AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2268081702
Éditeur : Les Editions du Rocher (03/10/2016)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 6 notes)
Résumé :
Camille Claudel, Séraphine de Senlis, Aloïse Corbaz : trois femmes, trois immenses artistes que la puissance de leur génie a conduites à la folie et à la solitude des asiles.
Ces trois personnalités, aux destins parallèles, revivent ici grâce à des témoignages nouveaux et inédits, ainsi qu'à des archives et des correspondances.
Vies délirantes au sens propre du terme, vies peuplées de mondes connus d'elles seules, vies de souffrances aussi, prix à paye... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
jasmineandviolet
  21 décembre 2016
Je tiens tout d'abord à remercier les éditions du Rocher qui m'ont gentiment fait parvenir ce livre dont j'ai apprécié la lecture.
A travers ce livre, Alain Vircondelet nous immerge dans la vie de trois artistes, trois femmes, Camille Claudel, Séraphine de Senlis et Aloïse Corbaz. Ces trois artistes ont en commun plus que leur talent artistique, la folie, une folie qui les conduira toutes trois au fin fond d'un asile à une époque où les personnes internées étaient traitées de piètre manière et étaient totalement laissées à l'abandon.
L'enjeu de ce livre était pour l'auteur de nous montrer de quelle manière leur folie résultait de leur talent ou tout du moins qu'il avait pu contribuer ou exacerber leur propension à la folie.
Ce livre m'a permis par exemple d'en savoir davantage plus sur les circonstances de la rencontre entre Camille Claudel avec Rodin, la nature de la relation qu'ils entretenaient. En Camille, Rodin trouvera sa muse mais bien plus encore puisqu'il verra très vite en elle une artiste à la hauteur de son propre talent. de cette proximité artistique naîtra une sorte de compétition, une compétition qui semblera dans un premier temps salvatrice pour Camille éloignant d'elle ses penchants paranoïaques au profit de l'exacerbation de son talent puis qui se révélera ultérieurement destructrice. Camille Claudel sombre dans la folie et sera internée à la demande de sa famille mais surtout de sa mère à l'asile de Ville-Evrard. Elle sera transférée dans un hôpital psychiatrique situé dans le Vaucluse dans lequel elle mourra après trente ans de vie asilaire.
J'ai aussi eu le plaisir de découvrir à travers ce livre Séraphine de Senlis, de son vrai nom, Séraphine Louis. Issue d'une famille très modeste, elle se retrouve orpheline à l'âge de sept ans et de fait livrée à elle-même alors qu'elle n'est encore qu'une enfant. Elle trouvera refuge dans la religion intégrant un couvent entre 1881 à 1901 en tant que domestique. C'est durant cette période que son talent se serait révélé, ses oeuvres s'en ressentiront puisqu'on y verra clairement son attachement à tout ce qui a trait à la spiritualité. Alors qu'elle est employée comme femme de ménage dans des familles de la bourgeoisie senlisienne, elle fait la rencontre d'un collectionneur et critique d'art allemand du nom de Wilhem Uhde. Ce dernier prend rapidement conscience de l'étendue de son talent et lui permet de réaliser des toiles gigantesques allant jusqu'à deux mètres de hauteur. La guerre séparera Uhde et Séraphine qui se mettra à peindre à un rythme effréné sombrant petit à petit dans la folie, laquelle la mènera elle aussi dans un hôpital psychiatrique dans lequel elle décèdera après dix années d'internement.
L'auteur évoque enfin la vie asilaire d'Aloïse Corbaz, artiste suisse née en 1886, figure de l'art brut. Tombée amoureuse d'un prêtre défroqué Aloïse est contrainte par sa soeur aînée de partir en Allemagne afin de préserver la réputation de la famille. Elle officiera en tant que gouvernante à Potsdam, à la cour de Guillaume II. Elle tombera éperdument amoureuse de l'empereur et se construira une histoire d'amour imaginaire. La guerre la contraint à renter en Suisse. Dès son retour, elle commence à montrer certains symptômes de schizophrénie mais son état ne semble par trop inquiéter, ce n'est qu'en 1918 qu'elle sera internée. Elle se mettra à dessiner sur des supports de fortune, ses dessins seront fait d'assemblage. le dessin sera pour elle un moyen de dissiper ses tourments et d'adoucir ses psychoses. Aloïse Corbaz décèdera après quarante-six années d'internement.
Si je me suis passionnée pour le destin hors du commun de ces trois artistes féminines au génie aussi puissant que la folie à laquelle il les a conduites, j'ai néanmoins quelque peu regretté que n'aient pas été insérées plus d'oeuvres au fil des pages. Même si ce livre n'avait pas pour vocation d'exposer les oeuvres des trois artistes, cela aurait permis à mon avis de prendre davantage conscience de l'ampleur de la folie de ces trois femmes, dégringolade dans la folie que l'on aurait pu percevoir et mesurer à travers l'évolution de leurs oeuvres respectives.
Je salue au passage le talent de conteur d'Alain Vircondelet dont la plume et la richesse de vocabulaire ont accru mon immersion dans ce livre dont on ressort enrichi.
Lien : https://parlesyeuxdesonia.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
bidule62
  08 octobre 2016
Tout d'abord un grand merci à Masse Critique et aux éditions du Rocher pour m'avoir fait découvrir ce livre.
Le titre de ce livre m'a tentée et je n'ai pas été déçue. Autant en arriver à la conclusion ce livre m'a plu.
Mis à part peut-être deux bémols :
- l'auteur cite de nombreuses oeuvres, il est dommage de ne pas en avoir une reproduction. Certes je les ai cherchées sur internet, mais j'aurais apprécié de les avoir à l'instant (surtout que lisant dans mon bain ou mon lit, je n'ai pas d'accès internet....). J'imagine que les artistes étant actuelles, reproduire les oeuvres en question signifie coût et droits d'auteur.
- l'autre bémol n'en est pas un vrai en fait. le livre décrit l'évolution de 3 artistes, Camille Claudel, Séraphine de Senlis et Aloïse Corbaz. Chacune fait l'objet d'un chapitre, il n'y a pas d'étude parallèle. J'aurais aimé que leurs évolutions ne soient pas décrites si séparément. Mais j'excuse l'auteur, il aurait fallu que chaque lecteur ait déjà un bagage suffisant sur ces 3 personnages pour suivre leur évolution vers la folie. Bagage que je n'avais pas je l'avoue !
Revenons au livre. Il décrit la vie puis la folie de 3 artistes :
- Camille Claudel, sculptrice
- Séraphine de Senlis, peintre
- Aloïse Corbaz, peintre.
Toutes trois ont plusieurs points communs. D'abord ce sont des femmes et des artistes mais surtout elles ont toutes les 3 fini leur vie dans un asile psychiatrique.
L'auteur essaie de dégager la part de la folie dans la constitution de leur oeuvre.
Pour Séraphine de Senlis et Aloïse Corbaz, il semble clair à la lecture du livre que la peinture a été un moyen d'éviter de sombrer davantage dans la folie. On s'interroge surtout de savoir si leur art n'est pas issu de cette folie qui les habite. Cet aspect du livre est à mon goût le plus intéressant.
Je suis plus dubitative pour Camille Claudel. Sa folie (paranoïa) est-elle à l'origine de son talent ? Etait-elle vraiment folle ? Au XIXe siècle, Camille Claudel était différente voire dérangeante dans la culture de l'époque : une femme, artiste plus que douée, indépendante, qui vit sans les hommes, non mariée, le contraire de la coquetterie, plus passionnée par son art que par ce qui l'entoure. Serait-elle internée au XXIe siècle ?
En conclusion un livre que j'ai aimé lire, intéressant, qui m'a donné envie de découvrir plus encore ces 3 femmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
carlottita91
  03 octobre 2016
Si j'ai choisi ce livre lors de la dernière opération Masse Critique c'est que j'ai une réelle fascination pour l'artiste Camille Claudel. Depuis mes études en fac d'arts, je suis en adoration devant cette femme qui se pensait persécutée par sa famille, par son amant.
Sa sensibilité artistique en a fait une femme aux sentiments exacerbés. Tout ce qu'elle vivait était plus fort, plus intense. Même son art était d'une intensité sans égale.
J'aime la pureté de ces oeuvres, cette innocence qu'elle détruit dans ses accès de folie.
J'ai aimé ce livre écrit comme une nouvelle. le lecteur n'est pas assommé de dates, ni d'éléments historiques gênants pour la compréhension. On suit tout simplement la vie de trois artistes dont la vie mouvementée en on fait des héroïnes post-mortem. Je les ai trouvé fortes dans leur folie, fortes et belles à la fois. C'est passionnant de voir ce parallèle entre leur vie et leur art, Comment leur art s'est imprégné de ce qu'elles étaient...
Je regrette un manque de photographies, ou de visuels de leurs oeuvres. Peut-être était-ce une question de droits ? C'est donc essentiellement le point négatif que j'ai noté mais heureusement, internet est là pour compléter.
J'aurais vraiment aimé avoir ce livre lors de mes études d'art. Il se laisse lire facilement et est loin d'être ennuyeux. Je le recommande aux férus d'histoire de l'art !! ;)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Idiosyncrazy
  09 novembre 2016
Un livre reçu dans le cadre de l'opération Masse Critique. Si j'ai choisi cet ouvrage, c'est parce que le thème de la folie m'intéresse ; encore plus lorsqu'il est associé à l'art.
Ce fut intéressant de découvrir la vie de ces trois femmes, même si je dois avouer que j'ai eu du mal à accrocher au style de l'auteur. La façon dont les choses sont racontées semble parfois un peu brouillonne, on ne comprend pas tout, certaines phrases sont particulièrement sibyllines.
Les quelques pages en couleurs présentant les oeuvres sont les bienvenues : elles m'ont permis de mieux appréhender le travail de ces artistes — même je dois avouer que j'aurai aimé en voir encore plus, mais je me rend bien compte du prix de reproduction et des droits à payer. En outre, la couverture est très belle.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   20 février 2017
Dans l’atelier au mobilier absent sinon une armoire ancienne très massive aux lourds panneaux de bois sculptés en pointes de diamant, c’est l’image d’un vrai combat qu’elle mène avec la matière. Elle semble tourner autour de sa création, la dominer. Telle une Pythie, vêtue d’un long manteau sans doute de velours souillé de plâtre, elle scrute l’œuvre avec une acuité presque démoniaque, son visage n’a plus rien à voir avec la grâce enfantine des premiers clichés. La photographie la révèle hallucinée et trahit le combat d’ordre magique qu’elle conduit avec sa sculpture
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   20 février 2017
Camille exercera sur son frère cadet un ascendant considérable. Elle est encore celle qui l’initie à la lecture des poètes et des écrivains ; ceux qu’elle apprécie sont les grands lyriques exaltés, au verbe souvent épique, les poètes cosmiques comme Shakespeare, Goethe, Victor Hugo bien sûr, et les poètes sombres et maudits, ceux appartenant au romantisme noir, comme Nerval et Baudelaire. Mais elle est surtout celle qui fait jaillir de ses mains, d’une masse informelle, des visages et des traits, mieux encore la vie même. Pour cela et du fait aussi de son caractère impérieux, il est sous le charme, le mot étant à prendre dans son sens magique. Plus qu’une séductrice, Camille est alors une magicienne, non plus une de ces fées que chante Nerval, une Aurélia ou une Sylvie, auxquelles elle peut ressembler quelquefois, mais plutôt une déesse puissante et pythique, elle transmet par ses mains agiles, des influx et des courants de vie qui électrisent la glaise et lui donnent l’apparence de la vie la plus exacte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   20 février 2017
L’élégance du geste de l’homme, et la position de la femme aimée traduisent l’absolu de l’union, et donc de l’unité. Ils forment tous deux un seul et même corps, une forme d’androgynat souverain qui s’impose au regard.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   20 février 2017
Elle commence dès l’enfance, dans les jeux et dans la même complicité pour les choses de l’art, dans les appels d’autres mondes et d’autres ciels, sur des registres qui les rendent très tôt étrangers aux autres, à leur milieu, à leur mère surtout. Car, des deux parents, c’est l’image du père qui domine, c’est elle l’image aimée, respectée, protectrice. La mère est peu encline à la compassion et à la bienveillance, aucune indulgence pour ceux qui l’entourent, pas davantage pour les siens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   20 février 2017
Ma conscience crie plus fort que ma chair.
Aloïse Corbaz
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Alain Vircondelet (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Vircondelet
Alain Vircondelet au Musée Picasso, vous présente son ouvrage "L'exil est vaste, mais c'est l'été : le roman de Dora et Picasso" aux éditions Fayard.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2308606/alain-vircondelet-l-exil-est-vaste-mais-c-est-l-ete-le-roman-de-dora-et-picasso
Notes de Musique : Youtube Audio Library.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : camille claudelVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
816 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre