AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Laurence Richard (Traducteur)
ISBN : 2811203451
Éditeur : Milady (11/06/2010)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 491 notes)
Résumé :
Une guerre fait rage à l'insu des humains. Six vampires protègent leur espèce contre la Société des éradiqueurs. Ces guerriers sont regroupés au sein de la mystérieuse Confrérie de la dague noire. A sa tête, Kolher, leader charismatique et implacable... L'un de ses plus fidèles guerriers est assassiné, laissant derrière lui sa fille, une magnifique jeune femme, une sang-mêlé qui ignore tout de son destin. Et c'est à Kolher qu'il incombe de faire découvrir à Beth le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (153) Voir plus Ajouter une critique
Saiwhisper
27 septembre 2016
J'ai découvert cet ouvrage grâce à quelqu'un qui s'en débarrassait gratuitement. Aimant la Bit-Lit, j'ai donc sauté sur l'occasion... Sauf que j'ai laissé mon acquisition prendre la poussière dans ma PAL. C'était sans compter le hasard qui a voulu que Smoochybooks, une blogueuse que je vous conseille d'aller découvrir, possède elle aussi ce roman dans sa PAL. Nous avons donc réalisé une lecture commune. Merci à elle pour ces échanges très sympathiques qui nous ont permis d'apprendre à nous connaître et à partager nos ressentis vis-à-vis de cette lecture. Cette dernière nous a laissé un avis assez mitigé...
En effet, si le début du récit est prometteur, il s'essouffle assez vite au profit d'une romance plutôt niaise et peu crédible... Pourtant, l'intrigue partait bien : l'héroïne avait un quotidien relativement banal, un homme étrange l'espionnait, elle faisait chavirer quelques coeurs, tandis qu'un étrange meurtre avait lieu du côté des vampires. Ajoutons à cela une prochaine transformation capable de tuer notre jolie brunette... Il y avait vraiment une belle situation initiale qui s'annonçait captivante et dynamique ! Hélas, tout a commencé avec la rencontre aussi fusionnelle que charnelle des deux protagonistes. J'ai été rapidement sceptique, car j'imaginais mal une jeune femme coucher avec un psychopathe la surveillant depuis deux jours derrière sa vitre. Pour ma part, j'aurais paniqué et n'aurais certainement pas réagi comme elle. Autant dire que je ne me suis réellement pas identifiée à Beth.
Sa relation avec le beau et ténébreux Kolher (que j'imagine maintenant comme un catcheur grâce à Smoochybooks^^) m'a exaspérée. Ce n'est pas le sexe qui m'a dérangée, car je l'ai trouvé assez soft, non violent et pas grossier contrairement à d'autres sagas comme "La meute du Phénix". Par contre, je ne conçois pas que l'on puisse tomber amoureux en deux voire trois journées consécutives. Au bout de quatre parties de jambes en l'air, les deux tourtereaux ont avoué qu'ils n'étaient rien l'un sans l'autre, puis ont opté pour s'unir à jamais... Non seulement j'ai trouvé que c'était cliché, mais en plus je n'y ai pas cru. Il aurait fallu espacer davantage le récit dans le temps. Après une semaine dans un petit cocon d'amour, j'aurais pu concevoir la naissance de sentiments très forts. Hélas, ce n'est pas le cas. de plus, on ne parle pas non plus d'âmes sœurs, concept assez récurrent dans la Bit-Lit que je peux considérer comme un argument. Néanmoins, cette union est bien trop rapide et donc, à mes yeux, peu plausible.
Heureusement, la plume de J. R. Ward est assez simple à suivre. C'est fluide, les chapitres s'enchaînent assez vite et on est curieux de voir comment cette histoire va se terminer. L'auteure a même réussi à me surprendre avec le handicap de Kolher. J'étais donc contente de ma lecture durant une centaine de pages. Cependant, j'ai vite réalisé que la romance avait pris le dessus sur le scénario. L'histoire est finalement assez peu développée : je m'attendais à plus de rebondissements, à du suspense autour du dénommé M. X, à l'avancée de l'enquête (que l'on finit par oublier), à un véritable apprentissage de ce qu'est être un vampire ou à des informations sur la fameuse Confrérie de la dague noire ! Finalement, on ne sait pas grand chose dessus... J'ai même eu la sensation d'être face à une "bande de potes vampires" pas vraiment méchants, qui montrent simplement les crocs pour impressionner. Les autres membres méritent d'être développés, cependant, j'ai vu sur internet que chaque tome raconte l'histoire de l'un des garçons qui trouve l'amour. Ils seront donc développés plus tard, chacun leur tour.
C'est donc un avis très partagé avec une pointe de déception que j'ai le regret de vous proposer. Je pense que j'avais des attentes trop importantes vis-à-vis de cette série qui fait beaucoup parler d'elle en bien sur la toile. On dit même que c'est une référence en matière de Bit-Lit érotique... Mais je dois avouer que ce premier tome m'a laissé un petit goût amer. J'avoue être rassurée : mon avis est plutôt similaire à celui de Smoochybooks... Voire celui de L_Bookine, qui m'a récemment avoué avoir également été déçue. Dommage !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
Inessa
01 juillet 2010
Premier volet de la série La Confrérie de la dague noire. Dans les rues sombres de Caldwell, à l'insu des humains, une guerre fait rage entre les vampires et la Société des éradiqueurs. Cette-dernière n'a qu'un seul objectif : éliminer tous les vampires. Afin protéger leur espèce, six guerriers vampires se sont regroupés et ont ainsi formé la Confrérie de la dague noire.
Le tome 1 est consacré au premier de ces guerriers : Kolher. Kolher est le guerrier le plus craint et le plus respecté de tous car il est leur roi. Cependant il refuse de régner car il se sent incapable d'assumer une telle responsabilité. La peur d'échouer et celle de mener son peuple à sa perte font qu'il préfère son statut de « guerrier tueur d'éradiqueurs » (job qu'il maîtrise à la perfection). Lorsqu'un de ses guerriers (Audazs) fait appel à lui afin qu'il sauve sa fille Beth, qui est sur le point de subir sa transformation (ou transition) en vampire, son premier réflexe est de refuser. Mais Audazs se fait assassiner par les éradiqueurs. Son décès bouleverse Kolher au point qu'il décide finalement d'accomplir la mission qu'Audasz lui a confiée. Beth est une très jolie jeune femme, mi-humaine, mi-vampire et journaliste au CCJ. Elle ignore tout de sa véritable nature et c'est donc à Kolher qu'il incombe de lui faire découvrir ce qui l'attend. En effet, la transition en vampire est un moment très critique à passer : elle survient vers l'âge de 25 ans et certains n'y survivent pas. L'attirance entre ces deux personnages est immédiate ce qui donne lieu à des scènes assez torrides. Kolher est l'archétype du héros musclé, brutal et macho. J.R Ward le décrit au début comme un personnage terrifiant. Mais au fil des pages, on assiste à son évolution : sa rencontre avec Beth finira par l'adoucir.
Les personnages secondaires sont aussi très présents. On apprend beaucoup de choses sur les autres guerriers : Rhage, Thorment, Viszs, Fhurie et Zadiste. Ce sont tous des êtres torturés, affligés et qui ont chacun leurs problèmes (excepté peut-être Thorment, le plus équilibré d'entre eux). On retrouve aussi d'autres vampires : Marissa et son frère Havers, un médecin qui consacre tout son temps à faire des recherches. de nombreux passages sont également consacrés au leader de la Société des éradiqueurs (le mystérieux M. X) ainsi qu'à Butch (policier violent, dépressif et ami de Beth), sans oublier Fritz (le majordome toujours aux petits soins pour Beth et les autres vampires).

On entre ici dans un monde totalement différent mais en même temps parallèle au notre, avec ses propres coutumes et ses moeurs (le lexique au début du livre permet de mieux comprendre cet univers). L'histoire est assez sombre : certaines scènes sont très violentes et les affrontements entre les deux camps très sanglants. le langage est familier voire même assez cru, ce qui n'arrange rien. Autre petit bémol : les changements de nom des personnages dans la traduction française (Kolher au lieu de Wrath, Audazs au lieu de Darius etc…). A mon avis ça aurait été plus simple de garder les prénoms originaux (Audazs est appelé D. à plusieurs reprises par ses frères et du coup le livre contient pas mal d'erreurs). Mais malgré tout, ce livre est très prenant et c'est avec bonheur que j'ai plongé dans cet univers. C'est un bon roman qui se dévore assez rapidement, malgré ses 576 pages. J'attends donc la suite avec impatience.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Melisende
10 avril 2012
Je n'aurais jamais cru que je lirais ce premier tome un jour… et puis, le hasard des trocs m'a permis de le recevoir il y a quelques mois. Une fois dans ma PAL, je n'étais pas forcément pressée de l'ouvrir mais, plaisantant avec Tsuki, nous nous sommes décidées pour une petite lecture commune en privé. On a beaucoup parlé de nos impressions de vive voix lorsque la demoiselle est venue faire un tour à Lyon il y a une dizaine de jours, mais, toutes les deux trop timides pour passer devant la webcam, vous n'aurez que nos conclusions écrites. Et peut-être un petit bonus, si on trouve le temps et la motivation de le confectionner.
Je me suis donc plongée dans cette lecture en me marrant d'avance, n'attendant rien d'autre que de grands fous-rires… J'ai eu mon lot de scènes ridicules (et de personnages à peine plus reluisants) et je peux maintenant dire que ce premier tome est à la hauteur de sa couverture… une grosse blague !
Si vous avez envie de décompresser - et même de griller vos neurones -, de rencontrer un catcheur aveugle tout de cuir vêtu et une donzelle magnifique d'1m80 en détresse, c'est le livre qu'il vous faut !
Avec Tsu, on s'est demandé : « Concrètement, c'est quoi l'intrigue ? »
Ben, Beth l'héroïne sexy mystérieuse sauvage et pas comme les autres tombe sur (enfin, accueille à bras ouverts alors qu'il entre par effraction dans son studio) Kolher, le guerrier de 2m, tout habillé de cuir avec des lunettes noires pour cacher sa cécité (vous imaginez Gilbert Montagné en cuir ?!). A peine deux mots sont prononcés entre eux et hop, ça se saute dessus comme des lapins… il fait tellement chaud et un catcheur en cuir aveugle c'est tellement sexy… Bref.
Le mec, au départ, il est là pour protéger la donzelle qui - mi-vampire mais ne le sait pas - risque de mourir très bientôt lors de sa transformation (il lui faut du sang de vampire ultra fort pour mener à bien la métamorphose). Kolher, le gros associable pas commode, ne voulait évidemment pas s'occuper d'elle au départ ; parce que les humains, au mieux il s'en fiche, au pire il les bute. Mais voilà, Audazs - le Papa vampire de Beth (qu'elle ne connait pas) et accessoirement grand poto de Mr Muscles - lui demande ce service. Et crève. Comment refuser ça à feu son meilleur ami ? Finalement, il fait bien d'accepter parce que, malgré ses centaines d'années, le pauvre n'a jamais connu l'amour et là hop, premier regard, coup de foudre, je te l'emballe et c'est dans la poche (faut dire, y a bien qu'une seule cruche sur la planète pour sauter sur un mastodonte en cuir inconnu qui déboule dans ton studio… ‘fin j'dis ça…).
Bon, et pour donner un semblant d'intérêt à ce premier tome qui fait quand même presque 600 pages, J.R. Ward intègre un gros méchant gourou et sa communauté - les Eradiqueurs - qui veulent tuer les vampires. Alors pendant toute l'histoire, Mr X. (oui oui, c'est son nom, c'est pas moi qui fait de l'humour pour une fois) bute des prostituées. On ne sait pas trop trop pourquoi… apparemment pour attirer de jeunes vampires - avec le sang -, pour les capturer et faire des expériences. Mouais. Et puis, pour lier les deux intrigues (faut bien quand même !), voilà que Mr X. veut tuer super Kolher, le big boss des vampires… et comment mieux arriver à ses fins qu'en s'en prenant à la reine des catcheurs dents longues ? Je vous assure, tout ça est très drôle.
J'avais peur des scènes de sexe mais en fait ça va, Riley Jenson m'a vaccinée à vie. C'est vraiment pas fin du tout mais bon, ça passe.
En revanche, je suis assez déçue par la « mythologie vampirique ». Ouais, les vampires se nourrissent du sang des autres vampires pour survivre, la confrérie c'est l'élite des dents longues créée pour protéger l'espèce, les éradiqueurs sont les grands méchants pas beaux (version albinos) et chaque « race » a un grand manitou pas commode (encore plus haut placé que super Kolher et l'autre taré de Mr X.). Ok. Je veux bien que ce soit un tome d'introduction et que la suite apportera plus d'éléments… sauf que non. Si un premier tome ne rend pas un minimum curieux et ne pose pas de bases intrigantes, t'as pas vraiment envie de lire la suite.
En fait, inutile de le nier, le seul « intérêt » de ce premier tome, c'est la romance entre les deux personnages principaux (et la transformation de Beth, accessoirement), romance saupoudrée d'éléments fantastiques. Sauf que l'histoire d'amour ne m'a fait ni chaud ni froid… à part peut-être me faire marrer !
Non, mais qui, qui, qui est séduite par un barbare aveugle de 2m en cuir ? (Ouais bon, si, ça peut… mais pas de la façon dont il est présenté par J.R. Ward). Kolher est juste RIDICULE. Beth ne m'a vraiment pas touchée. C'est une belle plante qui va devenir la reine des vampires… Youhou, super.
Côté guerriers de la confrérie, entre celui qui est complètement taré et défiguré, l'autre qui ne pense qu'au baseball, l'autre qui a la gueule d'un acteur d'Hollywood et les autres… mouais. Ils ne sont pas assez bien exploités, à mon goût, pour que j'ai envie d'en apprendre plus sur eux.
Seuls trois personnages secondaires sortent du lot selon moi : Butch, Marissa et Fritz. le premier, c'est le flic protecteur un peu paumé qui en pince légèrement pour Beth. La demoiselle de ce trio, c'est la vampire centenaire vierge qui faisait office de pseudo-compagne de Kolher. Magnifique, elle est pourtant hyper mal dans sa peau. Et Fritz… c'est le majordome un poil flippant (je trouve) avec ses « Maître » et « Maîtresse ». Un mélange de Niles d'une Nounou d'enfer et de Riff Raff du Rocky Horror Picture Show. Flippant, je vous dis !
Côté style… Bah, c'est de la bit-lit quoi. Y a pas de style… ça se lit vite, c'est tout. C'est moins vulgaire qu'Anita Blake ou Riley Jenson (c'est déjà ça) et les descriptions sont suffisantes pour que le lecteur puisse s'imaginer un minimum ce qu'il lit. Mais c'est tout, ça ne va pas plus loin et il ne faut pas en attendre plus. Les chapitres sont courts et rythmés, ça se lit vite, point.

Pour conclure. Un premier tome qui ne met pas assez en avant le côté fantastique à mon goût, se concentrant plutôt sur la romance entre les deux personnages principaux. Romance ridicule + personnages ridicules = gros fous-rires. Des scènes d'anthologie (la première rencontre entre eux est à noter dans les annales). Un livre pour se vider la tête, oublier tout le reste… une lecture bien « bêtifiante » qui se lit vite. Plus sérieusement : je conçois qu'on puisse aimer, parce que ça se lit vite et que ce n'est vraiment pas prise de tête, mais j'ai lu dix fois mieux en bit-lit et je ne comprends pas l'engouement pour cette série…
Lien : http://bazar-de-la-litteratu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Myiuki
07 novembre 2012
J'ai adoré ce roman ! Avant même de l'ouvrir, je savais que j'allais apprécier ma lecture... merci à Arcaalea du blog "Ephémère" pour ses conseils ! C'est avec délices et délectations que j'ai plongé dans le quotidien des valeureux et sexy - ce qui ne gâte rien - guerriers vampires membres de la Confrérie de la Dague Noire. J'ai été embarquée dès le départ dans un récit passionnant servi par une écriture rythmée et une plume imaginative. On est pas passé loin du coup de coeur ...
J'ai aimé découvrir ce nouveau récit qui m'a beaucoup rappelé celui de la saga "Minuit" de Lara Adrian. J'ai eu l'impression tenace d'un copier/coller, ça a eu tendance à me gêner un petit peu pendant ma lecture car on a vraiment le sentiment d'avoir déjà lu tout ça ... de ce que j'ai compris "Minuit" a été écrit après "La Confrérie de la Dague Noire" mais comme je fais tout à l'envers, je l'ai lu avant ... Bref, ça ne m'a totalement empêchée d'apprécier ma lecture puisque j'avais déjà adoré "Minuit" ! C'est à la fois un bon et un mauvais point. A débattre ! Mais surtout, comment résister au myhte du guerrier vampire dévoué corps et âme à sa cause et qui finit par découvrir l'amour ? Oui, je sais, fleur bleue et pas crédible du tout mais c'est avec plaisir que je me suis laissée prendre au jeu. Que voulez vous, un guerrier vampire comme l'un de ceux que nous présente J.R. Ward est tout simplement irrésistible !
D'autant que cette histoire est service par un vrai récit de fond, construit, prenant, même si parfois un peu répétitif. On est tout de suite embarqué dans les aventures de Beth et de Kolher et l'ensemble se lit dans un souffle. Dur de lâcher ce roman une fois qu'on l'a commencé ! Il faut dire que je l'ai trouvé savamment dosé. Il aborde une histoire sombre, mystérieuse, pleine de dangers et tout en tension mais j'ai senti aussi beaucoup d'humour et de sensibilité dans ce livre. Les émotions qui y sont décrites sont fortes et le lecteur est pris dans leurs filets dès le début. C'est un récit très bien construit, riche en actions, mais qui sait aussi ménager ses effets en ralentissant le rythme ou en faisant retomber au bon moment la pression. Ah des histoires comme celles-là, j'en redemande ! Je ne sais pas comment l'expliquer mais j'ai été totalement emportée par l'écriture, quel sentiment génial ! Surtout que la mythologie mise en place est passionnante : un roi vampire, aveugle, qui refuse de régner sur un peuple disséminé par des créatures sans scrupules et sans âmes parce qu'il ne s'en croit pas digne, des guerriers valeureux qui se sacrifient et se battent pour sauveur leurs semblables, ajouter à cela un peu - beaucoup ! - de romance et vous entrez dans l'univers merveilleux et fascinant de J.R. Ward, un univers qui saura vous emporter au coeur de l'action. Que demander de plus ? La réponse est : rien !
Même si au début j'ai trouvé les noms de ces guerriers un pau "faciles" (Rage, Furie, Colère, Vice ...), j'ai vite compris que finalement ils leur allaient bien et étaient plutôt révélateurs. Ces noms-là sonnent comme les noms du Fléau et montrent toute la puissance des guerriers qui les portent. Et comme il est d'ailleurs souligné - à juste titre - dans le texte, s'appeler Tom le Vampire ça ne fait pas peur du tout, un mauvais point quand on est censé être un suceur de sang féroce. Et puissants, féroces, il vaut mieux l'être dans leur cas. Ils représentent le dernier rempart entre les vampires et les éradiqueurs, des hommes dénués d'âme (qu'on leur arrache littéralement) et chargés de les massacrer. Les éradiqueurs m'ont fait froid dans le dos, il suffisait d'une apparition de Monsieur X. pour que je me mette à trembler. Extrêmement flippants, sans coeur, affamés de violence, ils font paraître les vampires pour des anges, c'est dire leur degré de noircitude et d'inhumanité. de quoi vous faire faire des cauchemars pendant quelques jours. Voilà, pour une fois, j'ai eu peur en lisant un livre. L'auteur est vraiment doué pour laisser transparaître une tension extrême dans le texte et un danger imminent tel qu'on sent les frissons descendre le long de notre échine en parcourant ses pages, du pur bonheur !
Pour adoucir cette guerre féroce qui fait rage et s'amplifie au fil des pages, l'auteur met en place une deuxième intrigue, celle de la romance entre Beth et Kolher. Ah, que dire sinon que j'ai adoré voir l'évolution de leur relation qui, à la base, n'aurait pas du naître (même s'il paraissait évident dès le départ qu'ils allaient finir ensemble, on est dans de la bit-lit tout de même !) ? Moi aussi, j'aurais bien voulu m'entendre appeler Leelane * soupirs *. Une fois de plus, mon coeur de midinette a fait des bonds pas possibles et j'ai succombé aux charmes du roi des vampires. Mais bon, j'admets être une faible femme, un vampire de presque deux mètres, tout en muscles, vêtu de cuir, lunettes noires et sexy comme pas permis, je craque. D'autant qu'il a aussi son côté sensible, ses faiblesses, il est aveugle ce qui, pour un guerrier vampire me paraissait étrange, mais qui, du coup, le rend encore plus attachant, et il est on ne peut plus convaincant dans son rôle d'amoureux transi sensible et fort à la fois. Je sais, c'est toujours le même schéma, mais ça fonctionne à chaque fois !
Beth quant à elle, ignore tout de ce qu'elle est réellement. Elle vit comme une humaine alors qu'en réalité elle tend à se transformer en vampire à son tour puisque son père en était un, même si elle l'ignore, du moins jusqu'à sa rencontre avec Kolher, chargé par son père de l'aider dans sa transition. S'ensuit alors pour elle découvertes et révélations. Étonnamment, j'ai trouvé qu'elle acceptait "rapidement" son nouveau statut et qu'elle faisait preuve de beaucoup de force, de caractère et de détermination. Elle a aussi su trouver sa place auprès de Kolher mais également des autres membres de la Confrérie qu'elle a su apprivoiser. La situation paraîtrait presque normal et à la fin, on a le sentiment d'avoir pénétré au sein d'une belle et grande famille, aimante, solidaire, le mythe ultime, j'adhère ! La dynamique entre ses deux personnages principaux est très bien mise en place par l'auteur, même si j'ai trouvé un peu "facile" encore une fois que Beth craque dès le premier soir ... pour un inconnu ! Ensuite, il y a les habituels "je t'aime moi non plus", mais dans l'ensemble, même si on connaît l'histoire, qu'elle est déjà écrite, l'auteur sait nous surprendre et amené un peu de piquant dans l'ensemble. J'ai beaucoup aimé d'ailleurs la scène de la grange qui montre toute l'étendue de la force des émotions distillées tout au long du texte. Magistral !
Le couple central est entouré de nombreux personnages secondaires tout aussi attachants et pertinents pour le récit. Que ce soit le majordome, Marissa, l'ami flic de Beth ou les autres guerriers, tous apportent une couche supplémentaire de rage, de tristesse, d'humour ou d'espoir qui le rende à la fois riche et rempli d'émotions. Tout dans ce roman est étudié, développé avec précision pour que le lecteur s'y accroche. La galerie de portraits qui nous est peinte ne m'a pas déçue, bien au contraire ! On s'identifie facilement à l'un ou à l'autre de ces personnages et il est dès lors plus facile de se projeter dans l'oeuvre. Ils ne font pas office de toile de fond, ils prennent une part importante au récit et en deviennent partie intégrante, chaque personnage à son importance, rien n'est laissé au hasard. L'ensemble est tout simplement criant de justesse.
En conclusion je dirais que si vous n'avez pas encore lu ce livre, il faut y remédier, c'est un chef-d'oeuvre de la bit-lit telle que je la conçois. On ne s'ennuie pas une seconde, le récit est haletant et on a pas envie de s'arrêter de lire avant de connaître la suite. J'ai adoré découvrir ce nouvel univers, doux et sombre à la fois, qui a su me convaincre - si c'était encore nécessaire - que la bit-lit est vraiment un genre qu'il faut découvrir. Un très bon roman qui ne vous décevra pas ! Et puis bon, il y a Kolher ... revenez me voir quand vous l'aurez rencontré ;)
Lien : http://coeurdelibraire.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
florencem
01 janvier 2012
J'ai découvert la saga grâce à une amie tenant un blog littéraire. Je me fis très souvent à ses goûts et critiques et lorsqu'elle nous a parlé de la série La Confrérie de la dague noire de J. R. Ward, j'ai tout de suite été intriguée. Il faut dire qu'il y avait de quoi : les héros sont des vampires guerriers dont l'auteur nous narre leur rencontre avec leur âme soeur. Pour mon côté midinette, c'était parfait. Mais je ne m'attendais pas à cela ! Pour tout vous dire quand j'ai cherchais les livres (oui, j'ai pris les trois premiers tomes d'un coup !), j'étais au rayon jeunesse ! Et impossible de les trouver !! Ce qui après lecture est une bonne chose ! Car oui, le style de l'auteur est un peu cru et ne nous épargne pas certains détails. N'ayant plus lu de roman pour adultes depuis très très longtemps, j'ai trouvé cela un peu bizarre au début, tout comme le style d'écriture (ou la traduction) un peu brute de décoffrage. Mais, on se fait assez rapidement à tout cela. Et j'ai dévoré le premier tome en quelques jours, me servant même des pauses au travail pour lire quelques pages !
Comme je vous l'ai dit, mon côté midinette fait que j'adore les histoires d'amour (qui se finissent bien !!). Je suis une pro des comédies romantiques au cinéma, et même si c'est un peu cul cul à certains moment, je m'en moque. Cela fait du bien de temps en temps. Et même si "L'amant ténébreux" n'a absolument rien de cul cul, j'ai beaucoup aimé cette lecture. Ce n'est pas de la grande littérature, certes, mais je ne me suis jamais ennuyée. La seule petite chose, c'est que les passages sur M. X, qui m'insupporte au plus haut point, je les lisais en diagonale. Ce type m'énervait tellement que je me fichais bien de ce qu'il faisait (car de toute façon, il n'était pas dur d'imaginer ses plans). Vous allez me dire que sa présence fait quand même avancer l'histoire, oui d'accord, mais "L'amant ténébreux", est avant tout l'histoire de Kolher et Beth. le psychopathe de service était juste là pour le décor.
Parlons un peu du couple mis en avant dans ce tome. Je ne peux pas vous dire pour l'instant qu'il est mon préféré (je ne le saurais que quand j'aurais au minimum lu les 10 tomes de J. R. Ward), mais il aura sans doute une place spéciale pour moi dans la Confrérie de la dague noire. Il était assez drôle de voir le roi des vampires succomber à une humaine fragile et dont il ne voulait rien à faire avec. Ce géant de muscles changent du tout au tout avec l'arrivée de Beth dans sa vie. Pas au point de devenir trop mielleux, même si son amour pour Beth est incroyablement fort et lui fait perdre pied à de nombreuses reprises. Mais c'est un amour inconditionnel que Beth partage aussi. Pourtant au vu des manières du vampire un peu brusques, ce n'était pas gagné d'avance ! Il y a d'abord eu pas mal de frictions entre eux deux. Mais c'est aussi cela être un couple, et Beth malgré sa fragilité ne se laisse pas démonter par la montagne de muscles qu'est Kolher. J'aime d'ailleurs beaucoup Beth pour cela. Elle ne se laisse pas faire, malgré l'amour fou qu'elle a pour son vampire, elle reste elle-même et ne devient pas une potiche qui énerverait le lecteur. Elle le dit d'ailleurs à plusieurs reprises. Elle ne compte pas se laisser faire et j'aime ça ! Cela met un peu de piment, et une héroïne soumise est loin d'être intéressante.
Beth m'a aussi ravi par rapport à son entrée dans le monde des vampires et plus particulièrement celui de la Confrérie. Pour elle, ils sont sa famille. Même s'il est assez étrange de la savoir entourée de ses montagnes en cuir noir et de se savoir en sécurité, elle a un réel respect pour ces hommes et les considèrent comme des frères. Et grâce à elle, je trouve qu'on a droit à beaucoup plus d'interactions avec les autres membres de la Confrérie. Il était très sympathique de ne pas avoir continuellement des détails sur Beth et Kolher mais aussi sur Fhurie, Rhage, Thor, Zadiste, Viszs et aussi Butch. J'ai d'ailleurs hâte de connaître les histoires d'amour des autres membres de la Confrérie en espérant continuer de voir Beth et Kolher dans certains tomes. En fait, ce n'est pas seulement le côté romantique qui est intéressant dans ce livre mais aussi la dynamique qui existe entre les personnages. Leurs histoires s'entremêlent et donnent tout son importance au roman, à l'intrigue. Je ne pense pas que "L'amant ténébreux" et les tomes suivants auraient été si intéressant si le vampire "héros" du tome se serait retrouvé seul (sans ses frères d'armes, je veux dire). Donc une très bonne découverte de la part des éditions Milady que je vais continuer avec plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (55) Voir plus Ajouter une citation
Mlle_LilyMlle_Lily11 octobre 2010
" _ Alors vous êtes avec Torh? demanda t-il au groupe
_ Oui, répondit Rhage. Ca me va.
Viszs et Fhurie acquisièrent
_ Z?
le guerrier fit les yeux ronds
_ Qu'est ce que j'en ai à foutre? Toi, Tohr ou Britney Spears "
Commenter  J’apprécie          170
florencemflorencem01 janvier 2012
-Ecoutez, vous êtes pas vraiment en état d'affronter le capitaine. (La voix de José était égale et pragmatique). Vous devez dessaouler. Reprendre vos esprits. Venez plus tard, je vous couvre.
-Merci.
-J'ai laissé de l'aspirine à côté du téléphone avec un grand verre d'eau. J'ai pensé que vous seriez pas en état d'aller jusqu'à la cafetière. Prenez-en trois, décrochez votre téléphone et dormez. S'il arrive quelque chose d'intéressant, je passe vous prendre.
-Je t'aime, chérie.
-Alors achète-moi un vison et des boucles d'oreille en diamant pour notre anniversaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Chachou12Chachou1202 juin 2014
- Kolher, répète après moi : oui, Beth, je comprends et j'ai confiance en la sincérité de tes sentiments pour moi. (De nouveau, elle lui secoua le cou.) Allez, répète après moi. (Un autre silence.) Maintenant.
- Oui, dit-il, lèvres serrées.
Mon Dieu, s'il serrait encore plus les lèvres, il allait faire sauter ses dents de devant.
- Oui, quoi ?
- Oui, Beth.
- J'ai confiance en la sincérité de tes sentiments pour moi.
Il marmonna les mots.
- Bien.
- T'es dure, tu sais ça ?
- Il vaut mieux, si je dois rester avec toi.
Soudain, il prit le visage de Beth dans ses mains.
- Je le veux, déclara-t-il avec fougue.
- Quoi ?
- Que tu restes avec moi.
Elle en eut le souffle coupé. Un espoir ténu s'enflamma dans son coeur.
- C'est vrai ?
Il ferma les yeux et secoua la tête.
- Ouais. Et c'est complètement stupide. C'est dingue. Et dangereux.
- ça doit pas te changer beaucoup.
Il éclata de rire et la regarda.
- Ouais, t'as raison !
Mon Dieu ! La tendresse qu'elle lisait dans les yeux de Kolher lui brisait le coeur.
- Beth, je veux rester avec toi. Mais tu dois comprendre que tu vas devenir une cible. Et je sais pas comment te protéger. Je sais pas comment...
- On trouvera, répondit-elle. On y arrivera ensemble.
Il l'embrassa. Un baiser long. Langoureux. Amoureux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SlaySlay23 janvier 2012
- Vous êtes presque prête, déclara-t-il d’une voix douce. Et ça arrive vite.
Si ce à quoi il faisait référence avait quelque chose à voir avec le fait de se retrouver nue devant lui, elle le recevait cinq sur cinq. Mon Dieu, ce devait être ce à quoi les gens faisaient allusion lorsqu’ils évoquaient les “plaisirs de la chair”. Elle ne remettait pas en question le besoin qu’elle ressentait de l’avoir en elle. Elle savait seulement qu’elle mourrait s’il ne retirait pas son pantalon. Tout de suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
florencemflorencem01 janvier 2012
Subitement, Rhage se tourna sur le côté et posa la tête sur les genoux de Beth, passant son bras musclé autour d'elle.
Il cherchait du réconfort.
Beth ne savait pas ce qu'elle pouvait faire pour lui ; mais elle reposa le verre et lui caressa le dos, passant la main sur son effroyable tatouage. Elle lui murmura des choses qu'elle aurait aimé que quelqu'un lui dise quand elle avait été malade. Lui chantonna une chanson.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : vampiresVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle



Quiz Voir plus

Vous avez dit vampires ?

Qui a écrit "Dracula" ?

Oscar Wilde
Bram Stoker
Arthur Conan Doyle
Mary Selley

15 questions
1596 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantastique , vampiresCréer un quiz sur ce livre
. .