AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782755618532
312 pages
Éditeur : Hugo roman new way (14/05/2015)
4.02/5   136 notes
Résumé :
Aysel a pris sa décision: elle doit disparaître. Depuis que son père a provoqué l'accident fatal qui a marqué sa petit ville à jamais, la vie est devenue trop difficile à supporter.

Cependant, elle n'est pas sûre d'avoir le courage d'y arriver seule. C'est alors qu'elle découvre Smooth Passages, un site qui lui permettra de trouver un compagnon pour oser sauter le pas. Elle choisit FrozenRobot, alias Roman, lui aussi victime d'une tragédie familiale.<... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (67) Voir plus Ajouter une critique
4,02

sur 136 notes
5
24 avis
4
23 avis
3
14 avis
2
1 avis
1
0 avis

Juin
  12 décembre 2015
Un sujet délicat et traité d'une façon étonnante par Jasmine Warga.
Aysel est une lycéenne pas comme les autres, rejetées de presque tous, elle se met d'elle-même à l'écart. Cherchant à passer la plus inaperçue possible...
Roman est - était - un garçon populaire, fan et champion de basket, sa vie a basculé brutalement il y a un an presque.
D'ailleurs il a un projet pour cet anniversaire le 7 avril. Avec Aysel, qu'il a rencontré sur un site " Smooth Passages " destiné aux suicidaires...
L'auteur dit que des sites comme ça il en existe des tas....
Dans celui - ci il y a une rubrique "partenaires de suicide" ( sic)
" Leur site Web est simple, sans HTML, criard ou vieillot. Tout est en noir et blanc. Très classe, si tant est qu'un site dédié au suicide puisse être classe"
Lent et terrible compte à rebours dans ce livre.... Aysel, qui a une grande limace noire à l'intérieur d'elle, c'est ainsi qu'elle nomme sa dépression a peur d'être comme son père. Celui qui a tué... On ne sait pas pourquoi, ni dans quelle condition pendant les 2/3 du roman... Un meurtre qui a fait la une des journaux.
Roman vit un deuil douloureux. Il se sent responsable. Sa vie ne veut plus rien dire. Aucun avenir....
Tous deux vont se rencontrer, planifier... Parler et se découvrir peu à peu...
La dépression, la honte, le remords sont au coeur de ce roman, qui semble d'une tristesse poignante. Heureusement l'auteur ouvre la discussion, essaie de "dé-noircir" le futur. Il y a un peu d'espoir dans ces lignes, malgré la volonté farouche de Roman d'en finir.
On se dit que les coeurs vides ne peuvent le rester, on est dans un roman pour ado tout de même.
En dernière page une note de l'auteur nous explique sa démarche, et donne des pistes pour ne pas s'enferrer dans la dépression, de considérer ces pensées néfastes comme une urgence médicale et de ne pas oublier que l'on est jamais seul.. Et de surtout parler....
Douloureux. Car le sujet envahit tout le roman... Avec quelques rares moments plus légers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Alapagedeslivres
  17 août 2015
Ce roman est un hymne à l'amour, à la confiance. Bien sûr, il évoque des sujets graves comme l'adolescence, la dépression et le suicide mais il évoque avant tout le goût de la vie, la confiance en l'autre et les liens sacrés de la famille.
J'ai aimé ce livre car, au lieu de nous conduire vers un état de plus en plus triste et mélancolique, il nous montre le chemin de l'espoir. Il nous mène vers le bonheur de trouver l'autre et de se (re)-trouver soi-même.
« L'esprit est à soi-même sa propre demeure; il peut faire en soi un Ciel de l'Enfer, un Enfer du Ciel. » John MILTON, poète anglais.
Ce que j'ai pensé des personnages :
Aysel n'est pas un personnage anodin. Son esprit est complexe et complexé. Elle a du mal à vivre; elle ne trouve pas sa place dans la société qui a rejeté son père (ou est-ce le contraire?). Elle se sent exclue et cette vérité personnelle prend le dessus sur tous les autres sentiments.
Elle pense : « J'ai toujours l'impression que ma peau est trop fine, que tout le monde peut voir au travers et constater combien je suis vide et sombre à l'intérieur. »
Côté prénom, elle n'est pas sans me rappeler Hazel dans Nos étoiles contraires de John Green. Cette jeune adolescente, aussi et malgré tout son ressenti malheureux, est une jeune fille pleine d'espérances, de contradictions, d'émois et de palpitations. Elle profite de son existence malgré son handicap social.
Son partenaire, Roman, alias FrozenRobot, est secret, aimable, aimant, prévenant. Il se cache surtout un jeune homme sensible, humain, culpabilisé et profondément bienveillant. Il se montre compréhensif, tellement humain.
Ce sont tous les deux, des personnages fragiles.
J'ajouterai à la liste de personnages admirables, la maman de Roman qui m'émeut. Son attachement, son « envahissement » est sincère et édulcoré de craintes et de peurs. Elle veille à sa manière sur son fils avec des qualités et des défauts. Sa personnalité me touche beaucoup. Et aussi, le professeur de physique, M. Scott.
Quant aux autres personnages de l'histoire, ils sont plus ou moins absents. On ne les perçoit que sous le regard d'Aysel. Elle déforme certainement leurs pensées. le lecteur n'a donc qu'une seule version de la réalité, par la narration de cette jeune fille isolée.
Ce que j'ai pensé de l'écriture : le livre est partagé en petits chapitres, datés, dans un décompte oppressant jusqu'au jour fatidique fixé par les deux adolescents. Si la lecture est plutôt légère en début de livre, le lecteur se stresse de l'évolution et de l'approche de ce fameux jour.
C'est avec beaucoup de simplicité que la plume de Jasmine Warga nous mène jusqu'au final. Elle manie admirablement l'humour, le langage ado, la narration de leur vie quotidienne jusqu'à la chute de la décision de ces ados.
Ce que j'ai pensé de l'histoire : le scénario est bien construit. L'ensemble est cohérent. Les motivations sont explicites. Les sentiments sont développés à travers les paroles et les gestes des personnages. La tension monte crescendo, petit à petit, doucement mais sûrement. le lecteur se met, lui-même, la pression, en tournant les pages des chapitres. le petit coeur rouge et la ligne discontinue de chaque fin de chapitre nous apportent une note légère. Puisque chacune de ces fins conclue par un rappel en mots de l'objectif, c'est un espoir qui naît avec ces deux dessins… Celui de nous rappeler que nous visitons le monde insouciant de l'enfance ! Les enfants n'associent pas forcément leurs dires à leurs gestes, n'est-ce pas?
Pour retrouver des avis sur d'autres livres, venez visiter mon blog : alapagedeslivres.wordpress.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
dreamworld
  21 mai 2017
Le vide de nos coeurs est une petite merveille, je sors de ce livre toute émue. Il a su me toucher et me faire ressentir tout un tas d'émotions. C'est vraiment un joli petit roman que je suis contente d'avoir lu.
Et pourtant, ce n'était pas gagné d'avance ! Dès les premières pages, on plonge dans l'univers d'Aysel, une jeune adolescente qui cherche un partenaire de suicide sur un site internet afin de l'aider à mettre fin à ses jours. Je me suis donc attendue à avoir un livre sombre et très triste que j'aurais eu du mal à lire. Certes, ce livre est triste, mais il n'est pas pesant et il est aussi rempli d'espoir et d'amour. Même si le thème abordé est dur, l'histoire reste légère et nous entraîne dans la vie d'Aysel alors qu'elle rencontre Roman, qui veut lui aussi quitter ce monde.
Je n'aime pas dans les romans lorsque la tristesse est surjouée juste pour nous pousser à verser des larmes, mais ce n'est pas le cas ici. Ici, on ressent le poids de la douleur d'Aysel, de sa vie qui est toute détruite, de son mal-être intérieur. On ressent sa peine non pas parce qu'elle est décrite de façon explicite mais plutôt parce qu'elle l'accompagne, comme un nouveau personnage, qu'elle est présente dans chacune de ses actions et chacune de ses pensées. Sa dépression en est d'autant plus réelle, car elle est présente dans chaque recoin mais qu'elle se voit seulement si on cherche bien, si Aysel nous laisse l'apercevoir.
J'ai beaucoup aimé le personnage d'Aysel. Elle a un certain humour et elle reste courageuse. Je me suis attachée à elle comme à une petite soeur et j'ai eu envie de la protéger, de la prendre par la main et de lui faire voir les merveilles du monde, de la pousser à rester en vie. Ce que j'ai surtout apprécié, c'est son évolution, ses yeux qui s'ouvrent au fur et à mesure et la découverte d'une nouvelle vie possible.
J'ai eu un peu plus de mal avec Roman, qui semble buté et têtu, plus sombre, qui nous pousse vers le fond. Il rend Aysel plus heureuse mais paradoxalement il l'entraîne encore plus vers leur suicide prévu pour le 7 avril.. Il a une peine énorme en lui et je n'aurais pas aimé être à sa place, vivre avec ce poids...
J'ai éprouvé beaucoup de peine pour la mère de Roman qui est aussi assez présente dans ce roman. Tous les passages avec elle brisait le petit coeur d'Aysel et le mien. D'autres personnages sont un peu moins importants, comme la soeur d'Aysel qui parait pourtant assez sympa.
Le plus horrible, dans ce roman, c'est qu'on entre dès le début dans l'organisation du suicide. Un compte à rebours avant chaque chapitre nous rappelle que la date approche, et plus le nombre de jours restant diminue, plus notre coeur se serre car on ne veut pas que cette date fatidique soit là. Au fil des pages, on s'attache aux personnages, on voit leur évolution, l'espoir apparaître petit à petit, et en même temps on les sent de plus en plus accrochés à cette date. J'ai tellement eu peur. Je ne voulais pas que les jours continuent à s'écouler comme cela, je voulais les empêcher de commettre l'irréparable. Je trouve que l'auteur a vraiment un incroyable talent pour m'avoir fait ressentir tout cela, pour l'évolution de l'histoire lente mais rapide à la fois, pour la tristesse présente partout mais pas pesante, pour l'espoir qui s'installe petit à petit. Son écriture est très fluide et j'ai lu le roman très vite, emportée par ses mots.
L'évolution du personnage d'Aysel est aussi le point fort du roman. J'adore quand les personnages évoluent comme ça, que leur regard sur le monde change, qu'ils grandissent et deviennent plus fort. Au fur et à mesure, Aysel se rend compte que le monde n'est pas si terrible que cela et certains moment avec ses camarades de classes, sa soeur ou encore sa mère nous font croire qu'une autre solution est possible. L'amour est présent de plus en plus au fils des pages et vers la fin du roman, mon coeur souffrait et en même temps était tout rempli d'amour.
[Toutefois, chaque livre à ses défauts et ici un petit détail m'a un peu gênée. En tant qu'étudiante en science, j'ai apprécié tous les passages sur les énergies et ce que devient notre énergie à notre mort, mais l'auteur ne semblait pas vraiment s'y connaître et ce qu'elle racontait n'était pas très juste donc ça m'a un peu dérangée. Mais ce n'est qu'un détail, je chipote un peu.]
En bref, c'est un livre que j'ai adoré lire et qui est bien loin de ce à quoi je m'attendais. J'aurais aimé avoir un chapitre ou deux de plus pour avoir la suite, mais c'est aussi très bien comme cela. J'ai passé un agréable moment en tournant ces pages et cette histoire m'a beaucoup marquée. C'est un joli message d'espoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LesLivresEnFolies
  03 septembre 2015
L'écriture de l'auteure est abordable pour tous que ce soit de jeunes lecteurs ou encore des adultes et on comprend parfaitement où l'auteure veut en venir. Je n'ai pas pu m'empêcher de lire le petit mot de l'auteure à la fin de son livre (chose que je fais très rarement) et j'ai compris pourquoi elle a voulu écrire un livre sur le sujet. J'ai été très triste pour cette dernière d'ailleurs. J'ai dévoré ce livre et je l'ai terminé en l'espace de quelques heures le coeur au bord des lèvres avec une litanie dans mon crâne, "Ne vous tuez pas s'il vous plaît". Bon, je sais qu'ils ne pouvaient pas m'entendre mais j'espérais vraiment de tout coeur les voir changer d'avis.
Ce que j'ai trouvé très intéressant dans ce livre, c'est le fait que les chapitres soient découpés par dates avec le décompte des jours restant et plus on approche de la date fatidique plus le lecteur a une crampe à l'estomac, souhaitant de tout coeur que les protagonistes surmontent leur désir.
Cependant, j'aurai bien aimé également d'avoir quelques chapitres du point de vue de Roman, pour voir comment il vivait les choses et peut être, parvenir à mieux le comprendre.
Les deux personnages principaux ont tous deux un secret et même si nous avons quelques indices sur celui d'Aysel, l'auteure choisit d'abord de nous présenter ce qui meurtri le jeune Roman. le lecteur devra attendre quasiment la fin du roman pour savoir enfin ce qui est arrivé à Aysel. J'ai trouvé que l'auteure avait su distiller goutte par goutte les renseignements et le lecteur ne veut pas quitter le livre avant d'avoir découvert ce qui ronge les deux protagonistes. Je dois avouer que j'ai eu beaucoup plus de peine pour Roman car ce qui lui est arrivé est quand même très triste et marquant. Pour Aysel, j'ai plus été choqué par la réaction de son entourage et de ses camarades de classe que par son secret en lui-même.
Dans ce tome, nous faisons la connaissance d'Aysel et de Roman, deux jeunes adolescents qui ont vécu tous deux un événement très douloureux ou devrai-je plutôt dire qui les a profondément marqué et ils ont été incapables de s'en remettre. C'est pourquoi ils ont décidé de se suicider mais pas tout seul de peur de changer d'avis. C'est le site Smooth Passages qui va leur permettre de se rencontrer et ils planifieront tout à la perfection. C'est alors qu'Aysel commence à avoir des doutes et elle va tout tenter pour convaincre Roman que la vie vaut peut-être le coup d'être vécu mais Roman est quelqu'un de difficile à convaincre.
Aysel est une jeune fille qui peut paraître fragile et dépressive au lecteur mais il n'en est absolument rien (sauf peut-être pour la dépression). J'ai trouvé au contraire qu'elle avait beaucoup de courage et qu'elle était capable de faire face aux événements même si elle l'ignorait encore. Malgré le fait qu'elle soit dépressive, elle possède beaucoup d'humour (bon c'est de l'humour noir mais de l'humour quand même) et je pense que si l'histoire n'était pas aussi grave j'aurai pu rire avec elle. Cependant, j'ai eu envie de la secouer et de lui dire que le suicide n'était pas une solution bien au contraire.
Roman m'a beaucoup touché et j'ai ressenti de la peine pour ce jeune homme qui croit n'avoir pas d'autre solution que de se suicider pour enfin voir le bout du tunnel. J'ai trouvé qu'il était au bord de la rupture et malgré tout, je le comprends un peu car ce qui lui est arrivé est vraiment moche :(. Cependant, lorsque nous avons fait la connaissance avec sa mère, j'ai voulu crier sur Roman pour lui remettre les idées en place. Comment pouvait-il ne serait-ce que penser à se suicider et ainsi risquer de rendre sa mère folle de chagrin ? J'ai eu envie d'aller le réconforter et de l'aider à maintenir sa tête hors de l'eau et lui donner une bonne raison de continuer à vivre.
Pour conclure, je dirai que j'ai été scotché par ce livre qui a su me captiver du début à la fin sans interruption et qui m'a donné la chair de poule à de nombreuses reprises. Je ne peux que vous conseiller de le lire car je suis certaine que vous allez adorer !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LesFacesLitteraires
  20 juin 2015
Au fond cette histoire est très audacieuse, elle aborde un sujet assez tabou : le suicide. Je n'ai pas spécialement eu un coup de coeur pour ce roman, mais j'ai beaucoup aimé le découvrir. Il y a de la culpabilité, de la honte et de l'espoir à travers ce récit ; c'est rempli de douceur mais aussi de colère. Il y a quelques longueurs, c'est pour cette raison que je n'ai pas eu cette étincelle ; néanmoins j'en ai eu des fragments avec les émotions et les moments que partage Aysel et Roman.

Aysel est une jeune fille de 16 ans ; elle n'est ni invisible ni populaire aux yeux des gens. Elle est juste la fille d'un père qui a détruit la petite ville de Langston ; les messes basses et le regard angoissé des personnes qui l'entoure ne l'aide pas à aller mieux après cet accident ; au contraire. Elle se pose des questions sur qui elle est, deviendra-t-elle comme son père ? Est-elle un monstre dans son subconscient. le dégoût d'elle-même et la peur lui font prendre la pire décision, celle de vouloir mourir. C'est quelqu'un de touchant, parfois elle m'a exaspéré avec ses pensées « physiques » et « philosophiques » ; mais dans tout les cas c'est un personnage qui ne manque pas de caractère même si elle le cache derrière le passé et l'ombre de son paternel. Et puis j'ai vu en elle un fragment d'espoir, c'est ce qui m'a permis de l'aimer : pour sa force et son courage qu'elle croit avoir perdu, elle pense avoir baissé les bras mais pourtant elle va tout faire pour gagner du temps et retrouver cette partie d'elle qui a envie de vivre.

Roman est un de ses jeunes qui a presque tout pour lui, enfin ça s'était avant le drame familial. Il était passionné de basket au point de devenir l'un des meilleurs, sauf qu'une tragédie s'abat sur ses parents et lui. La culpabilité ne le quitte plus, il se répète que c'est de sa faute. Il choisit de se tuer pour le 7 Avril ; mais il souhaite avoir quelqu'un auprès de lui pour ne pas faire échouer son projet. Ce protagoniste est très émouvant, il est mal dans sa peau et dans son esprit ; il a perdu quelqu'un de sa famille et il croit que c'est à cause de lui. Et il veut vraiment partir de ce monde parce qu'il pense qu'il ne mérite plus de vivre. Il est plutôt sérieux et prêt à tout pour atteindre son but. Par contre même si Roman est quelqu'un de bouleversant, c'est aussi quelqu'un de têtu pourtant il est gentil et très ouvert, il ne juge personne et il voit les choses autour de lui avec une clarté frappante grâce à sa seconde passion.

Leur relation est assez forte puisque ils décident de disparaître ensemble. Pendant 25 jours ils vont apprendre à se connaître et un lien indescriptible va se créer entre eux. Pendant une grande partie de l'histoire, ils se chamaillent sans pour autant être méchant l'un envers l'autre, c'est plutôt des taquineries et des blagues bizarres. Mais petit à petit Aysel va avoir des sentiments pour Roman, ils sont réciproquent mais pour lui rien ne changera. Je me suis pris d'affection pour ceux binôme qui n'est pas commun, en plus de ça au fil des pages ils évoluent sans vraiment en avoir conscience, ça m'a beaucoup charmé.

C'est un récit assez développé surtout que c'est Aysel la narratrice et elle n'arrête jamais d'avoir des idées, des pensées, des réflexions ; et elles sont pour la plupart saugrenu mais elles ne manquent pas de philosophie pour certaines, c'est pour cette raison aussi que j'ai apprécié ce roman. Ça m'a un peu rappelé « Nos étoiles contraires » même si ces deux oeuvres ne sont pas comparables. C'est une belle histoire, triste et lugubre ; toutefois il y a toujours cette petite lumière qui transperce l'obscurité.

Le mystère se maintient ; surtout sur le déroulement du crime du père de Aysel. Et bien évidemment la fin où je ne me suis presque pas doutée de ce qu'il allait se passer. Peut-on parler d'originalité alors que c'est un thème qui n'est pratiquement jamais évoqué ? Tout ce que je peux dire c'est que c'est authentique, cette synopsis peut-être réelle.

La plume de l'auteur m'a plu dans l'ensemble ; même si j'ai trouvé qu'il y avait trop de détail et que par contre les sentiments n'étaient pas assez exposés pour que je puisse les ressentir complètement. Jasmine Warga a une écriture prenante, cependant des fois elle n'est pas agréable.

Le sujet peut être traumatisant et sinistre, néanmoins Aysel et Roman sont des personnages très intéressants et j'ai passé un bon moment avec leur histoire. C'est émouvant et différent, avec du suspense par-ci et par-là ainsi qu'une philosophie engagée. Un magnifique ouvrage malgré quelques défauts.
Lien : http://lesfaceslitteraires.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (39) Voir plus Ajouter une citation
Ninie067Ninie067   26 mai 2015
La classe continue de débattre avec lui alors que chacun écrit son nom sur un petit bout de papier et le lui donne. Il attrape la casquette des Reds de Cincinnati sur son bureau et mélange tous les noms dedans. À mesure qu’ils annoncent les binômes, les ronchonnements et les soupirs se font plus bruyants. Serrant les dents, je me mords les doigts de ne pas avoir été assez maligne pour ne pas donner mon nom. Auquel cas, j’aurais peut-être pu travailler seule. Encore mieux, je ne serais pas obligée d’écouter mon futur coéquipier piquer la crise du siècle en apprenant qu’il est coincé avec moi.

– Aysel Seran, annonce M. Scott en tirant mon nom de la pioche.

Toute la classe se tait. Personne n’a envie de se coltiner la barge.

– Ton binôme sera Tyler Bowen ! s’enthousiasme le prof en se comportant comme s’il n’était pas du tout conscient que je suis la lépreuse du groupe.

– Oh ! mon pauvre. Je te plains, Ty ! commente Stacy en lui tapotant l’épaule.

Le visage de Tyler s’assombrit comme si on venait d’assassiner sa mère. Enfin, vu les antécédents dans ma famille, je présume que je ne devrais pas parler de meurtre à la légère. J’ai presque de la peine pour lui. J’ai bien conscience que cette aventure va porter un coup à sa réputation. Mais au final, peu importe : le dossier doit être rendu le 10 avril.

Je serai morte avant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Amiti57Amiti57   29 juillet 2015
La musique, surtout la musique classique, et en particulier le Requiem en ré mineur de Mozart, possède une énergie cinétique. Si on écoute bien, dès le début on entend l'archet du violon trembler sur les cordes, prêt à mettre le feu aux notes, à les faire naître. Et une fois qu'elles retentissent, ces notes se téléscopent, jettent des étincelles, volent en éclats.
Je passe beaucoup de temps à me demander si la mort produit le même effet, la même résonnance, si comme ces notes de musique, j'exploserai moi aussi en vol en poussant un dernier cri de douleur avant de me taire pour toujours. Ou si, à l'inverse, je me transformerai en parasite presque inaudible et pourtant incessant, si on tend bien l'oreille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Amiti57Amiti57   06 août 2015
Je m'éloigne vers une des balançoires, agrippe ses chaînes de suspension et m'assieds sur son siège en métal tout écaillé. Allongeant et repliant les jambes en cadence, je tente de m'élever le plus haut possible. Si je me donne à fond, je finirai peut-être par m'envoler et mon énergie cinétique me propulsera hors de cet univers. Il y a peu de chance pour que ça arrive, mais on a le droit de rêver.
Roman reste silencieux et s'assied sur la balançoire voisine. Elle oscille sous son poids sans même qu'il remue les jambes.
Ma balançoire grince de plus en plus à mesure que je prends de la hauteur.
- Attention, prévient-il.
- A quoi ?
Je n'ai aucune envie d'être prudente mais plutôt de pousser un dernier coup avant de lâcher prise, voltiger et m'écraser par terre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Amiti57Amiti57   29 juillet 2015
Je me glisse au fond de mon lit. Je rabats la couette anthracite sur ma tête et fais comme si j'étais au beau milieu de l'océan en train de boire la tasse sous le fracas des vagues pendant que l'univers entier sombre dans le néant. J'essaie d'imaginer mon énergie potentielle devenant tour à tour énergie cinétique puis énergie nulle. Tout en fredonnant le Requiem de Mozart, je me demande ce qu'on ressent quand toutes les lumières s'éteignent et que le silence éternel se fait. J'ignore si ça sera douloureux et si j'aurai peur durant les derniers instants, mais je croise les doigts soit vite réglé, paisible et définitif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
colorandbookcolorandbook   28 mai 2016
La dépression, c'est comme un poids dont on ne peux se défaire. Un poids qui vous écrase et vous donne l'impression que la moindre tâche, comme nouer ses lacets ou lâcher une tartine, est une marche de trente kilomètres en montée. La dépression fait partie intégrante de vous
Commenter  J’apprécie          170

autres livres classés : suicideVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
4136 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..