AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782842612351
175 pages
Éditeur : Le Serpent à plumes (18/10/2000)

Note moyenne : 3.16/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Aux portes de l’océan Indien, de l’Arabie et de l’Afrique : Djibouti. Au fil de ces nouvelles évoquant tour à tour les contes des Mille et Une Nuits et la brutale réalité politique d’aujourd’hui, Abdourahman A. Waberi rêve du Pays sans ombre, sa terre natale.
Des pages « arrachées au pays de l’imaginaire », dont le style poétique, la violence contenue, la tension fiévreuse sont à l’image des terres meurtries et ferventes de la Corne de l’Afrique.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
wellibus2
  28 mai 2016
Aux portes de l'océan Indien, de l'Arabie et de l'Afrique : Djibouti.
Au fil de ces nouvelles évoquant tour à tour les contes des Mille et une nuits et la brutale réalité politique d'aujourd'hui, Abdourahman A. Waberi rêve du Pays sans ombre, sa terre natale.
Des pages dont le style poétique, la violence contenue sont à l'image des terres meurtries et ferventes de la Corne de l'Afrique.
Commenter  J’apprécie          340
Fuyating
  08 avril 2019
Ce recueil de nouvelles est original et intriguant. J'ai aimé certaines histoires qui avaient des allures de contes, mais ai eu plus de mal à en comprendre d'autres. Je pense qu'il me manque en effet une connaissance de l'histoire de Djibouti et des pays alentours, ainsi que de la société. Ces très courtes nouvelles sont parfois énigmatiques et semblent avoir des messages plus ou moins cachés, des dénonciations. La sécheresse m'a marquée, la guerre aussi bien sûr, la pauvreté, l'oisiveté pour certains qui broutent à longueur de journée du khat, les relations parfois ambiguës avec les pays voisins.
J'ai été étonnée par les grandes différences de certains passages : parfois très poétiques et quelques lignes plus loin cela pouvait être très cru.
Commenter  J’apprécie          30
Carmendb
  28 septembre 2018
Chacune des 17 nouvelles de ce recueil participe à l'élaboration du portrait à mille facettes du pays de l'auteur. Pays réel, pays imaginaire, pays rêvé que nous découvrons à travers des contes, des légendes, des récits construits comme des chansons aux refrains lancinants, des morceaux de poésie pure ou des extraits de témoignages poignants (reporters, Père Blanc, membre d'ONG).
La guerre et les malheurs qu'elle engendre sont omniprésents. J'en retiendrai une image forte, comme l'une de ces terribles photos qui illustrent les reportages dans nos journaux : « le territoire de la douleur tremblote de partout. Sans bruit, un enfant gratte la terre pour avaler une puis deux poignées de sable brun. Des petits cailloux grincent entre la demi douzaine de dents qui dansent dans le huis clos de sa bouche. Il crache quelque chose et avale le reste. Il tousse puis s'endort. Son poids : une touche arachnéenne sur le sol. » (Extrait de « Nabsi »).
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
wellibus2wellibus2   28 mai 2016
Horreur tribale et traces d'inhumanité dans paysage décati. Le soleil rissole les silhouettes désarticulées. Des monticules affligent la savane chauve : cimetières qu'on dirait termitières. Des os, d'homme ou d'oiseau, se décalcifient à tout bout de champ. Une femme jeune et décomposée mordille un fémur. Les boyaux d'un âne passent d'une main à l'autre. Des osselets sont croqués avec conviction.
Sans rancoeur, le coeur de la terre veut sourire ici, il n'y arrive pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
FuyatingFuyating   08 avril 2019
Pourtant, sans leurs mères, filles ou épouses, les hommes sont des palmiers nains dans l'oasis décatie ; les hommes sont l'écume de la poussière alors que les femmes sont l'humus de la terre.
Commenter  J’apprécie          10
FuyatingFuyating   08 avril 2019
J'irai chercher une vie nouvelle, un avorton de vie, j'irai démêler les eaux de ma liberté.
Commenter  J’apprécie          00
FuyatingFuyating   08 avril 2019
Nous sommes des funambules sur le fil de l'Ailleurs, nos rêves s'orientent au lointain.
Commenter  J’apprécie          00
FuyatingFuyating   08 avril 2019
Râle dans le lit et béance dans la nuit. Un quartier de lune monte la garde.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Abdourahman A. Waberi (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Abdourahman A. Waberi
Payot - Marque Page - Abdourahman A. Waberi - Pourquoi tu danses quand tu marches ?
autres livres classés : djiboutiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox