AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782842611279
153 pages
Éditeur : Le Serpent à plumes (30/05/1999)

Note moyenne : 3.27/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Abdourahman A. Waberi promène son cahier nomade dans le paysage de Djibouti. Composant le deuxième recueil d'un trilogie sur Djibouti, entre Pays sans Ombre et Balbala, voici treize nouvelles, treize caravanes venues de ce pays sans ambre mi-réel, mi-rêvé. Waberi fait la chronique de sa terre africaine depuis le temps où le général-président venu de France visitait ce et se souvient de l'époque heureuse où sept salles de cinéma faisait rêver les Djiboutiens, où son... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Gabriel_Oak
  13 juillet 2014
Des nouvelles dérangeantes, empreintes de cynisme. Une ironie grinçante tentant d'exorciser la peur et la souffrance mais dont les larmes refoulées suintent entre les lignes. le Djibouti à feu et à sang, au prise avec la tyrannie, la violence, les couvre-feux… Waberi porte un regard cru sur une humanité tourmentée, lance un réquisitoire contre l'abus de tous les pouvoirs. Ce livre ne séduit pas par son exotisme, ne fait point appel au voyage. On le referme en étant heureux de ne pas y être.
Commenter  J’apprécie          120
Imo
  21 août 2013
J'avoue que je n'ai pas tout compris du livre...
C'est tellement dommage, moi qui espérait faire connaissance avec les légendes africaines... je suis quelques peu déçue à la lecture de celles-ci !
En effet, l'écriture de A. A. Waberi m'est complètement passée au dessus. Et ces quelques récits me resteront mystérieux.
Il manque à ce surement bel ouvrage un tout dernier chapitre... le décodeur.
Lorsque l'on ne connait pas sur le bout des doigts la culture africaine, il faut malheureusement qu'on nous explique les termes et références en cours de route ou tout du moins à la fin de l'ouvrage...
Ce n'est pas le cas dans le livre que j'ai ouvert et je regrette de n'avoir rien compris à cause de cela.
Essai interculturel raté pour cette fois ! J'espère tomber mieux la prochaine fois.
Commenter  J’apprécie          60
nrisovics
  28 juillet 2017
Livre acheté dans un magasin de livres d'occasion. Je n'avais pas de représentation de l'auteur et dès le début j'ai pris une grosse claque.
Le style est très très fort, beaucoup de critiques de la colonisation française, même s'il cite pas mal de références françaises (Baudelaire ou autres...) et des auteurs africains, Um Khalsoum ou d'autres.
Pour moi son style est excellent et il a une maîtrise de la langue très forte. J'ai un peu fait de recherches sur ses références et c'est une bonne porte d'entrée sur la littérature et la culture africaine. du haut niveau littéraire et un grand écrivain.
Commenter  J’apprécie          10
ptitemarjo
  16 février 2014
Je n'ai pas croché à ces nouvelles.
Un français avec des mots compliqués et un peu désuets parfois qui rendent la compréhension difficile...
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
DanFodio11DanFodio11   11 août 2020
Je vous livre mon récit de chair et de sang, le testament tourmenté de ma vie que d'autres ont disséqué avant moi; les versions se suivent et se ressemblent un peu. Moi Ahmet, le neveu révolté, le soldat hailloneux riche seulement d'espoir et de crasse, je vous parle du royaume pourri et de la famille disloquée.
Commenter  J’apprécie          00
Gabriel_OakGabriel_Oak   13 juillet 2014
Ma tête gronde comme un ciel démâté qui a perdu tout équilibre; brassées d’images télescopées, voix de bisaïeuls perdues dans le dédale généalogique, capharnaüm des noms, tout s’y mêle allègrement. Le vent de la trahison souffle des traits de feu, c’est le grand lessivage ethnique.
Commenter  J’apprécie          40
ImoImo   21 août 2013
Le goûteur d'étoiles : "Notre troupeau a grandi dans le désert et depuis l'éternité attend l'herbe fraîche."
Le guetteur de l'horizon : "J'ai vu les chameaux de la pluie chargés de nuages et d'espérance. Je suis guetteur de l'aube par habitude et tout ce que je prédis arrive toujours."
Commenter  J’apprécie          30
PilingPiling   03 septembre 2011
Regardez autour de vous, ne voyez-vous pas que la Terre ne tourne plus rond ?Ou plutôt elle ne suit plus la même ronde, elle est en retard d'une seconde tous les ans. Imaginez la rigolade lorsque le jugement dernier sera reporté à une date ultérieure, voire annulé.
Commenter  J’apprécie          10
PilingPiling   04 septembre 2011
Le muezzin habite la mosquée parce qu'il ne possède pas un lieu privé qu'il puisse appeler "ma maison". Le jour, la mosquée est un lieu de dévotion, d'adoration et de prière tandis que la nuit elle se mue en un habitat partagé, impersonnel, intemporel, blanc et ordonné. Le visage de Daher y est bouleversant de fragilité et de mélancolie entre les seins naissants du jour. Connaît-il, à cet instant, ce malheur qu'on dit ami des poètes ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Abdourahman A. Waberi (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Abdourahman A. Waberi
Payot - Marque Page - Abdourahman A. Waberi - Pourquoi tu danses quand tu marches ?
autres livres classés : djiboutiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox