AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330032617
Éditeur : Actes Sud (22/04/2015)

Note moyenne : 3.55/5 (sur 40 notes)
Résumé :
Hans-Petter, adolescent brillant et très effacé, est le souffre-douleur de sa classe. Sur internet, il commence à échanger avec une mystérieuse jeune fille, Fera. Celle-ci tente de le convaincre qu'elle vient du futur. Un futur où la planète a bien failli disparaître à cause d'un tyran. Elle lui explique qu'elle souhaite faire des recherches sur les dérives de l'histoire mais Hans-Petter refuse de la croire. Pourtant, et si Fera disait vrai ? Et si le monde de Hans ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
Sachenka
  12 juin 2017
«Mon heure viendra» est un roman qui peut facilement passer inaperçu et que j'ai failli mettre de côté avant de l'avoir terminé. Je vous suggère donc d'être patient car, au final, il vaut le détour. L'auteure norvégienne Nina Vogt-Østli met en place tous les éléments, un par un, et il faut leur porter attention. Tout commence calmement. Hans Peter est un jeune garçon solitaire, bien ordinaire, avec une histoire semblable à celle de milliers d'autres jeunes : père absent, mère déconnectée. Ajoutez Andreas, un «camarade» de classe qui le martyrise et Fera, une nouvelle amie qui clavarde avec lui. Et voilà, un autre récit sur l'adolescence et le mal de vivre, que je me disais… Mais non ! On plonge en pleine science-fiction.
Cette mystérieuse correspondante communique avec Hans Peter à travers le temps. Elle vit quelque part dans un futur pas trop lointain. Au début, ça semblait un peu tiré par les cheveux et, personnellement, je trouvais que Hans Peter acceptait pas mal vite cette explication qui m'aurait semblée farfelu. Mais bon, pour les besoins de la cause, j'ai continué. Ce futur pas trop lointain se déroule quelques années par la fameuse «Catastrophe», dont on sait peu de chose sinon qu'elle fut causée par un dictateur encore plus cruel que Hitler et qu'elle a eu des répercussions importante et changé en profondeur la société (en autre, tous les enfants sont fabriqués in vitro et on contrôle leurs gênes pour éviter la venue d'un autre super-méchant). Aussi, depuis, le monde est sujet à des tremblements de terre puissants. Qu'a-t-il bien pu se passer ? Mystère.
Les échanges de messages entre Hans Peter et Fera se poursuivent un certain temps (un des sujets qui revient souvent est les dictateurs, le Mal, etc.) et je ne voyais pas où tout ça s'en allait. Aussi, ces échanges sont entre-coupés d'épisodes difficiles dans la vie du garçon. Il continue à se faire harceler par Andreas et, à son grand dam, sa mère fréquente son enseignant. J'allais abandonner le bouquin mais quelque chose m'a retenu, je ne sais pas trop quoi. Je suis allé feuilleter les dernières pages et ce que j'y ai lu m'a convaincu de reprendre ma lecture. Je ne veux pas dévoiler la chute, qui est intéressante. Elle permet de tout ramasser, de tout converger : la nature-même de Hans Peter, l'intimidation qu'il subit, sa situation familiale et sa mystérieuse correspondante du futur. de plus, elle permet de voir le roman sous un tout autre angle et permet la réflexion, la discussion.
Ceci dit, en écrivant ces lignes, une nouvelle de Buzzati me revient à la mémoire. Mais bon, à défaut d'être complètement original, «Mon heure viendra» a tout le même le mérite de rendre accessible à un jeune auditoire un sujet difficile et inattendu, soit l'importance de nos choix. Ceux de Hans Peter me laissent perplexe, les derniers mots du roman m'ont donné des frissons… Et c'est tout à l'honneur de Nina Vogt-Østli, qui m'était totalement inconnue. Pour une première oeuvre, c'est franchement réussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          423
Juin
  18 juin 2017
Hans Petter est un ado victime de harcèlement à l'école, mais il ne veut pas que sa mère s'en mêle pour ne pas envenimer les choses.
Hans Petter est proche de sa mère avec qui il passe beaucoup de temps malgré le fait qu'il pense qu'elle a une intelligence très limitée.
Il a une père aussi, qu'il voit assez peu. La communication est difficile.
Et puis il y a surtout Féra, rencontré sur internet. Féra qui lui dit qu'elle vient du futur. Doit-il croire ce qu'elle raconte ? Cette terre qui a failli disparaitre après la Catastrophe
" il est possible de faire remonter cette catastrophe à un seul et unique individu, originaire d'un petit pays dont peu de gens avaient entendus parler, un pays ayant rarement connu les conflits et la misère"
Un roman intelligent, ancré dans la réalité et qui prend une autre dimension dès que l'on bascule dans la Science-Fiction. Peu à peu Nina Vogt-Ostli nous montre comment on peut changer, comment la vie nous transforme et pose au lecteur de nombreuses questions..
J'ai bien aimé cette histoire d'adolescent perdu même si on se doute où l'auteur veut en venir.
Un roman implacable, glaçant et efficace.



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Fwredo03
  06 mai 2015

On découvre d'entrée de jeu qu'Hans-Peter, un adolescent brillant, se terre dans l'ombre essayant d'échapper à Andreas. Tous deux au collège mais évoluant différemment, l'un victime, l'autre le bourreau. Celui-ci a jeté son dévolu sur Hans-Peter depuis des années.
Ce dernier nous parle d'avant, à l'école primaire, où il était plus simple pour lui de vivre.
Le soir de cette énième altercation, Hans-Peter reçoit un message Chat d'une certaine Fera. Lorsqu'il daigne enfin lui répondre, elle se déconnecte abruptement peu après. Il sent que c'est une plaisanterie de son ennemi.
Le jeune homme grandit dans une famille monoparentale avec une mère qu'il nous décrit comme affectueuse, protectrice, gentille mais simplette, son père le confirme d'ailleurs lorsqu'ils se rencontrent autour d'un coca.
Fera apparaîtra de nouveau brusquement, elle lui révélera qu'elle réside dans le futur et que le monde a irrémédiablement changé à la suite d'une catastrophe où même la Terre à failli disparaître à cause d'un tyran. Il n'y croit pas.
Fera est-elle ce qu'elle prétend ? Pourquoi avoir choisi de le contacter lui ? Habite-t-elle réellement dans le futur ? Quelle est cette catastrophe qui paraît planer sur le monde actuel ?
La menace que représente Andreas nous alpague directement dans ce récit difficile à lâcher car la curiosité y est attisée à chaque page. Les quelques flashbacks associés au présent de Hans-Peter permettent de mieux appréhender son cynisme, sa vie, son vécu à la fois compliqué à l'école et facile, tranquille lorsqu'il passe le pas de la porte de la maison. Toutefois, ici aussi, cette quiétude pourrait être de courte durée, car un autre ennemi est amené à s'immiscer dans la demeure.
À cela s'ajoute les conversations avec la fille du futur, au travers d'elles nous discernons le mode de vie qui sera le quotidien des gens à cette époque. C'est là que l'écrivain fait preuve d'imaginations, même si certaines idées me semblent déjà avoir été exploitées, elle les manie plutôt bien.
Le style de l'auteur est fluide et très accessible ce qui le transforme en un page-turner formidable. de plus la traductrice (Aude Pasquier) a inséré en bas de page, quelques explications intéressantes sur les us et coutumes de nos voisins norvégiens.
Nina Vogt-Østli parvient à nous dépeindre la vie d'un ado devenu le souffre-douleur de son collège qui va fomenter sa vengeance, une véritable dynamique de la terreur, où la question de ce qui fait qu'une personne est mauvaise est posée.
Ce n'est cependant pas un coup de coeur pour moi, car j'avais deviné assez rapidement de quoi il retournait, ce fut néanmoins un vrai bon moment de lecture.
Lien : http://encoeurdeslivres.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
roussel48
  15 octobre 2015
Un remarquable ouvrage jeunesse qui aborde la thématique du harcèlement de façon très subtile et originale.
Hans Petter est terrorisé par Andreas qui le martyrise depuis le primaire. Il a peu d'amis, ses soirées il les passe avec sa mère chez qui il vit.
Un jour, une certaine Fera le contacte via les réseaux sociaux, est-ce une mauvaise blague d'Andreas ou une "vraie" fille ?
Peu à peu leurs discussions s'étoffent et Hans Petter découvre que Fera est une fille...du futur. Cette correspondance va lui permettre d'échanger sur les évolutions de la société, de comparer leurs façons de vivre.
Le roman est très réussi, la chute est particulièrement surprenante et à contre courant de ce que tout le roman nous a laissé penser. Une lecture qui distrait et qui fait réfléchir sur l'importance de nos choix, sur la façon dont on évolue en fonction des évènements de la vie.
L'intrigue nous interroge en réalité sur une éventuelle origine sociale du mal.
A lire et à faire lire !!!
Commenter  J’apprécie          60
Harioutz
  26 février 2018
Ce roman, emprunté au milieu de nombreux autres, ne m'a pas attirée de suite, et je le regrette ! Son originalité est réelle, et il a su me captiver jusqu'au dénouement final !
On pourrait se demander si tous les jeunes harcelés depuis l'école primaire, puis au collège, ont en eux des sentiments si violents qu'ils peuvent basculer du mauvais côté de la barrière; on pourrait aussi espérer que Hans Petter, averti, ne devienne pas l'homme qui a laissé de sombres traces dans les archives du Conseil !
Si vous voulez comprendre le sens de ma critique .... lisez ce livre, 225 pages de suspens, et vous saurez !
Commenter  J’apprécie          70

critiques presse (1)
Ricochet   04 septembre 2015
Un roman subtilement construit qui dévoile ses cartes à la fin et qui, surtout, interroge sur les responsabilités individuelles et collectives liées à la naissance d'un tyran.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
SachenkaSachenka   11 juin 2017
J'ai peut-être un QI supérieur à la moyenne, mais je suis aussi incroyablement con.
Commenter  J’apprécie          163
roussel48roussel48   12 octobre 2015
Au moins chez nous, je suis en sécurité.Sans compter que c'est peut être dangereux de fréquenter des primates en pleine puberté; si ça se trouve leur crétinerie est contagieuse.
Commenter  J’apprécie          50
zazimuthzazimuth   22 avril 2016
Nous sommes un ensemble de gènes mélangés par les péchés de nos parents et (dé)formés par l'éducation mal comprise de nos mères.
Tous des monstres, à des degrés divers, qui tournoient dans les airs et entrent en collision plus ou moins consciemment. (p.20-21)
Commenter  J’apprécie          30
JuinJuin   18 juin 2017
Cet individu possédait un grand charisme et des talents d'orateur. C'était un cynique qui camouflait ses projets malveillants sous une apparence bien intentionnée.
( p 58)
Commenter  J’apprécie          52
bettybetty   13 mai 2016
Moi, parfois, je sens que je serai quelqu'un d'important. Quoi qu'il arrive. J'ai l'impression qu'en fait, ce que je suis obligé de supporter pendant ma scolarité me prépare à la suite, même si je ne sais pas encore bien en quoi ça consistera.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : harcèlementVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2783 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre