AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9781090846082
85 pages
Auto édition (23/03/2019)
5/5   1 notes
Résumé :
Tout ce que Tistou sait de sa mère, c'est qu'elle les a plaqués en pleine nuit alors qu'il n'était encore qu'un bébé. Une vraie traînée.C'est en tout cas ce que prétend Momo, son père qui n'hésite d'ailleurs pas à affirmer que toutes les femmes sont des ...Alors, oui, avec un tel bagage, difficile d'envisager "l'amur". Mais impossible de ne pas croire que Cherrie pourrait être différente : un ange tombé du cielà moins qu'elle ne soit le Diable déguisée en femelleOui... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
SZRAMOWO
  23 juillet 2020
J'ai découvert Catarina Viti sur le site Mon BestSeller.com ; une très belle découverte.
Après avoir reçu un e-book de cette auteure, ce dont je remercie ce site, je me suis précipité pour acquérir et lire les deux autres ouvrages de la série Blues 1,2 et 3.
Il est vrai que le N°2, Calibre 12, vous refile le blues, celui dont on ne peut se défaire quand on pense à la société dans laquelle nous vivons.
Catarina Viti est dans la vraie vie, pas forcément la belle vie, même si son roman se déroule du côté de Marseille.
Des personnages laissés pour compte à la fois par l'état et par le PCF qui a longtemps joué un rôle dans la région jusqu'à ce que son fonds de commerce soit repris par le FN actuel RN.
« le grand-père de Mario et son père avaient été des piliers du Parti, fortes gueules des chantiers, et ils avaient été enterrés rouges sans passer par la case curaille ; juste le cimetière et des poings dressés. Mario avait eu lui aussi sa carte du Parti, mais pas longtemps. Il l'avait déchirée à la fin des années quatre-vingt-dix. Oui, monsieur, il avait voté le Pen en 2002 même si à l'époque ce geste avait été considéré comme une vile saloperie. »
Et, Catarina n'y va pas avec le dos de la cuillère. Elle est dans le roman social, dans le roman réaliste, mais sans pleurnicheries ni angélisme. Elle nous sert du brut de décoffrage et on en redemande. Ses mots font mouche, elle joue à merveille de sa façon de raconter sans esbroufes, mais sans nous ennuyer, c'est là le principal talent de l'auteure.
« Les anciens ne se doutaient pas. Jamais ils n'auraient imaginé que la République et le Parti la leur mettraient aussi profond. S'ils revenaient. S'ils découvraient pour quoi ils sont morts... »
Tistou, le personnage principal est paumé. A trente ans il vit toujours avec son père, Maurice. Ce dernier se remet difficilement d'avoir été plaqué par sa femme, alors que Tistou n'était qu'un bébé.
« La faute à Maurice et à son éducation d'un autre temps si à la moindre occasion il se sent sale et malheureux ? C'est tellement idiot de rester accroché à des valeurs qui n'ont plus cours. Peut-être que s'il était plus beau ou plus brillant il n'aurait pas toutes ces idées embarrassantes et cette retenue ».
Il est partagé entre la grande gueule de l'Agachon, qui séduit les foules de la Souco avec des propos rassurants et simplistes, « les meilleures manières de faire fondre le chômage, de réduire la dette publique en arrêtant, par exemple, de distribuer le pognon aux glandeurs, aux Arabes. », et la réflexion élaborée de Guy et Micha sa femme qui essayent tant bien que mal de lui faire voir la lumière, en vain.
« Tistou se sent tiraillé aux limites du supportable. Il lui revient en mémoire ce que Micha a mis des heures à lui expliquer hier, à savoir que les villes frontistes ne sont pas des modèles de vertu ni de gestion, et que l'exemple qu'ils ont vécu quelques années plus tôt à Toulon aurait même tendance à démontrer que leurs dirigeants peuvent être pires que les autres. »
Il faut dire que Tistou a la tête ailleurs, il est obnubilé, obsédé par Cherrie la jeune soeur de son pote Steph, une jeune fille de dix ans sa cadette dont la plus grande occupation consiste à se défouler en dansant à l'Opoponax, une boite dont on sait (sauf Tistou) qu'elle draine tout ce que la région compte de dealers et personnages mal intentionnés... « On entend même dire que du GHB circule, mais ça reste à voir. La came, Tistou n'y touche pas sauf un petit joint de temps à autre. »
Tistou se débat avec sa conscience mais aussi avec son sexe et l'usage qu'il ne parvient pas à en faire : « C'est bien ce que lui avait sorti une fille avec laquelle il était sur le point de conclure. « Ta bite, c'est pas le problème. — Ah non ? avait-il fait, prêt à se sentir soulagé. — Non, avait continué la fille, le problème, c'est tout le reste. »
Tistou reste spectateur de sa vie et agit comme les autres veulent qu'il agisse. La force du roman, en nous mettant le personnage de Tistou sous les yeux, est de nous faire douter de nous-mêmes, et nous que faisons-nous, sinon assister au désastre et le commenter pour nous en éloigner et limiter notre responsabilité ?
Catarina Viti pose aussi avec justesse la question du vivre ensemble dans une société où l'argument passe après l'affirmation sans fondement et dans laquelle la culture est loin derrière le divertissement et l'humour convenu.
« Salut, Pascal, alors, c'est bien ce que tu lis ? » Sans un mot, Pascal lui tend le volume. Il espère toujours que la magie du livre opère par contact direct. Tistou déchiffre le titre et rend l'ouvrage à son propriétaire comme il lui tendrait un objet venu de l'espace. Il émet un petit bruit censé exprimer la consternation. « Ils devraient s'inscrire sur Mitique, les gars. » Il rit de sa plaisanterie alors que Pascal, déconfit, récupère l'exemplaire de "Des hommes sans femmes" »
Une auteure à découvrir !

Lien : https://camalonga.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   23 juillet 2020
« On a pris ta place, cousin ? »
Tistou soulève une épaule. Il n’en a rien à faire de cette place ni d’aucune autre.
« Tu veux t’asseoir avec nous, cousin ? » C’est proposé sur un ton aimable, avec le sourire paisible du gars qui ne cherche pas les embrouilles. Tistou explique qu’il voudrait seulement récupérer sa bière.
Engageant, le gars pousse sa carcasse de côté, libérant une place. Tistou accepte l’invitation, le temps de liquider sa mousse et de retrouver un chouia de vitalité dans les jambes.
« On dirait que t’as le seum, cousin. Tu t’es fait képla par ta copine ?
— Non ! répond Tistou, obligé de hurler. C’est leboucan. Ça prend la tête.
L’autre rigole en coin. Ses acolytes restent de marbre.
— C’est la blonde, là, qui te file le seum ? », insiste le voisin en désignant l’endroit où Cherrie continue ses trémoussements.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
SZRAMOWOSZRAMOWO   23 juillet 2020
— Alors, qui est-ce qui mène ?
— On se fait encore avoir ! Putain d’Afrique ! Et ce connaud de Plisson, trois pénalités déjà. Tu le crois ? Tu le crois, toi ? Tu le crois qui va en choper une quatrième ? File-moi une bière, vai. Une bonne tournée qui disait Dubois, une promenade. Té, c’est eux qui nous baladent ! Mais bouge, espèce d’emplâtré ! »
Quand son père est collé devant l’écran pas besoin de chercher à avoir une conversation. Le rugby le tient en haleine. Il repart en direction de la cuisine, attrape une bière dans la porte du frigo.
« Tiens, Pa', c’est la der. Tu veux que j’aille en chercher ?
— Eh bè, putain, on peut dire qu’ils y seront allés pour rien en Afrique. Quelle branlée ! Tu vas à Casino ?
— Si tu veux, voui. Je peux descendre, je suis prêt.
— Tu es prêt, ouais. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Video de Catarina Viti (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catarina Viti
Vidéo de Catarina Viti
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Tristan et Iseut

Qui est le père de Tristan?

le roi Marc
Le roi Rivalen
Le duc Morgan
le roi Arthur

30 questions
1041 lecteurs ont répondu
Thème : Tristan et Iseult de AnonymeCréer un quiz sur ce livre