AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782872822836
56 pages
Éditeur : Lansman (06/05/2002)

Note moyenne : 3.14/5 (sur 7 notes)
Résumé :

Moscou, 1953. Quelques semaines avant lamort de Staline, le directeur de l'Hôpitalcentral des Malades mentaux invite un écrivain à séjourner parmi les "malades" et lui demande de réécrire, au niveau d'entendement de débiles légers, moyens et profonds, l'histoire du communisme et de la Révolution d'Octobre. Il est persuadé que cette "thérapie" pourrait guérir certains de ses pensionnaires... Mat&#... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Tandarica
  15 octobre 2019

Ce que j'ai le plus aimé c'est cette couverture avec l'illustration de Michel Piérart ainsi que la dédicace à « Daniil Harms et à tous les écrivains morts dans les geôles du pouvoir ».
La pièce est parodique, comique et tragique en même temps. Dans les fantaisies (ce jeu d'argent de la « roulette aux passants » notamment) et les cauchemars des malades mentaux, Stalin apparaît régulièrement et le cliché du dirigeant adulé est littéralement terrifiant. Sa mort déclenche parmi les patients le même comportement délirant que celui du peuple qui se sent orphelin.
La formule tragico-magique, sorte de leitmotiv de la pièce résonne encore dans ma tête « un nouveau pays où personne ne pourra plus jamais foutre personne dans la merde », pourtant le ressort comique fut quelque peu bandé en ce qui me concerne. le dramaturge use et abuse de la répétition comme figure qui finit par défigurer le style et je me suis fait un peu violence pour lire jusqu'au bout.
Il y a de nombreux personnages, mais comme l'indique l'auteur sur son site on peut compter « 20 rôles interchangeables avec un nombre minimum de comédiens : 5 (2 femmes, 3 hommes) ». En plus de la vingtaine de malades et de Staline, il y a l'écrivain Iouri Petrovski, le directeur de l'hôpital Grigori Deknozov, son adjoint Stepan Rozanov, l'assistante médicale Katia Ezova, ainsi que d'autres membres du corps médical.
Cette présentation de Matéi Visniec me semble importante à lire également :
« En 1953, à Moscou, quelques semaines avant la mort de Staline, le directeur de l'Hôpital Central des Malades mentaux imagine une expérience particulière : il invite un écrivain pour un séjour au milieu des malades et lui demande de réécrire, au niveau d'entendement des débiles légers, moyens et profonds, l'histoire du communisme et de la Révolution d'Octobre... La direction croit que cette “thérapie” pourrait guérir certaines maladies mentales... Cette pièce nous propose une réflexion autour du rapport entre l'homme et l'utopie. L'un des plus grands drames du XXème siècle c'est que le communisme n'a pas réussi. L'utopie qui, au départ, devait résoudre tous les problèmes de l'humanité a laissé à l'arrivée un paysage défiguré parsemé de plus de 100 millions de morts. L'être humain se trouve, semble-t-il, dans la situation paradoxale de ne pas pouvoir vivre sans concevoir des projets utopiques, et d'échouer dans l'horreur chaque fois qu'il met en pratique ses utopies. Comment sortir de cette condition existentielle douloureuse, voilà la question. »
La pièce met en scène aussi Nadejda Alliloueva, la deuxième épouse de Staline, et évoque sommairement Maria Spiridonova, dont on apprend seulement par une note complémentaire qu'elle était la dirigeante historique des socialistes révolutionnaires, parti que les bolcheviks ont toléré jusqu'en février 1919. En décembre 1918, Maria Spiridonova condamne vigoureusement la terreur pratiquée quotidiennement par la Tcheka (la police politique créée le 20 décembre 1917 en Russie sous l'autorité de Félix Dzerjinski pour combattre les ennemis du nouveau régime bolchevik) ; elle est arrêtée en février 1919 et condamnée par le tribunal révolutionnaire à la « détention en sanatorium étant donné son état hystérique ». Il s'agit selon l'auteur du premier exemple, sous le régime soviétique d'enfermement d'un opposant politique dans un établissement psychiatrique.
Terrifiante et sans commentaire possible aussi l'information qu'on apprend de la bouche de « la cinquième femme » page 39 : « nous avons économisé un nombre important de wagons, soit au total 37 548 mètres linéaires de planches, 11 834 seaux et 3400 poêles ! ». Il s'agit de l'extrait d'un rapport signé par un certain Milstein fonctionnaire de la NKVD concernant l'efficacité de la déportation des peuples du Caucase en Sibérie, entre novembre 1943 en juin 1944 grâce au fait que dans chaque wagon à bestiaux étaient entassées 45 personnes au lieu de 40.
Une lecture en demi-teinte pour moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          536
cvd64
  17 octobre 2019
Entre absurde, satyre et bouffonnerie (au sens noble du terme), cette pièce de théâtre donne prétexte à toutes les dérives et délires tant du côté des soignants, que du pouvoir politique ainsi que des patients. entre réalité et utopie, les plus fous ne sont pas toujours ceux qu'on croit
Commenter  J’apprécie          92
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
TandaricaTandarica   15 octobre 2019
Notre camarade Staline a dit : « la lutte des classes a lieu à tous les niveaux, la lutte des classes entre dans la phase décisive, elle devient de plus en plus aiguë. Sachez, camarades, que dans notre hôpital se cachent pas mal d’éléments subversifs pas mal de contre-révolutionnaires et pas mal de possibles saboteurs. Une partie des arriérés appartient à des classes hostiles. Une partie des idiots sont des éléments louches. Une partie des imbéciles sont des ennemis du peuple. Une partie des débiles mentaux sont des éléments suspects. La plupart des schizophrènes, des mélancoliques et des maniaques proviennent du milieu bourgeois et entretiennent dans le cadre de l’hôpital, une propagande douteuse. Voilà pourquoi je vous prie, chers camarades, de prendre des mesures urgentes, car sous le masque de l’aliénation et de la déficience mentale se cachent des redoutables réactionnaires ! »
(p. 34)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
TandaricaTandarica   15 octobre 2019
Car il n’y a que par un discours réactionnaire, subversif et contre-révolutionnaire qu'on peut démasquer les éléments réactionnaires, subversifs et contre-révolutionnaires… C'est aussi simple que ça… Bravo Iouri Petrovski, bravo camarade ! Laissez-moi vous embrasser !
(p. 35)
Commenter  J’apprécie          40
TandaricaTandarica   11 mars 2015
Trois. Pour sortir de la mère deux, il ne suffit pas de vouloir sortir de la la merde, il faut être unis. C'est ça que le camarade Lénine a dit un jour, en 1915, à Zurich, où il s'était réfugié…
Commenter  J’apprécie          60
cvd64cvd64   17 octobre 2019
… Nous vous demandons, cher camarade, Iouri Petrovski, d'utiliser votre talent pour nous raconter en mots simples l'histoire du communisme et de la Grande Révolution Socialiste d'Octobre. Utilisez votre talent pour que nos malades puissent avoir eux aussi accès à la lumière du mouvement ouvrier.
Commenter  J’apprécie          30
cvd64cvd64   17 octobre 2019
Je suis convaincu, camarade, que raconter d'une façon adéquate l'histoire du communisme peut guérir certains troubles mentaux. (…)Car il n'y a pas que la médecine qui peut les guérir. Il y a aussi la pensée de notre Grand Camarade Staline qui va guérir nos malades.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Matéi Visniec (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Matéi Visniec
Payot - Marque Page - Matéi Visniec - le marchand de premières phrases
Dans la catégorie : Littérature dramatiqueVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Littérature dramatique (842)
autres livres classés : littérature roumaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox