AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2849531480
Éditeur : La Boîte à Bulles (06/09/2012)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 36 notes)
Résumé :
- Je suis infirmière à domicile, et Joséphine fait partie de ces rencontres importantes de ma vie d'infirmière. J'ai eu de la chance de la rencontrer, elle, qui se disait la fille d'Arsène Lupin ! L'humour était notre langage, notre terrain de jeu et notre lien. Elle était drôle et étonnement vivante malgré les troubles dont elle souffrait.
Joséphine a questionné des choses essentielles pour moi, m'a aidé à mieux penser mon travail pour ne pas me perdre dans ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
marina53
29 novembre 2013
Joséphine est octogénaire, habite seule dans son appartement et dispose d'une aide à domicile deux fois par semaine pour l'aider dans ses tâches. Parce que la pauvre a beaucoup de trous de mémoire qui se répètent de plus en plus souvent et l'empêchent de vivre indépendamment. Mise sous tutelle, grâce à un hôpital de Paris, elle va pouvoir bénéficier dorénavant d'une infirmière. Et c'est Valérie Villieu qui viendra lui procurer les soins dont elle a besoin. Au début, le contact se fait difficilement, Joséphine ne se laisse pas apprivoiser, se méfie même de Valérie et une certaine tension naît entre elles. Valérie se rend compte que les deux auxiliaires de vie ne s'occupent pas bien d'elle, ne la lavent que sommairement et ne se préoccupent pas de savoir si la vieille dame mange ou non les repas qu'elles lui apportent. L'infirmière va alors prendre tout particulièrement soin d'elle, la laisser l'approcher à son rythme et c'est une tout autre relation qui va se créer entre les deux femmes, bien plus qu'une relation infirmier-patient. Joséphine va s'habituer à voir le même visage et une amitié va se nouer entre elles, la confiance s'installe et il y aura alors de véritables moments d'échange et de partage entre elles...
Valérie Villieu écrit son histoire, ou plutôt celle de Joséphine, petite bonne femme drôle et un peu perdue dans la vie et dans ses pensées. L'auteur nous montre ainsi cette facette un peu pathétique des conditions dans lesquelles vivent les personnes âgées et le burlesque de certaines situations telles que les mises sous tutelle abusives, le manque de soin et de suivi de ces personnes. A travers cet album, Valérie Villieu s'insurge contre ce sombre et triste état dans lesquelles vivent les personnes âgées, sans tomber dans le pathos mais tout en sensiblerie. Pour ce qui est de la mise en page, elle est incroyablement explicite, amusante et Raphaël Sarfati s'est amusé avec le cadrage dans lequel Joséphine évolue. Il joue avec les formes, les couleurs et superpose photographie et dessin. Il nous offre ainsi un travail hors norme et finement bien vu.
Little Joséphine... au grand coeur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
IreneAdler
07 septembre 2012
Que voilà une thématique peu abordée en BD : les maladies neurodégénératives et Alzheimer en particulier.
Comme un puzzle aux pièces de plus en plus manquantes, la mémoire de Joséphine se troue. Elle ne peut compter que sur son infirmière et les auxiliaires de vie. Et c'est justement son infirmière qui conte la fin de vie de cette femme, son obstination pour trouver une auxiliaire de vie bienveillante et efficace, ses combats contre la tutrice pour ne serait ce que suffisamment d'argent pour les courses...
Ce n'est pas seulement le quotidien d'une infirmière et de sa patiente, c'est également un état des lieux peu reluisant de la situation des personnes âgées en France. Auxiliaires de vie peu compétentes et qui ne connaissent ni la compassion ni la chaleur humaine (heureusement, toutes ne sont pas comme ça), isolement, solitude. Et la gériatrie n'est toujours pas dotée de moyens suffisants, alors même que le nombre de personnes âgées augmente, malades ou non.
Le propos est admirablement bien servi par le travail graphique, qui rend compte des évolutions de la maladie ; les planches sont le véhicule du désarroi de Joséphine. Cases blanches et vides qui s'effondrent, qui sont chamboulées. Personnages et objets qui sortent des cases, ou occupent l'intégralité de la planche... Un beau travail graphique en plus d'une chronique sociale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
canel
15 janvier 2013
Bien qu'atteinte de la maladie d'Alzheimer, Joséphine vit toujours chez elle, seule. Les infirmièr(e)s et aides-soignant(e)s se succèdent. Faute de temps, d'expérience, de formation, de 'vocation', la plupart accomplissent le minimum syndical (voire beaucoup moins), ce qui s'avère catastrophique pour cette vieille dame qui a besoin de repères solides, de constance, et de beaucoup de tendresse. Et puis Valérie, infirmière à domicile, arrive dans son quotidien ; elle est sensible, patiente, et la confiance s'installe peu à peu entre les deux femmes.

Cet album est magistral, intense et bouleversant. Tant sur le fond que sur la forme.
La maladie d'Alzheimer est parfaitement décrite. Les alternances épuisantes pour le malade et totalement déroutantes pour l'entourage : pertes de mémoire, paranoïa, souvenirs heureux, lucidité sur son état donc souffrance, désespoir intense, angoisses, agressivité, fugues, décrochage total de la réalité, besoin essentiel de stabilité et surtout d'affection.
Ce récit est brillamment illustré de dessins riches en symboles et pleins de poésie, mais aussi de photos. le tout exprimant à la perfection les différents états d'âme qui visitent la vieille femme.
L'ensemble est douloureusement mignon, vraiment émouvant, et même parfois gentiment drôle.
Il serait dommage de se laisser rebuter par les premières pages, dans lesquelles on peut être complètement perdu… comme Joséphine lorsqu'elle perd pied.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Asil
06 mars 2013
La citation de la quatrième de couverture est de Valérie Villieu. Ce sont les mots d'une infirmière à domicile, des mots qui évoquent une rencontre forte, une rencontre qui a bouleversé sa vie.
Lorsque je me suis lancée dans la lecture de cette bande dessinée, j'avais un apriori plutôt positif. Je connais un peu de la difficulté qu'il y a à s'occuper de personnes âgées aux capacités déclinantes. Pourtant les premières pages m'ont chagrinée. J'ai trouvé le ton de départ un peu moralisateur. J'ai eu peur que la BD présente un point de vue vraiment centré, avec d'un côté les gentils (peu nombreux) et de l'autre tous les méchants pas beaux égoïstes intéressés.
Au fil de ma lecture, j'ai doucement changé d'avis. Bien sûr, l'auteure dresse un portrait accablant du système, mais c'est sa manière à elle de mettre en lumière les mécaniques sociales et administratives qui ne fonctionnent pas. Et surtout cela reste son propos de fond, celui qu'elle soutient tout au long du récit, mais ce n'est pas, pour moi, le plus important.
Le plus important c'est Joséphine, le portrait qu'elle dresse de cette femme âgée perdue dans son corps et dans son quotidien est bouleversant de justesse et de tendresse (une tendresse dont les personnes âgées manquent bien souvent). Joséphine vit seule dans son petit appartement, le même depuis très longtemps, c'est son dernier refuge mais elle commence à y perdre pied. le pire c'est quand elle sort et qu'elle ne se souviens plus où se trouve sa maison. Après l'une de ses sortie elle est déclarée incapable de s'occuper d'elle même, elle est donc placée sous tutelle. Cela veut dire que son argent est géré par une autre personne, une tutrice qu'elle ne connait même pas, de plus tous les jours des auxiliaires de vie viennent lui préparer ses repas et une infirmière passe la voir une à deux fois par jour pour effectuer les soins médicaux. Malheureusement chacun est très occupé et a peu de temps à accorder à la vieille femme. Les auxiliaires de vie changent souvent et n'ont pas toute la vocation. Joséphine prend mal ces intrusions dans sa vie, dans son intimité. Il faudra beaucoup de temps et de patience pour que Valérie et sa collègue arrive à briser sa carapace pour voir une très belle relation se nouer.
La maladie de Joséphine, ses hauts, ses bas sont très bien décrits, on ressent parfaitement le désarroi de l'infirmière ainsi que de Joséphine elle même. le lecteur la voit décliner au fil des pages, la fin même si elle est inéducable n'apparaît pas comme une sentence, mais une ouverture vers autre chose. Finalement les professionnels de santé, du secteur social, de l'aide à domicile lorsqu'ils sont passionnés par leur travail deviennent bien plus que de simple encadrants, ils deviennent des soignants, des accompagnants et parfois des proches de ces personnes en souffrance. C'est ce que Valérie Villieu arrive à nous montrer dans cette bande dessinée, ce témoignage qui pourrait presque faire office de manifeste.
Les dessins apportent une autre dimension au récit. Les couleurs sont peu variées, le noir et le blanc sont omniprésents, et tout cela est adapté au déroulement de l'histoire, aux différentes phases de lucidité de Joséphine. le découpage est très réussi alternant les planches de 9 cases très régulières et les planches beaucoup plus fantaisistes sans cadre fixe, parfaitement adaptées aux délires de la vieille dame.
Au final, Little Joséphine m'aura surprise et touchée par sa justesse.
Lien : http://calokilit.wordpress.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          113
OliZ
08 avril 2013
Ce livre est un puzzle vivant avec comme pièce centrale, Joséphine dont l'étymologie du prénom en hébreu signifie : " Dieu ajoutera ". Et à Joséphine, il faut lui ajouter du soutien. Seule dans son petit appartement de quartier, elle rencontre des épisodes de confusion ou autrement dit, elle perd la tête. Elle est pas toute jeune Joséphine, même si parfois, c'est son esprit qui retombe en enfance... Heureusement, elle est suivie par une infirmière qui va fortement s'investir et tentée d'alléger sa maladie d'Alzheimer. L'infirmière en question, c'est Valérie Villieu. Elle exerce son métier à domicile sur Paris et va gérer le cas " Joséphine " avec une dose de savoir faire très " humaine ". On suit son itinéraire avec un véritable attrait et émotion.
le livre cherche à nous interroger sur le regard que l'on porte sur les personnes âgées mais aussi sur le travail fourni par les aides-soignantes, les infirmières. Valérie Villieu raconte son expérience, faisant de Joséphine un récit à la première personne. Sa force est de ne jamais tomber dans le mélodramatique, d'être simple et honnête. Ses propos rendent honneur à sa patiente, mais également, ils montrent la difficulté du travail tout en précisant l'importance d'une bonne formation pour travailler auprès des personnes âgées. le discours tenu expose également avec humour les incohérences administratives mais réelles.
Le dessinateur Raphaël Sarfati fait quant à lui un travail remarquable. C'est très épuré, dans un ligne claire donnant ainsi de la légèreté au dessin. le personnage de Joséphine est touchante, une bonne bouille, toute mimi jusqu'à ce que le vide arrive...
Lien : http://alamagie-des-yeux-dol..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Les critiques presse (2)
BulledEncre11 décembre 2012
Little Joséphine est l’exemple parfait de la BD salutaire. Extrêmement bien réalisée, elle est aussi un témoignage juste et impartial sur la place des personnes âgées dans notre société.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
ActuaBD28 septembre 2012
Le sujet pourrait sembler purement descriptif, mais Valérie Villieu, qui raconte ici son expérience, y insuffle un humanisme prenant. Et surtout, le portrait de Joséphine bénéficie du dessin mouvant de Raphaël Sarfati.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations & extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
canelcanel14 janvier 2013
[Une infirmière à domicile, à propos d'une veille femme atteinte d'Alzheimer]
Puis elle me tend les bras du fond de son lit pour que je vienne l'embrasser. Des manifestations de tendresse, elle n'en a jamais assez : lors de la toilette, elle se penche doucement pour m'embrasser dans le cou !
Parfois, elle se lève, et vient s'asseoir sur mes genoux... C'est une petite fille désarmée que je tiens, une détresse sans nom.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
canelcanel15 janvier 2013
Et puis, sans qu'on le sache vraiment, la fin s'immisce, s'approche à pas feutrés.
Tous les signes sont là. On le sait mais on ne connaît pas encore sous quelle forme elle va se présenter.
La répétition du vide, inlassable, contre lequel on se heurte, m'entraîne parfois et je ne sais plus ce qui est bien pour Joséphine : rester à la maison, aller dans une maison de retraite ? Son monde trouverait-il un autre sens dans un endroit plus peuplé ? pourrait-on chasser les fantômes, ou bien au contraire, l'envahiraient-ils davantage ?
Finalement, il n'y a pas eu de choix à faire : un dimanche, une auxiliaire de vie paniquée de voir Joséphine si mal, a appelé les urgences médicales...
Le médecin l'a hospitalisée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
canelcanel15 janvier 2013
Cela fait désormais plus de trois ans que je vais régulièrement chez Joséphine [atteinte d'Alzheimer], étrangement, elle me surprend toujours, il n'y a pas d'ennui possible avec elle.
Elle fait, d'une certaine façon, partie de ma vie, tout en conservant sa place de patiente. (...)
Trois ans faits de moments de calme, de répit dans l'avancée de la maladie, mais aussi de passages difficiles, d'oublis, de délires, de visions, où il faut tout faire pour la maintenir "hors de danger", et la ramener à la réalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
canelcanel15 janvier 2013
Sa psychologie, son isolement social, en font une personne très fragile dans ce milieu où le personnel et les moyens manquent, et où la gériatrie est tellement dévalorisée, qu'y travailler peut vraiment être vécu comme une punition.
Commenter  J’apprécie          100
canelcanel14 janvier 2013
Ces manies sont fréquentes chez les vieilles personnes ; certaines accumulent sacs et boîtes de toutes sortes, comme si ça leur donnait une contenance. D'autres cachent de l'argent partout. Certaines abandonnent la machine à laver et lavent tout à la main, ou bien font des échafaudages de casseroles et de couvercles ! Il y a toujours un sens à ces actes et il s'agit souvent d'une notion de contenant et de contenu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : maladie d'alzheimerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
2740 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre