AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Tokyo revengers tome 1 sur 29

Aurélien Estager (Traducteur)
EAN : 9782344064009
196 pages
Glénat (27/03/2024)
4.21/5   285 notes
Résumé :
À 26 ans, Takemichi a le sentiment d’avoir déjà raté sa vie. Vivotant de petits boulots ingrats tout juste bons à payer le loyer d’un studio miteux, il se lamente sur le désert de sa vie amoureuse lorsqu’il apprend la mort de Hinata, la seule petite amie qu’il ait eue… La jeune fille et son frère ont été les victimes collatérales d’un règlement de comptes entre les membres d’un gigantesque gang, le Tokyo Manji-kai. Encore sous le choc, Takemichi est à son tour victi... >Voir plus
Que lire après Tokyo revengers, tome 1Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
4,21

sur 285 notes
5
15 avis
4
12 avis
3
7 avis
2
0 avis
1
2 avis
Aujourd'hui sort un nouveau shonen que j'attendais avec impatience et qui ne m'a pas déçu ! Je parle bien évidemment de Tokyo Revengers dont 10 tomes sont déjà parus au Japon et dont le premier arrive enfin en France aux éditions Glénat. C'est ce qu'on appelle un Furyo, un manga de baston, avec des racailles, des le genre GTO, King of Ants etc…

Mais !

Car il y a un truc en plus chez Tokyo Revengers, qui vous fera rester même si vous n'aimez pas particulièrement le genre, c'est le voyage dans le temps ! Tout le scénario de ce manga repose sur Takemichi, 26 ans, loser de service dont la vie n'est pas la plus palpitante qui soit. Il enchaine les petits boulots et semble assez aigri et blasé par sa vie. Au départ, on ne sait pas vraiment pourquoi il en est là, mais on se doute que les choses on dû mal tourner à un moment ou un autre.

Et un soir, alors qu'il regarde le journal télévisé, il va apprendre la mort de son ancienne (et unique) petite amie et du petit frère de la jeune femme au cours d'un règlement de compte au sein d'un même gang : le Tokyo Manjikai. Takemichi va être très affecté par cette perte, et alors qu'il prend le métro, il va avoir la sensation de chuter sur les rails et tomber dans les pommes.

Sauf qu'à son réveil, il ne se trouve plus en 2017 mais en 2005, soit 12 ans plutôt, dans son corps d'adolescent. Il se rappelle pourtant tout de sa vie de jeune adulte, et se retrouve de fait, un peu perdu. le pitch est plutôt bon, et le voyage dans le temps très ingénieux, car sans trop en dire, sachez qu'il n'est pas à sens unique. Il va y avoir une composante très interessante à la fin du premier chapitre.

À partir de là, on va surtout suivre Takemichi dans le passé car il va devoir empêcher la mort de sa future ex petite amie ! Pour cela, il va devoir empêcher certains déroulement au sein même du Tokyo Manjikai. Sauf que voilà, les choses ne sont pas simples quand on n'est qu'en 4ème et que l'on doit souvent se soumettre aux racailles bien plus balezes que vous.

Curieusement, j'ai trouvé que pour un Furyo, il n'y avait pas trop de baston, il y en a beaucoup moins que dans Shonan Seven ou King of Ants par exemple. de plus, il n'y a pas de fan-service comme c'est le cas pour les deux titres que je viens de citer, ce qui apporte une petite touche plus sérieuse. Même les rares bagarres ne sont pas surjouées, et j'ai plutôt l'impression que le mangaka mise son écriture sur la détermination et sur les bonnes valeurs de ses personnages plutôt que sur les baston à foison.

Tokyo Revengers est donc une excellente surprise ! J'avais beaucoup d'attente pour ce titre, et clairement, je ne suis pas du tout déçu. le titre brille par son intelligence et par la profondeur de ses personnages qui sont moins bourrin que dans les autres manga du même genre (en tout cas pour ceux que j'ai pu lire). Essayez au moins le premier chapitre, même si ce n'est pas votre délire, ça ne coute rien, et qui sait vous aurez peut-être une bonne surprise 😉
Commenter  J’apprécie          240
J'ai lu Tokyo revengers que j'ai adoré qui est un bon manga qui ce lis vite et est en une 30 aine de tome. Je conseil a tous les fans de manga car c'est l'histoire d'un garçon qui va se faire sauver par un monsieur alors qu'il allait se faire écraser par un train et va voyager dans le temps. Bref‚ j'ai adoré ce manga
Commenter  J’apprécie          231
Aujourd'hui, je vous parle d'une nouveauté que j'attendais beaucoup compte tenu de la hype autour du titre, et de l'excellente qualité du premier chapitre que j'avais eu l'occasion de récupérer au format papier en librairie. Car oui, Glénat a mis les petits plats dans les grands pour cette sortie qui représente un petit événement. La sortie en question, c'est donc celle du premier tome de Tokyo Revengers, série de Ken Wakui pré-publiée au Japon depuis 2017 dans le Shonen Magazine. Il s'agit de la première série de l'auteur à nous arriver en France, et il s'agit d'un furyo, c'est à dire un manga de « racailles », genre que je connais assez peu (je crois que Young GTO est la seule série 100% furyo que je lis). de quoi parle donc cette nouvelle série ?

À 26 ans, Takemichi a le sentiment d'avoir déjà raté sa vie. Vivotant de petits boulots ingrats tout juste bons à payer le loyer d'un studio miteux, il se lamente sur le désert de sa vie amoureuse lorsqu'il apprend la mort de Hinata, la seule petite amie qu'il ait eue… La jeune fille et son frère ont été les victimes collatérales d'un règlement de comptes entre les membres d'un gigantesque gang, le Tokyo Manji-kai. Encore sous le choc, Takemichi est à son tour victime d'un accident qui le ramène inexplicablement 12 ans en arrière, lorsqu'il était au collège et se donnait des airs de mauvais garçon. Et si c'était pour lui l'occasion de sauver Hinata ? Mais en tentant de modifier le futur, Takemichi se retrouvera inexorablement mêlé aux complots se tramant autour du Tokyo Manji-kai et de son charismatique et mystérieux leader…

On le voit au résumé, ce manga n'est pas simplement un furyo, l'auteur y amenant une pointe de fantastique avec cette idée du voyage dans le temps qui permet d'emblée de mettre en avant un questionnement qui a été l'objet d'un nombre incalculable de fiction : et si on nous donnait l'occasion de revivre notre vie et d'en modifier le cours ? C'est ici ce qui arrive à Takemichi, éternel loser qui se voit propulsé douze ans jour pour jour en arrière, alors qu'il a appris juste avant la mort de la seule petite amie qu'il a jamais eu, Hinata. Une fois le choc de la projection dans le temps passé, Takemichi va à la rencontre de la jeune fille alors qu'elle est toujours sa petite amie, et se rappelle la belle personne qu'elle était. de ce fait, il va décider de faire ce qu'il peut pour la sauver.

De ce postulat de base tout simple découle une histoire à mi-chemin entre le furyo et le thriller, mâtiné d'un peu de romance entre ces deux personnages. de ce fait, plusieurs points sont importants à souligner dès ce premier tome. Tout d'abord, le genre veut que les personnalités soient très affirmées, avec si possible des looks très distinctifs pour les différents personnages. D'emblée, on constate aux coupes de cheveux, au langage et autres détails que le travail est de qualité. Chaque personnage a un design très travaillé qui permet, même s'ils sont pour le moment peu développés, de tous les distinguer. C'est un très bon point pour moi qui a parfois du mal à reconnaître les différents personnages dans Young GTO par exemple, car ils manquent d'éléments distinctifs. Et même si on est dans le premier tome, plusieurs personnages au caractère et au look bien défini font déjà leur apparition en plus de Takemichi et Hinata (qui quant à elle ne vient pas du tout de ce milieu, mais a un fort caractère malgré tout). Certains m'ont déjà donné de sacrés frissons par l'aura qu'ils dégagent… Un excellent travail donc sur ce point, qui s'étend d'ailleurs à l'esthétique et l'ambiance globale du titre, de grande qualité.

Autre élément incontournable du furyo, la baston ! Ici, on a déjà droit à un peu de combat, dont un affrontement assez important pour le développement de cette introduction. Et c'est déjà une belle réussite puisque la violence du combat est parfaitement retranscrite. C'est un des éléments qui me plait dans l'idée que je me fais du genre, cette débauche de violence entre des personnages qui sont pourtant des ados. Non pas que je sois un grand adepte de la violence, mais c'est justement le décalage entre l'âge des personnages et cette violence que je trouve intéressante et perturbante. de ce fait, ce genre de séquence me fait ressentir des émotions assez forte, ce qui est le cas ici.

Tout ceci contribue à faire de ce premier tome une excellente introduction à l'univers de cette série, mais là où il passe clairement au niveau supérieur et devient un tome véritablement brillant, c'est dans l'écriture de son personnage principal, à qui on donne la possibilité de devenir quelqu'un de meilleur en revivant son passé. En effet, Takemichi est comme je l'ai déjà précisé un loser, vivant seulement de petits boulots dans lesquels il est plutôt incompétent, et dont la seule petite amie qu'il ait jamais eu est morte. le fait de pouvoir revenir en arrière afin de la sauver sera pour lui l'occasion de devenir meilleur. D'ailleurs, on voit au début qu'il envisage de ne pas se prendre la tête et laisser Hinata mourir. Mais en voyant que cette dernière souhaite le protéger car elle a conscience d'être la plus forte des deux, il décide de changer afin de la sauver. Ainsi, la caractérisation de Takemichi et Hinata m'ont déjà ému et je suis totalement acquis à la cause du héros. C'est pour cela que je disais que ce premier tome était mâtiné de romance, cet aspect étant à mes yeux fondamental à la fois dans l'ambiance du titre et dans la caractérisation et les motivations de son personnage principal. Ainsi, avec ce travail de qualité sur ce couple principal et sur les changements qui se produisent déjà chez Takemichi, le titre a acquis mon adhésion totale, et est devenu un coup de coeur immédiat. J'avais dit après lecture du tome 3 de Beastars que c'était un des prétendants au titre de meilleure série de 2019 à mes yeux, mais je peux aussi dire que si les tomes suivants de Tokyo Revengers sont du même niveau que ce premier, il sera un concurrent de taille !

En résumé, j'en attendais beaucoup de ce premier tome de Tokyo Revengers, et il ne m'a pas déçu. Bien au contraire, il est déjà allé au-delà de mes espérances en réussissant à être très dense, définissant les enjeux et l'univers de la série de façon très claire, et arrivant même à développer et caractériser plusieurs personnages importants très rapidement. Ce travail est d'autant plus remarquable sur Takemichi et Hinata, qui m'ont déjà beaucoup touchés. de ce fait, j'ai hâte de suivre la suite des aventures du jeune héros, dont l'évolution déjà amorcée dans ce premier tome m'intéresse au plus haut point. Et j'ai surtout hâte de savoir si les tomes à venir seront du même niveau d'excellence que ce premier, qui figure dans mes coups de coeur du moment, en étant clairement LA lecture indispensable du mois, avant de voir si la suite transformera l'essai pour en faire la lecture de l'année… En attendant, je suis conquis !
Lien : https://apprentiotaku.wordpr..
Commenter  J’apprécie          41
Voilà un manga dont j'ai beaucoup entendu parler sur les réseaux sociaux. Un tout petit peu pour l'histoire, beaucoup pour la traduction.


► En ce qui concerne l'histoire :

À 26 ans Takemichi Hanagaki a la sensation d'avoir raté sa vie. Il enchaîne les petits boulots ingrats dont il se fait irrémédiablement virer à chaque fois. Il apprend un jour que son ancienne petite amie du collège et le petit frère de celle-ci ont été les victimes collatérales d'un règlement de compte entre membres du gang Tokyo Manji. Alors qu'il rentre chez lui, il est poussé sur les voies du métro et avant l'impact est propulsé 12 ans en arrière. Il a 14 ans, retrouve ses potes de collège, sa petite amie de l'époque Hinata Tachibana, et les membres du Tokyo Manji qui lui faisaient vivre un enfer...


→ les mangas consacrés au voyage dans le temps il y en a pléthore. En cherchant sur une base de données j'en ai compté pas moins de 80... Bon ici ce qui compte c'est bien le côté furyô et le côté suspense, à savoir en modifiant le passé Takemichi réussira t-il à sauver son ex dans le futur ?, qui priment. Pourtant la façon dont les passages dans le temps s'effectuent est un peu fantaisiste. On sent que l'auteur ne s'est pas franchement cassé la tête...


→ un point qui m'a vraiment gêné est que lors des sauts dans le temps c'est bien le Takemichi de 26 ans qui se retrouve dans son corps de 14 ans. Or sa mentalité, ses réactions, son attitude sont clairement ceux d'un ado. Il est trouillard, pleurnicheur, défaitiste,... Certes à 26 ans il n'est pas un modèle d'adulte raisonné, mais j'ai trouvé le décalage dérangeant.


→ pour l'instant niveau intrigue ce n'est pas foufou. le début donne clairement envie mais une fois le saut dans le temps effectué et comme dit précédemment, j'ai un peu de mal avec le personnage de Takemichi. L'univers des gangs est vaguement effleuré et il y a peu de bastons (ce sont plutôt des pétages de gueule à sens unique).
Cette remarque est a relativiser car ayant lu le deuxième tome, qui est largement au-dessus, la suite est beaucoup plus intéressante.



► En ce qui concerne la traduction :

Franchement le manga n'est pas vraiment super agréable à lire. C'est un avis dû à des standards purement personnels ! le langage argotique / vulgaire est déjà assez fatiguant dans la réalité alors devoir en plus le lire donne l'impression de perdre quelques neurones... Parce qu'il y en a vraiment beaucoup. Si c'étaient seulement des insultes usuelles ça passerait beaucoup mieux. Mais là il y a un effort qui a été fait pour diversifier le langage qui a pour résultat d'alourdir les dialogues et de les rendre caricaturaux.

L'intrigue se déroule 2017 et les sauts dans le temps nous renvoient en 2005. Or l'argot utilisé est trop vieillot. J'ai l'impression d'être de retour dans ma jeunesse dans les années 90 avec des expressions que n'emploient plus vraiment les jeunes. En fait le traducteur est de la même génération que moi et ça se sent. Ça donne vraiment l'impression d'un vieux qui essaye de parler en langage jeune. Alors certes 2005 c'était il y a presque 15 ans mais 1990 c'était il y a 30 ans. le langage des jeunes entre toutes ces périodes a évolué. Ici il y a mix des époques qui donne un anachronisme niveau vocabulaire.

Je n'avais jamais entendu le mot "blarf" qui revient à plusieurs reprises et lorsque l'on cherche sur google il y a vraiment très peu d'occurrences. Apparemment ça vient de fomblard lui-même issue d'un mélange de bouffon et blaireau en verlan.


Bref, je pense qu'en fonction de nos âges et origines géographiques on aura tous une perception et une réception différentes de l'emploi de cet argot.



► Un dernier point qui m'a un peu dépité.

Il y a quelques semaines sur instagram j'ai regardé un live d'une personne qui présentait des nouveautés manga et dans lequel elle a abordé "Tokyo Revengers". Elle n'avait pas encore lu le tome mais a fait une remarque sur la couverture en louant le fait que la version française ne comporte pas de "swastika" (me souviens plus si elle a dit croix gammée ou swastika mais il était évident à sa remarque qu'elle ne savait pas faire la différence).

Toutes les couvertures japonaises comportent le manji 卍 qui est évidemment le symbole du Manji Kai. le manji n'est pas un swastika 卐 (dextogyre = qui tourne vers la droite) mais un sauwastika 卍 (sinistrogyre = qui tourne vers la gauche) qui au Japon est notamment un symbole du bouddhisme.

Je trouve ça dommage que l'éditeur n'ait pas eu le cran de faire figurer le symbole, qui n'a absolument rien de négatif, sur la couverture. Au lieu de ça ils ont une toute petite annotation en bas de page à l'ouverture du premier chapitre qui m'avait totalement échappée à la première lecture. Mettre le symbole et une explication plus détaillée aurait peut-être permis d'éduquer plus de gens qui font encore trop souvent le rapprochement avec le nazisme...
Commenter  J’apprécie          32
Comme les semaines précédentes avec One Piece et Dr Stone, j'ai pu découvrir Tokyo Revenger grâce à l'opération spéciale confinement de Glénat, permettant de lire le premier tome gratuitement pendant 24h, merci à eux ! J'hésitais depuis plusieurs mois à commencer à cause de l'aspect baston du titre même si les couvertures très stylées m'attiraient paradoxalement. Avec cette offre, plus de scrupule, je me suis lancée et j'ai eu raison !

Tokyo Revenger, shonen toujours en cours qui parait chez nous depuis un an maintenant, appartient au genre Furyo, c'est-à-dire ces mangas qui mettent en scène des loubards et leurs histoires de gangs. Sauf qu'ici, il y a un petit twist supplémentaire qui change la donne et procure une autre aura à la série. En effet, tout commence alors qu'un jeune homme d'une vingtaine d'année, un peu looser sur les bords, apprend que son ex-copine a été tuée. Il déprime beaucoup et tombe sur les rames du métro après s'être fait bousculer. Mais miracle, il n'en meurt pas et se réveille au contraire dans la peau et à l'époque de celui qu'il était il y a 12 ans, c'est-à-dire l'année où il sortait avec la fille en question. A l'époque, c'était une petite frappe dans son collège avec ses potes et il s'était frotté à la mauvaise bande, bande qui des années plus tard est peut-être responsable de la mort de sa copine. Il décide alors de tout faire pour changer le futur. Et ce n'est qu'une partie du tout début du scénario...

Comme on me l'avait promis, je me suis vite retrouvée embarquée dans la quête de rédemption du héros. Il faut dire que le mangaka a construit un scénario classique mais solide qui repose sur des valeurs qu'aimeront tous les amateurs de shonen : l'amitié et le don de soi pour les autres. le récit est rythmé et ce dès les premières pages. Il alterne entre sérieux et humour ce qui le rend très efficace. La petite touche fantastique apportée par le voyage dans le temps est bien gérée parce que l'auteur n'en fait pas trop, c'est juste le ressort nécessaire au héros pour le motiver. Ainsi, on ne peut être que happé par ce récit.

Un récit sur fond de guerre des gangs que j'appréhendais et que pourtant j'ai beaucoup aimé ici. Cela tient surtout au héros car à travers lui, on découvre ces chers loubards d'une autre manière. Premièrement, il les voit de son regard de jeune adulte qui a déjà vécu ça. Deuxièmement, il les côtoie dans un but bien précis et cette touche-là surtout est très intéressante, ça donne un petit côté thriller non négligeable à l'histoire. du coup, même si c'est peut-être caricatural, j'ai aimé les bastons super vives et violentes auxquelles on a assisté. J'ai aimé les manoeuvres des uns et des autres pour se frayer une place. Surtout, j'ai aimé les valeurs d'amitié sous-jacente que l'on sent dans le groupe du héros et peut-être entre le duo de tête de la bande rivale. Et puis, soyons honnête, ils ont quand même vachement la classe aussi ;)

Le dessin de Ken Wakui rend vraiment justice à ce milieu. Il est fin, précis et incisif. Les visages sont très expressifs. Les scènes de combat sont dynamiques et brutales. On en sent l'impact et la violence à travers les pages. Ses personnages ont également tous une identité graphique marquante, notamment grâce à leur dégaine et leur coiffure. J'aime beaucoup ce côté stylé qui en plus se rapproche de la réalité de ces bandes. Je savais déjà en voyant les couvertures que ça allait me plaire graphiquement, je n'ai pas été déçue.

Tokyo Revengers s'ouvre donc sur un premier tome prometteur, énergique, classe et percutant. L'auteur mène très bien sa barque. Il revisite un peu le furyo manga avec un biais original qui change la donne et apporte le petit truc en plus pour me faire accrocher sur ce genre de récit un peu trop classique et répétitif sinon. Là, il y a un vrai enjeu dans l'histoire et le dessin aussi bien que les valeurs mises en avant accrochent vraiment le lecteur. Je poursuivrai la découverte !
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
Commenter  J’apprécie          61


critiques presse (5)
LeMonde
02 septembre 2019
En mêlant les récits romantiques de mauvais garçons japonais à des astuces fantastiques éculées, le mangaka Ken Wakui offre un manga plutôt rafraîchissant.
Lire la critique sur le site : LeMonde
BoDoi
16 mai 2019
Véritable quête introspective, Tokyo Revengers est une enquête policière telle que pourrait la mener un profiler, plongeant dans sa propre psyché comme dans celles des autres.
Lire la critique sur le site : BoDoi
ActuaBD
13 mai 2019
Gros coup de cœur pour cette série qui revisite avec humour, puissance et sensibilité le genre du « furyo », ces mangas dont le personnel est composé de voyous au look aussi improbable qu'inquiétant.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Auracan
10 mai 2019
Qui ne s’est pas posé un jour la question de refaire le monde à l'envers pour améliorer son quotidien, voire transformer radicalement sa vie ou celle des autres ? C'est ce thème qu'aborde, avec beaucoup de talent, l'auteur complet Ken Wakui...
Lire la critique sur le site : Auracan
BDZoom
26 avril 2019
Avec Tokyo Revenger, les lecteurs français découvrent un maître du manga de furyo : Ken Wakui. Reconnu pour son dessin dynamique et percutant, il sait mettre en scène une jeunesse perdue dans un Tokyo loin des faux clichés d’une ville mal famée comme il est souvent facile de la décrire.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
- C’était un truc de ouf Takemichi !! - Tu m’as complètement bluffé !! - Hein ? - T’as tapé dans l’œil de Mikey l’intouchable !! - Ah bon ? C’est pas vrai … Ce psychopathe me kiffe ?!
Commenter  J’apprécie          30
— Rejoins-nous. J'aime ton style... Takemichi Hanagaki.
— Des mecs qui savent se battre... c'est pas ça qui manque. Mais ce qui est beaucoup plus rare, c'est les gens comme toi prêts à se taper contre n'importe qui pour protéger ce qui compte pour eux...
Commenter  J’apprécie          270
Face à ce genre de boloss... L'important, c'est le courage et la détermination. Faut être prêt à te prendre des coups dans la gueule ! Mais quoi qu'il arrive, t'écrase pas, reste debout... Quitte à en crever. Les baltringues... Ça les fait flipper.
Commenter  J’apprécie          70
Tokyo est évidemment le lieu parfait. Tokyo c'est loin, les gens y vivent vieux, mangent du riz et sont rarement diabétiques. Compte tenu de ce qui m'arrive, savoir que je ne finirai pas aveugle et amputée des deux jambes est une joie.
Commenter  J’apprécie          50
Tu dois enregistrer le plus d'informations possibles sur le Tokyo Manjikai.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Ken Wakui (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ken Wakui
Quand Chifuyu était aux côtés de son capitaine.
Voici le spin-off officiel de Tokyo Revengers se focalisant sur la rencontre entre Keisuke Baji et Chifuyu Matsuno, ainsi que sur la séparation qui les attend… Des épisodes inédits sur leur amitié naissante, les jours passés ensemble, les combats partagés, avant que l'inéluctable destin ne les rattrape…
Yukinori Natsukawaguchi adapte fidèlement l'univers de Ken Wakui pour donner vie aux personnages et offrir aux lecteurs des scènes tout aussi mythiques que dans l'oeuvre mère. Une oeuvre incontournable pour tout fan de Tokyo Revengers.
Letter from Keisuke Baji, tome 1, disponible le 20 mars.
https://www.glenat.com/shonen/tokyo-revengers-letter-keisuke-baji-tome-01-9782344061213
+ Lire la suite
autres livres classés : mangaVoir plus
Les plus populaires : Manga Voir plus


Lecteurs (758) Voir plus



Quiz Voir plus

Tokyo Revengers

Quel surnom donne Manjiro Sano au héros ?

Takemichou
Takémichi
Takemikawaii

10 questions
154 lecteurs ont répondu
Thème : Tokyo revengers, tome 1 de Ken WakuiCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..