AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782203196834
Éditeur : Casterman (04/03/2020)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Quand Jimmy, un jeune gendarme, rencontre Vincent, un peintre qui vient de perde sa femme dans un attentat, il décide de les prendre, sa fille Lisa et lui, sous son aile. Mais peut-on sauver les gens malgré eux ? Et dans quelle mesure est-il forcément juste de vouloir jouer les justiciers ?

Dans ce polar contemporain, Bastien Vivès et Martin Quenehen dressent le portrait de personnages déboussolés qui cherchent à donner un sens à leur existence dans u... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Francinemv
  19 mai 2020
Quand Bastien Vivès s'attaque au polar, avec la complicité de Martin Quenehen au scénario ça donne Quatorze juillet. Une réussite parue chez Casterman !
Le roman graphique s'ouvre sur un village désert du Vercors et nous mène au cimetière où se déroule l'enterrement du père de Jimmy, jeune gendarme solitaire qui prépare son examen afin de devenir officier.
Cette entrée en matière n'est pas anodine. Elle nous aide à mieux comprendre pourquoi Jimmy qui semble si indifférent à tout - aux propos douteux des autres gendarmes comme aux avances de sa collègue - va soudain se prendre de sympathie pour Vincent un peintre parisien au profil houellebecquien et sa fille Lisa, venus tous deux faire le deuil de leur épouse et mère décédée dans un attentat.
L'atmosphère est lourde et anxiogène, les personnages et les rapports au sein du trio Jimmy, Vincent, Lisa ambigus … L'absence des regards cachés derrière les lunettes noires, les visages parfois dépourvus d'yeux viennent accentuer notre trouble.
L'intérêt de Jimmy pour Vincent, son désir de l'aider à se venger des terroristes va peu à peu tourner à l'obsession. Jusqu'où cela va-t-il le mener ?
Une intrigue avec en toile de fond une France sous tension traumatisée par les attentats, hostile aux migrants, divisée où tout le monde se côtoie sans se comprendre et s'affronte : altermondialistes qui combattent l'industrie agro-alimentaire, autochtones racistes, jeunes de la banlieue voisine et qui fait résonance avec les attentats de Paris, Nice et l'acte héroïque du gendarme Beltrame.

Pour un tel récit le choix du noir et blanc s'imposait. Les ambiances nocturnes sont admirablement rendues par de splendides planches muettes dans lesquelles Bastien Vivès montre sa parfaite maitrise de l'utilisation de la lumière.
Comme tout bon polar qui se respecte, le dénouement nous amène à tout remettre en question et libre à nous d'interpréter la dernière planche comme bon nous semble.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
PtitVincent
  28 mars 2020
Dans un petit bourg provincial, Jimmy, un gendarme secret et peu bavard, prépare son examen afin de devenir officier, tout en gérant le quotidien avec ses collègues. L'homme est peu réactif face à certaines réflexions racistes de certains ou aux avances de sa collègue Stéphanie. Jusqu'au jour où débarquent dans la région un père veuf et sa fille. Il apprend rapidement que ceux-ci ont perdu leur femme/mère lors d'un attentat. Ce qui ne laisse pas insensible le gendarme, persuadé de l'imminence d'une attaque dans la région. Il suit et protège ces deux personnes de façon singulière et discutable, n'hésitant pas à passer outre les règlements. Il ira jusqu'à encourager le père à une action vengeresse ! Jusqu'au coup de théâtre final qui remet tout en question. [Au point d'encourager le lecteur à une deuxième lecture]. Bastien Vivès est encore un jeune auteur/dessinateur de bande dessinée, mais a pourtant déjà signé de nombreux albums. Son dessin se caractérise par un trait qui va à l'essentiel, supprimant au maximum contours et détails jugés inutiles. Dans ce polar, son premier, co-scénarisé avec Martin Quenehen, ce graphisme apporte du mystère à ce personnage dont finalement on ne sait guère de choses. Et l'influence du manga sur son dessin lui permet de multiplier avec aisance les scènes d'action. Au final, une bande dessinée totalement maîtrisée (peut-être trop ?), qui emmène le lecteur dans le quotidien de gendarmes, dans une France profonde traumatisée par les attentats, mais aussi une population aux relents racistes avec une banlieue, proche et pourtant inconnue de la plupart, synonyme de peur et d'inquiétudes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mesechappeeslivresques
  01 avril 2020
Jimmy est un jeune gendarme qui exerce ses fonctions dans la campagne du Vercors et prépare son examen d'officier. Lors d'un contrôle routier, il fait la connaissance de Vincent un peintre, accompagné de sa fille Lisa. Un deuil lié à un attentat a traumatisé le père et l'adolescente. Jimmy se prend d'affection pour cette famille brisée et décide de veiller sur eux. Mais la haine monte et le désir de vengeance est de plus en plus présent, amenant le gendarme à franchir la ligne.
Bastien Vivès est de retour en tandem cette fois-ci avec cette BD qui fait écho à l'actualité. L'histoire se déroule dans une France marquée par le terrorisme, une France sous tension après des attentats qui ont secoué le pays.
Un album où j'ai retrouvé avec plaisir la finesse du crayonné de Bastien Vivès, ses visages vides et ses superbes planches muettes. Un graphisme en noir et blanc qui m'a une fois de plus convaincue illustrant habilement une intrigue efficace et captivante.
Une bande-dessinée à la taille imposante mais le scénario ne faiblit à aucun moment. Les personnages sont ambivalents, complexes, mystérieux pour certains.
Mon seul bémol concerne le dénouement qui m'a frustrée, dérangée. Des zones d'ombre subsistent et je pense qu'il va me falloir relire ce roman graphique pour en saisir toutes les subtilités.
Un récit noir qui se révèle être un excellent page-turner.
Lien : https://mesechappeeslivresqu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
GuillaumedOran
  03 avril 2020
Vives nous a habitué à des oeuvres dérangeantes, mais si jusque là c'est plutôt son rapport à la sexualité qui posait question (Une Soeur ou le Chemisier) c'est cette fois ses opinions politiques.
Suivre et heroïser un flic, pourquoi pas, un flic paranoïaque dégoulinant de préjugés, ça reste raccord, mais un flic qui pour combattre le terrorisme islamique encourage en sous texte le terrorisme de représailles? Qui agit perpétuellement en dehors du cadre légal? Qui se balade armé d'un fusil qui n'est pas une arme de service?
Une oeuvre à la gloire de forces de l'ordre en roues libres, qui veut nous faire admirer des comportements irresponsables. Cette BD m'a profondément énervé, en ça c'est sans doute une réussite.
Commenter  J’apprécie          51
AlouquaLecture
  26 mars 2020
Cette BD polar est dérangeante, mais dans le bon sens du terme. Lorsque je dis dérangeante, j'entends par-là que l'auteur et l'illustrateur forment un duo qui fait passer autre chose que ce que l'on peut attendre d'une BD. A eux deux, ils soulèvent énormément de choses, énormément de questions.
Les illustrations en noir et blanc donnent une ambiance réellement sombre à l'histoire qui ne l'est pas moins. Ce qui est parfois troublant, c'est de voir certaines de ces illustrations où les personnages se retrouvent sans visage, ou presque sans visage, comme si notre regard devait se porter sur autre chose que l'image. Je n'ai que rarement croisé ce genre d'illustrations, alors cela m'a troublée, je ne le vous cache pas. Quant aux couleurs, dites-vous bien que les seules que vous y verrez se trouvent sur la couverture, la tranche et le quatrième de couverture, tout le reste est en noir/gris/blanc. Mais cela nous plonge assez bien dans l'ambiance générale qui n'est pas des plus joyeuse.
Pensez bien que nous parlons ici de terrorisme, d'attentat, de la vie d'un gendarme qui se voit pris d'un genre de mission plus personnelle que professionnelle.
L'alliance de l'auteur et de l'illustrateur est parfaite, cela offre un rendu que j'ai trouvé saisissant, même si je le qualifie plus haut de dérangeant. Ce duo fonctionne à merveille et j'espère pouvoir les retrouver ensemble sur un autre projet.
Mais le plus dérangeant, c'est la fin. Celle-ci remet tellement de choses en question ! Mais n'est-ce pas là ce que nous attendons de la fin d'un polar ? Que celui-ci soit sous forme de roman ou de BD ? Personnellement, je suis conquise !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (2)
BoDoi   06 mai 2020
Le suspense est là, avec des retournements de situation, une tension non résolue planant entre les scènes d’action, ainsi qu’une manière habile de nous mener de fausses pistes en fausses pistes. Les auteurs ont eu le doigté, par ailleurs, de ne pas clore leur fin, et de nous laisser ainsi réfléchir aux leçons qu’il y a à en tirer, ou pas.
Lire la critique sur le site : BoDoi
ActuaBD   10 mars 2020
Pari réussi pour Vivès qui se lance dans un nouveau genre : le polar. Résonance forte avec l'actualité, personnages à vif : tout y est pour un récit efficace jusqu'à la dernière case.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Lire un extrait
Videos de Bastien Vivès (49) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bastien Vivès
Rencontre internationale Inio Asano et Bastien Vivès
Abonnez-vous à notre chaîne ! https://www.youtube.com/user/bdangouleme/videos
Programmation et infos sur bdangouleme.com ou sur les réseaux avec @bdangouleme
RAJA partenaire principal du Festival : www.raja.fr
autres livres classés : france profondeVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les bandes dessinées de Bastien Vivès

Un roman graphique sur une danseuse.

Poline
Pauline
Polina

10 questions
63 lecteurs ont répondu
Thème : Bastien VivèsCréer un quiz sur ce livre