AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de mariech


mariech
  25 juillet 2019
Pourquoi tu danses quand tu marches c'est ce que demande une petite fille vive , espiègle à son papa , elle a remarqué qu'il ne marchait comme tout le monde et elle lui pose la question avec ses mots d'enfants qui vont faire mouche .
Le père raconte alors son enfance dans ce pays d'enfance qui est Djibouti alors encore sous protectorat français , les premières années d'école , les brimades faites par le plus fort jusqu'à la chute dans la cour de l'école le premier jour de la rentrée , la souffrance du genou blessé mais surtout l'humiliation subie qui ne s'effacera jamais .
Des années plus tard la maladie s'installe , le diagnostic sera posé , polyo mais c'est trop tard le mal est incurable faute de médecine préventive, pas de vaccin .
Les souvenirs continuent , après la révolte due à son état , plus de jeux d'enfants , pas de vélo , il y a la découverte des mots , de la langue française, le jeune garçon lit tout ce qui lui tombe sous la main , bande dessinée en piteux état , publications diverses comme des pages de journaux , même des Nous deux , et cette évocation m'a fait sourire car j'en ai lu en cachette chez une de mes grands mères .
L'auteur rend un bel hommage à la langue française , à son amour inconditionnel à la lecture , bel hommage également à ses racines africaines surtout à sa grand mère conteuse née , qui sans savoir lire ou écrire l'a bercé de mots , d'histoires .
Avec le temps vient l'apaisement et quel meilleur exercice que s'adresser à sa fille pour qu'elle comprenne mieux ce père qui a définitivement choisi la vie , la vie qui se danse comme la fameuse chanson de Stromae .
Vous l'aurez compris , ce livre est un coup de coeur , je n'ai qu'une envie , découvrir l'auteur un peu plus.
Commenter  J’apprécie          270



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (27)voir plus