AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marianne Véron (Traducteur)
EAN : 9782742756490
156 pages
Éditeur : Actes Sud (31/08/2005)

Note moyenne : 3.06/5 (sur 8 notes)
Résumé :

J'ai découvert à seize ans dans les vers de Maïakovski un fait historique, une anecdote qui m'a marquée pour toujours. La société Van Houten, déjà réputée à l'époque pour l'excellence de son cacao (nous sommes en 1910), eut une idée macabre et géniale : acheter le dernier vœu d'un condamné à mort pour promouvoir sa sombre poudre. En guise de dernière volonté, l'homme face à la foule devait crier le slogan "Buvez du cacao Van Houten !". Sa famille recevra... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
kielosa
  10 janvier 2020
J'ai lu des milliers de livres, mais il y a une dizaine d'années, en 2009, c'était bien la toute première fois que je tenais en main un ouvrage écrit par quelqu'un qui nous vient de l'Albanie. L'auteure de ce recueil de 13 nouvelles est, en effet, née à Tirana, la capitale, en 1968, mais réside à Paris depuis ses études à l'université Paris VIII (Saint-Denis), en 1995. Ornela Vorpsi est diplômée de l'académie des beaux-arts de Tirana (1987-1991) et de l'académie des beaux-arts de Brera (Milan, 1992-1995). Elle écrit en Albanais, Italien et Français. L'écrivain Aleksander Hermon de Sarajevo et la talentueuse Zadie Smith de Londres la comptent parmi les 35 meilleurs auteurs de fiction d'Europe.
Pourtant Ornela a commencé sa carrière avec une monographie photo "Nothing Obvious" (rien d'évident) en 2001. le nombre d'endroits où cette dame a entretemps organisé des expositions, laisse tout simplement rêveur : Genève, Bruxelles, Milan, Zurich, Bologne .... sans oublier bien sûr Tirana et Paris.
Ornela Vorpsi a publié 9 ouvrages à ce jour. C'est son 2e livre, de 2004, "Le pays où l'on ne meurt jamais", que j'ai lu et qui m'a plu. Il est vrai que l'Albanie du règne dictatorial d'Enver Hoxha durant 43 ans, jusqu'à sa mort en 1985, rendait ce pays incontestablement le plus énigmatique d'Europe. À moins d'être un communiste convaincu, on n'y entrait absolument pas et encore fallait-il l'appui du Parti communiste de son propre pays pour figurer sur une longue liste d'attente, car ce stalinien et maoïste n'aimait pas trop les "fouineurs" étrangers. En plus, c'était un système de quotas nationaux extrêmement strict. Je le sais parce qu'un ami luxembourgeois, pour me faire plaisir, s'était débrouillé pour m'avoir sur la liste des amitiés albano-luxembourgeoises. Comme le tiran ne laissait entrer que 2 ou 3 dangereux communistes luxembourgeois par an, il fallait énormément de patience.
C'est dans ce contexte que j'ai trouvé "Il paese dove non si muore mai" particulièrement intéressant et révélateur. Dans le recueil des nouvelles sous rubrique, s'il y a un élément commun dans toutes ces nouvelles c'était le souhait de quitter ce paradis terrestre d'Hoxha, le plus vite possible. Un deuxième aspect que ses nouvelles abordent, c'est, pour celles et ceux qui ont réussi à s'évader du "pays des aigles" (traduction du nom de la république) "le dur métier d'immigré" ailleurs, comme à Paris par exemple.
Si l'Enver est mort depuis bientôt 35 ans, sa veuve, Nexhmije Hoxha, se porte très bien, en dépit de ses 98 ans.
Les 13 nouvelles dans ce petit fascicule de 159 pages sont brèves, en moyenne une bonne dizaine de pages et donc exclus à résumer. Ce que je peux en dire c'est que l'auteure dispose d'une grande force d'évocation. Ce que notre Ornela évoque, on le voit et on le ressent, sans que l'on ait besoin d'une solide dose d'imagination.
Une seconde grande qualité de son oeuvre réside dans la formulation très poétique de ses récits.
La première fois que j'ai lu le titre de ce recueil et un commentaire très bref, j'ai été sidéré que Vladimir Maïakovski, connaissait le cacao van Houten. Lui, le grand poète mort en 1930 dans la lointaine Russie et le cacao et chocolat van Houten du pays d'à côté, que j'ai souvent vu dans la cuisine de ma mère et, avant, de ma grand-mère. J'ai vérifié et c'est effectivement à Amsterdam qu'un certain Coenraad van Houten a eu l'idée géniale, en 1828, d'extraire du cacao une poudre facile à délayer dans l'eau ou du lait. Une invention qui a rapporté gros, puisque la société van Houten a créé des usines en Allemagne, au Royaume-Uni, aux États-Unis, à Singapour ...et en France. Ce n'est qu'un siècle et demi plus tard que le groupe suisse Suchard a racheté la marque, qui existe donc toujours. Demandez à votre boulanger ou pâtissier.
Au risque de raconter une histoire digne des magazines Paris Match ou Point de Vue, je ne peux m'empêcher de vous relater une anecdote albanaise surprenante. Ce pays exotique entre la Grèce et le Monténégro, le long de la mer adriatique, a eu de 1928 à 1939 et l'invasion mussolinienne, un roi, Zog 1er (Ahmet Zogu, 1895-1961). le seul descendant royal, son petit-fils, le prince Leka Zogu (né en 1982) a épousé, en 2006, devant à peu près la moitié de la population albanaise, la belle actrice Elia Zaharia. Ce qui prouve que l'horrible Hoxha n'a pas réussi à éliminer les aspirations romantiques de son peuple longtemps martyrisé par ses soins.
Et il y a plus, la belle nouvelle princesse, née à Tirana en 1983 a, comme Ornela Vorpsi, fait ses études à l'université Paris VIII Saint-Denis, quelques années plus tard, de 2007-2010.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          515
myriampele
  29 août 2015
De ces treize courtes nouvelles, je salue l'écriture, très simple mais soignée, précise, des mots en images! L'analyse de l'humain y est ici féroce mais vraie, les personnages sont prêts à tout pour se vendre. Un beau recueil pour les amateurs de nouvelles, de récits psychologiques, de littérature italienne!
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
kielosakielosa   09 janvier 2020
Qu'il est bon d'avoir l'âme enveloppée dans une blouse jaune
Pour la défendre des regards !
Qu'il est bon,
Quand on est jeté aux dents de l'échafaud,
De crier :
"Buvez du cacao Van Houten !"

Vladimir Maïakovski, Le Nuage en pantalon.

(page 13).
Commenter  J’apprécie          110
alzaiaalzaia   21 août 2014
J'ai découvert à seize ans dans les vers de Maïakovski un fait historique, une anecdote qui m'a marquée pour toujours. La société Van Houten, déjà réputée à l'époque pour l'excellence de son cacao (nous sommes en 1910), eut une idée macabre et géniale : acheter le dernier vœu d'un condamné à mort pour promouvoir sa sombre poudre. En guise de dernière volonté, l'homme face à la foule devait crier le slogan "Buvez du cacao Van Houten !"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
myriampelemyriampele   29 août 2015
Les seins brûlaient-ils avec le corps? Je veux dire: est-ce que le silicone brûle à la même température que le corps?
Commenter  J’apprécie          80
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : albanieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
564 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre