AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Celui qui bave et qui glougloute (10)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  

Ajouter une critique
idevrieze
  18 novembre 2013
Imaginez un western avec Lovecraft....

Oui, je sais, parfois, je suis violente avec les images que je vous projette... Mais pourtant, c'est tout à fait cela que je vous propose . Et n'oubliez pas d'y ajouter des extra terrerstres pendant qu'on y est... Alors, je ne sais pas vous, mais j'ai deux questions qui me viennent avec Roland C. Wagner. La première : quand il écrit une nouvelle, est-ce qu'il écrit des thèmes sur des bouts de papier et hop il en tire deux ou trois? La seconde : comment il fait ? Trois nouvelles que je lis de lui, trois fois qu'il s'en sert pour me surprendre sur le thème choisi et trois fois qu'il s'en sort à merveille. Je me suis mais marrée en voyant le choix du sujet traité et surtout de la manière dont il a été traité.

Toutefois, faites attention à vos références avant de commencer. Néophytes, lisez d'abord plein de choses sinon vous n'y comprendrez rien et vous passerez à côté, ce qui serait fort dommage. En tous cas, Celui qui bave et qui glougloute, non content d'avoir un titre surprenant, est à l'image d'un plat exotique qu'on goûte pour la première fois : on n'est pas sûr de ce que l'on va manger, on prend son courage à deux mains pour le goûter, on est surpris des saveurs qui explosent sur son palais et après, on est fier de dire qu'on a goûté


Un cocktail détonnant que l'on peut prendre en toute confiance.

En effet, c'est un format court donc ne vous attendez pas à de longues explications sur l'univers. L'auteur compte sur nous. Il pioche dans des références assez connues ici : les légendes du western avec des personnages comme Jesse James, les Dalton, Buffalon Bill... Ensuite, il prend aussi la conquête de l'Ouest. Prenez avec cela les invasions extra terrerstres. Et enfin, vous prenez le Nécromicon. Si vous savez de quoi je parle, vous pouvez vous lancer gentiment, sans frayeur aucune.

Sinon, j'espère que vous ne vous attendez pas à ce que je vous raconte l'histoire, non? Bien sûr que non.... Fiez vous au style de l'auteur, à ses références et à son esprit tordu. Si vous avez envie de vous détendre, savourez moi cette nouvelle.
You might also like:
Lien : http://labibliodekoko.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
TwiTwi
  26 février 2011
Euh ? ... Gné ?

Oui, Celui qui bave et qui glougloute est un petit roman (ou une longue nouvelle, au choix) complètement déjanté.

"Des créatures à quatre bras, originaires de la planète Mars, combattraient désormais aux côté des Indiens, à qui elles auraient fourni des fusils crachant de terrifiants "rayons de la mort" que l'on dirait tout droit sortis de l'imagination de M. Jules Verne !"

Cet extrait du Washington Post datant du 5 avril 1890 résume assurément la situation.

Entre le western, l'hommage assumé à Lovecraft et l'invasion d'extra-terrestres avec la fermeture éclair dans le dos, cette novella a pour vocation de faire rire et d'amuser. Et un peu de perturber aussi car vraiment les Indiens, le rayon de la mort, les Dalton, les extraterrestres et le Nécromicon, ça se mélange a priori aussi bien qu'un morceau de steak dans un milkshake bananes (et là, vous me remerciez pour la vision d'horreur qui vient de vous traverser l'esprit).

Faut quand même avouer que ma suspension d'incrédulité en a bavé (par contre elle ne glougloute pas, je vous remercie). C'est drôle par moments mais j'ai rencontré quelques difficultés à rentrer dans l'histoire à proprement parler. Est-il nécessaire d'avoir lu Lovecraft pour adhérer ou alors suis-je réfractaire aux mélanges incongrus des genres ?

Je dois avouer avoir fait une légère association d'idées entre ce livre et le film Cowboy contre Alien de Jon Favreau qui sortira en aout prochain.

Lien : http://ledragongalactique.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Ccelia
  13 octobre 2016
Voici un récit très farfelu qui nous donne envie d'en connaître l'issu dès le début de l'histoire. Un très bon moment et pas mal de rire en imaginant les scènes.
Commenter  J’apprécie          30
Snow
  16 février 2014
Une novella riche en rebondissement avec du western, des "extra-terrestres", des livres interdits, des femmes déguisées des hors la loi goinfres… Bref, un cocktail détonnant à découvrir
Lien : http://bulledelivre.wordpres..
Commenter  J’apprécie          30
BaronBreton
  07 octobre 2012
On dit que certains choisissent leur livre au résumé, d'autres à la couverture, ou alors simplement au titre. Et bien là les trois me conviennent et annoncent aussi clairement la couleur avec son titre et sa couverture !

La couverture d'abord, une immondicité sans nom qui semble avalé ce qui semble bien être ce bon vieux Lucky Lucke ; puis le titre "Celui qui bave et qui glougloute" : 1/ ca me fait furieusement pensé au pseudo du ridicule méchant de la saga de J.K. Rowling et 2/ on dirait bine l'un de noms capable d'adopter l'une des immondicités de Lovecraft *bis repetita* ; et le résumé suffit à achever l'idée que l'on s'en fait ! Aucun doute ça sent le steampunk western et avec certainement un petit côté déjanté !

Et bien c'est tout à fait ça ma bonne dame !!!!

Amérique du Sauvage Ouest Sauvage est aux abois, les indiens font reculer la frontière ! Quelle honte, quel culot ! Qui plus est ils semblent bien aidés par des entités extra-terrienne ! Pour résoudre ce problème contre nature, le gouvernement "engage" Kit Carson, célèbre chasseur de prime (il vient juste de capturer Jesse James), fort de son expérience il n'est en rien rebuter par l'apparence des ennemis mais plutôt curieux et pour mieux comprendre il fait appel à son tour à son ami le professeur Lévêque un "spécialiste" de l'occulte et de l'étrange qui expose une toute autre théorie sur l'origine du mystère... Et je n'en dirait pas plus !

Cette nouvelle est un petit bijou pour fan de steampunk mais aussi et surtout de Lovecraft, là ou le maitre de la terreur faisait trembler ses personnages Wagner les fait accepter les situations alors qu'elles ont de quoi se faire dresser les cheveux sur la tête. En quelques pages Wagner dresse tout ce qu'il faut du steampunk avec tout ce qu'on peut lui connaitre, sans jamais voir ses personnages trop choquer au contraire ils foncent, avant de nous dévoiler son vrai hommage : Lovecraft. toute sa mythologie y est, même son écriture, sa "patte" !

Jusqu'au dénouement final qui semble plus que logique et normal à la vu du titre ! Mais qui reste quand même une surprise car cela partait d'une bonne intention (mais tout part d'une bonne intention).

De l'action, du steampunk, du mystère, des hommages (aussi bien aux Sauvage Ouest Sauvage qu'à Lovecraft) et même une méthode pour lire le Necronomicom sans danger ! de quoi passer un très agréable moment et d'avoir du dépaysement ! Même s'il sera plus agréable pour un admirateur du père de Cthulhu et des Grands Anciens !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Joeph
  17 mars 2019
Une nouvelle qui nous plonge au temps du western, celui du futur, où l'on y croise des personnages connus de cette époque au milieu d'une guerre à caractère cosmico-monstrueuse. L'introduction s'ouvre sur l'ouest sauvage de l'Amérique, avec une compagnie de Tuniques bleues encerclés par les Amérindiens, dont l'assaut final va être très improbable.

Ça se lit facilement, bien écrit, avec une narration qui passe essentiellement par les dialogues au travers de plusieurs personnages, dont deux protagonistes. Mais je trouve que l'ambiance à la fois sérieuse et drôle se définit mal et les références sont trop appuyées sans donner plus de consistance à celles-ci, puis il y a cette impression que les choses s'eparpillent pour pas grand chose.

Cela dit, l'histoire utilise la mythologie de Lovecraft et notamment le fameux ouvrage d'Abdul Alhazred, qui y prend une place importante.
En tant que lecteur de Lovecraft, j'ai eu plaisir à retrouver le concept de l'innommable dans une histoire qui n'a à prori aucun rapport avec la mythologie. Celle-ci gagne en épaisseur, non pas par les informations apportées - le caractère trop léger (quoique) de "Celui qui bave et qui glougloute" ne peut s'accorder avec le mythe créée par Lovecraft, qui de toute manière en reste le seul et unique signataire - mais par son univers littéralement étranger à celui du Mythe de Cthulhu qui donne au Necronomicon une émanation littéraire hors du temps, renforçant son aura déjà si insaisissable au sein des nouvelles de Lovecraft.

Cette nouvelle se veut rendre hommage au mythe des Grands Anciens sur fond de western steampunk déjanté. À lire si on connaît bien le Cycle de Cthulhu, sinon ça me paraît dispensable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Winter
  17 avril 2012
En 1890 dans l'Ouest américain, les dernières révoltes indiennes éclatent.
Mais voilà que les tribus volent de succès en succès et écrasent leurs adversaires blancs. C'est que les indiens ont de nouveaux alliés, d'étranges créatures que l'on dit venues de Mars et qui semblent invincibles. Face à cette improbable alliance, l'armée est impuissante. Inutile de se voiler la face, la frontière recule ! A ce rythme, les indiens auront rejeté les blancs à la mer avant la fin de la décennie. Au moment où la situation semble désespérée, les vénusiens viennent offrir leur aide aux blancs pour combattre les martiens. Que cache donc cette apparente bonne volonté des sauterelles géantes vénusiennes ? Kit Carson et l'agence Pinkerton sont sur le coup car pour tout arranger, les frères Dalton et Jesse James se sont associés et foncent droit vers la zone des combats !

Vous l'aurez compris, Celui qui bave et qui glougloutte est un pur délire steampunk.
Rolland Wagner réunit la fine fleur de la légende du West pour faire face à un bestiaire à mi-chemin entre la Guerre des Mondes et Lovecraft. On rit beaucoup à la lecture de cette novella, archi bourrée de références et d'hommages, dans la pure veine des récits d'aventures publiés par Weird Tales ou Amazing Stories.
Un très bon moment de lecture et de détente où le l'amateur de SF s'amusera à repérer les diverses influences et clins d'oeil. Jubilatoire pour le moins.

Ce court récit fut publié à l'origine dans l'anthologie Futurs Antérieurs (présentée par Daniel Riche aux éditions Fleuve Noir en 1999) consacrée au steampunk puis dans la compilation de nouvelles de Rolland Wagner, Musiques de l'Energie ( chez Nestiveqnen en 2000). La version chroniquée est celle parue de façon isolée dans le cadre des rééditions des éditions des Trois Souhaits avec une illustration inédites de Caza.
Lien : http://www.eclipshead.net/co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Orkan-Von-Deck
  04 septembre 2011
Un western steampunk complètement barré qui reprends plein de réfèrence. ça plaira notamment beaucoup à tous les amateurs de Lovecraft et de son mythe de Cthulhu
Lien : http://steam-litterature.blo..
Commenter  J’apprécie          10
Tortoise
  25 août 2018
Encore une autre lecture qui m'attend depuis bien longtemps, et qui profite de cet élan FarWest/Lovecraftien qui me porte ces derniers temps...

Et, comme je m'y attendais, cette novella est un vrai bonheur de lecture !

On y trouve quelques légendes du "sauvage Ouest sauvage" (formulation récurrente ridiculement savoureuse ^^), des aventuriers un brin stéréotypés pour satisfaire les attentes du genre, mais aussi un bibliothécaire à l'étonnante longévité dans la ville de Providence, ou encore un professeur effectuant des recherches sur des entités extraordinaires qu'il soupçonne de se cacher derrière les extraterrestres Martiens et Vénusiens ralliés aux Amérindiens ou aux Colons dans une guerre de reconquête implacable...

Beaucoup de clins d'oeil et de références ne sont repérables qu'avec une bonne base de connaissances sur l'histoire américaine et tout particulièrement de la conquête de l'Ouest, et comme en ce moment je "suis dedans", cela a grandement contribué à mon immense plaisir de lecture, c'est certain.

Autrement, je pense qu'il ne peut être que bénéfique d'aller plus loin en effectuant quelques recherches sur les personnages et faits introduits ou évoqués en abondance : la plupart mènent à des faits historiques réels passionnant, bien plus qu'on ne pourrait le croire. :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Le_chien_critique
  02 mars 2016
Roland C. Wagner est un auteur qui n'a pas froid aux yeux : surnommer Celui dont on ne doit pas prononcer le nom en Celui Qui Bave et Qui Glougloute est au pire signe de stupidité, au mieux preuve de grand courage.

Nous croisons ici des indiens, des cow-boys, parfois très célèbres, Jules Vernes, le necronomicon et bien sûr Cthulhu en personne. Mais aussi des martiens et des vénusiens ! Faire de ses items un bon texte, l'auteur s'en tire avec les honneurs.

Un univers steampunk iconoclaste et drôle.
Pour conclure, ph'nglui mglw'nafh cthulhu r'lyeh wgah'nagl fhtagn
Commenter  J’apprécie          00
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2719 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre