AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756028584
Éditeur : Delcourt (25/01/2012)

Note moyenne : 3.49/5 (sur 71 notes)
Résumé :
Né le 11 février 1984, Bastien Vivès représente une nouvelle génération d'auteur de bande dessinée. Salué par la critique pour ses romans graphiques Le Goût du chlore et Polina, il nous fait partager cette fois-ci son dark side. Grand passionné de jeux vidéo, il décide d'abandonner son air "jeune romantique" pour enfoncer ses mains expertes dans les boyaux de l'esprit humain.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
petitsoleil
  14 mars 2013
des scènes bien vues, des expressions marrantes, l'univers des gamers peut paraître bien étrange aux autres !
un petit livre avec des scènes variées, pleines d'humour, en famille (le dîner est bizarrement tout froid quand on a "enfin fini la partie"), entre amis (toujours en bande de potes qui jouent ensemble, même quand la petite amie appelle au téléphone), et même en réunion, car il faut bien concevoir les jeux vidéo et les réaliser, avant de provoquer une addiction, une hystérie, une folie ...
des dialogues et des croquis savoureux, mais qui parlent sans doute plus aux informaticiens, aux gamers et aux trentenaires
sinon, à lire par curiosité
Commenter  J’apprécie          100
Archessia
  26 janvier 2012
Attention, grosses barres de rire en perspective.
Bastien Vivès nous fait plonger de plein pieds dans l'univers des gamers, parfois hard-core, souvent incompris, mais toujours drôles.
Par différentes BD courtes, il nous montre ici plusieurs scénettes de la vie quotidienne de certains joueur de jeux vidéos, et si vous-même jouez un minimum, vous vous retrouverez obligatoirement dans l'une ou l'autre situation.
Que ce soit seul, entre amis, en couple, en famille ou quand on était gosse, pas mal de scénarios sont abordés pour notre plus grand plaisir.
Bien que le dessin soit très agréable (un trait subtil, à peine esquissé), la vraie force de cette BD est dans les dialogues.
Dès le début, je pleurais de rire car, ou j'en avais déjà entendu dans ce style-là, ou je nous imaginais, mes amis et moi, en avoir de pareil.
Comme dirait l'autre : ça sent le vécu !
La plupart des clichés y passent, et je pense que pas mal de lecteurs différents y trouveront leur compte : ceux pour qui l'univers du jeu vidéo semble bien loin et peuplé de gens bizarres se plairont à rigoler de cette race étrange et tellement en décalage qu'est le gamer, et celui-ci, quant à lui, pourra parcourir cet ouvrage en se marrant de dialogues savoureux qu'il a déjà entendu irl en lan ou en gloussant devant les nombreux clins d'oeil que sème l'auteur.
Je vous jure, c'est un véritable bonheur de parcourir ces tranches de vies, et je pense que je n'ai jamais autant rigolé en lisant une BD.
Vous (re)découvrirez comment les générations peuvent se rejoindre autour d'un jeu, que la chance du n00b n'est pas une légende, que c'est marrant et dévastateur de jouer en couple, que les filles peuvent trafiquer des sticks ou que parfois, le pouvoir sur un serveur peut monter à la tête.
Hilarant, terriblement juste et permettant un regard amusé et, au fond, très tendre sur ces êtres accros à leurs écrans, ce bouquin est une énorme bouffée d'air frais qui a rajouté des pixels colorés à ma journée.
Lien : http://archessia.over-blog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
pilyen
  26 février 2012
Je dois l'avouer, je n'ai dans ma vie que très rarement joué à des jeux vidéo, question de génération sans doute... Ce monde ne m'est pas totalement inconnu pour autant, beaucoup d'enfants de mes amis sont possesseurs de playstation, xbox, wii et autres Ds. Je peux donc observer que ces engins ludiques créent de fortes addictions ainsi que des moments de tension pouvant aller jusqu'à l'hystérie, dans des familles aux apparences tranquilles et aux préceptes éducatifs forts.
Si je suis un lecteur de Bastien Vivès et des ses albums sensibles et d'une grande force psychologique, je ne suis pas, par contre, un visiteur de son blog (enfin jusqu'à présent).
"Le jeu vidéo", BD format manga, mais paginée à l'européenne, est une compilation de petites histoires publiées sur son blog. Bastien Vivès nous parle avec humour de tous ces gamers (mais est-ce bien le bon mot?) qui passent leur vie, une manette, un joystick greffé à la main.
Et disons le tout de suite, c'est vraiment réussi. Je dissocierai toutefois le texte et le dessin.
Les dialogues des personnages présentés sont d'une justesse inouïe. En les lisant, on à l'impression de les entendre tellement ils sont proches de la réalité. Même si le vocabulaire employé est celui d'une tribu fort lointaine de mes contrées, j'ai pris un énorme plaisir à me plonger dans cet univers de fous furieux. On sent que Bastien Vivès est un amateur de "Street Fighter 1, 2, 3 et 4, et que les quelques coups de griffe qu'il donne sont ceux de quelqu'un qui a un regard distancié mais bienveillant. En variant les situations, quelquefois jusqu'à l'absurde (un sdf ne voulant pas qu'on touche à ses jeux vidéos), il brosse un portrait tout à fait crédible d'une société vivant par procuration des émotions un peu infantiles, s'inventant un monde virtuel pour mieux échapper à une réalité qui la rattrapera sitôt le nez décollé de l'écran, mais, avec une drôlerie qui donne à l'ensemble une hauteur digne des grands observateurs de nos petites vies.
Je rajouterai un mot pour le dessin, que j'appellerai plutôt croquis. Simple, souvent répété (mais comment faire autrement quand les personnages sont scotchés devant un écran), il est tout simplement magnifique, un régal pour l'oeil.
Lien : http://sansconnivence.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
TomatoKetchup
  22 octobre 2014
Un peu décevant, un dessin peu abouti, un sujet exploité de façon assez basique autour de lieux communs sur le thème du jeu vidéo.
Commenter  J’apprécie          80
LibraireTemeraire
  28 avril 2012
Adoubé tant par les aficionados du 9e art que par le grand public et définitivement mis au pinacle de la bande-dessinée française, Bastien Vivès a, avec son très remarqué Polina, suscité l'unanimité de la critique. Prolifique (Le goût du chlore, Les melons de la colère, Les autres gens…), ce jeune auteur n'en finit cependant pas de surprendre et d'aborder des registres pour le moins variés. Avec le jeu vidéo, il décide ainsi de succomber à ses vils instincts de geek et s'adresse à l'univers fermé et élitiste des gamers.
Car là où un lecteur lambda ne saurait décoder la couverture de cet ouvrage, les joueurs s'étant échinés des heures durant à maîtriser le gameplay d'un Street Fighter IV y verront forcément un cap par lequel ils sont passés. Il faut d'ailleurs bien insister d'emblée sur le fait que cette bande-dessinée s'adresse presque exclusivement aux gamers, tant les strips proposés peuvent paraître pointus, dans certains cas. Vivès se charge également d'évoquer des tranches de vie que seuls les joueurs invétérés ont forcément connues : la mère qui appelle son enfant pour manger sans parvenir à le faire décoller de sa console ; mourir dans un jeu sans avoir fait de sauvegarde récente au préalable ; le désintérêt envers les filles au profit d'un jeu vidéo…
Il semblerait toutefois que le jeu de prédilection de Vivès soit Street Fighter IV au regard des nombreux strips qui lui sont consacrés : « Ecoute Michel, c'est pas parce que tu jouais Yun sur 3.3 qu'on va en faire un God Tier sur SSF4.». Sans compter l'emprunt évident de la typographie de Capcom utilisée pour le titre du livre. D'autre part, on sent bien que l'auteur a attentivement regardé les matchs commentés par Ken Bogard (les connaisseurs tilteront aux noms de ‘King Dévouze' ou de ‘Gaïdo', ainsi qu'aux expressions propres à ce jeu). Cependant, Vivès présente également des strips mettant en scènes des joueurs de MMORPG ou de FPS type Counter-Strike.
Avec son trait toujours aussi distinct, Vivès présente des situations cocasses et parfois très drôles que tout amateur de versus fighting et de jeu vidéo en général appréciera forcément. Cependant, pour ceux qui n'y connaissent rien à ce domaine et demeurent impassibles face à l'appel du Shoryu, il sera difficile pour eux de trouver cette bande-dessinée d'un grand intérêt.
Lien : http://lelibrairetemeraire.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (2)
BulledEncre   02 avril 2012
L’auteur prend le risque de réaliser un album pour un lectorat bien précis, un lectorat pas forcément fan de BD non plus. Pourtant cet album représente une idée cadeau fabuleuse si vous connaissez des gamers dans votre entourage […].
Lire la critique sur le site : BulledEncre
LeFigaro   30 janvier 2012
Une bande dessinée à offrir sans risque à tous les amateurs. Surtout, une série à suivre, tant le même traitement appliqué ici à une thématique de niche pourrait détonner sur des sujets universels comme la famille et l'amour.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
TelKinesTelKines   03 août 2019
- Attends, le mec il joue au jeu de karaté, là.
- Street Fighter.
- Voilà ! Stwit Fighter… Eh bien, le mec il joue tellement qu’il a la grosse manette avec la boule et tout ça…
- Un stick arcade.
- Ouais, voilà.
- Tu sais, y a plein de joueurs qu’ont des sticks arcade et qui sont pas des pros.
- Attends mec… C’est pas fini. J’vois que le type, il est à fond jeux vidéo, alors moi j’décide de la brancher là-dessus. Et je veux lui montrer le jeu avec le pingouin sur facebook, avec la batte de base-ball.
- Ouais je vois.
- Tu sais ce qu’il me dit, le mec ? « J’ai pas facebook. »
- Et alors ?
- Attends, le mec il a 2 ordinateurs chez lui, des jeux vidéo, et il a pas facebook ? Excuse-moi, l’abruti.
- Mais tu sais pas, il utilise sûrement autre chose que facebook.
-Autre chose ? Euh… Facebook, c’est le mieux. Il me semble. Ah, ça ! Pour jouer à Stwit Fighter y a du monde ! Mais pour utiliser facebook, y a plus personne !
-…
- Merci les gros cons du jeu vidéo !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
racooninanracooninan   25 août 2012
-Comme ça les joueuses garderont tout leur confort de gaming et leurs stratégies de combat dans cet opus qui leur est dédié.
-Pardon.
-Oui.
-Pourquoi seulement 3 personnages? Par exemple, je suis une joueuse de Zangief... Je fais le coup où il tourne avec les poings.
-Le "lariat".
-Oui, peut-être... Comment je fais pour jouer avec lui s'il n'y est pas?
-Je comprends, mais il y aura un petit "puppy dog" attribué à chaque personnage et des "puppy clothes" que l'on pourra débloquer au fur et à mesure des combats.
-Ah ! Vous me rassurez.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CapitaineBaptCapitaineBapt   10 juin 2017
[Le père] : Et vous savez, il y a quelque chose dont je suis particulièrement fier... le sang dans "Street fighter II"...
[Le petit copain] : Oui...
[Le père] : Eh bien c'est moi qui l'ai fait enlever.
[Le petit copain] : Mais va te faire enculer, sale fils de pute !
[La fille] : JULIEN ! Mais ça va pas ! T'es complètement fou !
[Le père] : Laisse, ma puce, il ne t'entend pas. Ce garçon est envoûté par le démon "jeux vidéo", je l'ai vu dès qu'il est arrivé. Il est perdu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
kanterrorkanterror   21 avril 2012
- Aaaaah mets pause, pause !
- J'peux pas, j'peux pas ! Mais d'où il sort ce mutant merde?
- Vite, va dans l'inventaire, fais un mix de plantes, vite !
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Bastien Vivès (47) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bastien Vivès
La frontière d?Ether est plus instable et dangereuse que jamais. La Vallée des Rois est gangrénée par la magie interdite. Richard Aldana, Adrian, Cristo et leurs amis sont prêts à affronter le Sorcier !
"Lastman T11", de Balak, Michaël Sanlaville et Bastien Vives bit.ly/LastmanT11
autres livres classés : jeux vidéoVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les bandes dessinées de Bastien Vivès

Un roman graphique sur une danseuse.

Poline
Pauline
Polina

10 questions
63 lecteurs ont répondu
Thème : Bastien VivèsCréer un quiz sur ce livre