AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2820519016
Éditeur : Milady (09/01/2015)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 379 notes)
Résumé :
Une guerre fait rage à l'insu des humains. Six vampires protègent leur espèce contre la Société des éradiqueurs. Ils sont regroupés au sein de la mystérieuse Confrérie de la dague noire.

Rhage est le plus redoutable et le plus dangereux d'entre eux, car il est victime d'une terrible malédiction : son démon peut s'éveiller à tout moment et mettre en péril ceux qui l'entourent. Pourtant, lorsqu'il est un jour chargé de la protection de Mary, une humain... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (86) Voir plus Ajouter une critique
Luna05
  03 septembre 2010
Après un tome 1 qui fut laborieux pour moi à finir, j'attaquais ce tome 2 avec beaucoup d'appréhensions.
Ce livre allait mettre sur le devant de la scène un des frère présenté dans le précédent tome. Celui mis en lumière cette fois est Rhage surnommé Hollywood pour son physique de star de cinéma mais, aussi, pour sa sulfureuse réputation auprès de la gente féminine. Un personnage donc qui pouvait paraitre sans contenance et superficiel mais qui dans ce tome démontrera tout le contraire.
La guerre entre la Confrérie et les Eradiqueurs se poursuit avec beaucoup de pertes que cela soit du côté des civils vampires ou de l'Omega.
Après l'accession au trône de Kolher, Thor est devenu le chef de la confrérie la menant d'une main de fer. Nous poursuivons notre familiarisation avec ces guerriers et celles et ceux qu'ils protègent.
Parlons des personnages centraux:
Tout d'abord Rhage, ce personnage se veut extrêmement attachant et assez maladroit avec ses frères mais surtout vis à vis de celle qui changera son existence: Mary. Depuis plus de 200ans ce dernier se débat avec une malédiction imposée par la Vierge Scribbe. à chaque perte de contrôle il se voit transformé en énorme Dragon détruisant tout sur son passage, incapable de dominer cette bête il vit dans la peur d'un jour tuer un de ses frère ou un innocent se trouvant sur son passage. Sa rencontre avec Mary fera réagir la bête plus qu'auparavant et plongera Rhage dans le désespoir. Fou amoureux de cette dernière il s'interdira cependant de la faire sienne au risque que la bête ne sorte.
Mary quant à elle est aussi un personnage très réussi, jeune femme tout à fait banal, elle souffre d'une leucémie et on apprend au début de l'histoire que sa rémission est terminée. Femme profondément traumatisée par la mort de sa Mère, ayant perdu la foi, elle ne trouve son salut que dans l'aide humanitaire. Travaillant à SOS suicide elle trouve la force de continuer malgré la maladie qui la ronge.
Ce couple est tout bonnement réussi car touchant, poignant et romantique à souhait. Lui en amoureux transi voulant la suivre à tous les stades de la maladie et cette dernière ne comprenant pas pourquoi il perd son temps avec elle alors qu'il pourrait avoir n'importe quelle femme dans son lit. Tout deux luttant contre quelque chose les rongeant de l'intérieur et étant aussi impuissant l'un que l'autre face à l'inévitable....
Mary résistera longtemps à Rhage lui disant clairement qu'elle ne pouvait pas se permettre ce genre de relation.....Cette jeune femme souffrant également des cicatrices laissées par les différents traitements passés. Sa perte de confiance en elle se veut criante de vérité. Les séquelles de la maladie y sont bien abordées...
Tout le long du livre un jeu du chat et de la souris s'instaurera entre eux laissant prédominé une tension sexuelle jusqu'à l'inévitable.
En parallèle nous suivrons la guerre de la confrérie face aux éradiqueurs, le bras droit Mr X mais surtout Mr O prendra plus de place ici. O éradiqueur rebelle souhaitant se démarquer physiquement de ses congénères montrera une face obsessionnel dû à une personne de son passé. Il passera d'ailleurs le point de non retour en capturant une jeune femme vampire ressemblant trait pour trait à son ancienne fiancée perdu. Un geste qui, si découvert ne sera pas pardonné par L'Omega.
De nouveaux personnages feront leur apparition, des personnalités secondaires ici mais qui dans les prochains tomes deviendront important.
John un jeune homme de 23ans muet proche de la transition et Bella l'amie et voisine de Mary. Cette dernière aura une relation assez trouble avec Zsadist et la fin de ce tome ne présagera rien de bon pour elle....
Un tome donc qui a réussi à me réconcilier avec l'auteur. Même si le couple était plus au centre de l'intrigue, l'auteur à tout de même réussi à approfondir les caractères des autres frères, à rendre attachants les nouveaux et a continuer d'explorer la guerre. Butch, le seul humain accepté auprès des frères sera bel et bien présent ayant toujours le mot pour rire et nous faire sourire ^__^.
Un volume mélangeant de manière adroite l'Urban fantasy, action, romance poignante et scènes bouillantes, à ne pas mettre entre toutes les mains.
Petit point négatifs une fin prévisible, je me doutais de ce genre de dénouement mais cependant pas de cette manière.
le tome 3 présentera un des frère qui a montré un visage attachant dans ce tome Zsadist. Un volume qui risque d'être aussi passionnant que le 2 au vu de l'attitude préoccupante de Zsadist depuis la disparition de Bella. à suivre donc....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Tiboux
  31 mars 2012
Ma lecture du premier volet fut une superbe découverte. A cet instant, j'ai largement regretté de ne pas disposer de la suite. de mémoire, il me semble que j'ai acheté rapidement ce volet. Lors d'une panne livresque, il me fallait un remède efficace contre ce mal, et vous savez donc, j'ai littéralement plongé dans cette lecture. Au bout du compte, je l'ai adoré, adoré encore plus que le premier tome. Cependant, j'ai manqué cruellement de temps pour le chroniquer sur le blog. Ensuite, je suis passée à autre chose. Dans ma tête, il était clair que je le relirai lorsque j'aurai réuni tous les ouvrages déjà parus. Heureusement qu'entre temps, le Père Noël est passé - contribuant amplement à taire mon désespoir.
Quel immense plaisir de retourner dans cet univers de testostérone ! C'est dingue à quel point, je n'ai aucune difficulté à m'immerger dans les lieux. Je suis en terrain conquise au point de me fondre avec une facilité déconcertante. le monde peut aisément s'arrêter de tourner - lorsque je suis en si bonne compagnie - je ne m'en rendrai pas contre. J'oserai avouer que je m'en fiche en faite. Kolher m'a permise de comprendre à quel point, j'adore ce genre littéraire. Ce guerrier était une mise en bouche, en amenant les grandes lignes d'une saga riche. Avec Rhage, je me suis rendue compte que ce n'était encore que le début, même si nous sommes en présence d'un second tome.
Effectivement, un commencement qui donne des pistes intéressantes pour les suites. D'une part, il y a la Confrérie. Au sein de l'Amant Ténébreux, Kolher était le héros, pourtant nous appréhendions déjà les autres hommes. Même si un livre met en avant un guerrier, les autres ne sont pas dans l'ombre, ils restent dans la lumière. Un élément que j'apprécie énormément, permettant de se familiariser avec ces personnages. Et au final, on adhère. Dès le départ, je me suis immédiatement attachée à un de ces membres - Zadiste - pour ne pas le cacher. Grâce à sa manière d'amener les éléments dans les récits, Jessica Ward, arrive à me captiver. En un sens, chaque guerrier est un océan de secret. L'image qu'ils renvoient, est loin d'être ce qu'ils sont à l'intérieur. Je reviendrai sur cette métaphore ci-dessous, c'est promis.
D'autre part, de nouveaux protagonistes débarquent dans cet opus. Un jeune homme qui a retenu mon attention. Sa condition me touche particulièrement. Bien entendu, c'est dû à mon expérience ainsi que mon vécu que je me sens liée à John. Peut-être que cela ne sera pas forcément le cas pour vous. Bref, il s'intègre parfaitement bien à l'histoire. La romancière laisse entendre que ce dernier possède un lien étroit avec les membres de la Confrérie. Vis à vis de cette information, j'ai un peu peur qu'il s'envole dans les oubliettes au fil du temps. J'ai envie de croire que cela ne se réalisera pas, sinon à quoi bon, nous présenter John. Une seule envie ? Assister à son évolution. Croyez-moi, vu les renseignements, la progression est juste obligatoire sinon, cela n'aura pas de sens à mes yeux.
Une humaine, Mary est particulièrement intéressante. Dès le début, on sent que c'est une personne fragile, qui a un grand besoin d'aider les autres. Elle est si altruiste, que cela fait du bien au moral. J'ai eu l'impression qu'elle ne s'estimait pas beaucoup, n'ayant pas une grande confiance en elle. Pourtant, elle a un coeur en or. Au contact de Rhage, son évolution est plaisante... Suite à ce qui s'est déroulé dans cet opus, elle sera un atout incroyable pour la Confrérie, et surtout vis à vis de Rhage. Certes, elle est humaine, mais elle a ses particularités. C'est ainsi que je l'ai vécu, que je le vois encore aujourd'hui, après un temps de recul.
Et je garde le meilleur pour la fin, n'est-ce-pas ? Afin de parler de l'Amant éternel, j'ai ma phrase fétiche pour résumer à quel point, j'ai adoré : « Ah Rhage ! C'est Rhage quoi. » Un argument de choc, malheureusement, tout le monde ne figure pas sur la même longueur d'onde que moi. Ce n'est pas bien grave. Cet homme est si passionnée, qu'il m'a vendu du rêve... le début du roman peut vous paraître un peu vulgaire. de mon point de vue, ceci est dû au personnage : brut, assoiffé de sexe, obscène... C'est ce que j'affirmais plus haut, les guerriers dégagent une certaine image, mais elle n'est pas le reflet exact de ce qu'ils sont intérieurement. En l'occurrence, il faut aller bien au-delà de ces premières impressions pour découvrir Rhage en profondeur. Là, c'est merveilleux. Celles qui ont accroché - n'avez-vous pas imaginer une seconde, être à la place de Mary ? Personnellement, je le reconnais volontiers. Ma réponse est sans aucun doute, positive. le mot est faible, je vous assure.
Si je peux me permettre une légère comparaison entre Kolher ainsi que Rhage. Je trouve que le premier tome est moins passionnée que le second. Peut-être que j'imagine les choses... mais je le ressens ainsi. C'est assez paradoxal, parce que tous les deux sont excellents. Il n'y a pas de logique dans mes propos, je crois.
La force de ce bouquin demeure les personnages. Outre, cet aspect - la romance de Rhage ainsi que Mary est si forte, qu'elle occupe toute la place. Heureusement qu'ils animent la lecture. Car la guerre opposant la Conférie au Eradiqueur n'avance pas des masses. le conflit est toujours présent, mais on est pas accès réellement dessus. Même si on les observe d'un coin de l'oeil afin de savoir ce qu'ils préparent, et concoctent à leurs adversaire, la romancière s'est fixée davantage sur son couple vedette. Au-delà, elle n'oublie pas du tout les autres membres. Son histoire s'emboîte parfaitement pour moi. En effet, tout au long du récit, J.R Ward distribue les cartes, orientant nos regards pour progressivement nous donner les clefs du tome 3. Ah, quelle magicienne ! Elle introduit magistralement l'arrivée de Zadiste sous les lumières. Dès que mes yeux se sont posés sur lui lors de la furtive présentation dans le premier opus, j'ai attendu désespérément notre réelle rencontre. Je me languis de le retrouver, de gratter la surface pour découvrir ce qu'il cache. Cet homme est un secret à lui seul. Et je veux percer le mystère qu'il l'entoure...
La confrérie de la dague noire est ma saga favorite jusqu'à ce jour. Jessica Rowley Ward offre aux amateurs de Bit-Lit, une mythologie vampirique intéressante. Bien entendu, je suis loin d'avoir tout lu dans ce genre. Néanmoins, j'éprouve un intérêt pour ces lectures. Au sein de la Confrérie, je suis sous le charme de l'unité parfaite qu'ils forment entre eux. Ce sont des frères unis dans la vie jusqu'à la mort. Les uns pour les autres, ils sont prêts à déplacer des montagnes. Et lorsqu'il s'agit de la femme qu'ils chérissent, ils vont encore plus loin, avançant à l'unisson. Je ne peux pas rester indifférente face leurs personnalités y compris leurs caractères respectifs. Certes, ce sont des hommes autoritaires, c'est dans leur nature de guerriers, mais dans le fond, ils sont bien plus que ça ! Ils sont touchants, aimants, sensibles et terriblement passionnés. Je suis en amour pour cette fabuleuse série livresque.
Il me tarde de plonger dans l'Amant Furieux mais voilà... malheureusement, cela ne sera pas pour tout de suite. Je me dois d'honorer mon challenge PAL urgente avant ce petit plaisir. Point positif, cela me boostera à avancer plus vite, pour retourner dans ce monde fictif en apparence, mais réel dans mes songes.
LIEN de ma Vidéo : http://youtu.be/iE43hcBI4V0
Lien : http://book-me-tiboux.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
florencem
  12 janvier 2012
Il n'a pas été très difficile de me convaincre de poursuivre l'aventure des de la Confrérie de la dague noire. J'ai même acheté tous les tomes déjà sortis, c'est pour dire. Mais cette saga me change vraiment de ce que j'ai l'habitude de lire et c'est une pause littéraire qui me fait du bien.
On poursuit donc avec un autre frère de la Confrérie, à savoir Rhage. Je ne dirais pas que j'ai des préférences dans les guerriers, mais Rhage et Zadiste restent ceux qui m'intriguent le plus. Je vais d'ailleurs être servie avec le tome trois qui est consacré au jumeau effrayant. Je me suis habituée au style de J. R. Ward, et c'est avec plaisir que j'ai poursuivi l'aventure de ses guerriers. J'aime beaucoup le fait que l'auteure ne se cantonne pas seulement à son héros dans les différents tomes. Bien sûr, Rhage et Mary sont au centre de l'histoire mais on continue à en apprendre un peu plus sur les autres personnages et les différentes intrigues continuent à se mettre en place (notamment Zadiste et Bella !!!). Je trouve ça très intéressant parce que la lecture est vraiment en continue et suit une logique qui ne déroute pas le lecteur. Tout comme le changement de point de vue. Cela donne une dynamique qui évite une romance trop "too much". Bon, comme dit dans ma critique du premier tome, les passages où les éradicateurs sont ceux que l'on suit, je zappe (enfin je les lis en diagonale). Ce n'est pas dans mes habitudes de faire cela, mais je ne peux vraiment pas supporter ces sadiques totalement dérangés, et pour l'instant, ça ne nuit absolument pas à ma compréhension de l'histoire.
D'ailleurs en parlant de personnages que je n'aime pas : la Vierge Scribe !!! Plus je lis la saga de J. R. Ward, plus elle m'énerve (et je reste polie). Ce tome la rend d'ailleurs encore plus antipathique que le précédent. Son acharnement sur Rhage est quand même dérangeant. Même si je peux comprendre ses choix pour faire comprendre au guerrier ses erreurs, mais à la fin du tome, le pacte qu'elle passe avec lui est cruel. Je n'arrive pas à la voir autrement qu'une déesse cruelle, une enfante gâtée qui ne veille pas sur son peuple, pas réellement. Elle s'acharne plutôt et paraît comme une adolescente capricieuse.
Enfin passons. Rhage change du tout au tout dans ce tome. Dans le premier on le découvre comme un dragueur qui entasse les conquêtes, le beau gosse dans toute sa splendeur que ses frères charrient pour ses moeurs libérées. Mais il en est tout autre. La Vierge Scribe lui a infligé une malédiction qui le pousse à avoir cette vie chaotique. En fait, chacun des frères a sa propre malédiction et ils sont beaucoup plus complexes que l'on peut s'imaginer aux premiers abords. Cela donne une profondeur assez agréable aux romans. Rhage se dévoile donc comme étant un être torturé qui n'arriva pas à vivre avec la bête qui l'habite et qui est en lutte permanente avec lui-même et son alter-ego. La venue de Mary change tout. Tout comme Beth et Bella, je l'aime beaucoup. Elle est forte, courageuse, déterminée. Elle met d'ailleurs du temps à accepter que Rhage tient à elle. Ce qui la rend plus réaliste encore. Il n'est pas difficile de se mettre à sa place. Comment imaginer qu'un homme de son genre puisse s'attacher à soit ? L'évolution de leur relation est ainsi plus graduelle, moins précipitée, surtout avec la réticence de Mary. J'ai d'ailleurs espéré tout le long du roman qu'elle puisse avoir une seconde chance. La savoir mourante dès le début était pesant. Mais J. R. Ward a très bien su gérer cette romance.
L'arrivée de Bella et John m'ont aussi enchantée ! On ne voit Bella que très peu mais assez pour qu'on s'attache déjà à elle. J'ai tout de suite aimé la façon dont elle se comportait avec Mary. le fait que la vampire se soit liée d'amitié avec l'humaine était rafraichissant. Je ne pensais pas que de telles relations pouvaient être aussi réelles. Ce n'est pas vraiment le bon terme... Mais Bella semble vraiment être très attachée à Mary et de part leurs différences, je ne voyais pas de telles relations exister.
Pour John, j'ai ma théorie sur qui il est ! Attention, je n'ai pas lu de spoiler, et je me trompe peut-être mais je pense qu'il est le père de Beth, Audazs, réincarné. Ses souvenirs, le fait qu'il soit muet, qu'il soit déjà marqué alors que Thor dit que ce signe sur leur poitrine n'est là qu'après leur entrée dans la confrérie... Je peux me tromper bien sûr, mais je trouverais ça chouette... et triste en même temps. le fait qu'il ne pourra jamais être présent pour sa fille, ni pour ses frères de la façon d'Audazs... Enfin, comme je le dis je me trompe peut-être. Mais j'aime beaucoup John quand même ! Sa fragilité et le fait que Thor et Wellsie le recueillent comme leur fils. En un sens, les vampires que J. R. Ward a créé sont plus humains que nous le sommes nous-même. Tout cela pour dire que je vais me jeter sur le tome trois dès demain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lisamclivres
  08 janvier 2014
Je l'aime, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
I'am a Cellie now !!!!
Bon, bref, vous l'aurez compris, mon immersion dans le monde (extraordinaire) de la Confrérie de la Dague Noire de J.R. Ward avec ce tome 2 est devenue une véritable addiction.
Définition d'addiction : « L'addiction, ou dépendance est, au sens phénoménologique (ce mot n'est pas important dans la définition), une conduite qui repose sur une envie répétée et irrépressible, en dépit de la motivation et des efforts du sujet pour s'y soustraire. ». Et en langage Cellie cela veut dire : « je ne mange plus, je ne dors plus, je veux lire, lire, lire !!! Je veux un R ! Je veux un H ! Je veux un A ! Je veux un G ! Je veux un E ! R-H-A-G-E ! RHAGE !!!!».
Après un premier tome qui avait su me surprendre, je me suis laissée complètement emportée par le deuxième. Toutes les émotions y sont passées et surtout la colère. Je vous expliquerai pourquoi plus tard. Je ne ferai pas de résumé de l'histoire (ni des autres tomes d'ailleurs) il suffit de lire toutes les chroniques qui ont été faites sur cette série pour trouver votre bonheur sur ce point. Et étant largement à la traîne par rapport aux autres lectrices de cette série je n'ai rien d'autre à ajouter sur l'histoire.
Je dirais juste qu'ici le tome est consacré essentiellement à Rhage et Mary. Rhage est donc le deuxième Frère - ces guerriers vampires au service de la Vierge Scribe (je serre les dents là) et qui protègent les vampires civils, qui vivent au milieu des Humains, des Lessers, ces non-vivants dirigés par l'Oméga et qui veulent éradiquer la race des vampires – ! Et quel personnage ! Quel guerrier !!
Victime d'une odieuse (le mot est faible ! Surtout quand on sait pourquoi !! non mais je rêve…) punition/malédiction de la part de cette…. de Vierge Scribe, Rhage abrite en lui un monstre qui se déchaîne lorsque ses émotions sont trop fortes (rage, excitation, etc…) et qui se dévoile par un énorme tatouage de dragon sur le dos. Aussi effrayant qu'attirant. Alors sa relation avec la jeune et douce humaine Mary sera sans cesse bouleversée par ce démon qu'il porte en lui. Lorsqu'il se transforme, Rhage est capable de tout, et surtout du pire… Mais l'amour qu'il portera à sa douce Mary sera plus fort et il devra combattre ce monstre pour pouvoir être avec elle.
Une nouvelle fois, l'auteure nous présente un héros fort, dangereux, mais comme pour Wrath du 1er tome, il est également fou d'amour pour celle qui fait battre son coeur et j'ai fini par m'habituer à ce caractère des personnages. L'attraction et le désir physique laissent vite la place à un amour inconditionnel et sans limites. Il faut quand même préciser que Rhage c'est le méga beau gosse du groupe, qui multiplient les conquêtes tant il fascine par sa beauté, et il se retrouve à tomber éperdument amoureux d'une petite humaine sans éclat, au physique plus que quelconque et malade d'un cancer incurable… Franchement j'adore ce schéma un peu tiré par les cheveux, et j'ai toujours une tendresse particulière pour les héros qui tombent amoureux d'une jeune femme qui ne ressemble pas à une bombe sexuelle !
Et pourtant, j'ai été parfois agacée par le personnage de Mary, mais en même temps comment ne pas réagir comme elle alors que le type le plus beau de la Terre vous fait des avances !!? C'est une caméra cachée ? Une mauvaise blague d'une copine ? Un pari entre mecs ? Alors ce pauvre Rhage aura beau montrer tout l'amour, l'affection, la passion, la tendresse qu'il éprouve pour elle, elle conservera toujours un doute… Enfin elle ne se gêne pas non plus à prendre ce qu'il lui donne, la maline. Et lorsque vient le dénouement de leur histoire, c'est là que ma colère, ma rage, et mon désespoir aussi, s'est abattu sur moi à cause de cette … (mettez le mot le plus vilain que vous voulez) de Vierge Scribe ! Ah pour ça J.R. Ward est une sadique de première !!! Non contente d'avoir donné à son héros une malédiction terrible elle choisit de lui assener un coup de massue final histoire de nous l'anéantir bien comme il faut mon… euh le Rhage !! J'ai rarement réagi de cette manière en lisant un livre, parce que c'est un livre justement, des personnages fictifs tout ça tout ça, mais là si j'avais eu un monstre en moi il serait également sorti je vous le garanti !!
Heureusement, pour calmer ma bête, nous retrouvons ici encore des passages sur les Lessers, avec toujours Mr X mais surtout Mr O que nous apprenons à mieux connaître, ce qui aide (un peu) à détendre l'atmosphère. L'auteure n'a pas bâclé ses « méchants » et je trouve agréable qu'aucun d'eux n'attire de sympathie quelconque tant ils ressemblent à des psychopathes. Au moins, pas de questionnement sur une possible rédemption de ces personnages. Enfin, pour le moment, non.
Mais, comment finir sans aborder l'autre point « intéressant » de ce tome, hormis la découverte de Rhage que j'ai littéralement adoré, sans aborder l'autre couple qui se dégage ici, et qui sera l'objet du tome 3, j'ai nommé Zsadist et Bella. Nous découvrions déjà Zsadist dans le premier tome, avec une approche de son caractère assez « particulier », et ici il volerait presque la vedette par les scènes qu'il occupe. Son personnage appelle à la curiosité et au désir (dans l'histoire et pour les lectrices) et le début de son intrigue reste en suspens à la fin de ce tome. La lecture du tome 3 est donc inévitable, obligatoire que dis-je VITALE !!! Personnage emblématique de cette série, Z nous promet un tome explosif et inoubliable !
Voilà, tout cela pour dire que mon addiction est en bonne voie de non-guérison mais au contraire d'amplification. Je m'attends encore à beaucoup d'émotions dans la lecture des prochains tomes et je devrai moi aussi dompter la bête en moi qui ne désire qu'une chose… bouffer la Vierge Scribe.

Lien : http://booksweetbooks.over-b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Well-read-kid
  18 août 2010
Une bataille fait rage depuis toujours entre les vampires, protégés par les guerriers de la Confrérie, et les éradiqueurs, des humains dépourvus d'âme. Mais Mary, une jeune humaine, elle, a son propre combat à mener, un combat contre un mal incurable qui la ronge peu à peu. Aussi, lorsqu'elle rencontre par hasard un des guerriers de la Confrérie, le beau mais tourmenté Rhage, elle n'a pas l'esprit à la romance, mais pourtant…
Eh bien, oui, je vous l'accorde, l'on dirait bien le résumé d'un Harlequin. Il y a bien un peu de cela dans les écrits de J.R. Ward. Je vous avais laissés lundi sur mon avis très mitigé sur le premier tome. Il y a de l'amélioration dans le second. En effet, cette fois, J.R. Ward nous offre une héroïne forte, volontaire et peu sûre d'elle : on est loin de Beth, qui était extrêmement belle, et perdait toute personnalité en présence de son héros. Une héroïne plus « humaine », et donc plus attachante, permet au lecteur de vraiment plonger au coeur de l'histoire.
C'est donc une humaine, cette fois, qui découvre le monde des vampires, vampires qui ressemblent de plus en plus à une espèce animale évoluée, avec leurs comportement de meutes, leur manie de marquer leurs femmes, qu'ils appellent femelles, d'ailleurs, un terme qui me fait me hérisser dès que je le lis (souvent, donc). On retrouve avec plaisir les membres de la Confrérie, qui commencent (enfin) à se distinguer les uns des autres. L'histoire aura donc mis du temps pour s'installer.
A l'instar du premier tome, j'ai encore une fois été lassée par les scènes de sexe, invariablement crues et détaillées, davantage que dans le premier tome. On comprend que la première partie de jambe en l'air de nos héros soient explicitées, mais quel est le besoin de consacrer deux pages à chacun de leurs (nombreux) ébats ? de surcroît, l'auteur a recours à une sorte de lyrisme pseudo-métaphorique digne des Harlequins, ainsi au pays des vampires, les orgasmes sont nombreux et intenses, et les mâles toujours très bien montés. Je vous passe les détails.
Les personnages de ce second tome étaient intéressants chacun à leur manière : Mary était malade, par exemple, permettant à l'auteur d'explorer la psychologie des gens qui se savent mourants, la peur de voir son corps faiblir. Quant à Rhage, il devait vivre avec sa malédiction, et la peur constante de blesser son aimé, ce qui a permit à l'auteur de faire de ce roman une sorte de réécriture de « La belle et la bête ».
En somme, un tome bien plus prenant que le deuxième. On se surprend à vouloir la suite, et vite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (54) Voir plus Ajouter une citation
ArcaaleaArcaalea   07 avril 2013
"Bella mit une main devant sa bouche. Une longue balafre marquait le visage du mâle. On aurait dit que quelqu'un avait essayé de le couper en deux avec un couteau. La ligne épaisse de la cicatrice partait du front, descendait le longe de l'arête du nez et s'incurvait sur la joue. Elle finissait à la commissure des lèvres, déformant la lèvre supérieure.
Des yeux étrécis, aussi noirs et froids que les ténèbres, l'examinèrent, puis s'élargirent très légèrement. Il ne semblait pas troublé, son corps massif restait immobile ; seule sa respiration rapide révélait un mouvement.
Il me veut, pensa-t-elle. Et il ne sait pas comment réagir.
Sauf que les hésitations et l'étrange perplexité qu'il laissait paraître s'évanouirent. A leur place surgit une colère froide qui épouvanta Bella. Sans le quitter des yeux, elle recula jusqu'à la porte et appuya sur la barre qui permettait de l'ouvrir. Lorsqu'elle se rendit compte qu'elle n'arrivait à rien, elle eut le sentiment d'être piégée.
Le mâle l'observa tandis qu'elle se débattait avec la porte un moment, puis il se dirigea vers elle. Il lançait sa dague en l'air, la rattrapant par la poignée, tout en franchissant l'espace qui le séparait d'elle et qui était recouvert de tapis. [...]
- Je ne sais pas ce que vous faites ici, dit-il d'une voix sourde. A part déranger mon entraînement.
Son hostilité était palpable tandis qu'il l'examinait des pieds à la tête, mais il émanait aussi de lui une chaleur animale, une espèce de menace sexuelle qui n'aurait vraiment pas dû la captiver.
- Je suis désolée, je ne savais pas...
- Tu ne savais pas quoi, femelle ?
Mon Dieu, il était désormais si prêt ! Et il était tellement plus grand qu'elle !
- Je suis désolée, dit-elle en se plaquant contre la porte.
Le mâle frappa le métal de chaque côté de sa tête. Bella posa les yeux sur la dague qu'il tenait, mais elle oublia l'arme lorsqu'il se pencha sur elle. Il s'arrêta juste avant que leurs corps se touchent.
Bella inspira profondément et le sentit. L'odeur qu'il dégageait était davantage un feu dans ses narines que quelque chose de précis. Et elle y répondit, le chaleur, le désir montant.
- Tu es désolée, dit-il en tournant la tête et en posant les yeux sur son cou. (Lorsqu'il sourit, elle vit que ses canines étaient longues et très blanches.) Oui je suis sûr que tu l'es."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
lillymarronlillymarron   28 juillet 2010
- tu mets tout cela pour dormir, normalement? demanda t-elle?
- absolument, oui
- pourquoi est-ce que l'étiquette est toujours sur le peignoir alors?
- pour en retrouver un autre exactement pareil, pour avoir les références
Il se tourna sur le cote, le dos tourne, puis se retourna encore, sur le dos, et s'absorba dans la contemplation du plafond. Une minute plus tard, il se mît sur le ventre.
- Rhage.
- Quoi?
- Tu dors nu, n'est-ce pas?
- Oui, en général
- Ecoute, tu peux enlever tous ces vêtements. Ça ne va pas me gêner.
- Je ne voudrai pas te mettre... mal a l'aise.
- Ce qui me met mal a l'aise, c'est le fait que tu te retournes dans tous les sens. J'ai l'impression d'être secouée comme une salade.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
FleurCannibaleFleurCannibale   06 mars 2011
_ Dis-moi encore une fois que cela te rend fou que nous ne couchions pas ensemble, énonça-t-elle avec calme.
_ Ca me rend complètement fou. J'ai mal partout. Je bande tout le temps. Je n'arrive pas à me concentrer et je suis en permanence de mauvais poil.
_ Tant mieux. (Elle rit doucement.) Diable, je ne suis pas charitable, n'est-ce pas?
_ En aucune manière.
Commenter  J’apprécie          140
Pixie-GirlPixie-Girl   26 mai 2016
- Rhage.
Sa voix était si agréable dans la sombre quiétude!
- Quoi?
- Tu dors nu, n'est-ce-pas?
- Oui, en général
- Écoute, tu peux enlever tous ces vêtements. Ça ne va pas me gêner.
- Je ne voulais pas te mettre... mal à l'aise.
- Ce qui me met mal à l'aise, c'est le fait que tu te retournes dans tous les sens. J'ai l'impression d'être secouée comme une salade.
Commenter  J’apprécie          80
nathanatha   10 février 2012
"— La femelle m’a viré de chez elle ce matin après avoir massacré mon égo
— Quel genre d’arme elle avait ?
— Une comparaison humiliante entre moi et un sous-produit de la race canine
— Oups. Du coup bien entendu tu ne rêves que de retourner la voir
— Absolument
— C’est consternant
— Je sais."
Commenter  J’apprécie          100
autres livres classés : vampiresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Vous avez dit vampires ?

Qui a écrit "Dracula" ?

Oscar Wilde
Bram Stoker
Arthur Conan Doyle
Mary Selley

15 questions
1710 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantastique , vampiresCréer un quiz sur ce livre
.. ..