AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782017024972
32 pages
Gautier-Languereau (29/08/2018)
4.3/5   32 notes
Résumé :

Fut un temps, je ne sortais que la nuit,
À l’heure où les parents couchent leurs petits.
On m’évitait pour conjurer le mauvais sort.
Je portais, paraît-il, la poisse, la guigne et je ne sais quoi encore.
Personne ne voulait croiser mon chemin,
Car sous ma robe se cachait, disait-on, le diable, le Malin.
J’étais un chat maudit, un maudit chat tout noir,
Noir comme la nuit, noir comme la suie, noir comme l’ennui... >Voir plus
Que lire après MéphistoVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
4,3

sur 32 notes
5
6 avis
4
3 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Puisque j'ai toujours apprécié le travail d'Antoine Guilloppé, je n'ai pas hésité une seconde avant d'emprunter cet album... d'autant plus que c'est une histoire avec un chat !

En effet, Méphisto est un chat noir que les humain•es craignent par superstition - il doit même son nom à ça, à cette idée qu'il porterait malheur. Ainsi, il est rejeté par tout le monde...

C'est avec une certaine douceur que Bernard Villiot nous expose le quotidien de ce chat, narrateur de l'histoire, qui soi-disant porterait malheur. Quant aux illustrations d'Antoine Guilloppé, entièrement en noir et blanc, elles m'ont beaucoup plu, comme d'habitude ! C'est une très belle histoire, qui aborde intelligemment la superstition et la maltraitance animale !
Commenter  J’apprécie          261
Méphisto est un chat. Sa vie pourrait être banale s'il n'était pas noir, une couleur de pelage qui le condamne à être associé au Diable. Las de son sort, il décide de tenter l'aventure à la campagne pour échapper à la cruauté des hommes, lui qui n'aspire qu'à un peu de calme et d'affection.

Une histoire très forte qui aborde une multitude de thèmes comme la superstition, la maltraitance des animaux, la solitude,etc. Avec un superbe texte poétique et touchant.
Et comme toujours les planches (même sans effet de dentelle découpée!) sont superbes.
Commenter  J’apprécie          241
Olala, qu'il est beau cet album tout en noir et blanc ! Les graphismes sont superbes et m'ont totalement enchantée. Chaque page fourmille de détails que j'ai pris plaisir à observer pendant de longues minutes… L'illustrateur a vraiment su proposer des planches magiques qui dégagent une certaine ambiance ! Rien qu'avec le style, j'étais conquise… Quant au texte, on est également sur un petit bijou avec de la prose et, parfois, quelques rimes. On a l'impression d'être face à un conte narré comme un long poème. C'est superbe…

Dans ce livre, on va suivre Méphisto, un chat que les villageois ne portent pas dans leur coeur en raison de la couleur de son pelage. Malheureux, affamé et solitaire, le félin d'ébène décidera de partir en exil le temps de quelques saisons… Ce récit sera l'occasion pour le jeune lecteur et ses parents d'aborder la thématique du malheur et des idées reçues… le dénouement est assez inattendu, tendre, doux et onirique. Je pensais que l'on partirait plus sur l'idée de neige rendant le poil de Méphisto blanc, ce qui provoque un changement de comportement du côté des habitants du village. Je me suis trompée néanmoins, je ne le regrette pas, car la conclusion est vraiment jolie !

Ce très bel album jeunesse où un chat noir est narrateur saura plaire aux amoureux des matous et aux adeptes de la littérature jeunesse. J'avoue avoir beaucoup pensé à Light and Smell, grande amatrice de félins, mais je suis certaine qu'elle n'est pas la seule. N'hésitez pas à découvrir cette pépite !
Lien : https://lespagesquitournent...
Commenter  J’apprécie          230
C'est mercredi, voici un album découvert à partager !!

Chat de la ville, chat libre mais très seul car personne ne veut de lui en raison, semble t-il de sa couleur, tout plein de pensées insensées et non fondées circulent sur lui.

Alors il se décide un jour de fuir. de partir en quête d'un bout de paradis. Oh il n'est guère gourmand Méphisto, il veut juste un endroit où être bien en paix, loin des hommes et de leur bêtise.

Et puis l'hiver s'installant, la neige arrivée, il revient vers la ville, il faut bien se nourrir ... Et là oh surprise alors qu'il pensait revivre l'exclusion ....

Je vous laisse découvrir la fin !

Il est très beau ce texte tout en poésie, en rimes et chaque mot chantent, résonnent à l'oreille. Ce texte est une belle invitation à échanger autour des thèmes passionnants que sont la liberté, la solitude, l'exil, le retour ... les superstitions ......

Finalement il y a du bon de partir un peu, pour se ressourcer, reprendre souffle et pour provoquer le manque autour de soi.. non vous ne pensez-pas ?

Le texte et le graphisme font de cet album un bel objet de lecture et de douceur au regard.
Commenter  J’apprécie          163
Quel terrible nom! Mephisto, comme le prince des enfers.

Sera t-il aussi redoutable, cette canaille de chat?

Doit-on s'attendre à une histoire avec des tours pendables de chat?



Nous lisons et nous comprenons:

"Fut un temps, je ne sortais que la nuit,

à l'heure où les parents couchent leurs petits.

On m'évitait pour conjurer le mauvais sort.

Je portais, parait-il,

la poisse, la guigne

et je ne sais quoi encore.

Personne ne voulait croiser mon chemin,

car sous ma robe se cachait, disait-on,

le diable, le Malin."...



Et bien cela commence bien. Un façon de parler.

Mais nous savons bien que les gens aiment les chats aujourd'hui, même les plus terribles.

C'est un peu leur charme secret, leur maléfice, ils se détournent, nous ignorent et on les aime d'autant.

Qu'ils sont mignons.

La beauté du diable, comme dirait l'expression.

On aime pas le diable mais on aime la beauté, la vie est faite de compromis alors on les aime les chats, même ceux qui vous chahutent en vous griffant.



Tous sauf Méphisto pourtant.

C'est lui qui nous raconte, le dédain des hommes, les pierres jetés, les doigts croisés à son passage. Alors, il est parti, à la fraîche, il a changé d'air et les mots de Bernard Villiot ne nous font pas regretter de le suivre dans les campagnes.

Les mots restituent la couleur avalée par la nuit et redonnent à manger à nos sens plongés dans l'obscurité.

L'aventure loin des hommes semblent pleine de contraintes et pourtant riche d'une liberté d'aller et venir enivrante.

Les sauts dans l'herbe ne détrompent pas, Méphisto savoure son répit.

Mais nous, nous savons, en refermant l'album, que les choses ne sont pas complètement ce qu'elles paraissent être et que Méphisto manque bien tout de même à quelques personnages.

Quelle surprise!



L'art des ombres et des délices d'encre de Guillopé se prêtent bien à cette histoire de l'auteur Bernard Villiot.

L'illustrateur va nous et se faire plaisir à découper la silhouette féline du personnage dans tous ses états et sur des nuits blanches.

Un personnage solitaire mais heureux à découvrir.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
Ricochet
05 février 2019
Ode à la liberté, rappel du pacte ancestral entre l’homme et l’animal, superstition à la vie dure, l’album est un peu tout cela à la fois et se savoure à voix haute. Joli !
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
Fut un temps, je en sortais que la nuit, à l'heure où les parents couchent leurs petits.

On m'évitait pour conjurer le mauvais sort.

Je portais, paraît-il, la poisse, la guigne et je en sais quoi encore.

Personne ne voulait croiser mon chemin, car sous ma robe sa cachait, disait-on, le diable, le Malin.

J'étais un chat maudis, un maudit chat tout noir .....

Alors on m'affubla du triste nom de Méphisto.
Commenter  J’apprécie          90
Fut un temps, je ne sortais que la nuit, A l’heure où les parents couchent leurs petits. On m’évitait pour conjurer le mauvais sort. Je portais, paraît-il, la poisse, la guigne et je ne sais quoi encore. Personne ne voulait croiser mon chemin, Car sous ma robe se cachait, disait-on, le diable, le Malin. J’étais un chat maudit, un maudit chat tout noir, Noir comme la nuit, noir comme la suie, noir comme l’ennui. Alors on m’affubla du triste nom de Méphisto »
Commenter  J’apprécie          20
Si je donnais des coups de griffe,
c'est parce que l'on m'avait rendu craintif.
Un peu d'amour m'aurait suffi
pour me laisser apprivoiser.
Commenter  J’apprécie          60
Alors je rentrai à pas feutrés,
le poil couvert de givre.
Qui se méfierait d’un funeste chat noir
à présent devenu blanc ?
Commenter  J’apprécie          50
Si je traînais la nuit pour dérober ici et là un bout de gras,
c'est parce que dans ma vie de chat, il faisait froid.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Bernard Villiot (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Villiot
le Roi Kipu de Bernard Villiot et Agnès Ernoult aux éditions Margot https://lagriffenoire.com/le-roi-kipu.html • • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=n... • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #conseillecture #editionsmargot
autres livres classés : chatsVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (54) Voir plus



Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1525 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..