AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9791090062733
182 pages
Editions iXe (11/03/2022)
3.38/5   4 notes
Résumé :
Violette Leduc voulait écrire, au féminin, la sexualité sans fards ni masques ni ombres, avec le projet de restituer le ressenti sensuel et sexuel éprouvé dans l'amour physique. Comme son ami Jean Genêt, mais à partir de son expérience de jeune fille lesbienne, de femme bisexuelle. Entreprise audacieuse, passionnément poursuivie malgré la censure de ses éditeurs, et dont il lui arrivait elle-même de douter. Catherine Viollet en retrace ici le processus contrarié, dé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
maliroland
  16 mars 2022
Aimer, c'est écrire et vice versa. Violette Leduc, passionnément.
Sur la genèse d'une oeuvre et les effets de la censure, études de Catherine Viollet.
Edition présentée et préparée par Anaïs Frantz.
Reçu dans le cadre de masse critique Babélio, catégorie non fiction, titre un peu curieux, je sélectionne ce livre et me demande à quoi m'attendre.
Il s'agit en fait de différents textes réunis par Anaïs Frantz concernant un travail de recherche de Catherine Viollet sur Violette Leduc et son oeuvre.
Difficile de comprendre si on ne connaît ni Violette Leduc, ni son oeuvre, ni Catherine Viollet ni Anaïs Frantz.
Quelques points de repères doivent donc être précisés.
Violette Leduc. 1907-1972.
Romancière française. Une des première adeptes du roman autobiographique.
Sa bisexualité au coeur de son oeuvre, en particulier la dimension homosexuelle et sa façon de l'écrire qualifiée d'obscénité énorme et précise qui en effaroucha plus d'un à son époque. Aujourd'hui ?
Thérèse et Isabelle, paru en 2000, pourrait faire figure, dixit Catherine Viollet de manuel d'apprentissage lesbien.
Paru en 1955, Ravage fut ainsi censuré par le comité de lecture de Gallimard car trop choquant.
Enfin Violette Leduc fut une amie de Simone de Beauvoir, dont elle était amoureuse , l'inverse étant d'une autre nature. Simone de Beauvoir supervisa en partie ses écrits.
Violette Leduc était fragile et de personnalité paranoïaque, suite à la censure de Ravages, elle vira délire, probablement chronicisé dans son évolution.
Quelques oeuvres. Ravages, son livre phare, censuré de sa première partie ( un tiers du livre ). Cette partie sera publiée isolément en 2000 sous le titre Thérèse et Isabelle. Cession de rattrapage pour Gallimard et le temps qui a passé. La bâtarde, livre qui lui apporta une certaine notoriété. L'affamée, déclaration d'amour à Simone de Beauvoir.

Catherine Violet. 1949-2014
Chercheuse, spécialisée dans l'étude génétique des textes.
Anaïs Frantz.
Docteur en littérature. Membre de ITEM, institut des textes et manuscrits modernes. Dans le cadre de cet institut, une section Violette Leduc fut crée par Catherine Viollet.
Le livre.
Une préface d'Anaïs Frantz.
Un court texte de Catherine Viollet qui petite, 8 ans, découvre l'existence de l' homosexualité féminine. Un parallèle sera fait avec des épisodes de la vie de Violette Leduc, comme étant des incipit donc participant à la genèse de son oeuvre.
1ère partie.
3 articles de Catherine Violette.
Catherine Viollet écrit en particulier sur Ravages et sa partie censurée puis remaniée au fil du temps avec diverses versions. Catherine Viollet insiste également sur différents incipit-épisodes concourant à la genèse de l'oeuvre de Violette Leduc.
2éme partie.
- Sur la correspondance Violette Leduc/Simone de Beauvoir.
Plus ou moins passionnée côté Violette, distante et réservée côté Simone. Mon commentaire : prudence à juste titre afin de se protéger de l'érotomanie. A noter, Simone écrivant à d'autres personnes, dénommait Violette : la femme laide.
- Sur la censure et l'autocensure et ses conséquences.
3ème partie.
- Sur l'importance de la lecture chez Violette Leduc.
- sur l'écriture et sa méthodologie.
- L'importance des noms et prénoms.
- Et enfin les strates temporelles et chronologiques.
Le livre se termine inédit de Violette Leduc.
Le titre.
Aimer, c'est écrire , martèle Violette Leduc. L'écriture lui permit en effet de côtoyer Simone de Beauvoir dont elle était amoureuse mais aussi d'exprimer à travers ses textes une passion qui se muera au fil du temps en affection (selon Catherine Viollet ).
En conclusion.
Une étude exhaustive de Catherine Viollet sur Violette Leduc son oeuvre et la genèse de celle ci. Bisexuelle, la composante lesbienne est au coeur de ses livres et l'écriture qu'en fit Violette Leduc ne passa pas à l'époque.
Où se situerait Violette Leduc dans la mouvance féministe actuellement. Ne parlons pas à la place des morts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
de
  05 mai 2022
Au delà de la censure, découvrir les manuscrits millefeuilles d'une écrivaine
Dans sa préface, Anaïs Frantz parle de Catherine Viollet et de ses lectures des oeuvres de Violette Leduc, des analyses du processus d'écriture biographique, des recherches génétiques, du lien rattachant l'autrice à l'écrivaine, « Dépositaire des trouvailles de Violette Leduc, Catherine Viollet, a su restituer à son propre compte la bulle affective et sensorielles à l'intérieur de laquelle l'enfant attend de déchirer les voiles qui la séparent du savoir détenu par les adultes », de l'urgence de rendre justice « à la recherche intrépide qu'avait poursuivie Violette Leduc dans l'écriture littéraire des sexualités, et que la société avait censurée »…
D'un accessit en allemand à l'exploration des manuscrits de Violette Leduc. Des femmes derrière des prénoms, Thérèse et Isabelle, Ravages, « La suppression, par les éditions Gallimard, de ces « cent cinquante pages » jugées scandaleuses n'aura pas seulement pour conséquence de modifier, de déséquilibrer la structure du texte… », la manière de traiter « tous ensemble de relations homo- et hétérosexuelles, en les situant au même plan », l'érotisme et la ferveur amoureuse, l'amour physique du point de vue d'une femme, la censure et l'altération du sens et de la portée, « La censure opérée par Gallimard ancre donc délibérément le roman du côté de la norme hétérosexuelle », l'écriture et la captation des sensations vécues, le transport de « la brise dans un panier », Violette Leduc et Simone de Beauvoir, « Nous avions créé la fête de l'oubli du temps »…
« La critique génétique se propose d'interroger l'ensemble des documents disponibles qui témoignent de la dynamique de l'écriture, de la naissance d'un texte littéraire jusqu'aux stratégies d'élaboration d'une oeuvre ». Je souligne le chapitre « Recommencer chaque matin – le début de la genèse : l'incipit deRavages ». L'autrice aborde, entre autres, les interventions éditoriales, le travail de morcelage de Violette Leduc, la pratique du palimpseste « qui fait de chaque cahier une sorte de « millefeuille » ». Elle analyse plus particulièrement le contenu de l'incipit, le sujet à la première personne combiné avec le sujet impersonnel, l'usage de la mémoire, l'intensité des sensations, le travail de substitutions, « Par sa richesse même, et par les thèmes qui y sont inscrits, l'incipit de Ravages ne représenterait-il pas un « chaînon manquant » de l'itinéraire de Thérèse, et de l'oeuvre de Violette Leduc ? ».
Une femme écrit, une autre femme la soutient, Catherine Viollet parle des relations entre Violette Leduc et Simone de Beauvoir, des affinités et des dissymétries. L'autrice aborde la censure éditoriale puis les processus d'autocensure, la manière de dire ce qui est habituellement tu, l'écrire et l'aimer, « Ecrire est avant tout mettre en jeu une relation amoureuse, voire érotique, vis-à-vis de la langue, des êtres et des objets », le point de vue de femme comme valeur universelle, le démantèlement de texte et le collage, l'érotisme et la rencontre intime, les métaphores poétiques, la reconstruction textuelle et les réécritures…
« Si l'on interroge les relations qu'entretient l'écrivain Violette Leduc avec la lecture – dans toute la polysémie du terme –, on est immédiatement frappé par l'importance et la richesses du thème de son oeuvre ». La lecture n'est pas une activité banale, « Lire, c'est entrer en communion, s'installer dans une posture amoureuse, une expérience intime, voire fusionnelle, où le corps est présent, actif », la volupté de lire, la sensualité de l'écriture, l'écriture autobiographique et ses contraintes spécifiques, les dynamiques de la création, l'art de la mise en mots, la coïncidence entre narratrice et personnage, la théâtralisation du vécu, les personnages vivant et leur fixation par l'écriture, les strates temporelles, les passages s'échappant de la linéarité, « L'oeuvre, et surtout l'écriture de Violette Leduc témoignent des innombrables décalages non seulement entre la vie et l'écrit, mais aussi entre la rédaction et la publication de ses oeuvres, des multiples formes de distanciation face à l'événement vécu, le plus souvent en multipliant et en croisant (ou en faisant retour sur) les strates temporelles »…
Le livre se termine par un texte inédit de l'écrivaine. « Aimer c'est écrire ». Une invitation à (re)lire Violette Leduc et réfléchir sur l'acte d'écrire pour une femme…
Lien : https://entreleslignesentrel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Joyli
  30 mars 2022
J'aime découvrir les livres sans trop en savoir, à la taille du résumé de celui-ci j'ai choisi de n'en lire qu'une partie et parfois ce choix n'est pas toujours celui à prendre...
J'ai eu la chance d'être sélectionnée pour la masse critique Babelio (que je remercie chaleureusement) pour lire et commenter cet ouvrage.
Seulement, je ne m'attendais pas à cette lecture. Ici, nous suivons l'étude de Catherine Viollet sur Violette Leduc. Qui est Violette Leduc ? Une écrivaine née qui au début des années 1900, habituée à l'autobiographie, qui évoquait, entre autre, l'amour entre deux femmes, leur relation sexuelle. Des thèmes qui "choquaient" à cette époque. Ces textes étaient alors très censurés. Violette Leduc était également une amie de Simone de Beauvoir, envers laquelle des sentiments amoureux sont nés.
Dans ce livre, nous avons la chance d'en re-découvrir des passages.
Mais alors que se passe-t-il lorsqu'on ne connaît pas Violette Leduc ? Et bien malheureusement, on passe un peu à côté de l'étude, la lecture se fait plus difficilement. Toutefois, l'auteure parvient à titiller ma curiosité, en me donnant envie d'en lire plus. Les passages évoqués étaient très prenants.
Quant à l'étude en elle-même, on sent un travail monstrueux de recherches, c'est intense et intelligent. C'est très chouette de la part de cette maison d'édition Ixe (que je découvre également) de publier des textes de ce type. Autre petit détail que j'ai tout de même envie de souligner car en tant que lectrice je trouve qu'il a son importance, le format du livre, le papier et la police sélectionnées par l'éditeur sont très agréables.
Je pense que pour réellement s'approprier cette lecture, pour lui donner un vrai sens, il faut connaître Violette Leduc, sinon comme pour ma part on passe malheureusement un peu à côté.
Encore une fois merci pour cet envoi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
passionlectrice
  14 avril 2022
Livre reçu dans le cadre de la dernière masse critique. Dans ce livre, Catherine Viollet revient sur l'écriture de Violette Leduc, la genèse de son oeuvre et la censure dont elle a été victime.
Quel coup de poignard, quand un écrivain se retrouve dépossédée de son texte par la censure ! Pourquoi les éditeurs s'abordent-ils le travail de l'auteur, ne le respectent pas ?
En lisant cette étude de l'oeuvre autobiographique de Violette Leduc, écrite avec beaucoup de passion par Catherine Viollet, je découvre une femme -lectrice acharnée, dévoreuse de livres, autodidacte, éclectique...- qui a voulu écrire des romans autobiographiques en se servant de son adolescence, des premiers émois, de son expérience de jeune fille lesbienne... tous ces sentiments qu'une femme devrait enfermer dans un journal intime et ne pas les raconter dans un livre.
A l'époque écrire la sexualité, la relation amoureuse avec une personne du même sexe ne se faisait pas, c'était interdit.
Dans ce livre, je découvre une Violette Leduc contrariée, blessée car elle doit sans cesse reprendre ses textes pour qu'ils soient publiables. Dans certains passages, je ressens la souffrance de l'écrivain surtout quand ses livres ne se vendent pas.
Catherine Viollet nous raconte les différentes phases d'écriture, les rajouts et les suppressions. Durant l'écriture d'un livre, Violette Leduc tient des carnets lors de relectures dans lesquels elle mentionnait des lieux à voir, des recherches complémentaires...Cela montre le travail sérieux et déterminé de l'auteur.
Il faut lire ce livre pour mieux connaître la vie d'écrivain de Violette Leduc. Il faut espérer, qu'un jour enfin, les romans autobiographiques soient publiés avec le véritable texte de départ.
Une étude passionnante et intéressante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
dede   05 mai 2022
La suppression, par les éditions Gallimard, de ces « cent cinquante pages » jugées scandaleuses n’aura pas seulement pour conséquence de modifier, de déséquilibrer la structure du texte… », la manière de traiter « tous ensemble de relations homo- et hétérosexuelles, en les situant au même plan
Commenter  J’apprécie          20
dede   05 mai 2022
L’oeuvre, et surtout l’écriture de Violette Leduc témoignent des innombrables décalages non seulement entre la vie et l’écrit, mais aussi entre la rédaction et la publication de ses œuvres, des multiples formes de distanciation face à l’événement vécu, le plus souvent en multipliant et en croisant (ou en faisant retour sur) les strates temporelles
Commenter  J’apprécie          00
dede   05 mai 2022
Par sa richesse même, et par les thèmes qui y sont inscrits, l’incipit de Ravages ne représenterait-il pas un « chaînon manquant » de l’itinéraire de Thérèse, et de l’oeuvre de Violette Leduc ?
Commenter  J’apprécie          00
passionlectricepassionlectrice   14 avril 2022
Je pleure la nuit : on n'achète pas mon livre. On ne le voit pas aux vitrines des librairies. On n'en parle pas. Aussitôt imprimé, aussitôt disparu. C'est un naufrage qui passe inaperçu
Commenter  J’apprécie          00
dede   05 mai 2022
Lire, c’est entrer en communion, s’installer dans une posture amoureuse, une expérience intime, voire fusionnelle, où le corps est présent, actif
Commenter  J’apprécie          00

Video de Catherine Viollet (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catherine Viollet
Catherine Viollet: "Violette Leduc, une pionnière?"
autres livres classés : féminismeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les emmerdeuses de la littérature

Les femmes écrivains ont souvent rencontré l'hostilité de leurs confrères. Mais il y a une exception parmi eux, un homme qui les a défendues, lequel?

Houellebecq
Flaubert
Edmond de Goncourt
Maupassant
Eric Zemmour

10 questions
428 lecteurs ont répondu
Thèmes : écriture , féminisme , luttes politiquesCréer un quiz sur ce livre