonds lycée.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
Bedeo   10 juillet 2020
Outre le nécessaire devoir de mémoire, les témoignages de survivants sont d’autant plus précieux que leur nombre se restreint au fil des ans. De plus, cet album s’avère particulièrement réussi sur le plan graphique grâce au remarquable travail d’Antoine Houcke.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
cdlire11cdlire11   22 novembre 2020
Maman partira le 9 février 1943, par le convoi numéro 46.
Jacques nous lira ses derniers mots, écrits de Drancy :
Je pars avec courage et bon moral. Je prends ma peine avec beaucoup de patience en espérant que mes enfants sont libres et ne passeront pas par où je passe en ce moment. J'espère qu'un jour nous nous reverrons...
Commenter  J’apprécie          10
cdlire11cdlire11   22 novembre 2020
L'instinct de survie est si fort, si inconscient.
Nous devenons, comme ces souris qui peuplent notre appartement de Corenc, capables de trouver à manger, de continuer à vivre sans attirer l'attention.
Commenter  J’apprécie          00

Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2271 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre