AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791091211598
Éditeur : Editions de l'Epée (17/08/2017)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Un presque enfant et un adulte pas comme les autres. Deux destins où dansent l'amitié et l'humanité. Cet été 1977, un été de vinyles, de chaleur et de baignades, Thierry a 14 ans et découvre la musique, les premiers émois, les montagnes russes de l'adolescence où tout est à la fois morne et intense. Il passe ses journées avec son meilleur ami, Francis, un handicapé mental qui vit à l'hôpital psychiatrique voisin depuis toujours. Le gentil Francis adorait la mère de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
AudreyT
  20 août 2017
****
Thierry est un jeune garçon qui aime écouter ses vinyls et tenir son journal intime en dictant ses mots sur des K7. Thierry vit dans un hôpital psychiatrique, pas enfermé, mais parce que son père en est le directeur. Thierry a pour meilleur ami Francis, un patient que sa mère suivait en thérapie. Mais au cours de l'été 1977, alors que tout le monde pleure Elvis Presley, Thierry va devenir Marc et perdre l'innocence de l'enfance...
Ce premier roman de Pascal Voisine est pour moi une réussite. C'est bien écrit, c'est touchant et subtil, c'est grave et nostalgique. C'est une histoire où se côtoient amour, amitié, loyauté et fraternité. Comment un enfant peut entraîner dans sa chute une famille sans que jamais ses parents ne l'abandonnent à son sort ? L'amour d'un père ou d'un ami peut-il sauver une vie ? Comment se construire sur un mensonge ? Les réponses apportées par Pasacl Voisine m'ont parlé, parce qu'elles résonnent comme une bonne vieille musique des années 80... Laissez vous tenter par cet air rock'n roll...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
lolomito
  15 août 2017
Une bien jolie couverture aux éditions Calmann Lévy, un resumé attrayant et mon second coup de coeur ❤️ de cette rentrée littéraire est bien là !
Jusqu'où serions-nous prêts à aller pour protéger nos gamins ?
Loin, certainement très loin...
Tout d'abord, quelle ne fût pas ma surprise en commençant ce livre la veille du jour où commence cette histoire.
Concordance de dates surprenante,
j' ai en effet démarré cette lecture le 07 août 2017 et le premier chapitre commence le 8 août de la même année...
Ce jour-là, afin d'assister aux obsèques de sa belle-mère Emelyne , Thierry Poivet se rend dans le village de son enfance dans lequel il n'avait pas remis les pieds depuis 40 ans.
Ce voyage sera pour lui l'occasion de se remémorer son enfance et de faire le point sur ce qu'il s'est passé ce fameux été 1977 qui aura été pour lui le dernier été d'innocence et d'insouciance.
Son père, Jean-Daniel Poivet était à l'époque directeur de l'hôpital psychiatrique de Champs-Choisy.
Sa mère Amélie quant à elle y était medecin.
Un jour, le petit Francis, parce qu'il est déficient, est abandonné par ses parents dans les jardins de l'hôpital. Il est immédiatement pris en charge par Amélie qui deviendra sa maman de coeur.
Lorsque Amélie donne naissance à Thierry, Francis a 18 ans et il se prend tout de suite d'affection pour ce bébé qu'il surnommera toute sa vie durant " mon gamin"
Les années passent, Thierry grandit auprès de Francis et à l'âge de 14 ans, il finit par se faire embaucher à l'hôpital, au pavillon " les hirondelles " pour un job d'été.
C'est à la mort d'Amélie que Jean-Daniel Poivet entame une liaison avec Emelyne, belle à damner un Saint et tout juste plus âgée que Thierry. Ce dernier en tombera secrètement amoureux.
Pascal Voisine nous fait vivre avec lui les premiers émois et les premiers fantasmes adolescents au rythme des tubes des années 70, des vinyles et des cassettes BASF.
Cet été là, le 16 août 1977 à Memphis, un événement secoue la planète entière. Elvis Presley vient de mourir.
Le même jour, Richard un employé de l'hôpital psychiatrique et fan inconditionnel de l'artiste, est sur le point de partir un mois aux États-Unis pour assister à un concert de son idole.
Mais rien ne se passera comme prévu.
J'ai adoré la construction de ce roman polyphonique qui fait intervenir chaque personnage dont les voix mêlées au récit à des moments opportuns donnent du rythme au roman.
Le style de Pascal Voisine est admirable. Il excelle dans l'art de la description en réussissant à dépeindre des situations, des ressentis avec beaucoup de réalisme.
Grâce à un humour décapant, il arrive à détendre l'atmosphère de certaines scènes qui, de prime abord, s'avéraient être des moments noirs.
Je me me suis délectée notamment du chapitre décrivant l'âme qui s'élève du corps pour constater son propre décès.
J'ai beaucoup rit en suivant les pérégrinations de Marie-Thérèse , Marie-Jeanne, Marie-Chantal, Marie-Pierre et les autres ...
Un roman sur l'amitié inconditionnelle quelques soient les différences.
Un roman de solidarité et de nostalgie.
Parfaitement bien chapitré, on ne perd jamais le fil de l'histoire.
Un roman lumineux qui nous fait oublier la noirceur du monde.
Un regard tendre posé sur le monde de la psychiatrie.
Amour, amitié et solidarité sont les maîtres mots.
Pascal Voisine est incontestablement un auteur à suivre.
C'est demain 16 août dans votre librairie ( concordance de date encore. L'auteur n'a vraiment rien laissé au hasard ) alors n'hésitez pas !
Je vous recommande vivement cette lecture pour une rentrée qui démarre en beauté !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Amandine49
  11 octobre 2017
La première chose qui m'a attirée vers ce livre est sa couverture. C'est quelque chose auquel je suis de plus en plus sensible. le côté "tatouage" est ce qui m'a le plus plût. le dessin a bien sûr un rapport avec l'histoire mais je ne vous le dirais pas !
Autre point non négligeable qui m'a amené à lire ce livre, c'est le faite qu'ils plaisent aux libraires et entre autre à la Librairie Port Maria. Les retours sur les réseaux sociaux ont été nombreux sur ce livre.
Dans ce livre, on effectue un retour dans le passé. Suite au décès de sa belle-mère, Thierry, devenu Marc Adler, retourne dans son village de naissance. Son village lui parait avoir changé. Les années ont passés depuis son départ mais il arrive à le reconnaître. En repartant d'un café, il se retrouve nez à nez avec une ancienne connaissance, "Mains de marteau". Il lui dit qu'il sait ce qu'il s'est passé lors de cet été 1977.
Pour Thierry c'est un retour dans le passé et sur cet été bien particulier qui a changé sa vie à jamais.
Ce récit est raconté à trois voix.
Il y a le Thierry du présent. On voit que c'est un homme à qui il est arrivé beaucoup de choses dans sa vie et que maintenant il prend un certain recul. Mais on sent aussi que ses vieux démons du passé ne sont jamais loin. C'est un homme plus réfléchi, on le voit dans une scène en particulier avec une jeune fille dans sa voiture.
Et donc il y a le Thierry du passé, celui de l'été 1977. C'est un adolescent à cette époque. On le voit grandir et mûrir. Il est quand même assez mature pour son âge. Sa relation avec sa belle-mère est ce qui va le faire changer le plus. C'est une relation très étrange et perverse. On voit très vite que cela va prendre un côté malsain pour lui. L'influence de sa belle-mère aura des conséquences....mais je vais m'arrêter là.
Dans l'ensemble, je dirais que ce personnage est assez fascinant. On le voit changer et devenir quelqu'un d'autre. J'ai beaucoup aimé quand ado, il partage avec nous ses pensées assez drôles parfois. le faite que ce soit lui qui nous raconte l'histoire, nous donne un point de vue intéressant sur cet été et aussi sur l'époque (musique, débat sur la peine de mort...). La psychologie de ce personnage est plutôt bien traitée.
Puis nous avons le point de vue d'un autre personnage : Francis. C'est un malade mentale qui habite dans l'asile psychiatrique du village. Il devient le meilleur ami de Thierry et lui donne ce surnom "mon gamin". Il va apporter un autre point de vue sur l'événement marquant de cet été 1977. Je l'ai trouvé très touchant. Il n'est pas méchant tant qu'on est gentil avec lui. Sa relation avec Thierry est vraiment très belle. La manière dont son point de vue est retranscrit m'a beaucoup plu. le style utilisé est vraiment à l'image du personnage de Thierry.
Le but de ce retour dans le passé va être de découvrir l'événement qui a changé à jamais la vie de Thierry. Même si il y a un événement bien particulier, on se rend compte que c'est aussi la somme de plusieurs événements qui vont amener ce personnage là où il en est aujourd'hui.
Les allers retours entre le présent et le passé sont très menés. On ne se perd, cela permet une sorte de respiration au récit. Ils permettent aussi de prendre du recul aussi par rapport à la vie de Thierry dans ce village en 1977.
Ce village est aussi un élément très intéressant. Ce n'est pas un village comme les autres. le faite que des malades mentaux côtoient les habitants amène quelque chose de particulier. La description du village et des habitants m'a fait penser à une sorte de huis clos. On ne quitte pas le village pendant une très grande partie du récit. On croise les mêmes personnages que l'on a l'impression de connaître presque par coeur à la fin.
Du côté de l'écriture, je n'ai pas grand chose à redire. C'est simple et efficace. Je ne me suis pas ennuyé une seule seconde. J'ai même trouvé parfois qu'il y avait un petit côté thriller tellement on est dans le suspense pour savoir qu'elle est cette événement si important.
Il n'y a qu'un seul passage qui m'a un peu ennuyé et que je n'ai pas compris. Un personnage nous parle de l'au delà...en dire plus est difficile car ce serait en dire trop sur l'histoire. J'ai trouvé ce passage assez bizarre et je ne comprends pas ce qu'il apporte à l'histoire.
La fin du livre quand elle m'a surprise et touché. J'étais triste mais aussi révolté. Nous sommes les seuls à connaître tous les détails de cette histoire.

Je suis ressortie de cette lecture assez émue. C'est un roman que je trouve très réussie. L'auteur a su m'embarquer dans cette histoire plutôt atypique.
Lien : https://leslecturesdamandine..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
IrisSireadbooks
  03 octobre 2017
Je dois vous avouer, je ne suis pas la plus grande amatrice de la rentrée littéraire. Je crois même n'avoir jamais regardé avec attention ce qui parait à cette époque de l'année. Ce n'est vraiment pas une priorité pour moi. Mais quand les Editions Calmann-Lévy m'ont contactée pour me proposer une lecture de cette rentrée, j'ai tout de même sauté sur l'occasion. Histoire d'être une blogueuse à la mode quoi !
Je remercie donc chaleureusement les Editions Calmann-Lévy pour cet envoi (ça me fait tout bizarre de dire ça, ça ne m'arrive jamais). J'ai été agréablement surprise par cette lecture. Alors oui, je l'ai choisie parce que le résumé m'intriguait. Mais je ne m'attendais pas du tout à une telle histoire, à de tels rebondissements et encore moins à un tel dénouement !
Je suis vraiment en admiration devant ce premier roman de Pascal Voisine. Je trouve que l'auteur possède déjà une certaine personnalité, une singularité dans son écriture et dans les thèmes qui sont abordés dans son roman. L'histoire est touchante, les personnages sont attachants, les pages défilent à une allure folle et les vérités qui en découlent nous laissent véritablement pantois !
Avec l'auteur, nous faisons un bond dans le temps et nous retrouvons pendant l'été 1977, à l'aube de la mort du King. Thierry, alors âgé de 14 ans, commence à vivre ses premiers émois d'adolescent dans un environnement pour le moins particulier. Son père est directeur de l'hôpital psychiatrique dans lequel il vient de décrocher un job d'été.
Ce roman est l'histoire d'un père, prêt à tout pour sauver son fils de ses erreurs. Mais aussi l'histoire de deux amis, Thierry et Francis, que la différence ne semble jamais séparer. En effet, Francis est handicapé mental. Mais la psychiatrie est comme « dédiabolisée » dans ce roman, on se prend très rapidement d'amitié pour ces patients.
Le livre est rythmé par les différents points de vue des personnages. Même les morts pensent dans cette histoire, c'est dire si elle est particulière ! Cette scène qui semble, de prime abord, relativement glauque en devient presque drôle, il fallait le faire. Chacun possède ainsi son style, sa manière de voir la vie. le travail de l'auteur est vraiment admirable !
La pointe de musicalité qui rôde dans ce roman est un élément qui me plait toujours. Vous commencez à me connaître maintenant. Il règne dans ce roman la musique d'un vieux jukebox qui ne s'éteindrait jamais. Pas même lors des scènes les plus dures. Mais il n'y a pas que ça dans ce roman. Il y a également toute cette atmosphère particulière, liée au lieu de l'histoire qui se situe à proximité de cet hôpital psychiatrique et parfois même à l'intérieur.
Pascal Voisine est sans conteste un auteur à suivre. En tout cas, je garde un très bon souvenir de ce roman. Je vous le conseille vraiment. Sa singularité vaut le détour, c'est promis !
Lien : https://sireadbooks.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Bluerock
  07 octobre 2017
Thierry Poivet, quatorze ans, fils d'une psychiatre décédée et du directeur de l'hôpital psychiatrique de Champs-Choisy où il est né, passe l'été 1977 à écouter ses vyniles, à se promener avec son ami Francis, handicapé mental qui l'a vu naître, l'appelle "mon gamin" et a promis à la mère de Thierry de toujours veiller sur lui. Pendant l'été 77, Thierry espionne sa jolie belle-mère Emelyne, il a un job d'été à l'hôpital et travaille avec Richard, un infirmier fan d'Elvis Presley. Il connaît ses premiers émois amoureux mais sa vie basculera de façon irréversible le jour de la mort d'Elvis. C'est en revenant assister aux obsèques de sa belle-mère, quarante ans plus tard, que Thierry, devenu le chanteur à succès Marc Alder, découvrira toute la vérité sur l'été 77.
Un très beau roman dont je recommande la lecture pour sa singularité et le côté attachant de certains personnages.
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
BluerockBluerock   06 octobre 2017
Cette corpulence... Cette voix... Ce débit si particulier... «Mains-de-Marteau» ! C'est Gilles Pata, le seul malade mental du village à fréquenter les bancs de l'école plutôt que les chambres d'isolement. Comme il broyait tout ce qu'il touchait, sa grand-mère l'avait surnommé «Mains-de-Marteau». Dans les rues de Champs-Choisy, il se fondait dans la masse des débiles légers qui allaient dépenser leur argent à l'épicerie mais, à l'école, il devenait un monstre de foire qui redoublait systématiquement toutes ses classes depuis la maternelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
BluerockBluerock   06 octobre 2017
- Le 17 août 1977, à dix heures moins le quart, je jouais avec un chat dans le jardin et j'ai tout vu.
Les infirmiers ceinturent Gilles qui n'oppose aucune résistance.
- Poussez-vous, monsieur, cet homme est dangereux, lance celui qui semble diriger les opérations en entraînant Gilles vers le fourgon.
- J'ai tout vu par la fenêtre, Thierry. J'ai tout vu...
Commenter  J’apprécie          00
BluerockBluerock   06 octobre 2017
Ce matin pour se rendre à l'enterrement, Marc quitte Dinard où il réside depuis qu'il s'est retiré de la scène musicale, en pleine gloire, vingt ans auparavant. Sa carrière n'aura duré que le temps de cinq albums en studio et trois en live, avec un succès exponentiel. De la variété française aux accents pop rock nourrie de ses inspirations de jeunesse.
Commenter  J’apprécie          00
BluerockBluerock   06 octobre 2017
La dernière personne qui connaissait un fragment de la vérité vient de mourir. Émelyne Perrault, épouse Poivet, née le 19 avril 1953 à Juvency-le-Château en Picardie, s'est tuée à bicyclette il y a cinq jours lors d'une promenade sur les bords de l'Oise.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   11 juin 2017
Il commençait à comprendre pourquoi tous les garçons l’enviaient quand il traversait le village en sa compagnie. Il rapprocha encore son bras du sien jusqu’à les faire transpirer tous les deux. Il aima cette sensation autant que le spectacle qui se déroulait sur le grand écran : le croiseur de l’Empire et l’odeur de la délicate transpiration d’Émelyne, le géant en armure noire au souffle persistant et la respiration d’Émelyne, la princesse qui manifestement ne portait pas de soutien-gorge et Émelyne non plus…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : hôpital psychiatriqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
249 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre
. .