AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jean Launay (Traducteur)
EAN : 9782070732005
157 pages
Éditeur : Gallimard (30/01/1994)

Note moyenne : 4.28/5 (sur 18 notes)
Résumé :
« Une plume préfère dire une chose incongrue plutôt que de se reposer ne fût-ce qu’un moment.
Peut-être est-ce là le secret d’une écriture de qualité, c’est-à-dire qu’il faut toujours que quelque chose d’impulsif entre dans l’écriture. »

Robert Walser
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Edouard22
  10 avril 2020
Un brigand, cela peut être aussi un mauvais sujet, inclassable et incernable. C'est ce sens qui est retenu par Robert Walser dans "Le Brigand", publié en 1925, où l'auteur se décrit en fait lui-même par le biais d'un narrateur qui parfois se confond d'ailleurs avec le personnage principal.
Ce roman est le dernier écrit par Robert Walser et, pour cet auteur tout du moins, on se demande si le principe d'entropie ne se vérifie pas : on n'y retrouve pas les qualités de lyrisme et de poésie qui nous enchantaient dans des oeuvres antérieures comme "Les Enfants Tanner" ou d'autres. Au contraire on y trouve plutôt un récit déstructuré, éclaté, à la façon d'un vase précieux de Chine qui se serait brisé en mille morceaux : quelques uns seulement restent beaux en eux-mêmes au milieu d'un multitude éparse.
Puisqu'il s'agit d'un brigand, et donc d'un personnage réprouvé par la société, le lecteur se demande si Robert Walser n'a pas voulu en toute connaissance de cause user de mauvaises manières dans son style et son récit, en lui ôtant tout lyrisme et en le rendant presque pénible et désagréable à lire du fait par exemple de ses phrases courtes et de sa ponctuation qui hachent littéralement le récit, ou des promesses non tenues de reporter à plus tard l'évocation de tel ou tel sujet.
Brigand est le personnage principal du livre, brigand est aussi le narrateur : les deux se confondent puisque c'est lui, Robert Walser.
Une déception certaine donc que la lecture de ce roman qu'un admirateur de Robert Walser regrettera d'avoir lu. Déception aussi vis-à-vis de la quatrième de couverture, quelque peu trompeuse comme parfois.
Traduction Jean Launay
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
laurentgui
  27 juillet 2014
Ce roman met en scène un homme, le brigand, qui se comporte de façon un peu marginale, en décalage avec les gens dits « moyens ». Il gêne un peu et est jugé par les autres principalement à cause de sa relative excentricité et du fait que les gens ne parviennent pas à le cerner ou le dominer. Il est notamment en prise avec plusieurs femmes au cours de ce récit (effectué par un tiers qui se dit son ami). le ton du roman est nettement différent de celui des précédents, plus confus aussi selon moi : l'auteur s'adresse au lecteur, il montre du détachement et de l'ironie à son égard, il fait directement part de points de vue (parfois un peu brusquement), il est plus incisif en quelque sorte. En définitive, le fond comme la forme de ce roman ont nettement moins rencontré mon adhésion que les trois premiers romans du même auteur.
Commenter  J’apprécie          11

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
hupomnematahupomnemata   29 août 2019
La vie dit : "Je n'ai pas besoin de votre empressement, prenez plutôt soin de vous" et je crois qu'elle a raison : l'école doit prendre soin d'elle-même, l'école doit s'efforcer d'être en tout point, et donc uniquement, l'école. La vie a son propre fonds sur l'éternité, sa propre, éternelle et difficilement explicable destination. L'école n'a pas pour tâche de comprendre la vie et de l'intégrer dans l'éducation. L'éducation de la vie, c'est la vie qui s'en chargera et ce sera toujours bien assez tôt. Si l'école est à son propre service, qu'elle instruit les enfants uniquement dans son esprit à elle, la vie trouvera des enfants de ce genre beaucoup plus intéressants et les prendra peut-être dans ses bras, leur fera davantage connaître ses richesses. Car enfin la vie aussi a son esprit et c'est dans cet esprit qu'elle veut instruire ceux qui sortent de l'école. Et si les enfants, dès l'école, sont instruits dans l'esprit de la vie, la vie par la suite trouve cela très ennuyeux. Elle bâille et dit : "Laissez-moi dormir puisque vous m'avez déchargé de mes tâches. Les enfants savent déjà tout. Qu'est-ce que vous voulez que je fasse? Ils savent plus que moi sur la vie."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   12 novembre 2014
Quand je bois du vin, je comprends les siècles passés, je me dis qu’ils étaient faits eux aussi de choses présentes et du plaisir d’y trouver place. Le vin rend connaisseur de l’âme et de ses états. On considère alors à la fois tout et finalement rien. Dans le vin on voit les reflets du tact. Si tu es un ami du vin, tu es aussi un ami des femmes et le protecteur de ce qu’elles aiment. Les relations, même les plus compliquées, qui existent entre un homme et une femme sortent du verre simples comme des fleurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   12 novembre 2014
Beaucoup d’audacieux manquent de courage, et beaucoup de fiers, de fierté, et beaucoup de faibles, de la force d’âme de reconnaître leur faiblesse. Et on voit donc souvent des faibles se présenter comme des forts, des moroses comme des gais, des humiliés comme des fiers, des vaniteux comme des modestes, comme moi, par exemple, qui par pure vanité ne me regarde jamais dans la glace, laquelle glace me fait l’effet d’être insolente et désagréable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   12 novembre 2014
Une plume préfère écrire une chose incongrue plutôt que de se reposer ne fût-ce qu’un moment. Peut-être est-ce là un des secrets d’une écriture de qualité, c’est-à-dire qu’il faut toujours que quelque chose d’impulsif entre dans l’écriture.
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   12 novembre 2014
Le je-m’en-foutisme des piétons dans la rue irrite les automobilistes. Et puis, pour dire les choses rapidement, j’ai là un représentant qui ne m’obéit pas. Je l’abandonne à sa mauvaise tête. Je saurai superbement l’oublier. Mais il y a aussi qu’un type très moyen a eu quelque succès auprès d’Edith. Tout ce qu’on peut dire, c’est qu’il porte un de ces élégants chapeaux qui confèrent à tous ceux qui en portent un air à la mode.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Robert Walser (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Walser
Markus Raetz, Eben, 1971 Film disponible jusqu'au 20 mai 2020 Ce film de 1971 est publié dans le livre Markus Raetz, "Eben", publié par Edizioni Periferia, Lucerne en 2005. Il comprend un DVD et un texte de Max Wechsler intitulé "Eben, au Maroc avec Robert Walser". © 2005 Edizioni Perferia, Markus Raetz, Pro Litteris, ADAGP www.periferia.ch “Markus Raetz nous montre que l'image et donc l'idée du monde et de ses manifestations sont chatoyantes et littéralement l'affaire d'un instant.” Max Wechsler - Markus Raetz, Eben, 1971 Animation-film available until 20 May 2020 This animation-film was published in the book Markus Raetz, "Eben" by Edizioni Periferia, Lucerne in 2005. It includes a DVD and a text written by Max Wechsler entitled "Eben, in Morocco with Robert Walser". © 2005 Edizioni Perferia, Markus Raetz, Pro Litteris, ADAGP, www.periferia.ch
“Markus Raetz shows us that images and therefore our idea of the world and its appearances are iridescent and literally a matter of the moment.” Max Wechsler
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature suisseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
312 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre