AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Yvonne André (Traducteur)
EAN : 9782877309592
146 pages
Éditeur : Editions Philippe Picquier (24/08/2007)

Note moyenne : 3.12/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Dans une petite ville comme les autres en Chine, à l’époque de la Révolution culturelle, un garçon et une fille vivent une passion physique intense et bouleversante. Tous deux danseurs dans la même compagnie luttent avec violence contre l’irrésistible attirance qui les lie l’un à l’autre en défiant tous les interdits. Les corps qui dansent, qui se battent, qui s’aiment avec une fureur désespérée ou une joie radieuse, leurs odeurs, la sueur, la mélopée des porteurs d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  16 avril 2019
Cet ouvrage a fait scandale à sa sortie en Chine en 1986 par la franchise avec laquelle était abordée la sexualité ..
Dans une petite ville, à l'époque de la révolution culturelle, un garçon et une fille, tous deux danseurs dans la même compagnie vivent une passion physique intense et bouleversante.
Ce n'est pas une histoire d'amour mais une intense passion charnelle .
Ils savent qu'ils se sont mis au ban de la société car en Chine , la LIBERTÉ de l'individu doit s'effacer au profit de la COLLECTIVITÉ...
Le texte, violent ,charnel , fait de peaux, d'odeurs, de boutons , de sueur , de poils , de pleurs, de désirs exacerbés, du bruit de la ville et de celui des porteurs d'eau lors de leurs chants lancinants, de regards brûlants ou fuyants, d'étreintes dansantes , passionnées et brèves met en relief cette quête haletante du plaisir entravée par le monde environnant ...
Entre honte et douleur ils ne peuvent se passer l'un de l'autre, c'est comme un tourbillon sensuel où chaque mot , expression devient tactile .Une pulsion érotique lancinante et obsédante qui devient hypnotique ..
Ces deux corps que tout oppose s'aiment autant qu'ils se haïssent , avec fougue , rage , une passion où tous les sens : vue, odorat, fluides et odeurs sont minutieusement décrits par l'auteur...
Ils luttent entre la vive résistance opposée par la peur et la violence de l'attaque du désir ....se rencontrent en secret aussi bien dans l'ardeur du soleil que du refuge de la nuit ...
Leurs corps seulement retirent une jouissance aussi puissante que subtile ...
Ils ignorent ce que l'on appelle l'amour , ils savent simplement qu'ils ont un besoin irrépressible l'un de l'autre....
L'écriture est froide, précise, chirurgicale , sans chaleur humaine, désespérée...
Ce texte violent, cru ——qui peut ne pas plaire à tout le monde —-révèle la force incroyable
du désir qui brûle, , la palpitation des sens qui ne connaît ni barrière , ni tabou, ni loi d'aucune sorte...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          499
Foxfire
  23 mars 2015
Dans la Chine de la révolution culturelle, un garçon et une fille, danseurs dans une troupe, vivent une passion physique.
Anyi Wang place le corps au centre de son récit. Ce n'est pas une histoire d'amour qu'elle nous raconte mais une passion charnelle.
Le corps dans tous ses aspects nous est livré crûment, impudiquement ; les poils, les boutons, la sueur... aucun détail ne nous est caché.
C'est une rencontre par les corps qui nous est contée. A la litanie des entraînements où les corps se tordent, souffrent, succède la litanie de rencontres fugaces, de coïts mécaniques, où les corps ne souffrent pas moins. Tous les sens, vue, toucher, odorat..., sont évoqués dans ce récit de la façon la plus crue.
L'écriture est froide, clinique et, si elle sollicite les sens, est finalement dénuée de toute sensualité. La crudité du récit est troublante mais pas dans le bon sens du terme. Ce n'est pas de l'émoi que ressent le lecteur mais un malaise, une impression d'inconfort. Ce malaise que l'on ressent montre bien que le corps, lorsqu'il s'éloigne d'une imagerie aseptisée et idéalisée, le corps dans sa réalité crue, faite de fluides, d'odeurs, d'aspérité, le corps reste tabou.
L'auteure décrit plutôt bien les sentiments des personnages mais surtout par le biais du physique. Leurs émotions, ils les ressentent et les expriment avant tout par le corps. Ils crient, s'agrippent, se battent... La dimension psychologique est présente mais ne touche pas le lecteur. Les sentiments et sensations sont disséqués, examinés cliniquement mais ne suscitent pas d'émotion. Il y a trop de distance. Les personnages n'existent que par leurs corps. Ils ne sont que des enveloppes charnelles, leurs coeurs restent invisibles. D'ailleurs, ils ne sont jamais nommés. le lecteur ne ressent aucune empathie envers eux.
En bref, un exercice de style qui a du corps mais qui manque d'âme.
Challenge Petits plaisirs 20
Challenge Variété 17 (catégorie "un livre écrit par une femme")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Altervorace
  25 mai 2012
Pour le première fois sur Babelio -et j'espère la dernière- je ne me sens pas capable de donner une note à un livre. Comment chiffrer ce que je pense alors que je ne le sais pas vraiment ? Je ne m'attendais pas à un tel récit, à une telle écriture. L'auteur nous parle de deux danseurs, une fille et un garçon mais elle ne les nomment jamais et finalement on ne sait pas grand chose sur eux. Ils appartiennent à la même troupe mais semblent complètement en marge de leurs collègues. L'écriture est clinique, froide, précise. Sous nos yeux, leur passion et leur désir sont disséqués sans compassion et sans émotion. Leurs corps semblent prendre toute la place dans le roman, les corps dans toutes leurs vérités : avec leurs imperfections, leurs fluides, leurs odeurs. Je me suis souvent sentie mal à l'aise face à ce déploiement cru d'humanité. Cette écriture chirurgicale ne m'a pas permise de m'attacher aux protagoniste. Pourtant l'auteur fait preuve d'une certaine virtuosité dans sa manière de nous montrer les enjeux psychologiques du couple, à la fois oppressés par leurs désirs et par le Régime. La trame en elle-même est d'une simplicité extrême et d'une cruauté ordinaire, pas de grâce dans leur amour et leur quotidien. Si tu cherches du lyrisme ami lecteur alors évite d'ouvrir cet ouvrage. Je ne peux nier le grand talent de An yi Wang et elle réussit admirablement à nous mener là où elle le veut. Mais je ne me sens pas capable de noter le roman, je ne sais pas comment le prendre, comment réagir à cet inconfort face à un texte aussi froidement ciselé. Alors si tu lis ou a lu Amour dans une petite ville, je te serais reconnaissante de me dire ce que tu en as pensé, peut-être que je pourrais ainsi prendre un peu de recul et mieux comprendre cette lecture.
Lien : http://altervorace.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
moertzombreur
  03 octobre 2014
Xiaocheng zhi lian (trilogie de l'amour tome 2)
Ma première lecture d'un roman de cet auteur fut une révélation, le Chant des regrets éternels est d'une richesse incomparable. Et j'avais bien l'intention de lire ses autres livres. Réunissant tous les éléments qui m'avaient tellement enchanté dans cette première lecture, ce court roman est aussi remarquable. C'est l'histoire de deux jeunes danseurs, leur entraînement au fil des saisons, leur acharnement dans le travail, la tension impalpable de leur émulation. « Ils se dépensent en vain, c'est en réalité pour eux-mêmes qu'ils ont besoin de l'autre ». A cela s'ajoute, en interlude, les descriptions de la ville, la vie de ses habitants, le passage des saisons. Utilisant des phrases très courtes, l'auteur parvient à nous transporter totalement. Rien qu'en lisant quelques courts extraits, où l'auteur évoque la première pluie de printemps, on peut s'en faire une idée. Et c'est dans la simplicité même de la prose qu'éclate la poésie du texte, comme un chant. « le crépuscule qui descend sous la pluie apporte une douce mélancolie ou encore une fraîche tiédeur ». Ici il faut entendre la musique qui accompagne nos deux danseurs, dont chaque rencontre forme un tableau. Et être attentif à l'écriture chorégraphique de l'auteur.
« Sur le toit du studio, suivant un chemin sinueux le long des arêtes des tuiles, l'eau dévale cahin-caha jusqu'à l'auvent et, en un clin d'oeil, accroche un rideau de pluie au bord du toit ».
Ce roman est comme le livret d'un ballet, en son centre une danse entre deux êtres qui tantôt se rapprochent, s'étreignent, puis s'éloignent. Leurs mouvements « sont intimement coordonnés comme s'ils étaient indissociablement liés l'un à l'autre et
respiraient d'un même souffle dans une parfaite harmonie ». Il y a aussi de la violence, au coeur de la sensualité, des moments d'abandons, d'apaisements, le désir qui s'émousse ou s'enflamme, « même sans se voir, ils sont tous d'eux occupés par l'autre ». le roman pourrait être transposé sur une scène, le lecteur peut très facilement imaginer différents tableaux, les éclairages, les sons, les décors. Nos deux danseurs « sont seuls à savoir combien l'attente les ronge. Ils pensent que le monde entier n'est que douleur, que douloureuse nécessité de prendre patience ».
Le roman se termine comme un chant du cygne inversé, en fond musical la « puissante mélopée des porteurs d'eau » résonne en duo avec le bruit inquiétant du fleuve ; une course éperdue débute, une fuite entre vie et mort, une lutte entre désir et abstinence, entre une jouissance violente et la solitude d'un désir torturé, puis vient l'apaisement, l'acmé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
gonewiththegreen
  24 octobre 2018
Il n'y a pas à dire , la littérature chinoise est pleine de singularité et ce roman ne fait pas exception.
On est dans les années 70 , dans le nord du pays à l'intérieur d'une troupe de danseurs classiques. On s'intéresse à deux danseurs, adolescents, une fille un peu grassouillette pour le métier et un garçon trop petit . Ils ne sont pas beaux , pas forcément doués. Mais ils sont attirés l'un par l'autre.
Ce roman qui a été interdit à sa sortie en Chine (en raison des connotations sexuelles . Il était interdit d'avoir des relations sexuelles avant le mariage et ce livre transgresse cette loi). Il prend tout son sens dans cette Chine ravagée par la révolution culturelle .
Livre d'une puissance rare . Pas de dialogue , ou si peu, pas de chapitre, juste un corps à cors incessant entre deux êtres qui s'attirent , se repoussent, font l'amour, se battent sous les yeux réprobateurs de leur entourage .
Texte poétique , sans concession, dans la Chine rurale . La narration est sans voyeurisme , d'une grande précision, notamment dans l'évocation des différents sens (odorat, toucher, vue) , sans aucun parti pris.
Un petit bémol cependant. Le tour a été clairement fait en 146 pages , ce qui traduit un léger essoufflement de l'ensemble sur la longueur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
CroquignolleCroquignolle   16 décembre 2014
La fumée du tabac ordinaire perd peu à peu de son âcreté, elle s'adoucit, mais d'une douceur piquante qui crée un état d'hébétude. Ils sont presque endormis, ne gardant éveillé qu'un fil de conscience qui se balance comme un fil de soie flottant. Ce fil de conscience éveillé s'enroule autour de leur corps détendu, sans défense, il les taquine négligemment, comme un insecte caressant qui grimpe doucement le long du petit bras d'un enfant endormi dans l'herbe fraîche sous un chaud soleil; comme un jet de lait jailli du sein maternel qui balaie doucement la tendre gorge d'un nourrisson; comme une silencieuse pluie de printemps qui imprègne la terre desséchée; comme un vent frais qui se faufile parmi les feuilles pour caresser votre corps en sueur par une nuit de canicule. Plus leur sommeil est profond, plus cette conscience se manifeste avec audace et vigueur, plus elle s'enfonce jusqu'aux régions les plus secrètes et les plus sensibles de leur corps. Elle arrive à parcourir, parler et caresser leur corps tout entier. Ils éprouvent un bien-être inconnu, leur sommeil tient de l'ivresse, il se manifeste même par de légers ronflements. Cette sensation, lasse d'avoir accompli sa tâche, s'assagit, se repose et s'endort elle aussi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
CroquignolleCroquignolle   16 décembre 2014
ls n'ont nulle part où aller pour se parler seul à seul, mais dans leur coeur ils se sont déjà fait mille et mille serments. Ils sont à la fois solitaires et dévorés d'anxiété, mais malgré leurs tourments, loin d'être pâles et défaits, ils paraissent au contraire de plus en plus robustes et florissants. Ils ont beau être à bout de patience, ils sont bien obligés de se contenir. Avec dans le coeur ce brasier auquel ils ne peuvent échapper, rien n'est plus éprouvant pour eux que de devoir supporter ce feu qui les ronge en restant impassibles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Annette55Annette55   15 avril 2019
« Jamais ils n’oublieront combien faire l’amour dans les tremblements de la peur était délicieux .
Lutte entre la vive résistance opposée par la peur et la violence de l’attaque du désir dont leurs corps retiraient une jubilation aussi puissante que subtile ... »
Commenter  J’apprécie          150
CroquignolleCroquignolle   16 décembre 2014
Les enfants rêvent à leur vie quand ils seront grands, les vieux songent au temps de leur jeunesse. Quant aux hommes et aux femmes qui ne sont ni jeunes ni vieux, ils se livrent dans l'obscurité à d'autres plaisirs et sèment des graines de vie. L'an prochain à pareille époque, dans la petite ville, seront apparues de nouvelles vies vagissantes.
Commenter  J’apprécie          50
CroquignolleCroquignolle   16 décembre 2014
Le quartier de lune s'est caché, les étoiles pâlissent, la brume se fait plus dense. Ils n'y voient pas à cinq pas, mais entendent devant eux les chants qui s'éloignent, quittant la berge pour monter sur la digue, longuement suivis par l'écho. L'eau du fleuve coule, d'un noir d'encre, avec quelques points lumineux visibles par intermittence.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Anyi Wang (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anyi Wang
Retrouvez votre livre dans notre librairie en ligne ! :
La coquette de Shanghai de Anyi Wang aux éditions Picquier Pocket https://www.lagriffenoire.com/79528-romans-la-coquette-de-shanghai.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
autres livres classés : littérature chinoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
76 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre

.. ..