AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Paul Valéry (Traducteur)Florence Dupont (Éditeur scientifique)
ISBN : 2070394484
Éditeur : Gallimard (23/05/1997)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 45 notes)
Résumé :
Dans une forme parfaite, élégante, raffinée, Virgile a composé sa première grande œuvre, Les Bucoliques. Il y a dans ces dix courts poèmes assez de sensibilité et de talent pour que, avec ce seul ouvrage, Virgile mérite d'être placé au premier rang des poètes latins. Virgile veut lutter, avec Les Géorgiques, contre l'abandon des campagnes, trop souvent délaissées pour les guerres lointaines ; il tente de remettre à l'honneur les travaux des champs. Cet hymne à la na... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
zohar
  16 mai 2011
Son premier recueil poétique, les Bucoliques, met en scène des bergers qui devisent, échangeant leurs idées, et faisant part de leurs états d'âme.
Voilà qui permet à Virgile de chanter son amour pour la nature qui est à la fois une source de nostalgie et d'épanouissement. Mais c'est également, pour lui, l'occasion d'exprimer son désarroi face aux troubles civils de l'époque.
Les Géorgiques conservent le décor campagnard. Ce poème a, contrairement au recueil les Bucoliques, un aspect didactique. L'auteur décrit les travaux de la terre en dégageant leurs techniques, et surtout, en vantant leurs charmes méconnus.
En donnant en exemple aux citadins la vie champêtre dont il loue la simplicité et le caractère sain, Virgile apporte, en quelque sorte, sa contribution à la politique de l'époque !
Mais il ne s'abaisse pas à une sorte de propagande simpliste.
Les Géorgiques sont comme un hymne aux valeurs essentielles, un grand chant de la beauté et de la grandeur de la nature. Cet effort que fait le poète pour s'élever au-dessus des contingences se manifeste encore de façon plus nette dans son oeuvre maîtresse, L'Enéide, épopée à la gloire du peuple romain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
cicou45
  23 août 2011
Magnifique oeuvre qui vise un retour aux sources primaires en faisant un éloge à la cueillette, à l'élevage et enfin à l'agriculture ; en bref une magnifique hymne à la Nature au temps de l'âge d'or des poètes latins ! Il évoque en effet un certain nombre d'entre eux en chantant leurs louanges.
J'ai toujours eu un peu de mal à faire une critique sur des ouvrages de poésie car, à mon humble avis, tout est question de sensibilité. Soit on est sensible à tel ou tel texte, soit on ne l'est pas (attention cela ne veut pas dire que, parce qu'on n'est pas réactif ç certains textes de poésie, on ne peut pas être quelsu'un de sensible dans la vie...loin de moi ces propos) mais si vous voulez savoir si j'ai été sensible à cet ouvrage en particulier ; eh bien oui. Bien que ma lecture date d'il y plusieurs années déjà, je la considère comme l'oeuvre majeure de Virgile et ne peut que vous en recommander la lecture !
Commenter  J’apprécie          60
gigi55
  29 octobre 2018
"Intéressant ce lire ces textes romain pour approcher la place la nature dans l'antiquité.
Mais il vaut surement mieux lire dans le texte en latin, car la traduction perd tout le rythme poétique."
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   18 juin 2010
Je chante les moissons : je dirai sous quel signe
Il faut ouvrir la terre et marier la vigne ;
Les soins industrieux que l’on doit aux troupeaux ;
Et l’abeille économe, et ses sages travaux.
Astres qui, poursuivant votre course ordonnée,
Conduisez dans les cieux la marche de l’année ;
Protecteur des raisins, déesse des moissons,
Si l’homme encor sauvage, instruit par vos leçons,
Quitta le gland des bois pour les gerbes fécondes,
Et d’un nectar vermeil rougit les froides ondes ;
Divinités des prés, des champs et des forêts,
Faunes aux pieds légers, vous, nymphes des guérets,
Faunes, nymphes, venez ; c’est pour vous que je chante.
Et toi, dieu du trident, qui de ta main puissante
De la terre frappas le sein obéissant,
Et soudain fis bondir un coursier frémissant ;
Pallas, dont l’olivier enrichit nos rivages ;
Vous, jeune dieu de Cée, ami des verts bocages,
Pour qui trois cents taureaux, éclatants de blancheur,
Paissent l’herbe nouvelle et l’aubépine en fleur ;
Pan, qui, sur le Lycée ou le riant Ménale,
Animes sous tes doigts la flûte pastorale ;
Vieillard, qui dans ta main tiens un jeune cyprès ;
Enfant, qui le premier sillonnas les guérets ;
Vous tous, dieux bienfaisants, déesses protectrices,
Qui de nos fruits heureux nourrissez les prémices,
Qui versez l’eau des cieux, qui fécondent les champs,
Ainsi qu’à nos moissons présidez à mes chants !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ivredelivresivredelivres   05 mai 2011
Ainsi le souple osier et le genêt flexible.
Le tremble, le blanc saule et son feuillage glauque.
Tel sort d’un germe au sol : c’est le haut châtaignier,
feuillage cher au Dieu, géant des bois le chêne,
ou le rouvre qu’en Grèce on croit riche d’oracles.
Commenter  J’apprécie          40
ivredelivresivredelivres   05 mai 2011
Voici l’abeille emplir les fourrés et les bois.
Goûtant aux riches fleurs, à fleur d’onde elle boit.
Légère. Alors joyeuse, une douceur l’habite.
Commenter  J’apprécie          50
julienraynaudjulienraynaud   09 octobre 2014
Tournez, fuseaux, filez ces siècles fortunés.
Commenter  J’apprécie          161
Virgule-MagazineVirgule-Magazine   09 mars 2018
C’en est fait ; un coup d’œil a détruit son bonheur ; Le barbare Pluton révoque sa faveur
[...]
Eurydice s’écrie : « Ô destin rigoureux !
Hélas ! Quel dieu cruel nous a perdus tous deux ? [...]
Adieu ; déjà je sens dans un nuage épais
Nager mes yeux éteints, et fermés pour jamais. Adieu, mon cher Orphée ! Eurydice expirante
En vain te cherche encor de sa main défaillante ; L’horrible mort, jetant un voile autour de moi, M’entraîne loin du jour, hélas ! et loin de toi. » Elle dit, et soudain dans les airs s’évapore. Orphée en vain l’appelle, en vain la suit encore...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Virgile (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Virgile
https://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=60813&razSqlClone=1
J'IRAI TRINQUER SUR VOS TOMBES
Evelyne Selles-Fischer
Marguerite et son chevalier servant, l'adorable et raffiné Virgile, voyant se profiler « des ans l'irréparable outrage », se lancent dans un casting original afin de trouver des âmes s?urs désireuses définir leur vie ensemble dans une demeure bourgeoise tourangelle. Des personnages hauts en couleur, des aventures et des idylles pleines de surprises et de brèves échappées dans la jolie ville de Loches. Voilà de quoi aborder la vie avec bonheur. Marguerite a bien l'intention de porter, avec le sourire, un toast à qui aura la mauvaise idée de partir avant elle.
Evelyne Sellés-Fischer est née en Algérie. Après ses études (lettres, violon, art dramatique), elle a abordé la comédie musicale : Big Bazar, Monte-Cristo (Michel Legrand), Les Misérables (Robert Hossein). Présentatrice d'un magazine sur Antenne 2 pendant 3 ans, elle est également critique de cinéma, télévision et théâtre (La revue des deux mondes, Réforme, Actualités des religions, actuellement Historia, le Droit de Vivre (Licra) et la radio Fréquence protestante). Elle est soliste d'un groupe de gospel. Deux fois juré du Jury ?cuménique au festival de Cannes, elle est Chevalier dans l'ordre des Arts et des Lettres.
Broché - format : 13,5 x 21,5 cm ISBN : 978-2-343-15661-3 ? 10 septembre 2018 ? 184 pages
+ Lire la suite
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Virgile

Virgile est un poète :

Latin
Grec

6 questions
29 lecteurs ont répondu
Thème : VirgileCréer un quiz sur ce livre