AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782414600977
108 pages
Edilivre-Aparis (13/04/2023)
5/5   1 notes
Résumé :
« Ce n’est pas parce que je suis vieux que j’ai une plus belle âme que les autres ou que je suis sage. Je me suis libéré de pas mal de fardeaux et mes passions sont moins virulentes, mais le feu s’anime encore en moi quand je lis, écris, écoute Wagner ou Coltrane… Je me défais du laid dès que je peux. C’est un boulot à temps complet, tu sais… Mais je suis parfois, même souvent, un vieux con. »

Mel quitte la maison de retraite où elle ne supporte plus ... >Voir plus
Acheter ce livre sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten
Que lire après Rides en cavaleVoir plus
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Aujourd'hui ils ne sont plus graves, circonspects, prudents. Ils n'essaient même pas d'être eux-mêmes. Ils le sont. Cette authenticité est touchante pour l'un et l'autre. Léon grâce à sa petite fille se sent ouvert de nouveau à la vie. Il est descendu de sa forteresse naturellement. Il a oublié sa vieillesse, il est là, ici et maintenant, conversant avec la jeunesse. Il s'aperçoit que sa maturité n'est finalement pas à son comble. Même s'il peut faire figure de phare pour Mélanie, il sait qu'il a beaucoup à apprendre d'elle. En ce sens il recouvre un but, il se reconsidère. Enfin il se libère de la dictature de l'habitude. L'habitude, ce monstre qui est le nerf du vieillissement et influe sur la peur de la mort.
Commenter  J’apprécie          80
"(Albert) Je n'ai jamais autant pensé à la mort depuis que j'ai décidé de vivre. Écrire est devenu une obsession car je veux laisser une trace. À qui ? À quoi ? Je ne sais pas (...) Peut-être pour résister au vide, pour remplir les creux, les fissures de mes blessures, pour que tout ne s'écroule pas. J'essaierai alors, en filigrane, de m'habituer à ce que les gens s'en aillent, à ce que rien ne soit immortel à part mes mots et sans doute rempliront-ils certains vides de quelques vivants. C'est si prétentieux de défier ainsi la mort mais je veux avoir cette arrogance."
Commenter  J’apprécie          70
Elle le fixait avec insistance mais, lui, n'avait guère besoin de savoir pourquoi. Ses yeux était rivés sur la route. Imperturbable. Mélanie était désolée, surtout blasée. Elle finissait par ne regarder que la route, elle aussi. Ils auraient pu sniffer la ligne blanche que ça n'aurait rien changé. Elle se forçait à penser à autre chose que ce néant, que ce manque absolu de poésie. Est-ce ça l'usure ? tout se balafrerait-il alors ?, se demandait-elle.
Commenter  J’apprécie          70
Si on est ouvert au monde, tout est toujours remis en question et cette remise en question fait exister le "je" . Mais comme on ne peut pas toujours être dans le doute, notre prise de position est souvent liée à notre survie. C'est l'amour-propre. Le garde-fou qui nous empêche de flancher, qui nous protège. Ce socle qui nous empêche de nous briser. À ne pas confondre avec l'orgueil.
Commenter  J’apprécie          70

Les plus populaires : Littérature française Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten


Lecteurs (2) Voir plus



Quiz Voir plus

avez vous lu la boite à merveilles

que s'appelle l'auteur de ce roman?

ahmed sefrioui
victor hugo
mohemed kamal
najib mahfoud

18 questions
1041 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre

{* *}