AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2330014481
Éditeur : Actes Sud (04/01/2013)

Note moyenne : 3.84/5 (sur 93 notes)
Résumé :
Tout juste remis d'une enquête qui a manqué lui coûter la vie, l'inspecteur Grant Foster réintègre la Criminelle de Londres lorsque Katie Drake, actrice de théâtre sur le déclin, est retrouvée morte dans le jardin de sa propriété londonienne. Sa fille de quatorze ans, Naomi, est introuvable. Mais difficile de progresser quand la victime semble avoir coupé tous les liens avec son passé. Une seule piste: un cheveu retrouvé sur le corps. Lorsque les résultats des analy... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  13 janvier 2017
La résolution de l'intrigue de Depuis le temps de vos pères, tient, stricto sensu, à un cheveu, celui qui est retrouvé sur le corps de Katie Drake, actrice de 37 ans assassinée, dont la fille Naomi, âgée d'une quatorzaine d'années a disparu. C'est peu, mais pour un auteur tel que Dan Waddell, ce point de départ capillaire est suffisant pour écrire un fameux roman, à la fois classique dans sa construction et novateur dans le choix des personnages et des thèmes abordés. Car si Grant Foster est l'archétype du policier, bon professionnel, incorruptible, humain, tenace, Nigel Barnes, que l'auteur associe dans cet opus pour la seconde fois à une enquête policière, présente une personnalité plus subtile et complexe. Jeune généalogiste, adopté dans sa prime enfance, il manque de confiance en lui, qu'il s'agisse des opportunités professionnelles que lui offrent ses compétences ou de sa vie sentimentale.

L'ADN extrait du cheveu, parle. Il dit que la morte et son meurtrier partagent un ancêtre maternel, mais la science ne peut affirmer si ce mélange génétique a eu lieu il y a 10 000 ou 100 ans. Et voilà la généalogie propulsée avec beaucoup de talent dans le champ du polar, en tant qu'auxiliaire de police, nouvelle technique d'investigation. Les recherches malheureusement lacunaires effectuées par Nigel dans les services de l'état-civil, puis dans les registres paroissiaux, l'entraînent finalement outre-Atlantique, à Salt Lake City, où sous une montagne de granit, les Mormons ont enterré et alimentent la plus importante base de données généalogiques du monde. Dan Waddell fournit de nombreuses informations sur la secte mormone, remonte aux origines de sa fondation, en passant par l'évocation du massacre de Bear River, le 29 janvier 1863, journée au cours de laquelle les colons mormons assistés par l'armée américaine, ont anéanti les indiens Shoshones. Mais ce n'est pas tout, il y a aussi le suspense, la course contre la montre engagée par Nigel, Grant et Heather, pour arrêter le tueur-vengeur dans son circuit meurtrier, Katie n'étant que sa première victime. L'épilogue conforme à la qualité du roman, n'est pas tiré par les cheveux !

« Tout a un rapport avec ce qui est arrivé dans le passé » (p. 135)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
DoVerdorie
  16 avril 2016
L'inspecteur Foster, brutalisé par un tortionnaire dans le précédent livre : "Code 1879", reprend le service et doit non seulement résoudre le meurtre d'une actrice sur le retour mais aussi retrouver la fille adolescente disparue de celle-ci . Seul un vague indice d'ADN permet à Foster d'amorcer une enquête dans laquelle il fait (de nouveau) appel à Nigel Barnes, un généalogiste de talent qui va remonter les époques jusqu'en 1891... devant les portails de l'Eglise mormone...
Un policier que je qualifierai de "classique", si ce n'est que les sujets, derrière l'histoire, sont plutôt inhabituels. Pour peu qu'on s'y intéresse -et c'était mon cas-, l'auteur nous décrit le travail des recherches de matrilignage, avec ou sans support ADN, du généalogiste et l'importance des archives municipales et surtout paroissiales.
En essayant de tracer l'ascendance de la famille des victimes, Nigel retrouve l'origine de leur parenté dans l'Utah, parmi les mormons fondamentalistes.
Je me suis longtemps demandée pourquoi l'Eglise des saints des derniers jours à Salt Lake City dispose de telles archives généalogiques majeures... et j'ai lu, avec un certain ébahissement, les réponses à mes questions.
Mais ce roman noir dans lequel le passé s'infiltre peu à peu dans le présent aborde également l'affect des relations filiales et fraternelles, ainsi que l'endoctrinement manipulatoire...
C'était une lecture passionnante !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          499
motspourmots
  01 novembre 2016
J'ai retrouvé avec plaisir le duo londonien formé par l'inspecteur Grant Foster dont le dévouement à son métier lui fait souvent frôler la mort et le généalogiste Nigel Barnes, plus à l'aise dans ses relations avec les morts qu'avec les vivants. le premier volet, Code 1879 avait permis de faire connaissance avec les protagonistes et surtout de plonger aux côtés de Nigel dans les méandres de la recherche en généalogie... Des recherches qui lui avaient permis de sauver in extremis la vie de l'inspecteur Foster aux prises avec un dangereux psychopathe occupé à venger les meurtres de ses ancêtres.
Ce deuxième opus démarre quelques mois après, alors que Foster sort d'une longue convalescence et que la réputation de Nigel Barnes, devenu celui qui a aidé la police à résoudre une affaire de meurtres en série prend une dimension très médiatique. Pour sa reprise, pas sûr que Grant Foster soit tombé sur une affaire tranquille... Encore une fois, un individu sème les cadavres derrière lui, dans des mises en scène spécifiques et enlève des jeunes filles âgées de quatorze ans. Pourquoi ? En examinant un échantillon d'ADN retrouvé sur l'une des victimes, Katy Drake, les enquêteurs s'aperçoivent qu'il appartient à un parent éloigné de la victime. Nigel Barnes entre alors en jeu afin de remonter la lignée familiale et tenter de reconstituer le puzzle pour retrouver Naomi, la jeune fille enlevée. Une enquête qui les mènera jusqu'à Salt Lake City, dans la ville des Mormons dont les coutumes ancestrales semblent jouer un rôle dans l'histoire...
"Notre époque moderne nous conditionne à oublier - et pourtant, le passé est quelque chose que nous ne pouvons ignorer. Les morts ne seront pas oubliés."
Toujours aussi passionnant de suivre les recherches de Nigel dans les méandres des archives londoniennes, qui croisent également les avancées scientifiques dans le domaine de la connaissance de l'ADN et offrent au généalogiste de nouvelles perspectives. Intéressant également d'apprendre que les mormons possèdent des archives incroyablement riches qui font le bonheur des confrères de Nigel.
Décidément, cette série me plaît bien avec son action intelligente et ses personnages plein d'humanité bien que non exempts de failles. Des héros que l'on a envie de suivre un petit bout de chemin, histoire de voir si la fibre paternelle de Foster est éveillée pour de bon, si le rapprochement de Nigel et de l'inspecteur Heather Jenkins va se confirmer... et surtout, quelle est cette histoire de cadavre surprise qui s'invite dans les dernières lignes. Rien de tel pour ferrer son lecteur et le diriger directement vers le troisième tome.
Lien : http://www.motspourmots.fr/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Palmyre
  05 février 2012
Ce deuxième opus de Dan Waddell m'enchantait à l'idée de retrouver l'inspecteur Grant Foster qui remit de ses blessures revient élucider l'enlèvement d'une jeune fille et le meurtre de sa mère.
J'ai été conquise par cette enquête palpitante qui va nous conduire encore une fois dans les archives à la recherche du passé et des ancêtres des victimes.
Seul indice, un cheveu, point de départ d'une enquête qui va allier la recherche scientifique et la généalogie.
L'affaire semble bien plus complexe qu'il n'y paraît, et il faudra mettre au jour de terribles secrets en rapport avec l'Église des Mormons.
Dan Waddell laisse une place importante au personnage du généalogiste Nigel Barnes. On suit pas à pas ses investigations pour faire le lien entre le meurtre et le passé de la victime. Ce que j'apprécie c'est que Nigel n'est pas un simple rapporteur, il s'investit dans l'enquête.
J'ai hâte de connaître le troisième roman policier de Dan Waddell.
Commenter  J’apprécie          101
christinebeausson
  20 mai 2014
Le premier livre traduit en français de cet auteur avait été pour moi un vrai coup de coeur !
Alors bien sur je me suis précipitée pour découvrir la suite des aventures des héros.
Et alors.... Bravo, je ne suis pas du tout déçue.
Le plaisir de retrouver Grant, le policier qui ne supporte pas l'eau, qui fait semblant d'avoir oublié dans un coin de sa tête, ses responsabilités paternelles.... Ce personnage est toujours aussi attachant, nous avons mal pour lui (son corps a été ravagé par l'enquête précédente), tout à la découverte du plaisir d'être utile et d'apprendre des valeurs à des gens risquant de dépasser les limites autorisés par la loi, et même à un gamin qui n'a pas vraiment été gâté par la vie!
Le plaisir de retrouver Nigel, le généalogiste timide amoureux éconduit, qui nous fait partager ses émois sentimentaux, sa passion pour la relecture du passé au travers des traces laissées.
Nous enquêtons avec eux dans ces milieux hermétiques des fous de Dieu, ces sectes qui ouvrent leurs bras à des âmes perdues et que nos sociétés laissent sur le chemin de l'avenir.
L'intrigue va de rebondissements en sursauts nous entraînant au travers des continents anglo saxons. On ne s'ennuie pas un instant, le rythme est soutenu et même que les dernières pages nous laissent sur notre faim, un nouveau meurtre peut être ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
namelessnameless   12 janvier 2017
"En tant que généalogiste, vous êtes probablement au courant du rôle que joue l'Eglise au sein d'une communauté. Avec les adoptions entre autres ? "
Nigel était au courant. Autrefois, de multiples institutions s'étaient occupées des adoptions et, parmi elles, l'Eglise avait été la plus active, surtout en transférant la progéniture des plus pauvres chez les plus riches.
Page 129
Commenter  J’apprécie          320
PalmyrePalmyre   26 janvier 2012
L'inspecteur principal Grant Foster poussa un soupir de lassitude en s'accroupissant à côté du corps de la femme, baigné par la lumière crue des lampes à arc installées dans le jardin, qui donnait l'impression d'annoncer le lever du jour. La nature humaine ne s'était décidément pas bonifiée pendant sa convalescence. Il se releva, grimaçant légèrement sous l'effet de la douleur qui lui vrilla la jambe, provoquée par la plaque de métal qui maintenait son tibia droit. Le souffle froid du vent sur sa nuque le fit frissonner. Il ne portait pas de manteau, s'étant imaginé, lorsqu'il avait été appelé pour le meurtre d'une femme à son domicile, qu'elle avait été découverte à l'intérieur et non pas au-dehors, sur une petite pelouse où l'on n'avait pas passé la tondeuse depuis un bon moment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
babel95babel95   05 novembre 2014
Il y avait quelque chose dans les dimanches qu'il ne parvenait pas à supporter, une mélancolie, des regrets. Il éprouvait la même chose chaque semaine depuis qu'il était enfant. Toutes ses idées noires, ses erreurs passées, ses angoisses semblaient revenir le hanter ces soirs-là en particulier. Même s'il n'avait pas, comme la plupart des gens, à se lever pour aller trimer dans un bureau le jour suivant, le blues du dimanche soir ne l'avait jamais quitté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
vonnettevonnette   26 juillet 2013
Je crois que la mort de sa propre mère est celle qui nous touche le plus profondément. Le corps qui vous a porté, vous a mis au monde, qui retourne à la poussière. On ne s'en remet jamais-on apprend juste à vivre avec.
Commenter  J’apprécie          40
christinebeaussonchristinebeausson   17 mai 2014
Il répugnait à boire de l'eau, sauf dans les moments de soif extrême. Tous ces hommes et ces femmes qui déambulaient avec des petites bouteilles d'eau à la main comme un gosse avec son biberon parce qu'on leur avait dit que c'était bon pour leur santé. Quand donc les gens allaient ils demander à être traités autrement que comme de grands enfants ?
Commenter  J’apprécie          20
Video de Dan Waddell (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dan Waddell

La chronique de Gérard Collard - Code 1879
Code 1879 de Dan Waddell aux éditions Actes sud Regardez l'avis de Gérard Collard... La présentation du livre "Code 1879" par l'éditeur : le cadavre d'un homme poignardé et amputé des deux mains vient d'être découvert, abandonné dans un cimetière de l'ouest londonien. Lors de l'autopsie, l'inspecteur Grant Foster remarque, gravée au couteau dans la peau de la victime, une inscription énigmatique pour l'interprétation de laquelle il fait appel à Nigel Barnes, généalogiste professionnel. Alors qu'un deuxième corps est identifié comme étant l'oeuvre du même assassin, leurs recherches vont les plonger dans les bas-fonds du Londres victorien et les conduire dans les méandres obscurs d'une affaire criminelle de la fin du XIXe siècle qui semble liée aux meurtres. Si leur intuition se confirme, d'autres victimes sont à redouter... Atmosphère brumeuse, suspense et humour assurent la réussite de ce premier volet d'une série originale qui interroge le passé pour mieux démasquer les monstres de notre temps. Vous pouvez commander "Code 1879" sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : mormonsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
670 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre