AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2956621904
Éditeur : Ruisseau (24/10/2018)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 5 notes)
Résumé :
« Violences conjugales »
Une expression sèche et étrangère, une case dans laquelle personne n’a envie de se reconnaître, ni Marion, ni Alice, pas plus Fatiha que Morrigan. Quatre femmes aussi différentes que curieuses et énergiques.
Pourtant Marion doit bien admettre qu’elle est assez paumée. Pourtant Alice se sent parfois au bord de la folie. Pourtant Fatiha est en butte aux services sociaux. Pourtant Morrigan se trouve prise de vertiges dans un co... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
cascasimir
  20 juin 2019
"Arrête, arrête, ne me touche pas! Je t'en prie, ai pitié de moi." Patrica Carli.
P.Carli n'a jamais parlé de violences, à son encontre. Mais d'entrée, je voulais interpeller les femmes battues, et les autres ( ainsi que les hommes), afin qu'elles réagissent aux violences faites à leur encontre...

Selon l'ONDP en 2017, seulement 14% des femmes portent plainte, pourquoi?
Aude Vincent l'explique très bien, dans ce livre, son premier roman:
1/ La peur des coups.
2/ La peur de ne pas être comprise ou écoutée...
3/ La dépendance financière.
4/ Les enfants.
5/ L'amour( il va changer, car il revient avec des cadeaux, en s'excusant, en sanglotant, en menaçant de se suicider...)

Car ces "hommes", ces individus violents, ces odieux personnages utilisent tous les moyens, physiques et mentaux, afin de rabaisser la femme...
Beaucoup de ces monstres n'hésitent pas à tuer, car ils se croient dans leur droit, dans une société encore patriarcale...
De plus," 1/3 d'entre eux continuent d'agresser leur ex, après la rupture."

Aude Vincent tisse des liens entre plusieurs destins de femmes (Marion, Alice, Morrigan et Fatiha...) lors de leurs rencontres, dans une association de lutte contre les violences conjugales faites aux femmes, afin qu'elles sortent du cycle infernal...

C'est très bien écrit, c'est beau et intelligent, avec des références à la loi Naquet et d'autres, plus des titres de livres, comme "Frapper n'est pas aimer" de Natacha Henry (...si une femme dit qu'elle a peur, il faut la croire. Surtout, ne pas minimiser)...

De jolis poèmes illustrent ce beau livre, avec des adresses d'associations et de contacts utiles.
Je parlais d'une chanteuse, au début, mais vous souvenez sans doute de Whitney Houston, de Tina Turner, et d'autres célébrités battues par leur époux? Et bien d'autres, des anonymes...

Muriel Robin, qui a incarné Jacqueline Sauvage, (cette dame qui tua son mari, de peur qu'il ne la tue...) a poussé un grand cri de révolte, que personne n'a jamais vraiment ... entendu?

Un grand merci, à Babelio, aux Éditions du ruisseau intrépide, et à Aude Vincent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6023
Selectrice
  02 juin 2019
En France, une femme meurt tous les trois jours sous les coups de son compagnon. Derrière cette statistique, au-delà des chiffres qui alertent, il y a une réalité de violences quotidiennes pour de nombreuses femmes. Surtout, il y a des noms de femmes qui souffrent : Morrigan, Marion, Alice, Fatiha…
« J'ai simplement peur de mourir » dit Morrigan au milieu du livre, résumant en une phrase toute simple l'horreur d'une violence banalisée.
L'histoire de leur quotidien prend le lecteur aux tripes. Présenté comme un roman, ce récit est bien plus que cela, car on imagine la réalité et les visages derrière le texte. Plusieurs fois j'ai fait des pauses dans cette lecture qui coupe le souffle, tendue par des passages qui sont des litanies de l'horreur :
« Cheveux arrachés, coquard, oeil au beurre noir, pommette gonflée, joue déchirée sur plusieurs centimètres, coups à l'oreille (pas de trace visible), tympan foutu (perforé), lèvre fendue, dent perdue, mâchoire brisée, cicatrice au menton, traces d'étranglement sur le cou, coup à l'épaule (pas de trace encore), épaule démise, bleus dans le dos, bras tordu, bleus sur le bras, bras cassé, griffures, poignet cassé, poignet tordu, entorse au doigt, rhumatisme dans un petit doigt cassé, hématome sur les côtes, coup au ventre (pas de trace), fausse couche, utérus explosé, foie détruit, brûlure à la cuisse (cigarette), d'autres fractures, une brûlure de cigarette encore, d'autres bleus, d'autres brûlures. »
Et puis il y a ces poèmes de Pat Lowther (que je ne connaissais pas), dont on imagine au départ qu'ils vont apporter un peu de douceur, mais qui sont des témoignages de la même violence (elle-même a été tuée par son mari dans d'atroces conditions).
Un livre fort et percutant, documenté, engagé (jusque dans l'utilisation de l'écriture inclusive, encore assez rare dans les récits), qui met chaque lecteur devant ses responsabilités : ne pas subir, ne pas laisser faire. A travers l'association qui accompagne ces femmes, la parole retrouve une force bien plus importante que celle des poings.
Lien : http://selectrice.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
cascasimircascasimir   20 juin 2019
Au XIVe siècle aussi, la coutume de Bordeaux estime qu'un mari qui tue sa femme dans un excès de colère, n'encourt AUCUNE peine, s'il s'en confesse repentant par serment solennel.

Après la loi Naquet, qui permet le divorce sur le seul fondement de fautes précises ( adultère, condamnation à une peine afflictive et infamante, excès s, sévices et injures graves), 80% des demandes de divorces sont déposés par des femmes, dont les 3/4 invoquent des sévices et des injures graves.

Au début du XXe siècle, le viol n'est pas sanctionné, le meurtre en flagrant délit d'adultère est excusable, et par conséquent, soit acquitté, soit puni de 1 à 5 ans de prison, alors qu'un meurtre tout court est alors passible de 10 à 20 ans de prison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          134
AudeVincentAudeVincent   16 janvier 2019
Comme je m'approche de la bouteille convoitée j'entends tout près de mon oreille une voix d'homme asséner : "... vraiment incapable...". Je me glace. Ma tête se tourne, une partie de mon cerveau comprend que les mots que je viens d'entendre font partie d'un échange qui ne m'est pas destiné, qui n'a rien à voir avec moi. Mais pendant ce temps ailleurs dans ce même cerveau font surface toutes les phrases que l'autre a prononcées ainsi, tout près de mon oreille et d'un ton presque égal, desserrant à peine les lèvres. La peur ancienne redevient en un instant présente, les gens autour de moi deviennent flous et lointains, je bascule, je le sens et n'y peux rien. Je me recroqueville sur moi-même, crie. Le brouillard qui m'entoure s'agite de silhouettes qui cherchent à me guider vers un canapé, des voix étouffées me parviennent, au bout de ce qui me semble une éternité mais n'a sûrement duré que quelques instants je reprends peu à peu pieds.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AudeVincentAudeVincent   07 juillet 2019
Alice a lu la nouvelle dans un gratuit qu'elle feuilletait dans le métro, un petit encart sur le côté d'une page, perdu entre le résultat d'un match de foot et la participation d'une star quelconque à un projet caritatif, un fait divers comme il y en a souvent, un homme qui a assassiné une femme, "sa" femme. C'est toujours un coup, mais cette fois la ville indiquée ajoute l'inquiétude à l'horreur.
Fatiha l'entend sur France info, une annonce rapide dans le flash de six heures.
Morrigan reçoit un SMS de Rani : "Tu as entendu pour le meurtre à Saint-Denis ?"
Marion dort encore.
Alice envoie un texto à Lubnia : "Tout va bien ma belle ?"
Et dix minutes plus tard, sans réponse, elle envoie à Fatiha, Morrigan, Marion, Kosala, Lena, Mbali, Véronique : "Quelqu'une a des nouvelles de Lubnia ? L'a eu hier ou ajourd'hui ?"
Fatiha : "Je viens d'essayer de la joindre, ele n'a pas répondu."
Morrigan : "On pourrait demander à l'asso, à Nadia ?"
Alice : "Je les contacte."
Marion, une heure plus tard : "Pourquoi vous essayer de joindre Lubnia, qu'est-ce qu'il se passe ?"
Kosala : "Une femme tuée à Saint-Denis."
C'est via Nadia qu'elles reçoivent à onze heures l'horrible confirmation : Lubnia est la victime de Saint-Denis. Lubnia a été abattue la veille par son ex sur le parking de la crèche où elle venait chercher sa petite fille. Lubnia qu'elles retrouvaient chaque mois à l'atelier, Lubnia lumineuse, Lubnia riante, Lubnia pleine de projets, Lubnia qui s'était un peu reconnue dans chacune des autres, Lubnia dans laquelle elles s'étaient toutes un peu reconnues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
AudeVincentAudeVincent   17 janvier 2019
Elles ne veulent rien laisser au hasard, anticiper le plus possible sur toutes les conséquences, alors elles se réunissent dans le local de l'asso pour discuter longuement des options possibles.
Lui coller la honte à un évènement public, trasher son appart', lui casser la gueule, faire des tags partout dans sa rue et près de son boulot "Machin est un homme violent", le perturber avant un rendez-vous d'embauche ou un examen s'il en a, aller changer sa demande de mutation sur Internet s'il est fonctionnaire, on connait bien des hackeuses non ? Elles hésitent.
Il faut que l'action décidée convienne à Morrigan, et ne fasse courir de risques judiciaires à personne, autant que possible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SelectriceSelectrice   02 juin 2019
Cheveux arrachés, coquard, œil au beurre noir, pommette gonflée, joue déchirée sur plusieurs centimètres, coups à l’oreille (pas de trace visible), tympan foutu (perforé), lèvre fendue, dent perdue, mâchoire brisée, cicatrice au menton, traces d’étranglement sur le cou, coup à l’épaule (pas de trace encore), épaule démise, bleus dans le dos, bras tordu, bleus sur le bras, bras cassé, griffures, poignet cassé, poignet tordu, entorse au doigt, rhumatisme dans un petit doigt cassé, hématome sur les côtes, coup au ventre (pas de trace), fausse couche, utérus explosé, foie détruit, brûlure à la cuisse (cigarette), d’autres fractures, une brûlure de cigarette encore, d’autres bleus, d’autres brûlures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : féminicideVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Bougies et compagnie

Qu'utilisait-on pendant longtemps pour éclairer avant que ne soit inventée la lampe à huile et la bougie ?

la lampe à pétrole
le jonc
la laine
un morceau de bois

11 questions
19 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , ÉclairageCréer un quiz sur ce livre