AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2709661942
Éditeur : J.-C. Lattès (09/05/2019)

Note moyenne : 4.17/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Dans la petite ville universitaire de Santa Lora, en Californie du Sud, une maladie mystérieuse plonge les habitants dans un sommeil persistant. C'est d'abord Mei, jeune étudiante d'origine chinoise, qui découvre sa colocataire Kara en état de sommeil profond, qu'elle fait évacuer à l'hôpital. C'est ensuite au tour de Libby et Sarah, deux jeunes soeurs dont la mère est morte peu après leur naissance, de voir leur père frappé du même mal. Puis ce sera Rebecca, attein... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
aurore34490
  28 mai 2019
On se trouve dans une petite ville universitaire de Californie, Santa Lora, une ville où il fait bon vivre, calme et agréable. La rentrée universitaire a eu lieu depuis peu et chacun prend ses marques, des soirées s'organisent, les gens apprennent à se connaître. Mais, une étudiante s'endort profondément et ne se réveille pas. On l'évacue à l'hôpital. Petit à petit, le mal se propage, des étudiants du même étage s'endorment également. On les met alors en quarantaine. Mais sans explications, la maladie du sommeil, comme on l'a appelé s'étend petit à petit à la ville entière et les cas se multiplient. Des adultes, des vieillards, des enfants sont retrouvés endormis. On manque de place, l'armée intervient. Chacun doit s'isoler, se méfier des autres pour ne pas tomber malade. Pourtant, il faut aider les dormeurs, ils ont besoin d'être nourris et hydratés pour ne pas mourir. Les scientifiques ne comprennent pas d'où peut venir ce virus, le pays a peur et en même est curieux et se pose des questions. On lance de fausses rumeurs, serait-ce une supercherie ? Une jeune fille Rebecca, s'est endormie sans savoir qu'elle est enceinte, Ben et Annie tentent de protéger leur bébé de la maladie mais vont-ils y parvenir, Nathaniel, professeur de biologie, s'inquiète surtout pour Henry, l'homme qu'il aime qui est en maison de repos. Mei et Matthew, deux étudiants se battent pour aider le plus grand nombre. Combien de temps va durer ce virus, d'où vient-il ? Comment soigner ces malades ? Tout ce qu'on sait, c'est que tous ces dormeurs rêvent. Quand certains vont commencer à se réveiller, ils vont expliquer qu'ils ont vu le futur, qu'ils savent ce qui va se passer mais est-ce réel ?
Ce que l'on peut dire de ce roman c'est qu'il ne laisse pas indifférent ! Quand j'ai commencé ma lecture, j'ai craint de m'ennuyer, on ne peut pas dire qu'il soit rempli d'action. Mais, je me suis laissée emporter par l'histoire, par le mystère de ce virus. On a envie de comprendre, le cas de ces habitants est loin d'être commun. La plume de l'auteur est fluide, agréable, elle utilise un vocabulaire plutôt soutenu et fait référence, à de nombreuses reprises, à des références de la littérature qui ont pu aborder le sujet des rêves. On s'attache aussi à certains personnages. le virus atteint plus d'un millier de personnes mais au milieu de tout ce monde, on a quelques protagonistes qui m'ont touchée : Ben, l'époux d'Annie essaye de reconstruire son couple, apprend à être père car, si pour une femme c'est quelque chose d'inné ce n'est pas forcément le cas des papas. Il montre sa sensibilité, son amour pour son épouse, et après la maladie on sent encore plus sa détresse. Mei, la jeune étudiante chinoise, a trouvé la première malade. C'est une jeune fille très réservée qui n'a pas d'amis, est solitaire mais on la voit se libérer tout au long du roman, prenant des décisions, avançant pour aider son prochain. Matthew, son ami, est plus énergique, il montre une certaine maturité et en même temps de l'inconscience. Il fait des choix difficiles mais intelligents pour un garçon de son âge, quitte à en souffrir.
On se perd parfois entre les rêves et la réalité de certains, l'auteur entremêle les deux selon les moments. J'ai ressenti de la joie lors des premiers réveils, de la colère face à certaines réactions relevant de la bêtise humaine, de la tristesse face à certains événements. Ce roman nous donne un panel d'émotions assez large. Ce livre remue beaucoup. La fin pourtant manque d'explications à mon sens : que deviennent tous ces gens ensuite ? Ou que vont-ils devenir ? Beaucoup de questions se posent, élargissant le champ des possibles, mais, comme tous phénomènes irrationnels, il semble en effet compliqué de donner des raisons.
En conclusion, un très bon roman, bien écrit, qui m'a beaucoup touchée malgré le manque d'action qui rend l'ensemble un peu trop linéaire malgré tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
culturevsnews
  10 juin 2019
Ce style narratif ! Dès le premier paragraphe, j'ai su que j'allais être ainsi entraîné dans cette histoire, quelle qu'elle soit, par l'écriture. Il y a quelque chose là-dedans, la façon dont Karen Thompson Walker raconte cette histoire. C'est un récit à la troisième personne et je me sentais à l'écart comme si je regardais ça sur film ou sur scène, mais en même temps, il y a une intimité qui permet au lecteur d'avoir un lien avec ces personnages, leurs peurs, leur solitude, leur passé, et leurs rêves de ce profond sommeil. Bien que cela m'ait semblé très visuel, je n'ai pas trouvé le langage trop descriptif. C'était clair, concis et beau.
Dans une petite ville de Santa Lora, en Californie, la maladie du sommeil, causée par un virus, frappe d'abord une résidence universitaire. Un par un, ils sont emmenés à l'hôpital, jusqu'à ce que des médecins et des infirmières tombent dans ce sommeil, et l'hôpital ainsi que le dortoir sont mis en quarantaine, puis la bibliothèque où les patients débordés sont emmenés et le gymnase où les étudiants du dortoir touché sont emmenés. C'est un sentiment étrange car Santa Lora est placée en quarantaine - personne n'entre ou ne sort. Nous voyons la crise à travers la vie d'un assez grand nombre de personnages qui ne sont pas dépeints comme de simples statistiques, mais comme de vraies personnes que nous connaissons ou que nous pourrions être. Rebecca, la deuxième victime est allongée à l'hôpital et nous apprenons quelque chose sur elle qu'elle ne peut pas savoir dans son état de sommeil avant que les rêves ne lui viennent. Mei, une étudiante solitaire de première année d'université pour qui la crise permet de nouer des liens. Sara et Libby, des filles de onze et douze ans, qui sont obligées de prendre soin d'elles-mêmes. Anne et Ben et leur fille nouveau-née, s'adapter à leur rôle de parent et faire face à la crise. Ce sont là quelques-uns des personnages que j'ai appris à connaître et dont je me soucie avec d'autres, alors que le récit alterne entre leurs points de vue, se chevauchant parfois lorsqu'ils se connectent les uns aux autres.
Une lecture apocalyptique plutôt calme (enfin, ils dorment et rêvent n'est-ce pas:-) et j'ai aimé ça. La façon dont il est écrit, calme, pas beaucoup de grande action dramatique qui est souvent vu dans les romans dystopiques, c'est un rapport calme mais aussi émotionnel d'un drame qui se déroule en Californie sur un campus étudiant. Tout à coup, les élèves s'endorment et ne se réveillent pas. C'est comme un virus qui se propage. Notre expérience dans ce monde est personnelle et différente pour tous, mais ce sont des romans qui nous font nous sentir plus connectés à l'expérience humaine. Quand de mauvaises choses arrivent, nous essayons tous de chercher des réponses, mais en fin de compte, les réponses se trouvent en nous-mêmes et dans les gens qui nous entourent, pas nécessairement dans le monde chaotique et imprévisible dans lequel nous vivons.
Note : 9/10
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lolapop93
  02 juin 2019
= Une ville plongée dans le sommeil. =
Le roman se déroule dans une petite ville universitaire de Santa Lora en Californie.
La rentrée universitaire a eu lieu depuis peu de temps, chaque étudiant commence à prendre ses marques et apprennent à se connaître.
Mais, une étudiante quittée une soirée prétextant se sentir souffrante, peut-être un début de grippe. Elle va s'endort profondément, mais ne se réveillera pas !
Elle sera découverte part sa colocataire, Mei qui rentre en fin de journée et la trouve toujours endormie et ne réussit pas à la réveillé. Elle c'est Kara, elle sera évacuée à l'hôpital.
‘‘Les secouristes noteront dans leur rapport que la jeune fille n'a pas été réveillée par les hurlements de la sirène et les feux du gyrophare. Elle a dormi malgré les secousses dues aux nids-de-poule tandis que l'ambulance fonçait vers St Mary's où, après plusieurs vaines tentatives, deux médecins constatent qu'ils ne parviennent pas non plus à la tirer du sommeil.''
Mais son cas va se généraliser petit à petit et les étudiants vont être mis en quarantaine. Aucune explication ne sera donnée et la maladie du sommeil s'étend petit à petit à la ville entière. Touchant autant les adultes, les personnes âgés et les enfants. Chacun doit s'isoler, se méfier des autres pour ne pas tomber malade. Les scientifiques ne comprennent pas d'où peut venir ce virus, le pays a peur et en même est curieux et se pose des questions.
La quatrième de couverture et surtout la thématique principale du roman : le rêve m'a bien intrigué.
J'ai été agréablement surprise de découvrir une plume fluide et une autrice qui utilise un vocabulaire soutenu, de la vraie bonne littérature.
De plus, elle fait référence à différentes littératures qui ont été abordées sur le sujet des rêves.
Cet qui m'a beaucoup intéressé et plus, car pour moi le sujet reste une énigme et curieuse de nature j'ai appris beaucoup de choses.
Concernant les personnages, ils sont bien construits et on suit (pour ceux qui ne sont pas endormis bien évidemment !!) ce qui se passe dans leur tête, comment ils vivent cette situation qui les dépasse et va bouleverser non seulement leur vie, mais la vie d'une ville entière.
Le lecteur va se retrouver dans une histoire comme dans un huis clos, toute une ville en quarantaines !
Des personnages auxquels on s'attache et qui vont révéler leur vraie nature.
Mais un virus ou une pandémie dont personne n'arrive à trouver la cause !
Un roman entre rêve et réalité que l'autrice a su mener jusqu'au bout. le lecteur se perd parfois à savoir s'il se situe dans le rêve d'un personnage où dans la réalité ! Magistrale que cet art de savoir susciter cet état d'esprit chez son lecteur.
La joie, la colère, la tristesse parfois ; voici ce que l'autrice réussit à transmettre à son lecteur à travers son roman.
Par contre, deux choses m'ont dérangé dans le roman.
La première est les longueurs dans le roman, à certains moments du livre, j'ai eu l'impression de stagner dans une situation où l'action n'est déjà pas le principal.
Ensuite, j'ai été dérouté par la fin ! La tête remplit de questions telles que : que vont devenir les personnages, ceux qui se sont réveillés ou pas. J'ai comme un arrière-goût de pas assez, comme si il manquait une fin.
Mais en relativisant, je me dis que comme toutes choses ou phénomènes irrationnels, il est bien compliqué de donner une explication à toute cette histoire.
Un bon roman, bien écrit, qui m'a beaucoup touchée malgré certaines longueurs. Un sujet très intéressant pour moi. Un roman que j'ai apprécié et que je recommande aux curieux.

Lien : https://livresdeblogue.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
mimi85600
  06 octobre 2019
Une petite ville de Californie du Sud, Santa Lora, est subitement frappée par un curieux virus : les gens s'endorment profondément et ne parviennent plus à se réveiller. Les premières victimes sont des étudiants vivant dans une résidence universitaire. Tous au même étage. Les autorités décident donc de mettre ce bâtiment en quarantaine après avoir évacué tout le monde sauf les habitants de l'étage contaminé. Mais le virus, sournois et incontrôlable, va toucher de plus en plus de monde et c'est toute la ville qui sera placée sous cordon sanitaire.
Que se passe-t-il réellement au sein de cette petite bourgade ? Comment est arrivé ce mal étrange ? Comment se propage-t-il ? Comment la ville va-t-elle se sortir de cette épidémie ? Comment ses habitants vont-ils vivre les évènements ? Voila ce que vous découvrirez en plongeant dans cette histoire au style très littéraire qui peut déstabiliser au début. Pour ma part, j'ai mis quelques 60/70 pages à m'y habituer avant de pouvoir enfin apprécier ma lecture.

Contrairement à ce que la thématique pourrait induire, ce roman n'est pas rythmé, tout ne va pas à cent à l'heure. L'auteur prend, au contraire, le temps d'installer ses personnages et son histoire afin de créer une vraie atmosphère et une grande sensation d'immersion. J'ai beaucoup aimé suivre Meï, la colloc de la première étudiante frappée par la maladie, puis Sarah et Libye, les deux soeurs de 11 et 12 ans qui se retrouvent livrées à elles-même quand leur père s'enfonce à son tour dans le sommeil et enfin ce couple de professeurs, Ben et Annie avec leur bébé de quelques semaines.
En revanche, la fin laisse quelque peu a désirer et m'a, personnellement, laissée sur ma faim. En effet, en refermant ce livre, j'ai eu l'impression de ne pas en savoir beaucoup plus sur ce virus que lorsque je l'ai ouvert. Je ne peux pas dire que c'était une mauvaise lecture, au contraire, mais je suis restée un peu mitigée avec cette conclusion qui pour moi n'en n'était pas une.
Merci aux éditions JC Lattès pour m'avoir permis de découvrir ce roman.

Lien : https://myleunelectures.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
parisianpoetry
  21 mai 2019
« Des rêves infinis » m'a empêché de dormir tant j'ai été saisie par son intrigue. Des heures après l'avoir terminé, je vous garantis que, comme moi, vous penserez encore aux personnages colorés de Kristen Thompson Walker, à leur passé tout comme à leur avenir.
Le décor est, à première vue, des plus banals. Une petite ville universitaire en Californie où il fait bon de vivre. En marchant à travers ses rues ensoleillées, vous rencontrerez quelques personnes âgées, un jeune couple à priori comblé par la naissance de leur petite fille, ainsi que des étudiants accablés par le poids des études et de leurs ambitions toujours plus grandes. Mais, petit à petit, d'étranges événements viennent perturber cette tranquillité que tous pensaient acquise. Une étudiante s'endort pour ne plus se réveiller. Puis une autre. Et d'autres encore. C'est la panique et l'incompréhension. Comment expliquer un tel phénomène ?
Captivante : c'est peut-être le mot le plus apte à décrire cette oeuvre. La plume de l'autrice vous séduit dès la première page, et ses personnages paraissent si réels que chacune de leurs paroles et chacun de leurs gestes font sens. Bravo à la traductrice Isabelle Chapman pour son excellent travail.
Je dois dire qu'il reste à la fin du livre trop de questions sans réponse à mon goût. Trop d'histoires sans conclusion. Toutefois, je suis reconnaissante à Netgalley et à JC Lattès de cette découverte, et c'est certainement une autrice que je vais garder à l'oeil. À lire absolument.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
aurore34490aurore34490   28 mai 2019
On dit qu’à l’époque de la reine Victoria, les gens redoutaient d’être enterrés vivants. Eh bien, l’inverse se produit à Santa Lora – Certains gisant morts sur leur lit de camp sont pris pour des vivants.
Commenter  J’apprécie          10
aurore34490aurore34490   28 mai 2019
Santa Lora est victime d’une force ni vivante ni morte : un virus. Jusqu’ici inconnu. Et ce micro-organisme ne nage pas dans l’eau de ce lac qui s’évapore. Il voyage comme la rougeole, la variole et la grippe… par les airs.
Commenter  J’apprécie          00
Sophie_BazarSophie_Bazar   10 juin 2019
On a le sentiment que la ville se vide, alors que personne ne va nulle part.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Karen Thompson Walker (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Karen Thompson Walker

Karen Walker présente l'héroïne son roman L'Âge des miracles
Interview vidéo de Karen Thompson Walker, à l'occasion de la parution de son roman L'Age des miracles, paru aux éditions Presses de la cité. Entre roman d'anticipation et d'apprentissage, L'Age des miracles est un livre visionnaire sur la capacité d'adaptation de l'Homme, poussée ici à son paroxysme.
autres livres classés : virusVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Karen Thompson Walker (1) Voir plus




Quiz Voir plus

L'age des miracles de Karen Thompson Walker

Comment s'appelle l'héroïne de ce roman ?

Hanna
Julia
Marie
Cindy

7 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : L'âge des miracles de Karen Thompson WalkerCréer un quiz sur ce livre