AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070315741
1040 pages
Gallimard (06/01/2005)
4.34/5   28 notes
Résumé :

Mourir ou mentir", était-ce, pour Céline, le seul choix possible en ce siècle de drames et de sang ? Mais, en se précipitant jusqu'au bout de la nuit et en orchestrant cette nuit avec d'insoutenables pamphlets, Céline le voférant, Céline l'homme blessé et solitaire a-t-il vraiment choisi la vérité. C'est la question que Frédéric Vitoux adresse ici à la vie et à l'oeuvre d'un écrivain qui sut donner, d'un même souffle, une dimension biographique à son sty... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
palamede
  15 avril 2018
Incontournable et passionnante, cette biographie est une mine de renseignements sur la vie d'un des plus grands écrivains français. Céline y est décliné dans toute sa complexité, sa vie éclairant son oeuvre dans ce qu'elle a de géniale et de détestable. Céline a connu les deux guerres mondiales, la colonisation, l'Amérique glorieuse, la Russie de Staline, il a été un témoin exceptionnel de son temps, tour à tour révolté, haineux, antisémite, réactionnaire, terriblement humain et inspiré. À travers, entre autres, de nombreuses lettres, des confidences de Lucette Destouches, son épouse adorée, Frédéric Vitoux retrace, sans jamais occulter les épouvantables excès céliniens, la vie du génial Louis-Ferdinand Céline.
Challenge MULTI-DÉFIS 2018
Commenter  J’apprécie          725
laurentgui
  29 avril 2012
La biographie de Céline, épaisse, réalisée par un académicien. Un trésor d'informations, de détails, de correspondances (nombreuses), de témoignages de proches (dont ses femmes) qui permettent de faire connaissance avec l'auteur, de lui donner une autre dimension (que celle véhiculée par lui-même dans son oeuvre), le tout dans le contexte. Céline qui apparait définitivement comme un homme singulier, à la vie atypique, romanesque, un personnage étonnant, effrayant parfois, sans conteste un auteur fascinant, un travailleur acharné, tout simplement un génie comme il y en a peu. Pour lire cette biographie, il faut - je suppose - au préalable avoir lu des ouvrages de l'auteur et avoir aimé ; ces conditions remplies, c'est du bonheur, de nombreux extraits de lettres ou de ses écrits, des citations, du "bonus" de Céline, une lecture incontournable.
Commenter  J’apprécie          80
Nanne
  31 mai 2008
J'avoue une affection particulière pour Louis-ferdinand Céline. Pour l'oeuvre, pour l'homme. Je sais, comme tout le monde, le poids qu'il porte d'une tache indélébile dans sa biographie. Son antisémitisme me gêne, me dérange. Surtout à une époque où le simple fait de dire sa compassion pour les Juifs vous valait un aller-simple pour l'Allemagne, sans trop d'espoir de retour.
Néanmoins, tout ce qui s'écrit sur Céline je le lis, le dévore avec avidité et gourmandise intellectuelle. Avec "La vie de Céline" en nouvelle édition revue et augmentée de Frédéric Vitoux j'ai goûté un réel plaisir, tout au long des 969 pages (!!!) de cette biographie. J'ai plongé dans l'univers célinien avec délectation, comme dans les eaux d'un océan intense et obscur, pour y explorer les méandres d'une âme tourmentée.
Jamais déçue, tel pourrait être les mots résumant ce livre. Et c'est peu dire, vue la richesse et l'intensité de la vie de Céline. Céline a traversé la 20ème Siècle et ses affres en auteur (extra)lucide et en témoin halluciné, tourmenté, angoissé, d'une période chaotique, voire dantesque. Il aura tout vécu, Céline, des horreurs de ce siècle : la 1ère Guerre Mondiale et ses tranchées dégoulinantes de boue, de sang et de chair humaine, la colonisation et ses dérives, l'Amérique et son industrialisation effrénée et férocement inhumaine, la banlieue miséreuse et besogneuse, la Russie stalinienne et ses rêves anéantis, l'antisémitisme des années 30 qui préparait la grande catastrophe, la 2ème Guerre Mondiale avec sa débâcle - honteuse -, sa collaboration - déshonorante -, l'exil, enfin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mikaelunvoas
  02 février 2022
L'oeuvre de Vitoux est un travail de compilation et de recherches très complet. Comme souvent dans les biographies, c'est la jeunesse du personnage qui m'a le plus intéressé. Une vie d'écrivain entre vite dans les détails de leurs écrits, de leur espoir de prix, mais de mon coté sa vie de médecin m'a beaucoup plus passionné. Et puis au fil des pages, cet auteur dont j'ai tellement aimé lire "Voyage au bout de la nuit" et encore plus "mort à crédit", la vie de cet auteur me déçoit. Bien que sa plume fut toujours restée libre, un aspect malsain de cet homme a surgi et s'est développé.
Commenter  J’apprécie          50
Julian_Morrow
  14 avril 2019
La biographie de Frédéric Vitoux ne rentre certes pas dans les considérations littéraires qui sont celles de l'analyse savante et universitaire. Mais la vie de l'écrivain y est restituée avec un brio indéniable. Au bout du compte, ce livre monumental pourrait bien constituer l'une des meilleures introductions à l'oeuvre de Céline.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
enjie77enjie77   03 avril 2020
La vie de Céline ? Elle commence donc le 27 mai 1894, à quatre heures de l'après-midi. Cette affirmation n'est pas toutefois rigoureusement exacte. Louis-Ferdinand Céline est né bien plus tard, le 5 octobre 1932 très précisément, le jour où les éditions Denoël mirent en vente le premier roman d'un inconnu qui venait de choisir ce pseudonyme, Céline, au-dessus de la couverture du "Voyage au bout de la nuit". Non, le 27 mai 1894 est né simplement à Courbevoie Louis-Ferdinand Destouches, fils de Fernand Destouches et de son épouse, née Marguerite Guillou.

page 17
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
palamedepalamede   16 avril 2018
Pour Céline les animaux sont ceux d'abord qui ne parlent pas, qui ne mentent pas. Ils ont pour eux la grâce, le mystère, la connaissance intuitive des choses, une forme d'innocence. ils rappellent à l'homme les échos affaiblis d'un paradis perdu. Depuis le petit chien de son enfance, Céline avait cessé de partager sa vie avec des animaux domestiques. Il n'adoptera le fameux chat Bébert que bien plus tard, sous l'Occupation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
palamedepalamede   17 avril 2018
Il pleuvait d'une petite pluie chaude et lourde, le 4 juillet [1961] au matin, quand Céline fut inhumé dans un caveau provisoire au cimetière de Meudon. Ils n'étaient pas cinquante à l'accompagner [le souhait de Céline]. Les vieux amis. Les fidèles. " Un enterrement incomparable que méritait Céline " dira Lucien Rebatet.
Commenter  J’apprécie          340
HulotHulot   11 février 2015
...la présence immuable des animaux, les chiens, les chats, Bebert et les autres, toujours comme une gràce, une magie, un mensonge qui vous délivrent un instant de l'abominable pesanteur des hommes!
Commenter  J’apprécie          531
palamedepalamede   15 avril 2018
A chaque instant, Céline s'engage. Coups de tête, coups de folie, échappatoires, délires. Dans l'armée, vers Londres, en Afrique noire, à New York, à Leningrad. Il rêve toujours de grands espaces. [...] Oui, jusqu'en 1951, l'installation à Meudon, la vieillesse, la fatigue venues précocement après la prison et les épreuves danoises, Céline bouge.
Commenter  J’apprécie          290

Videos de Frédéric Vitoux (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Vitoux
Les Lumières et le règne de la raison
autres livres classés : biographieVoir plus
Notre sélection Non-fiction Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura