AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782749166186
336 pages
Le Cherche midi (13/01/2022)
4.2/5   5 notes
Résumé :
Une société peut-elle impunément abandonner les plus fragiles ?

À 14 ans, Emilio a survécu à une attaque terroriste et vu son père mourir sous les balles. Déscolarisé, addict aux jeux vidéo, il grandit auprès de sa mère, Serena, embourbée dans les interminables parcours médicaux, juridiques et indemnitaires liés à leur statut de victimes. Malgré sa combativité, elle s’enfonce dans l’obsession, le désespoir et la bière. La rancœur et les loyers impayés... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
DelphineBo
  30 janvier 2022
Thierry Vimal, qui a lui-même perdu sa fille aînée dans l'attentat de la Promenade des Anglais, en juillet 2016, met en scène dans ce roman deux victimes survivantes d'un attentat terroriste sur la marina d'une petite ville du sud de la France, Sainte-Lucie.
Emilio a vu son père Micka mourir sous ses yeux, tandis que sa mère, Serena, était aux toilettes. le retour au collège n'est pas simple pour l'adolescent qui, la jambe abîmée, doit affronter les regards compassés ou indifférents de ses camarades de troisième, qui le tiennent à distance parce qu'il incarne ce à quoi ils ont échappé. Il doit désormais vivre avec la peur de l'attentat à chaque coin de rue, sur le quai de la gare... Désemparée face à la souffrance de son fils, qu'il lui cache pourtant mais qu'elle devine à son mutisme, Serena gère comme elle peut sa propre douleur, trouvant un maigre réconfort dans quelques verres d'alcool ou dans les bras de Tom. Emilio, quant à  lui, déverse sa haine en compulsant les manettes de sa console.
Engluée dans son chagrin et la sidération de la mort si soudaine et violente de son mari Micka, Serena doit pourtant affronter la lourdeur administrative et ses aberrations.
Les titres des chapitres sont des formules indélicates qui sont assénées à Serena, au fil de ses démarches administratives, et dont la froideur choque tant elle souligne le caractère détaché et inhumain de ceux qui les énoncent : "Calmez-vous, madame.",  "Je ne fais que vous citer les directives.",...
L'auteur a fait le choix d'expliquer le côté technique, fastidieux des demandes d'indemnisation : Serena doit toujours prouver son statut de victime, passe sa vie à rédiger de nouveaux courriers, cherche à comprendre ce qui a pu motiver l'autopsie du corps de Micka  déjà meurtri par l'attentat ; elle doit subir des expertises complémentaires. le récit dessine au travers de ces démarches un long parcours de résilience et l'éloignement d'une mère et de son fils polytraumatisé qui ne parviennent plus à communiquer.
On ressent dans ce roman le parcours difficile que l'auteur a peut-être lui-même vécu. Il pointe du doigt le Fosvit (une organisation dont les experts sont chargés d'établir les préjudices subis en vue de l'indemnisation des victimes d'attentats) et sa "politique de la réparation minimale du préjudice" décourageant les victimes, à force d'expertises et de documents à fournir, de demander réparation.
J'ai aimé lire ce roman, triste et réaliste, très documenté, même si la fin est prévisible... Je remercie Babelio de me l'avoir fait découvrir dans le cadre d'une Masse Critique, et les éditions Le Cherche Midi pour l'envoi gracieux de ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Lysette
  20 janvier 2022
Quelle claque !
Je ne savais absolument pas à quoi m'attendre en découvrant ce roman, mais très vite l'auteur trouve les mots justes pour nous plonger dans toutes l'horreurs des survivants.
Une horreur qui s'égraine au fil des chapitres et qui dépeint une société inflexible, inhumaine, aux rouages qui écrasent ceux qu'elle devrait aider. A l'horreur de l'attentat se succèdent les phrases maladroite, les expertises, les dossiers et finalement l'indicible...
Serena est un personnage sur le fil. Elle tente de se remettre de la mort de son mari et du traumatisme des attentats, et pour cela elle va plonger la tête la première dans une course de fond longue et périlleuse, qui lui prendra tout, de ses illusions, ses souvenirs, jusqu'à l'être qu'elle s'était juré de protégé et à qui elle ne fera plu attention. Elle est touchante d'humanisme et de détermination.
Quant à Emilio, c'est un enfant au début de ce roman, un enfant qui va devoir se construire entre la mort de son père, l'effondrement de sa famille et les névroses de sa mère. Ce personnage m'a retourné dans tous les sens, tant j'ai crue en lui, tant je le pensais fort, tant la fin m'a paru brutale, logique et si cruelle.
Ce roman ne nous épargne rien, et c'est exactement ce dont j'avais besoin. Besoin de savoir ce qu'il se passe pour ces victimes une fois l'instant décisif passé. Bien qu'étant une fiction ce livre est empli de justesse, et l'auteur parvient à retranscrire toutes ces choses qui rendent cette situation révoltante. J'en ai pleuré, tant Thierry Vimal à su me happer.
En bref une grande découverte, qui m'a retourné l'estomac et que je partagerais régulièrement.
Belles lectures à tous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Louveceltique
  10 février 2022
Livre recu dans le cadre de la masse-critique Babelio, je remercie les Éditions Cherche Midi.
Sainte-Lucie, la Marina.
Des gens attablés aux terrasses pour boire un verre ou dîner.
Délicieuse soirée qui en un éclair va virer au cauchemar.
Soudain des tirs d'armes à feu, des cris, des pleurs, du sang.
La vie de Serena et son fils Emilio se retrouve en à peine quelques secondes bouleversée à tout jamais.
Rien ne sera plus jamais pareil.
Ce soir, des terroristes ont brisé des dizaines de vies, des dizaines de familles.
Ce soir, Serena a perdu l'amour de sa vie, Emilio son père.
Ce soir, Micka est mort.
Ce roman débute dans le tourbillon des corps que l'on transporte aux urgences.
Des hommes, des femmes, des enfants grièvement blessés.
Micka et Emilio sont transportés à l'hôpital.
Micka n'en réchappera pas.
Quand à Emilio il souffrira longtemps de sa jambe mise en pièces par les tirs de mitraillettes.
L'histoire bien que fictive, nous dévoile les côtés sombres de "l'après".
Tout ce que peuvent endurer, les victimes, les survivants.
Ce long combat contre une administration et une procédure judiciaire qui au yeux des victimes n'a plus beaucoup de sens.
Toutes ces démarches répétitives qui la plus part du temps n'aboutissent qu'au découragement encore plus profond de ces familles endeuillées.
Malgré tout, la vie doit continuer.
Emilio doit retourner au collège et sa mère au boulot.
Oui mais voilà, vont-ils en être capables.
Auront-ils tout le soutien nécessaire pour traverser cette horrible épreuve?
Un roman dur, sombre, qui prend au tripes.
Un voile se lève sur les limites de ce que peuvent endurer les victimes.
À la douleur physique s'ajoute celle psychologique.
Un calvaire qui se poursuit jour après jour.
Toute cette violence, dans les gestes, les actes, les mots, celle dont on ne se relève jamais vraiment.
Un combat de tous les jours.
L'auteur nous ouvre les yeux.
Une lecture qui nous bouleverse, nous interroge et nous pousse à la réflexion.
Même si ce livre est déchirant j'ai vraiment beaucoup aimé ma lecture.
Âmes sensibles s'abstenir.

Lien : https://surlesailesdunlivre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
DelphineBoDelphineBo   25 janvier 2022
Après plusieurs mois d'arrêt de travail, la fonction publique hospitalière exigea une expertise psychiatrique de son agent endeuillé et traumatisé - cette même fonction publique qui n'avait pas jugé utile de lui envoyer une lettre de condoléances ou de soutien. Première fois qu'elle donnait de ses nouvelles, il était temps.
Commenter  J’apprécie          20
louneraialouneraia   21 avril 2022
Obscène enfants de putains qui venaient jusqu'ici soigner leur image. Oh, bouleversés, peinés, ils l'étaient, mais ils savaient faire avec. Quand leur émotion est vrai, c'est de l'or électoral en barre : surtout ne pas gâcher.
Commenter  J’apprécie          20
LysetteLysette   20 janvier 2022
- Vous vous rendez bien compte de l'incohérence de ce que vous me dites ?
- Absolument. Mais je ne fais que vous citer les directives.
Commenter  J’apprécie          30
LysetteLysette   20 janvier 2022
- Et les salauds dont vous parliez sont morts, je vous rappelle.
- Et tant mieux, je m'en réjouis. Mais il y a une vingtaine de complices, une longue enquête à venir, c'est cette vérité-là que veulent les victimes.
- Ne me dites pas quelle vérité je veux.
Commenter  J’apprécie          10
LysetteLysette   20 janvier 2022
L'écrasante majorité des nuits, les bars ne sont pas attaqués par des commandos terroristes, et presque cent pour cent des voitures louches garés le soir en ville sont occupées par des fumeurs de joints.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Thierry Vimal (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thierry Vimal
Thierry Vimal, auteur de "19 tonnes", était l'invité de Bernard Persia en direct dans le 19/20 sur France 3 Côte d'Azur le dimanche 22 septembre 2019, au lendemain de la sortie de son livre écrit après la perte de sa fille de 12 ans dans l'attentat de Nice.
autres livres classés : victimesVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les moralistes

"Nos vertus ne sont, le plus souvent, que des vices déguisés."

Rivarol
Chamfort
La Rochefoucauld
Léopardi

10 questions
15 lecteurs ont répondu
Thèmes : philosophie , MoralistesCréer un quiz sur ce livre