AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Véronika Nentcheva (Traducteur)Eric Naulleau (Traducteur)
EAN : 9782264041593
284 pages
Éditeur : 10-18 (05/01/2006)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Une blague juive - " Le Pentateuque ou les cinq livres " d'Isaac se présente entre autres comme une anthologie de ce genre littéraire à part entière - pourrait résumer le présent roman : - Ah ça, j'en ai vu du pays ! S'exclame Isaac Blumenfeld.
Autriche - Hongrie, Pologne, Union Soviétique, Allemagne... - Ah bon ? Tu as visité tous ces coins ? S'étonne Mendel. - Pas du tout, je n'ai jamais quitté mon village ! Voici qui illustre exemplairement le destin du pe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Krout
  29 mai 2020
Circoncis mais pas concis, ce récit où un juif commence son errance par de longues circonvolutions l'amenant à changer trois fois de pays sans même se déplacer ! Pas banal donc cette pseudo-autobiographie d'un fétu de paille balayé par le vent turbulant de l'Histoire. Plutôt ballot, innatendu. Malheureusement par trop de juiveries me voilà tenu à distance d'un livre relativement nombriliste. D'où l'impression de traîner mes pieds dans une enième ressuée sur les deux guerres mondiales et leur concert de lamentation malgré des éclairs littéraires et une vivifiante ironie.

"Loin de moi l'idée, mon cher lecteur, de te confondre avec la pauvre rosse que je dois mener sans but précis au milieu des monotones difficultés de parcours qui jalonnent l'existence mais, objectivement parlant, on jurerait que tel est bien le cas et je t'en demande pardon." p.78

Soudain bien plus qu'un éclair, une phrase rédemptrice, étincelante étoile au-dessus des nuages : "Hello, doc Joe, je sais que la guerre est une chose horrible, qui fait de l'homme son complice - tantôt conscient, tantôt inconscient. Je ne représente pas, l'instance qui prononce les arrêts, aussi laisse-moi t'assurer que je ne me souviens de toi que pour le meilleur" p.234
Là, Isaac, déjà éminemment sympathique mais impénitent bavard, prend une toute autre dimension et de me souvenir qu'il ne faudra qu'un juste pour ? ... racheter tous les autres 😏. Merveilleux petit livre plein de tendresse et d'humanité qui se termine magnifiquement sur ce : "Pardonne-moi, Stefan Zweig, vieux malin qui apprenait aux autres comment vivre mais qui prit la poudre d'escampette ! Puisque la vie nous est donnée à vivre, nous la vivrons, rien à faire !" p.284
Aussi avant de devoir allumer une bougie : Shabbat Shalom.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          332
paulotlet
  04 mars 2011
C'est l'histoire d'Isaac Blumenfeld, tailleur juif de Galicie, dont le pays changea cinq fois de domination, qui fut austro-hongrois, soviétique ou polonais, emprisonné par les uns et les autres, méprisé par presque tous. Ce roman truffé d'anecdotes et d'histoires drôles raconte sur un ton presque badin le drame d'un homme, le drame d'une communauté. On rit beaucoup, on pleure aussi, parfois en même temps.
Commenter  J’apprécie          30
VACHARDTUAPIED
  08 avril 2013
Premier volet d'une trilogie s'achevant avec Adieu Shanghai, le Pentateuque ou les cinq livres d'Isaac n'est pas seulement le récit d'un fils de tailleur juif d'Europe centrale c'est aussi celui d'une communauté ballottée par L Histoire. Sans bouger de son shtetl de Galicie, on se retrouve tour à tour sujet de Sa Majesté l'empereur d'Autriche-Hongrie, citoyen de la république polonaise créée après 14-18, camarade de l'URSS naissante, classé «sous-homme» par les nazis du IIIe Reich... Ainsi en est-il de notre héros qui, avant les camps de la mort, rêvassait en cousant, plutôt en «retourn [ant] les vieux caftans déteints». Angel Wagenstein, né en 1922 à Plovdiv en Bulgarie, qui connut l'exil, l'internement et la guerre, se refuse à tout pathos et c'est émaillée de chochma (blagues), que l'auteur et scénariste raconte la tragédie des juifs de la Mitteleuropa. Isaac Blumenfeld au crépuscule de sa vie rappelle un bon mot de Sholem Aleikhem, le Molière yiddish : «Je Te remercie, Seigneur, pour ce grand honneur, mais n'aurais-Tu pu choisir un autre peuple ?»
Lien : http://next.liberation.fr/ne..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
philippesoskin
  20 mai 2018
remaquablement drôle , étincelant de joie
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
KroutKrout   10 juin 2020
J'étais fidèle à Sarah, je le jure. Mais pour être tout à fait sincère, j'ajouterais que cette fidélité tenait peut-être avant tout à la rareté des occasions susceptibles d'infirmer ou de confirmer mon assertion précédente. En pareille circonstance, je te conseillerais de ne pas accorder foi à celui qui te jurerait que pour rien au monde il ne toucherait à la langouste sauce tartare, sans t'assurer au préalable qu'il se soit déjà trouvé en position de le faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
KroutKrout   16 juin 2020
il faut signaler que les talmudistes du sanhédrin de Babylone furent jadis sollicités afin d'élucider une certaine énigme : pourquoi Jéhovah attendit-Il le sixième jour pour créer l'homme et la femme ? La réponse des Sages fut on ne peut plus claire : Adam et Eve étaient juifs et fussent-ils apparus le premier jour qu'ils eussent rendu fou le Créateur à force d'avis et de recommandations.
Commenter  J’apprécie          92
VACHARDTUAPIEDVACHARDTUAPIED   08 avril 2013
Ne va pas chercher, je te prie, la moindre logique dans mon destin car ce n’est pas moi qui dirigeais les évènements, mais bien plutôt l’inverse – je n’étais ni la pierre du moulin, ni même l’eau qui fait tourner celle-ci. Je n’étais que le grain à moudre et les desseins du Meunier, gloire à Son nom pour des siècles et des siècles, me demeurent impénétrables.
Commenter  J’apprécie          30
KroutKrout   15 juin 2020
Tout ce drame des rêves envolés d'un adjudant, aux allures de tragédie antique par sa sombre grandeur, tenait en quatre mots :
" La guerre est finie ! "
Commenter  J’apprécie          50
paulotletpaulotlet   19 avril 2012
Ah ça,j'en ai vu du pays ! s'exclame Isaac Blumenfeld. Autriche-Hongrie, Pologne, Union Soviétique, Allemagne... - Ah bon ? Tu as visité tous ces coins ? s'étonne Mendel. - Pas du tout, je n'ai jamais quitté mon village !
Commenter  J’apprécie          20

Video de Angel Wagenstein (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Angel Wagenstein
Angel Wagenstein - Adieu Shanghai .Emmanuelle Collas présente l'ouvrage d'Angel Wagenstein "Adieu Shanghai". Parution le 6 février 2015 aux éditions Galaade. Rentrée littéraire 2015. Traduit du bulgare par Kracimir Kavaldjiev et Véronika Nentcheva. http://www.mollat.com/livres/wagenstein-angel-adieu-shanghai-9782351763735.html Notes de Musique : ?Opium? (by Albert Glasser). Free Music Archive.
Dans la catégorie : Littérature bulgareVoir plus
>Littératures indo-européennes>Balto-slaves : Bulgare, macédonienne, serbo-croate>Littérature bulgare (8)
autres livres classés : littérature bulgareVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox