AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Olivier Girard (Éditeur scientifique)
ISBN : 2843440718
Éditeur : Le Bélial' (01/02/2006)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Le 18 juin 1967, le monde retient son souffle : Arès-1 vient de toucher le sol martien dans la région de Chrysia Planitia. Si l'atterrissage est brutal, la sonde américaine a le temps de transmettre un unique cliché. Sur la photo, première représentation in situ d'un monde extraterrestre : le gros plan d'un Petit Homme vert tirant la langue à l'objectif... La nouvelle fait l'effet dune bombe l'humanité n'est plus seule dans l'univers ! Trente ans plus tard, en plein... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Beatson
  18 mai 2018
On trouve de tout dans ce roman et ce tout est farfelu. Si vous aimez les histoires burlesques ce livre vous tend les bras.
Deux personnages centraux : le Petit Homme Vert (Little Green Man) représentant sur terre de la planète Mars et un agent français, le narrateur, qui devient son garde du corps et presque ami.
L'histoire est pleine de rebondissements autour de thèmes tels que l'uchronie, la politique fiction, l'espionnage, la guerre, les OVNIs, le sexe, la drogue et bien évidemment le rock'n roll sans oublier la physique quantique (coucou, revoilà la fonction d'onde!).
Même si l'histoire et les personnages (surtout LGM) sont farfelus, tous ces thèmes sont suffisamment bien maîtrisés pour que la lecture soit agréable.
Commenter  J’apprécie          110
snybril
  18 août 2009
Encore et toujours mes devoirs de vacances. Aujourd'hui je vous propose un tableau de vert et de rouge, une récréation au milieu de toutes mes lectures trop sérieuses ou trop dramatiques. Il s'agit de l'histoire d'un petit homme vert, ou L.G.M, little green man pour ceux qui n'auraient pas le réflexe yuppie de migrer toute expression dans un anglicisme post-moderne pour le dessécher sous la forme d'un acronyme abscons.
Donc cette symphonie composée par Wagner. Nan, pas le compositeur allemand, Roland Charles Wagner notre romancier français, prolifique et souvent déjanté. Je disais donc, dans cette symphonie, la vie existe sur mars et elle a le bon goût d'envoyer sur terre l'un de ses ambassadeur. Un petit homme vert, forcément.
Tout de suite vous pensez à Frederic Brown et son délirant Martiens go home, et vous avez raison. le livre s'ouvre d'ailleurs sur une citation extraire du quidam et l'ensemble fait beaucoup penser à un hommage à l'oeuvre du maître.
Donc une quarantaine d'année avant l'action, les américains et les russes occupés à comparer leur virilité envoyaient des trucs dans l'espace. Ca vidait les caisses du contribuable, mais ça valait déjà mieux que de s'envoyer des bombes à neutrons à la figure. Tout est que les américains avaient envoyé une sonde sur mars. La première image en provenance de la sonde était un petit homme vert, en train de tirer la langue. Dès lors une course s'était engagée pour amener sur mars un équipage. Course remportée par les russes, les premiers à poser le pied sur la planète rouge et en ramener un ambassadeur, vert.
Le roman débute au moment ou le narrateur est chargé de retrouver la trace du martien, kidnappé par une bande de hippies. Il retrouve bien vite l'ambassadeur qui avait tout simplement fugué échapper aux délégations diplomatiques ennuyeuses et goûter au sexe, aux drogues et au rock ‘n roll.
Sitôt retrouvé, le petit homme vert se fera kidnapper pour de vrai par les agents rouges du KGB. Bien sûr notre narrateur, agent secret des services français sera dépêché à sa recherche. Une course poursuite excentrique et haletante nous tiendra alors en haleine jusqu'à la dernière page. Nous visitons une uchronie farfelue ou la guerre froide ne s'est pas arrêtée. Les américains sont sur le déclin et leur pays rongé par les ambitions démesurées du petit buisson se morcelle en états sécessionnistes comme la Californie, dirigée par le leader charismatique des Dead Kennedys. de leur côté, les russes s'ouvrent à une vraie démocratie et remportent petit à petit la victoire pour la suprématie mondiale. Je n'en dévoile pas plus mais l'histoire rebondie souvent dans des directions inattendues et rocambolesques.
Les intermèdes sous la forme de dépêches et d'extraits des journaux internationaux nous familiarisent avec cette tranche alternative de l'histoire. Les citations et références truffent le texte pour détourner les icônes de la culture populaire moderne. le résultat est croustillant et savoureux, on se surprend à délaisser l'intrigue pour dénicher les références, trouver des indices et se bidonner devant un Daniel Balavoine chantant je ne suis pas un martien.
Au final le roman est assez plaisant à lire et divertissant. Certainement pas l'oeuvre du siècle mais un sacré bon moment. Malheureusement, ce genre de livre risque vieillir très vite, trop référencé et trop engagé contre les impérialismes divers.
Lien : http://oiseauchanteur.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Le_chien_critique
  20 juin 2016
Tout le monde sait que les martiens sont de petits hommes verts.
Ce que l'on sait moins, c'est qu'ils sont aussi de chauds lapins !
Le 18 juin 1967, une sonde américaine envoyé sur Mars, transmet le cliché d'un petit homme vert tirant la langue. Elément de départ de cette uchronie, où l'URSS va devenir la grande puissance mondiale. Roland C. Wagner inverse les rôles, mais combat tous les impérialismes qu'ils soient Rouge, Vert, Blanc ou Jaune. Les seules couleurs étant dignes d'intérêts étant celles du psychédélisme.
Hommage, entre autres, au célèbre Martiens, go home ! de Fredric Brown, à la grimace de Einstein pour le côté quantique, nous suivons les péripéties cocasses et rocambolesque d'un petit homme vert, autrement dit d'un Little Green Man. Qui connait Roland C. Wagner sait que nous allons être face à une charge satirique de nos sociétés. Ici, nous croisons pêle-mêle des agents de la DGSE, du KGB, de la CIA, ainsi que d'affreux mercenaires à la solde des puissants. L'auteur revisite 40 ans de notre histoire récente, de la guerre froide à l'arrivé au pouvoir d'un certain Bush, alias Petit Buisson.
Avec humour, les grands refrains musicaux (Noir Désir - le Martien l'emportera), discours de ces décennies sont revisités à l'aune de la découverte du martien :
Sex Pistols : « God save the Queen - A fascist regime- They'll make you a Martian - Without any passion »
Général de Gaulle : « Ces Martiens… ces Martiens que l'Amérique nous envoie à la face sont des veaux - petits et un peu verts, mais des veaux tout de même. »
Bourré de références aux événements passées, il est parfois difficile de saisir toutes les allusions.
Nous découvrons ce monde alternatif grâce à des extraits d'actualités ouvrant les différents chapitres. Même si l'intrigue est prétexte, la partie thriller d'espionnage est pour moi faiblarde, manquant de dynamisme, et entrainant certaines longueurs (peut être dû en partie à son parcours éditoriale atypique ?). J'ai trouvé aussi que la démonstration était parfois assénée de manière un peu trop appuyée.
Mais face à une production littéraire actuelle bien consensuelle (Roland, tu nous manque !), lire L.G.M. est salutaire. A 4€ la version électronique sans DRM, pourquoi sans priver ?
Sex & Drugs & Rock & Roll. Réduire L.G.M. à cela serait faux. Il faut plus voir cette maxime comme un grand cri de révolte à la face de l'engeance impérialiste.

Lien : http://lechiencritique.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Arutha
  05 octobre 2016
Comment être sévère avec un livre aussi sympathique ? Cette légère (légère ?) uchronie est en effet l'occasion d'afficher plus d'un sourire sur nos faces ravies. Dans cette guerre que se livrent les services secrets Etatsuniens (pour reprendre l'expression de l'auteur) et les services secrets Soviétiques (non, Gorbatchev n'a pas terminé sa démocratisation), ou croyez-vous que vont les sympathies de Wagner ? D'autant que le président US n'est autre qu'un certain Petit Buisson qui a une tendance prononcée à verser dans le fascisme. Les agents nord-américains sont souvent présentés comme des individus sans scrupule tandis que les membres du KGB sont montrés sous un meilleur jour. Je n'ai pas pu m'empêcher à la lecture de repenser à un texte que j'ai commis avec quelques camarades. Même ton, même délire, même image des services secrets américains, même indulgence vis à vis des agents soviétiques. Sauf que j'avais une quinzaine d'années. Depuis j'ai mûri (du moins je l'espère) et même si je n'ai (toujours) pas la naïveté de croire que les Etats-Unis sont le modèle de démocratie qu'on veut bien nous faire croire, j'ai appris à nuancer mon propos, en particulier vis à vis de l'Union Soviétique. Et de fait, le roman de Wagner ressemble plus à l'oeuvre d'un potache qu'à celle d'un écrivain mature.
Reste que L.G.M. est un roman drôle et sans prétention. S'attaquer à l'Amérique de Bush est toujours salutaire. C'est un clin d'oeil évident à Martiens Go Home de Fredric Brown même si, en dehors d'un martien farceur, il y a peu de point de comparaison entre les deux oeuvres. Loin d'être un chef-d'oeuvre, il se laisse lire avec plaisir. Même si je doute qu'il me laisse dans l'esprit plus que quelques traces dans six mois d'ici.
(Chronique écrite le 2 août 2010)
Lien : http://aruthablog.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mazuay
  20 juillet 2011
Amour, Sex & Rock n' Roll !!
En fait, se serait plus Humour, Sex & Rock n' Roll... et un Petit Homme Vert (pour les non anglophones, LGM signifie little green man, soit petit homme vert). Et d'où vient-il ? de Mars, bien sûr ! Et que fait-il ? ... des conneries...
[...]
Lien : http://question-sf.over-blog..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
BeatsonBeatson   18 mai 2018
[M: LGM (Martien)]
M. - Dis-moi, camarade inquisiteur du KGB, tu n'aurais pas le numéro de Dieu ?
I.P. - Le numéro de quoi ?
M. - De qui !
I.P. - De qui ?
M. - De Dieu !
I.P. - De Dieu ?
M. - Oui, Son numéro de téléphone !
I.P. - De… de téléphone ?… De… de D-D-Dieu ?…
M. - Ben oui. Il faut que je Lui passe un coup de fil. Ça urge.
I.P. - Qu'est-ce qui est si urgent ?
M. - D'appeler Dieu.
IP. - Pourquoi ?
M. - Pour Lui demander où il a mis les clefs.
I.P. - Les clefs de quoi ?
M. - Les clefs de l'Univers. Il faut qu'on trouve la sortie au fond de l'espace avant que les probabilités ne s'effondrent.
I.P. - Quelles probabilités ?
M. - Celles qui entretiennent ton existence et la mienne - et la vôtre. Tu n'imaginerais pas l'incroyable quantité de hasards qui a été nécessaire pour qu'on se retrouve tous les cinq dans cette cellule… Nous ne sommes que des probabilités concrétisées, les gars ! Et d'autres sont là, à l'affût, qui n'attendent que de prendre notre place…
A2, en ukrainien - Qu'est-ce qu'il raconte ?
M. - Alors, vous pigez, c'est pour ça qu'il faut que j'appelle Dieu, pour Lui demander les clefs de l'Univers avant que les briques du mur ne se mettent à bouger, à entrer et à sortir comme des tiroirs… (Deux secondes de silence. En français :) Putain, j'ai une de ces gaules !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BeatsonBeatson   18 mai 2018
La mode de ces accessoires vestimentaires était récente dans les pays de l'Est, où ils avaient longtemps été considérés comme un symptôme de la décadence de l'Occident, au même titre que le rock'n'roll, les sitcoms ou, m'avait-on assuré, l'eau chaude. Mais les récentes déclarations de Gorby, selon lesquelles confort matériel et diversité culturelle n'étaient en rien contradictoires avec l'idéal du socialisme, avaient ouvert en grand une porte déjà déverrouillée et entrebâillée par la Glasnost et la Perestroïka, et les élégantes moscovites s'étaient ruées sur les cuissardes et escarpins aux talons démesurés qui avaient soudain fait leur apparition dans les magasins de la capitale. Il était difficile de ne pas faire le lien avec la subite augmentation du nombre d'entorses et de chevilles cassées constatée depuis le début de l'automne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BeatsonBeatson   21 mai 2018
"Les États-Unis demeurent une démocratie, et je fais confiance au peuple américain pour ne pas se tromper une fois de plus lorsqu'il choisira son prochain président."
Puis il a ajouté avec un sourire rêveur :
"Et ça ne serait pas plus mal s'il portait une robe."
Commenter  J’apprécie          52
MeroMero   29 mai 2013
« Vous n'avez pas d'armes, sur Mars ? »
Cette réplique n'était pas plus originale que sa remarque, et sa réponse le fut encore moins : « Pourquoi en aurions-nous ? Elles ne nous serviraient à rien. »
Si , songeai-je. À vous défendre contre les Terriens quand ils auront décidé de vous imposer leur volonté. Ce qui, les connaissant, ne saurait tarder.
Commenter  J’apprécie          30
JeanLucTJeanLucT   18 août 2011
Alors que les principales préoccupations de la population des USA
portent sur la situation économique - catastrophique -, le Petit Buisson a en effet axé
sa propagande sur "la grandeur de la nation américaine" et sur la nécessité
d'entretenir une force de frappe capable de "tenir tête aux hordes soviétiques".
On voit là l'influence du lobby de l'armement et des grandes compagnies pétrolières
qui ont financé sa campagne, mais aussi celle, grandissante, de l'aile droite du
parti républicain et de ses faucons pour qui seule une guerre nucléaire - victorieuse -
contre l'URSS peut permettre aux USA de reprendre le leadership mondial.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Roland C. Wagner (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roland C. Wagner

Zone Franche : Science-fiction et recherche en astrophysique : influences réciproques ? 4/4
avec Stephen Baxter, Roland C. Wagner, auteurs, Jean-Claude Dunyach, auteur et ingénieur aéronautique, Raphaël Granier de Cassagnac, auteur et physicien des particules et François Hammer, astrophysicien, chercheur au CNRS et fondateur du (GEPI) laboratoire Galaxies, Etoiles, Physique et Intrumentation de l'Observatoire de Paris-Meudon. Table ronde animée par Laurent Kandel. Traduction Sylvie Miller
autres livres classés : uchronieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2727 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre