AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Heather Dundas (Autre)Gaëtan Thomas (Traducteur)
EAN : 9782348080425
152 pages
La Découverte (24/08/2023)
3.72/5   29 notes
Résumé :
Un soir de mai 1975, le philosophe Michel Foucault contempla Vénus s’élever dans le ciel étoilé au-dessus du désert des Mojaves, dans la vallée de la Mort, en Californie. Quelques heures auparavant, il avait ingéré une dose de LSD offerte par les jeunes hôtes américains qui avaient organisé pour lui un road trip hors du commun. Ce fut une nuit d’hallucination et d’extase, qu’il décrira comme l’une des « expériences les plus importantes de [sa] vie », ayant boulevers... >Voir plus
Que lire après Foucault en CalifornieVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
En mai 1975, pendant que certains barbottent dans leurs couches, Michel Foucault expérimente la prise de LSD dans la vallée de la mort. Il a été invité par un enseignant californien, fan du philosophe : Simeon Wade. Cette rencontre est déjà un exploit, car rien ne garantissait que Foucault accepte cette escapade. Ce qui est encore plus inattendu, c'est que Wade décide quelque jours après cette expérience de tout consigner par écrit, que Foucault relise ce compte-rendu et le valide. C'est ce témoignage qui paraît en 2019, et qui est traduit en France en 2021.
Disons-le d'emblée, ce récit est tout à fait passionnant. Il ne fait en lui-même que 115 pages, mais le lecteur est immergé dans le périple, découvre Foucault au naturel, suit ses réactions et ses réponses. Car ses interlocuteurs sont très curieux : ils l'interrogent sur tout ce qui leur passe par la tête, ayant bien conscience qu'ils côtoient l'intellectuel le plus célèbre du moment. Ils ont tous lu au moins un livre du philosophe. Précisons que mises à part une vingtaine de pages où est retranscrite la séance de questions-réponses organisée entre Foucault et des étudiants, cet ouvrage n'est pas philosophique. On suit pour l'essentiel les conversations entre Foucault, Wade et le conjoint de ce dernier. L'occasion pour Foucault d'évoquer Boulez, Lévi-Strauss, Merleau-Ponty, Genet, Bachelard, etc…, sur lesquels il parle franchement pour les avoir côtoyés personnellement. Il livre aussi des anecdotes sur son éditeur Plon, qui publie son Histoire de la folie sans même l'avoir lue. Foucault précise que dans la France de 1975, il n'a aucune chance de pouvoir s'exprimer à la télévision sur des thèmes comme la prison ou la politique. le pouvoir de l'époque ne le permet pas. On mesure ici à quel point le système médiatique a été bouleversé en quarante ans.
Il faut aussi souligner que d'après Foucault lui-même (il l'a écrit par la suite dans des lettres adressées à Wade), son expérience dans le désert californien a bouleversé ses conceptions et donc ses publications parues jusqu'à sa mort.
On peut terminer par une réflexion assez importante que glisse Foucault à ses interlocuteurs américains : « quand je dis quelque chose (…) je parle pour le présent. Ce que je dis n'est pas destiné à résonner dans le futur ». Pourtant, près de cinquante ans après, on fait toujours parler Foucault.
Commenter  J’apprécie          210
Simeon Wade (1944-2017) a enseigné l'histoire dans plusieurs universités dans les années 1970, avant de devenir infirmier à l'hôpital psychiatrique du comté de Los Angeles puis infirmier en chef à l'hôpital du comté de Ventura (Californie). Foucault en Californie, un récit inédit depuis quarante ans, vient de paraître.
Californie en 1975. Simeon Wade, maître de conférences à l'Ecole d'études supérieures de Claremont et grand admirateur du travail de Michel Foucault, se demande comment le faire venir dans sa modeste université lors de sa venue aux Etats-Unis. Au culot, Simeon et son compagnon Michael Stoneman, proposent au philosophe une expérience originale : un court séjour de deux ou trois jours dans la Vallée de la Mort sous l'emprise du LSD et surprise, le frenchie accepte !
Pour rappel : Paul-Michel Foucault dit Michel Foucault (1926-1984), est un philosophe français. Il est connu pour ses critiques des institutions sociales, principalement la psychiatrie, la médecine, le système carcéral, et pour ses idées et développements sur l'histoire de la sexualité, ses théories générales concernant le pouvoir et les relations complexes entre pouvoir et connaissance.
Cette aventure était sujette à caution, jusqu'à ce que Heather Dundas ne retrouve Simeon Wade, quasi retiré du monde et le persuade de lui confier son récit pour publication. La preuve de cette aventure étant corroborée par quelques photos (incluses dans l'ouvrage) où l'on voit Foucault – avec son fameux pull-over à col roulé blanc malgré la chaleur ! - et ses deux compagnons dans le désert californien. le récit de Wade est complété par un court entretien entre Heather Dundas et Simeon Wade.
Pour l'auteur, il s'agissait de « voir comment l'un des esprits les plus éminents de l'histoire réagirait à une expérience inédite pour lui : absorber une dose appropriée de LSD thérapeutique dans un cadre désertique extraordinaire ». Deux jours et une nuit, dans le désert, ou le compte-rendu de ces quelques jours…
Concrètement, que contient ou révèle cet ouvrage ? Tout d'abord, sachez qu'il n'y a pas de scènes de délires psychédéliques ou de visions hallucinatoires, ce n'était pas le but du trip, mais plutôt de s'interroger sur les conséquences éventuelles d'une telle expérience sur le cerveau et le mode pensée d'un grand intellectuel. le quel déclarera plus tard en avoir été fortement ébranlé, au point de lui faire réécrire en partie, le livre sur lequel il travaillait alors (Histoire de la sexualité).
Nous avons donc un texte très agréable à lire car très décontracté, le Grand Intellectuel, en mode cool et intime, loin du côté guindé de l'intelligentsia de cette époque. le récit de nos trois gay lurons est une virée cultivée entre jeunes universitaires faite de conversations à bâtons rompus, sautant du coq à l'âne, Simeon et Michael avides de découvrir notre philosophe, ce qu'il pense d'untel ou de telle théorie. Leurs discussions abordent toutes les disciplines, musique, philosophie, littérature, peinture, sociologie etc. et les grands noms de ces catégories abondent, Foucault les ayant plus ou moins bien connus ou fréquentés : Pierre Boulez, Jean-Luc Godard, Jean Genet, Gilles Deleuze, Magritte, Cooper et Laing etc. un véritable annuaire.
On se délecte, d'autant que n'ayez crainte, ce n'est pas complexe à lire. Par ailleurs, c'est aussi amusant, nos deux fans transis ne rechignant pas à poser des questions saugrenues du genre «A Paris, faites vous vos courses au marché ? »
Conclusion, j'ai beaucoup aimé ce livre qui m'a rappelé les thèmes intellectuels de l'époque et mes lectures d'alors.
Commenter  J’apprécie          40
Il était une fois en 1975 Simeon Wade, professeur d'Histoire dans une université californienne, qui profite de la promotion de Foucault à devenir également professeur dans une université américaine, pour l'inviter dans la Vallée de la Mort avec son amoureux afin de tripper sur les étoiles et permettre à Foucault de vivre sa première expérience sous LSD.

Considérant cette anecdote comme une légende, Heather Dundas décide de mener l'enquête et part à la rencontre de Wade peut avant sa mort, qui lui délivre le manuscrit qui fait le récit de cette aventure, ainsi qu'une retranscription des rencontres entre Foucault et des étudiants américains après que ce dernier ce soit bouffé la révélation de sa vie.

C'est complètement louf, c'est beau aussi, et sans aucune surprise une ode à la virilité californienne. C'est un peu dingo d'apprendre que Wade a juste voulu développer les perceptions de Foucault sans savoir ce que ça pourrait provoquer chez lui.

Il faut croire que l'expérience a été d'une bonne influence sur Foucault qui décida alors de reprendre beaucoup de ses travaux depuis le début, puis en 1984, alors gravement malade, adressant une lettre à ses amis californiens, leur demandant d'abréger ses souffrances comme Aldous Huxley (complètement éclaté aux psychotropes).
On peut lire Foucault en Californie sans jamais avoir lu de Foucault. La preuve en est, je lis beaucoup de choses autour du gaillard chauve et musclé, étoffant ainsi le fantasme de ce qu'il a pu écrire. Un jour je sauterai le pas juré, quand j'aurai autre chose qu'une tranche de gruyère à la place du cerveau, juré.

J'vous cache pas que certains passages agissent comme si on donnait de l'eau pure et fraîche à un assoiffé, j'ai été pris d'une bonne suée, et des grosses envies de.

bref.

C'est amusant, intéressant, brillant, déconcertant. Je pense pas que ça plaira à tout le monde non plus, faut pas déconner, mais pour ma part j'me suis régalé régalé.
Cours-y donc c'est tout bénef pour ton cerveau et ton besoin de secrets de stars de la matière grise.
Lien : https://www.instagram.com/lo..
Commenter  J’apprécie          30
En 2017, SimeonWade mourait à l'âge de 73 ans. Presque personne ne s'aperçut de son décès -car il n'était pas une célébrité. Après une vague carrière universitaire consacrée à L Histoire intellectuelle, il était devenu infirmier dans un hôpital psychiatrique du comté de Los Angeles à la fin des années 70. Plus rien, ou presque, n'était venu interrompre le cours de sa vie ensuite. Pourtant, lorsqu'il mourut, il laissa derrière lui un document étonnant, dont tout le monde avait ignoré l'existence: le récit de journées passées en compagnie de Michel Foucault lorsque celui-ci, au printemps 1975, donna une série de conférences en Californie. C'est ce récit qui paraît enfin en français. Wade y raconte, sous formes de courts chapitres dont l'essentiel est formé de dialogues: la rencontre avec Foucault sur le campus de Berkeley, la décision du philosophe de répondre à son invitation de découvrir Death Valley avec son compagnon, l'expérience du paysage, celui de la prise en commun de drogues -ainsi que d'innombrables propos de Foucault sur les sujets les plus variés.
Commenter  J’apprécie          10
En 2014, une doctorante croise cette histoire racontée par plusieurs biographes de Michel Foucault : à l'occasion d'un séjour comme professeur invité à Berkeley au printemps 1975, l'éminent philosophe aurait suivi un jeune universitaire et son compagnon dans la Vallée de la Mort pour y vivre sous LSD ce qu'il aurait ensuite rangé parmi les expériences les plus importantes de sa vie. Circonspecte, elle creuse jusqu'à retrouver Simeon Wade, qui a organisé ce road trip. Non seulement il en a conservé les preuves mais également un manuscrit relatant ces quelques jours extraordinaires, qu'aucun éditeur n'avait alors voulu. Voici ce texte désormais publié, pour l'édition française (trad. Gaëtan Thomas) d'abord chez Zones en 2021 et tout récemment en poche aux Éditions de la Découverte.

À situer quelque part entre l'humour iconoclaste de Laurent Binet (La septième fonction du langage) et l'infinie tendresse de Mathieu Lindon (Ce qu'aimer veut dire), Foucault comme objet narratif est éclairé avec grand intérêt dans ce texte qui associe fascination pour l'oeuvre, admiration pour le professeur, recension de réflexions sur le pouvoir et péripéties montagnardes, expérimentations chimiques, soirées de fêtes… un récit à la fois rocambolesque et jubilatoire !
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (2)
Telerama
28 août 2023
Un récit truculent.
Lire la critique sur le site : Telerama
LeMonde
22 février 2021
Histoire d'un livre. Le récit, avec photos et correspondance à l'appui, du « trip » au LSD de Michel Foucault dans la Vallée de la Mort, en 1975, lève l'hypothèque du mythe.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
- Il faut que vous soyez perdu en tant que jeune homme, répondit Michel. On n'essaie pas vraiment à moins d'être perdu. C'est bon signe. Quand j'étais jeune, j'étais perdu moi aussi.
- Devrais-je prendre des risques dans ma vie ? poursuivit Jake.
- Bien sûr ! Prenez des risques, jetez-vous à l'eau.
- Mais je veux trouver des solutions.
- Il n'y a pas de solutions.
- Eh bien au moins quelques réponses.
- Il n'y a pas de réponses !
Commenter  J’apprécie          40
On dit que la révélation de saint Jean sur l’île de Patmos a été provoquée par un champignon, l’Amanita muscaria. Le LSD est un produit chimique à la puissance analogue à celle de ces champignons. Tant de grandes inventions à l’origine de la civilisation ont été réalisées dans des sociétés qui utilisaient des champignons magiques dans leurs rituels religieux. Si cela est vrai, ai-je pensé, si les substances chimiques ont un tel pouvoir, alors que pourraient-elles bien faire au grand esprit de Foucault ?
Commenter  J’apprécie          30
— Michel, demandai-je ,y- a-t-il un épisode particulier dans votre vie -disons quelque chose comme Rousseau sur la route de Vincennes, ou saint Paul sur le chemin de Damas, ou même Bouddha sous l'arbre de la Bodhi – au cours duquel vous avez eu l'intuition fondamentale qui allait déterminer l'orientation de votre travail ?

— Oui ! Quand je me suis inscrit à l'Ecole normale, le directeur a voulu savoir s'il y avait quoi que ce soit d'atypique à mon sujet. Quand je l'ai informé de mon homosexualité, il a répondu, l'air horrifié, qu'un tel comportement n'était pas normal et sans aucun doute inacceptable pour la réputation de l'école. Il m'a fait interner " pour mon bien ", a-t-il dit. Il m'a expliqué que je devais changer, que je serais interné examiné et traité par un ensemble d'autorités -des médecins, des enseignants, des psychologues, des psychiatres, etc. A ce moment, j'ai vu dans un flash comment le système fonctionne j'ai saisi le ressort fondamental de notre société : la normalisation.
p. 64-65
Commenter  J’apprécie          00
J'étais un moulin à paroles. Je mis un terme salutaire à mon interrogatoire par une référence à la formule de de Heidegger : " la discipline de garder le silence ". Foucault la reconnut et parut soulagé de m'entendre la prononcer. Par mon expression et le ton de ma voix, je laissais penser que j'allais essayer de me soumettre à cette discipline, même s'il m'était difficile de garder le silence en sa présence. Je voulais tant apprendre de lui et à son sujet.
Commenter  J’apprécie          10
En retournant vers la voiture par le terrain heurté, Foucault me demanda si je connaissais le travail de Mark Tobey. Je lui répondis que je l’aimais beaucoup. "Pendant des années, j’ai eu très envie d’avoir un tableau de lui, dit Foucault. Et j’ai finalement pu acheter une de ses peintures avec les droits d’auteur de Les mots et les choses. Une toile entièrement blanche. Elle est maintenant accrochée dans mon appartement à Paris."
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : philosophieVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus

Lecteurs (75) Voir plus



Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
432 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre

{* *}