AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266235656
Éditeur : Pocket (07/05/2013)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 29 notes)
Résumé :
De nos jours - alors qu'un groupe d'adolescents s'adonne à des séances de spiritisme - des meurtres sanglants viennent troubler la quiétude d'un petit village alsacien. La gendarmerie enquête avec peine, les villageois se déchaînent et chacun mène son enquête. Mais l'assassin ne laisse aucune trace, aucun indice, sauf des messages énigmatiques à l'encre rouge. Parallèlement, un vieil homme atteint d'Alzheimer voit des flashs de son passé resurgir : la guerre d'Algér... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
boulaycarine
  10 février 2013
LE BRAS DU DIABLE voit le jour, quand Julie Waeckerli découvre un genre qu'elle n'apprécie pas spécialement, le thriller. C'est la lecture « le 5ème règne » de Maxime Chattam qui lui donne l'envie de se lancer. Deux années d'écriture, deux années de correction et 700 pages plus tard, son thriller est né …
« du jeu à la réalité, il n'y a qu'un pas pour que le mal se réveille ! »
Été 2010, en Alsace
Alors qu'un groupe d'adolescents s'adonne à des séances de spiritisme, une gamine de 16 ans est retrouvée violée et battue à mort dans une rue de Sainte-Aude. Victime d'une grave hémorragie, elle succombe le lendemain à l'hôpital.
Dans la même semaine, plusieurs meurtres s'enchaînent avec une violence graduelle. L'assassin ne laisse aucune trace, à part de mystérieux messages signés de la lettre A, qu'il place près des corps des victimes.
Un groupe de délinquants détraqués, se faisant appeler « le gang » terrorise depuis quelque temps la ville et les villages alentours. C'est à Eddy Carver, officier de police judiciaire et à son coéquipier Tom Edylan, que « l'affaire du gang » est confiée.
Parallèlement, un vieil homme atteint d'Alzheimer voit des flashs de son passé ressurgir : la guerre d'Algérie et ses tortures … laissant présager de terribles secrets.
LE BRAS DU DIABLE est un thriller composé de deux thèmes totalement distincts. le premier est l'ésotérisme, pour lequel l'auteure a une véritable passion et le second est la guerre d'Algérie, sujet par lequel elle ouvre son roman.
Banlieue d'Alger, 1957.
« Les ténèbres l'enveloppaient. Un arôme de supplice flottait entre les murs, comme un goût de sang sec et intarissable. Dans la petite pièce, l'obscurité déployait ses bras de monstre, et engloutissait tout espoir de revoir le soleil … Depuis trois jours elle l'avait attendue, appelée, provoquée, mais la Faucille capricieuse refusait sa demande. Elle ne la laissait pas partir et accentuait sa souffrance … Elle était innocente, mais les militaires français s'en moquaient. Il n'y avait aucune loi pour leur interdire la torture … Soudain, la porte de la pièce s'enfonça. La lumière aveuglante d'une lampe torche lui éblouit les yeux. C'est elle. … ».
Le prologue se déroule durant la guerre d'Algérie. Cette femme retenue prisonnière n'a qu'une idée en tête, mourir. Mais ce que son esprit voit comme une délivrance, son corps le lui refuse. Elle n'a même plus la force de mettre fin à ses jours. Et, dans les méandres de ses pensées, une voix lui susurre des vers, elle pense à « lui ». Lui, qui d'après ses bourreaux est mort. Mais elle voit la nuit éternelle la saluer enfin, lorsque ce lieutenant surnommé « le diable » ordonne à un soldat de tuer cette « putain d'Algérienne ». Court mais intense, il sème en moi le trouble et se révèlera déterminant pour la suite de ma lecture.
Le début de l'histoire se met en place lentement. Julie Waeckerli nous présente successivement une flopée de personnages, créant ainsi un immense labyrinthe où quasiment chaque individu est susceptible d'être le tueur potentiel. L'enquête policière est menée de manière habile, cependant le nombre de personnages –une centaine dixit l'auteure- forme un dédale immense, plus qu'il ne faudrait à mon humble avis.
Et au milieu de tous les acteurs de ce roman, il y en a un : Berti. Ce passionné de littérature, qui confond parfois la vie avec les livres, entretient une relation particulière avec Nelly, sa petite-fille de coeur. Ce vieil homme amnésique de 76 ans est atteint de la maladie d'Alzheimer, et c'est à elle que dans de brefs moments de lucidité, il raconte des pans de son passé. Affecté à la 10ème division des parachutistes au service des renseignements, c'est l'enfer qui débute mais pas que ... La guerre d'Algérie laissera une empreinte indélébile à cet homme à travers les horreurs que sont la violence et la torture mais paradoxalement à travers l'amour, car il y fera une rencontre hors du commun, celle de son âme soeur. J'ai ressenti de vifs sentiments pour ce vieil homme : empathie, compassion, douleur, chagrin, bonheur et obstination pour n'en citer que quelques-uns, et là où j'aurai pu m'égarer, avec cet excès de personnages, celui-ci s'empare de moi et simultanément au prologue accroît mon désir d'avoir le fin mot de l'histoire.
« Je dois te raconter une histoire petite princesse, car si je ne te dis rien, je vais l'oublier et elle sera perdue … C'était en 1952 … Une désagréable sensation s'empara de Nelly. Berti avait le regard vide, voilé par un nuage gris presque hypnotique. Sa voix avait perdu son éloquence communicative. Ses propos étaient mornes, inhabituels, comme s'il se démenait pour formuler son récit … Cette fois, aucun livre n'avait dicté cette histoire au vieil homme. C'était la sienne … »
Cette partie du livre m'a totalement séduite, plus que celle placée sous le signe de l'ésotérisme où des adolescents en mal d'occupation se retrouvent pour des séances de spiritisme. Mais si c'est dans la guerre d'Algérie qu'on trouve la source de l'histoire, c'est à travers ce groupe d'adolescents à la recherche de l'identité du tueur que progresse l'intrigue, et je dois bien reconnaître que Julie Waeckerli m'a tout de même menée par le bout du nez sur 692 pages, ce qui n'est pas une mince affaire.
LE BRAS DU DIABLE aurait mérité un casting un peu plus allégé sur la partie enquête, mais le début accrocheur, la sensibilité développée par l'auteure dans tous les chapitres évoquant la guerre d'Algérie et le dénouement remarquable font de ce premier roman un coup d'essai qui a frôlé le coup de coeur. Je vous conseille vraiment de découvrir cette jeune auteure qui recèle de grandes qualités d'écriture.

Lien : http://lenoiremoi.overblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Surbookee
  02 juillet 2012
A Dombrefeuil, petit village alsacien, des adolescents en manque de sensations fortes se lancent dans une séance de spiritisme. Mais le jeu laisse bientôt place au cauchemar. Des meurtres d'une extrême violence frappent le village, instaurant la suspicion parmi les habitants. Les gendarmes sont dépassés, le meurtrier ne laisse derrière lui que des corps mutilés et des messages à l'encre rouge. Les adolescents, persuadés d'avoir une part de responsabilité dans les meurtres suite à leur séance de spiritisme, mènent leur enquête à leur niveau, tout en se dépêtrant avec le Gang, un groupe de jeunes voyous qui sème la terreur dans le village.
Parallèlement, Berti, vieil homme atteint d'Alzheimer, commence à se souvenir de son passé, la guerre d'Algérie et ses horreurs, promesse de terribles révélations à venir.
Une intrigue plutôt bien ficelée, cohérente malgré une petite erreur de médecine légale, la peau ne marquant pas les empreintes digitales et originale. On retrouve bien l'authenticité des villages alsaciens et de leurs habitants et l'enquête se place à une échelle réaliste, à hauteur des moyens judiciaires d'une brigade de gendarmerie loin des moyens techniques et scientifiques dignes des Experts comme c'est le cas dans la plupart des thrillers américains.
Une jeune auteur bien prometteuse qui a parfaitement réussi son premier roman et dont le prix VSD du polar 2012 n'est pas démérité !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Didier_Tr
  04 juin 2018
Oui, c'est tout de même surtout un roman pour ados. Enfin, c'est ce qu'il me laisse comme impression. Un côté club des 5, en plus saignant.
Nelly, jeune fille bien comme il faut, avec juste ce qu'il faut comme intrépidité, se met en tête de découvrir l'histoire de Berti, malade de la mémoire, hébergé par ses parents.
De l'autre côté, le Capitaine Carver, abandonné par son épouse frivole, tente de retrouver le goût de la vie.
Quelques cadavres parsèment le récit. J'avoue que passé les 200 premières pages, j'ai adopté une forme de lecture rapide, parce que je m'y ennuyais pas mal. Mais bon, chacun ses goûts !
Commenter  J’apprécie          50
lecturesdemarion
  26 janvier 2013
J'ai pris ce livre à la bibliothèque vraiment au hasard.
Julie Waeckerli est une toute nouvelle auteur de 20 ans, » le bras du diable » est son premier roman.
Au vue du titre et de la couverture j'avais quelques appréhension, je me suis dis si ce livre parle de satanisme etc ce n'est pas pour moi. J'ai commencé à lire le résumé et celui-ci m'a fort intriguer en plus des avis de différents lecteurs que l'on peut lire sur la quatrième de couverture.
Je me suis donc laissé tenter par ce livre et je ne suis pas du tout déçu. C'est un bon gros pavé de 691 pages. Je l'ai lu en quelques jours.
Au départ je ne voulais que lire le premier chapitre pour me faire un avis et me consacrer à une autre lecture.
Mais de fil en aiguille et vu que les chapitres sont assez courts, je me suis dis allez encore un, puis encore un etc .. et je me suis retrouvé au 90ème chapitre !
A un moment du livre on peut se douter de qui est le coupable mais vers la fin, on nous donne tout autre chose. On nous donne raison sans avoir totalement raison.
Et j'aime vraiment ça dans un livre du genre thriller ou policier.
Je n'aime pas savoir dés la moitié du livre qui est le coupable.
Dans ce livre on rencontres des adolescents mais aussi des adultes très attachants.
Moi qui ne suis plus trop thriller, j'ai beaucoup aimé ce livre.
Je conseille vraiment ce livre à tout les amateurs de thriller.
Les petits moins de ce roman :
Les passages assez » gore » ( enfin, pour ma part, oui je suis une chochotte :p ) où est décris les scènes de torture durant la guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Griselda20116
  01 février 2017
Grotesque et niais tout à la fois. Un très vilain style, rempli de "néo-logismes" totalement inventés et qui ne sont répertoriés nulle part. On a l'impression d'un "copié/collé" ou d'une très mauvaise traduction comme on en lit parfois sur Google!
Une histoire à dormir debout, mélange de révolte adolescente, de souvenirs de la guerre d'Algérie, de meurtres atroces, de satanisme et de conversations avec les esprits! Un véritable galimatias sans intérêt.
Beaucoup trop de sujets différents, que l'auteure a eu le plus grand mal à assembler. Des personnages sans aucune profondeur, totalement incrédibles. Tout est à l'avenant, paysage, décors, ambiance: aucune recherche, aucune véracité.
J'avais déjà lu un roman de cette maison d'éditions, qui publie des oeuvres de valeur inégale!
Et pourtant, Grand Prix VSD du polar 2012!
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Didier_TrDidier_Tr   04 juin 2018
Restée seule, Nelly s'adossa contre l'armoire et se laissa glisser, jusqu'au sol. Un spasme de détresse la parcourut. Ses mains tremblèrent, sa respiration s'accéléra, et elle eut l'impression de tomber dans un trou noir.
Commenter  J’apprécie          60
the_billthe_bill   27 février 2018
Les ténèbres l'enveloppaient.
Un arôme de supplice flottait entre les murs, comme un goût de de sang sec et intarissable. Dans la petite pièce, l'obscurité déployait ses bras de monstre, et engloutissait tout espoir de revoir le soleil.
La jeune femme était là, allongée sur le sol et ligotée les mains dans le dos. Un jour avait suffi pour que sa vie touche l'enfer.
Commenter  J’apprécie          30
SurbookeeSurbookee   30 juin 2012
- Je ne suis pas un monstre.
Je m'étonnai moi-même de la façon dont j'avais prononcé cette phrase. Sans doute voulais-je me persuader moi-même. Lors des séances, je ne riais pas des gémissements, des regards suppliants ou de l'agonie d'un homme, mais je ne m'en affligeais pas non plus. Il s'agissait de mon travail depuis un an, j'étais le bras du diable.
Commenter  J’apprécie          30
SurbookeeSurbookee   30 juin 2012
Je t'aimerai toujours, belle et tendre amour,
Mon unique étoile, perle de mes jours,
Si viennent les pleurs, lèvent tes doux yeux,
De partout je veille, le cœur dans les cieux
Commenter  J’apprécie          30
pgaulonpgaulon   25 mai 2012
"Magnifique polar / thriller qui vous tient en haleine du début à la fin. Grande maturité d'écriture. La façon d'écrire est diabolique: les courts chapitres dont qu'il est juste impossible de lâcher le livre avant la fin.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Julie Waeckerli (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Julie Waeckerli
Interview de Julie Waeckerli pour la chaine Alsace
autres livres classés : spiritismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1626 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre