AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2364681707
Éditeur : Editions du sous-sol (19/01/2017)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Norman Moonbloom est un rêveur qui n'a jamais réussi à aller au bout des choses. Après des études avortées, il se voit confier par son frère autoritaire un poste de gérant de plusieurs immeubles à New York, pour la plupart défraîchis et sur le point de s'écrouler. D'un air distrait et distant, il fait la tournée des locataires pour récolter ses précieux loyers. Mais alors que la mission semble des plus simples, il va devoir se confronter à l'intimité des autres. Et ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (2) Ajouter une critique
LeaTouchBook
07 février 2017
Les éditions du Sous-sol ont toujours le don de surprendre, de découvrir une pépite ou de redécouvrir un grand auteur. Avec Moonbloom, je fais connaissance avec Edward Lewis Wallant et je ne peux que saluer cette sortie littéraire !
L'arrivée dans l'âge adulte est sûrement une des périodes les plus difficiles de la vie : un pied dans l'adolescence, un pied dans la vie active. On ne sait pas forcément ce que l'on veut, on ne sait pas nécessairement qui on est et surtout on a peur de l'avenir. Norman Moonbloom est un personnage parfait car il est très facile de s'identifier à lui: entre paresse et détresse, il cherche sa voie dans un monde qui avance trop vite...
Si au départ son côté flegmatique l'amène à rester sur un fauteuil et attendre que la journée passe, son univers va être totalement modifié et bouleversé lorsqu'il doit s'occuper de plusieurs immeubles remplis d'occupants excentriques, attachants, tous différents. La cohabitation est parfois difficile mais tel un réveil existentiel le jeune Norman va prendre sa vie en main et secouer le panier. C'est en traitant les problèmes à la fois sociaux et d'aménagement que notre antihéros va se découvrir et se révéler au monde.
Ce roman initiatique est drôle, émouvant et original ! Je n'ai qu'une envie : me replonger dans cette histoire qui donne envie d'avancer, de se dépasser et de sourire aux autres et à soi-même. Il suffit de trouver sa place, de se raffermir au dedans pour s'agrandir au dehors (Victor Hugo le dit lui-même!).
En définitive, un roman d'apprentissage surprenant et touchant !
Lien : http://leatouchbook.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
Marlom
29 avril 2017
Roman intéressant. Peut parfois agacé avec un côté trop allégorique dans l'histoire, pourtant il reste la description attachante de Norman Moonblom qui éclaire tel le personnage de "Fenêtre sur court" la vie de différents habitants de 3 immeubles miteux de Manhattan.
On sent l'âme de la ville planer tout au long du récit. Les personnages fantasques du voisinages agissent comment autant de fissures qui illustre les faiblesses humaines , attachant donc.
Si on met de côté l'aspect "comte" du roman pour s'en tenir à sa face plus réaliste pour se concentrer sur le récit, on passe un bon moment sous les étoiles.
Commenter  J’apprécie          10

Les critiques presse (1)
LaLibreBelgique14 février 2017
Une singulière tranche de vie.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations & extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui13 mai 2017
L’italien est une très belle langue quand on sait le parler. Ils sont là, ces Italiens de la deuxième et troisième génération pour – comment vous dites : – rafraîchir les connaissances. Ah ! Il faut voir ces langues qu’ils parlent, des dialectes, et leur accent ! De Bari, ils venaient les parents – leur italien, on dirait du chinois. Et les Siciliens, avec leur accent de paysans. Moi, je dis : ‘Ne vous vantez pas que vous savez un peu d’italien. Dites que vous n’avez jamais entendu personne parler cette langue et venez ici sans rien, pour apprendre correctement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui13 mai 2017
Elle avait la peau comme une éponge, et de son cou, on ne voyait que les tendons ; quant à ses seins, ils étaient tellement creux qu’ils ne projetaient aucune ombre. Tout est comme ça. On m’apporte des photos d’aliments qui ressemblent à des détritus, et moi j’arrive à les rendre appétissants. Les enfants qui ont l’air de petits anges dans les magazines – je leur enlève la morve du nez et les boutons du visage et je donne à leurs yeux vitreux le brillant de la rosée du matin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ValleerieValleerie17 février 2017
Un an plus tôt, il avait cependant refermé son livre de podologie avec une tranquille détermination ; c’était le dernier champ qu’il avait choisi d’explorer après la comptabilité, l’art, la littérature, la dentisterie et le rabbinat.
Commenter  J’apprécie          30
SZRAMOWOSZRAMOWO23 février 2017
Il s’arrêta net dans la brume d’un blanc couleur de perle, car il venait soudain de comprendre quelque chose de regrettable : ce n’était pas lui le fantôme, pas aujourd’hui – c’étaient ces lieux et sa vie d’avant qui étaient fantomatiques. Quelle qu’ait pu être l’intensité de son aspiration à retrouver la paix et la tranquillité qu’il avait connues pendant la plus grande partie de sa vie, il en était maintenant irrévocablement exclu. Il balayait du regard la ville silencieuse qui luisait sous la pluie, et son désir l’étouffa quand il comprit que sa vie abominable de ces derniers mois était tout ce qu’il avait. L’image de ses épouvantables locataires s’imposa devant lui ; immenses dans ce paysage en miniature, ils piétinaient en marchant son passé si serein.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Mary63Mary6323 juin 2017
je suis continuellement constipé, s'écria basellecci avec colère. Je reste assis là, les yeux fixés sur cette horrible bosse. Impossible de me détendre. La peur me paralyse le sphincter. Je vais réellement tomber malade , ça ne va pas tarder, et à ce moment là, je vous ferais des poursuites en justice. Vous êtes obligé de faire quelque chose.
- le batiment est ancien, monsieur basellecci. Mais, je vais voir ce que je peux faire.
- vous allez voir, vous allez voir ? qu'est ce qu'il y a à voir ? Vous l'avez sous les yeux -pas besoin de lunettes pour le voir. Allez y, essayez donc vous même ; Fermez la porte et asseyez vous. Vous verrez bien si vous arrivez à quoi que ce soit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Video de Edward Lewis Wallant (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Edward Lewis Wallant
The Pawnbroker (1964) - Trailer
autres livres classés : roman d'apprentissageVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle

Autres livres de Edward Lewis Wallant (1)Voir plus




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
12798 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre