AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782803627684
54 pages
Éditeur : Le Lombard (21/11/2011)
3.52/5   32 notes
Résumé :
1938. Après 8 ans passés au Congo, Thomas revient dans ses Ardennes natales. Alice, son amour de jeunesse, est maintenant la mère des enfants de son frère Charles. Déchirée entre les rexistes pro-nazis de Léon Degrelle et ses querelles intestines, la Belgique peine à se déterminer au sein de cette Europe trouble, agitée par les conquêtes hitlériennes et la guerre d'Espagne. Une page sombre de l'Histoire, au prisme de la vie d'un village des plus tranquilles... en ap... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
3,52

sur 32 notes
5
3 avis
4
3 avis
3
6 avis
2
1 avis
1
0 avis

Presence
  19 octobre 2017
Il s'agit du premier tome d'un diptyque, le second étant Les Temps Nouveaux, tome 2 : Entre chien et loup réalisé par les mêmes auteurs. Il est paru en 2011. le scénario est écrit par Éric Warnauts, les couleurs sont réalisés par Guy Raives, et les dessins sont le fruit d'une collaboration entre ces 2 créateurs. Ce diptyque est le premier d'une série consacrée à la vie de 2 frères, se poursuivant dans le diptyque Après-guerre, tome 1 : L'espoir, puis dans le diptyque Les jours heureux, tome 1 : Expo 58. Raives & Warnauts ont collaboré sur de nombreux albums et sur plusieurs séries comme L'Orfèvre, tome 3 : KO sur ordonnance, Les suites vénitiennes.
Le récit se déroule en Ardenne Belge et commence en 1938 dans le village de la Goffe. Thomas Deschamps est en train de déguster un verre de vin dans l'Hôtel des Roches, en compagnie de son ami curé Joseph. Alors qu'il fait nuit, ils sortent à l'extérieur pour se livrer à la chasse aux papillons, en espérant attraper un bombyx buveur. Ils papotent en évoquant les années passées par Thomas au Congo, et Alice la femme de Charles, le frère de Thomas. le lendemain, Alice Deschamps se présente au restaurant de l'hôtel et salue Rose qui s'occupe du comptoir. Elles évoquent la présence d'Assunta Lorca, une émigrée espagnole qui loge à l'hôtel et qui travaille au sein du syndicat socialiste à Liège.
Après cet échange, Alice Deschamps sort retrouver Thomas Deschamps dans le jardin et elle évoque le passé, sa décision de se marier avec son frère plutôt qu'avec lui malgré leur idylle. La discussion est aigre-douce, et elle interrompue par l'arrivé de Rose. Alice indique à Thomas que ses filles attendent que leur oncle du Congo vienne leur dire bonjour, et que son frère Charles veut lui parler. Dans la journée, Thomas et le curé vont chercher de la viande chez le boucher Palisse. La radio diffuse des informations sur la position du premier ministre Spaak, et son avis sur la fragilité de l'union nationale. Sur le chemin du retour, ils évoquent la montée du parti rexiste, avec Léon Degrelle à sa tête, la position de l'église catholique, les convictions socialistes de Thomas, et le parti pris conservateur de Charles. Assunta revient à l'hôtel pour le week-end.
La couverture de ce tome dégage une impression un peu étrange, un peu vieillotte, comme si les personnages posaient pour regarder le lecteur dans une situation bien artificielle qui permet de les voir tous ensemble. Toutefois, le lecteur retrouve la magie de la mise en couleurs de Guy Raives, avec ces aquarelles qui apportent une vie incroyable, une sensation d'image croquée sur le vif. Dès la première page, cette impression de photographie posée disparaît, et le lecteur (re)trouve les cases si évocatrices du tandem d'artistes. La mise en couleurs constitue une oeuvre d'artiste à part entière. Elle ne sert pas simplement à rendre compte des couleurs des objets, des personnes, et des différents éléments visuels. Bien souvent, Guy Raives apporte des éléments d'information visuelle supplémentaire. Il peut s'agir des pavés sur la voie qui passe devant l'hôtel, des reliefs dans le feuillage des arbres, du courant de l'eau dans un ruisseau, la texture du bois du comptoir, des motifs imprimés sur une robe, des ombres portées à l'intérieur d'une pièce, de la forme des mottes de terre, des couleurs dans le ciel, des peintures décoratives dans une brasserie, du teint maladif de la peau, etc. L'aquarelle a pour don d'inclure de petites variations de teinte qui rendent les surfaces plus organiques, moins lisses et froides.
Dès la première page, le lecteur peut se projeter aux côtés des personnages, et avoir l'impression d'évoluer dans les mêmes endroits qu'eux. Il peut voir la façade de l'hôtel, l'auvent abritant la terrasse, les arbres de petite taille fournissant de l'ombre, les 2 poubelles remisées contre la façade latérale, la clôture en fil de fer, les bâtiments à coté, et le panache du chauffage s'échappant par les cheminées. Tout au long de ce tome, il peut contempler les tenues vestimentaires des dames et des messieurs, variées et conformes à la mode vestimentaire de l'époque. Il peut également laisser son regard s'arrêter sur les modèles de voiture, sur les ustensiles de cuisine, sur les affiches publicitaires en arrière-plan, sur le porte-jarretelle d'Assunta, ou encore sur les uniformes des gendarmes venus annoncer l'ordre de mobilisation générale. Plusieurs scènes se déroulent à Liège, et là encore et lecteur peut apprécier la qualité de la reconstitution historique en admirant les façades. Cette reconstitution passe également par les activités dans ce petit village de campagne, que ce soit le bal du village, la procession portant la statue de la Sainte Vierge, ou encore le braconnage dans les champs pour attraper des lapins. Page 21, il peut même voir les paysans glaner les foins et les ramener à la ferme sur une charrette tirée par un cheval.
Les auteurs mettent en scène des personnages dans cette reconstitution, à la fois pour les faire vivre, réagir, évoluer, à la fois pour faire s'incarner les enjeux politiques de l'époque. le lecteur regarde des acteurs se comportant comme des adultes, avec des visages portant tout une palette d'émotions diversifiées, du franc sourire en savourant un bon cru, à la colère explosive en acquérant la certitude d'être cocu. le lecteur peut voir les personnages se livrer aux occupations du quotidien, très diversifiées puisqu'elles recouvrent plusieurs métiers, comme tenir un comptoir, découper de la viande, ou forger des pièces métalliques. Il y a également de longues promenades calmes, mais aussi des séquences plus violentes, comme un discours en pleine rue qui finit par une agression de la part du parti rexiste. À chaque fois, le lecteur apprécie le sens de la mise en scène des auteurs qui ne se contentent jamais de montrer des têtes en train de parler, car ils choisissent des cadrages qui permettent de voir les postures des personnages, les endroits où ils se trouvent selon des points de vue différents.
Raives & Warnauts mettent en scène des adultes, avec leurs défauts et leurs qualités. Dans un premier temps, la sympathie du lecteur va à Thomas Deschamps pour son comportement bohème, sa liberté, et sa façon d'en profiter, son succès avec les femmes, la franchise de ses échanges avec le curé Joseph. S'il est bien le personnage principal du récit, les auteurs n'en font pas un héros sans faille. Certes il représente l'indignation face à une idéologie totalitaire et excluante, mais son comportement vis-à-vis des autres manquent pour le moins d'égard et de respect. En outre, afin de rentabiliser son hôtel et augmenter le taux d'occupation, il n'hésite pas à y installer des prostituées pendant la semaine. À l'opposé, dans un premier temps, son frère Charles Deschamps apparaît comme le vilain capitaliste, prêt à se rallier au parti politique dont les actions apportent la plus grande assurance que les affaires pourront continuer et fructifier. Mais petit à petit il apparaît surtout comme un individu pragmatique, attaché à sa famille, et pas si rancunier que ça. La fière Assunta assume son engagement politique, rejetant toute forme d'attache, sans ressentir de devoir vis-à-vis de ceux qui la côtoient. Même la belle Alice présente un comportement complexe, et regrette d'avoir choisi la sécurité, la facilité, et de ne pas avoir tenu tête à son père. Petit à petit le récit prend une forme de comédie dramatique, mettant en scène de vrais adultes complexes et incarnés, pas de simples coquilles vides représentant une idéologie.
Non seulement les personnages sont complexes, mais en plus leur vie est effectivement façonnée en grande partie par le contexte social et historique. L'engagement politique d'Assunta provient de sa fuite d'Espagne après l'attaque de Guernica le 26 avril 1937. La vie de Thomas Deschamps subit l'influence de son séjour au Congo Belge, et de la maladie qu'il en rapporté. La vie de Charles Deschamps est soumise aux aléas de la politique. Tout le monde voit sa vie bouleversée par la mobilisation générale. Éric Warnauts intègre la dimension politique de l'époque par le biais de différents vecteurs, comme la radio, les discussions entre personnages, et les activités militantes d'Assunta Lorca. Les auteurs ont ajouté en fin de tome, une chronologie des principaux événements entre le 13 mars 1938 et le 3 septembre 1939. En fonction de sa familiarité avec cette période de l'Histoire, le lecteur peut s'y référer ou non, mais cela vient comme un supplément qui n'a pas de caractère indispensable pour la compréhension du récit. Par contre le lecteur peut éprouver un ressenti différent concernant les événements s'il connait déjà le sort de la Belgique pendant la seconde guerre mondiale.
Cette première partie du diptyque constitue avant tout une comédie dramatique enlevée et très vivante, avec des pages magnifiques permettant au lecteur de se projeter à cette époque, et à cet endroit du monde, dans une reconstitution de haute qualité, sans être pesante ou académique. Il fait connaissance avec des individus étoffés et attachants, quels que soient leurs choix dans la vie, et la manière dont leur environnement modèle leur vie. En fonction de ses connaissances, il découvre un pan de l'Histoire belge, ou il la voit prendre chair sous ses yeux. 5 étoiles pour une reconstitution épatante et émouvante. Certaines phrases prononcées en réaction aux événements de l'époque sont encore d'une terrifiante actualité : Les démocraties ont prouvé leur incapacité à lutter contre cet affairisme sans scrupule qui a conduit à la crise financière dont nous subissions encore aujourd'hui les effets.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Villoteau
  03 avril 2014
"Les temps nouveaux" de Warnuts et Raives est une histoire parue en 2011 et il s'agit d'une histoire en deux tomes. Dans un village de l'Ardenne belge, en 1938 un homme Thomas revient après avoir vécu huit ans au Congo belge.
Il retrouve Alice, son amour de jeunesse ; elle est maintenant la mère des enfants de son frère Charles. Si Thomas craint la montée du fascisme, par contre Charles notable catholique respecté est favorable au rexisme. C e mouvement dirigé par Léon Degrelle est favorable aux régimes autoritaires et nombre de ces militants tomberont dans la collaboration.
Thomas a une vie sentimentale bien complexe, il renoue avec Alice et par ailleurs entretient des relations avec une Espagnole rouge réfugiée. Par ailleurs une personnalité comme le curé, ami de Thomas, est croqué de façon bien sympathique.
L'esprit de mystère et de ruralité qui plane toujours dans d'autres BD qui choisissent le massif de l'Ardenne pour décor est bien rendu (voir en particulier les albums de Servais/Dewamme et Comès). le graphisme est très réaliste et il prend ponctuellement des tonalités sensuelles, si nombre de BD historiques ont une illustration de ce type, ici se rajoute une dimension onirique.
Liège, en particulier ses charbonnages et son palais de justice, constituent la dimension urbaine du récit. le tome 2 démarre aux jours de la Libération de la Belgique, si le lecteur n'a pas suivi l'évolution des personnages au présent entre 1939 et 1944, il va découvrir qui et comment paye à tort ou à raison le prix de ses engagements apparents ou de celui de ses proches. Par ailleurs l'arrivée des troupes américaines entraînera des histoires d'amour nouvelles. En la matière de représailles contre les collaborateurs de surface (résistants dans l'âme), on pourrait bien revoir des situations très semblables à celles que vécurent certains personnages de la série de BD "Les maîtres de l'orge" au sortir de la Première Guerre mondiale.
Des similitudes existent, entre la montée des mouvements d'extrême-droite dans les années 1930 et le solde des années d'occupation, avec la Belgique et la France, le lecteur de l'hexagone revisitera avec intérêt cette période ici déclinée outre-quiévrain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Alcapone
  27 mai 2014
1938. Thomas revient dans les Ardennes belges après 8 ans passés au Congo. La Belgique est alors essaimée par les rexistes qui entendent éradiquer les communistes. Charles, le frère de Thomas qui soutient l'idée d'une Belgique forte capable de faire respecter sa neutralité, adhère aux idées pro-rexistes de Léon Degrelle. Thomas bien qu'antifasciste, n'aspire quant à lui qu'à refaire tranquillement sa vie. Mais sa rencontre avec Assunta, une séduisante espagnole qui a fui la guerre d'Espagne en rejoignant les Brigades internationales pro-républicaines, bouleverse ses molles convictions. Pendant ce temps, la montée de l'antismémisme coïncide avec l'ascension de Hitler. La signature des accords bidons de Munich (10/09/1938) pour l'annexion des Sudètes , les terribles événements de la Nuit de Cristal (09/11/1938) et l'arrivée des Franquistes au pouvoir excitent les vélléités des rexistes et menacent de plus en plus la paix de la Belgique. Dans le village ardennais paisible en apparence, se trament avec complexité les actes de l'avant-guerre... Ce premier tome des Temps nouveaux (Le retour), récit teinté de sensualité sur fond d'intrigue historique et politique et mis en scène dans de superbes décors bucoliques, appelle inévitablement la lecture du second tome...
Malgré la faible épaisseur de l'album (quelques 60 pages à peine), la rédaction du résumé des Temps nouveaux m'a été difficile : mêlant récit historique et romance, Éric Warnauts et Guy Raives m'ont donné l'impression de n'avoir pas su concilier les deux genres. D'un côté, les événements historiques nombreux et complexes sont éludés en à peine quelque pages. de l'autre, les détails sur relations entre Alice (amour de jeunesse de Thomas à présent mariée à Charles) et les rivalités entre les deux frères qui en découlent, occupent tant de place dans l'album qu'on a du mal à garder en tête la dimension historique du récit. La chronologie en fin d'ouvrage n'a d'ailleurs à mon sens que très peu d'intérêt car la bande-dessinée passe trop vite sur les événements. Peut-être est-ce dû au travail à 4 mains ? Il ne manquait pour ma part qu'un meilleur équilibre des genres pour que cet album me séduise complètement...
D'un point de vue graphique, Les temps nouveaux est un album très esthétique : le réalisme des décors, les ambiances champêtres, la minutie des traits, les expressions des personnages mais surtout la colorisation des planches, est très réussie. La couverture en témoigne : elle a d'abord attiré mon regard grâce à ses couleurs. Malgré cela, et c'est le danger lorsque le dessin est réaliste, les traits des personnages sont parfois inégaux et c'est bien dommage car la bande-dessinée reste un très bel objet. Ceci dit, ce récit ne manque pas d'intérêt. C'est donc avec plaisir que je lirai le second tome. A découvrir donc...
Je tiens encore à remercier les Éditions le Lombard et Babelio pour ce beau partenariat qui s'inscrit dans le cadre du Club des Chroniqueurs Signé et je suis encore navré pour cette publication tardive de la chronique.
Lien : http://embuscades-alcapone.b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
MissG
  09 septembre 2013
Nous sommes en 1938, dans les Ardennes belges.
Thomas revient de plusieurs années passées en Afrique.
Alice, son amour de jeunesse a épousé son frère Charles qui a lui-même épousé les idées nationalistes de Rex : "Je veux une Belgique forte, unie et déterminée à faire respecter sa neutralité. Je ne pense pas que cela puisse se faire sans un réveil nationaliste.".
Il ne reste que son meilleur ami, Joseph, un curé, pour lui servir de confident et de soutien, et Assunta, une jeune communiste ayant fui l'Espagne, qui partage sa vie et essaye de lui ouvrir les yeux sur l'embrasement qui guette l'Europe : "Ouvre les yeux, regarde autour de toi, les fascistes progressent partout ! Et ils se soutiennent.".
Mais Thomas ne sait pas, il hésite, il se laisse porter par la vie et continue son quotidien : "Moi, je n'ai que des doutes … et des interrogations. Aucune certitude !".
Cette série en deux volumes propose un concept intéressant.
Ici, il n'est question que de l'avant guerre, de certaines personnes comme Assunta qui ont des idées bien précises et d'autres qui ne savent pas encore comment se positionner.
Mais c'est aussi une histoire de famille, de rivalités entre deux frères, d'un homme qui fuit son passé proche pour une raison mystérieuse et qui revient à ses racines.
Ce récit contient volontairement une part de mystère que le lecteur doit imaginer par lui-même, mais là ne repose pas le coeur de l'intrigue.
J'ai surtout découvert la situation de la Belgique d'avant guerre que je ne connaissais pas trop.
A ce titre, les repères historiques en fin de volume sont instructifs.
La construction de cette bande dessinée est également originale.
Eric Warnauts a fait le scénario, Guy Raives les couleurs, pour les dessins c'est du quatre mains, ce qui est plutôt un concept original.
Pourtant, cela ne se ressent pas à la lecture, je n'ai pas trouvé de "cassure" dans le graphisme, même si parfois je n'aime pas la morphologie de certains personnages : Joseph le curé par exemple, il a des traits tellement discrets qu'il donne l'impression d'être en retrait par rapport à Thomas.
Les couleurs sont par contre très bien choisies et j'aime voir Assunta porter du rouge vif, c'est d'ailleurs le personnage le plus fort qui reste fidèle à ses idées et se bat pour elles : "La lutte continue … Jusqu'à la victoire finale !".
Ce premier tome des "Temps nouveaux" met en place des personnages forts qui très vite se trouvent aspirés dans le tourbillon de la guerre et que le lecteur a hâte de retrouver par la suite.
Lien : http://lemondedemissg.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
mfgaultier
  17 novembre 2014
La BD les Temps nouveaux a été éditée dans la somptueuse collection « Signé » des éditions du Lombard, en deux tomes.
L'action se déroule en Belgique et démarre en 1938, dans les Ardennes Belges. Thomas rentre du Congo après huit ans de voyages au bras d'Assunta, une belle réfugiée espagnole. Il retrouve son amour de jeunesse, Alice, désormais mariée à son frère Charles. Parallèlement à ses amours, Thomas voit autour de lui de sombres événements survenir : la montée du Franquisme en Espagne, celle du nazisme en Allemagne, le mouvement rexiste en Belgique...
Joseph, son ami d'enfance, devenu prêtre, partage avec lui ses moments de doute et d'interrogations...
Eric Warnauts et Guy Raives sont les auteurs de cette BD, à quatre mains, situation plutôt originale dans l'édition où les rôles de scénariste et de dessinateurs sont souvent distincts. Ici, les dessins ont été conçus par les deux auteurs. Warnauts s'est juste occupé du scénario et Raives des couleurs. Les dessins sont somptueux, réalistes et sensuels à la fois. Les couleurs renforcent cette sensualité dont les auteurs enveloppent leurs personnages. C'est un régal de parcourir les planches de l'album.
Ce que j'ai moins aimé, c'est l'histoire qui part un peu dans plusieurs directions, le mélange entre les sentiments des personnages, la toile de fond historique un peu complexe d'ailleurs, sans doute est-ce la raison pour laquelle une chronologie des années 1938 et 1938 figure en fin du premier tome. J'ai eu un peu de mal à suivre les pérégrinations du beau Thomas, perdu entre Alice, Assunta et la jeune soeur de Joseph. Sans doute aussi mon ignorance des lieux et évènements présentés ajoute au fait que l'histoire globale me déçoit un peu. Je me suis donc raccrochée à la beauté subtile des dessins et à la séduction des personnages pour terminer ma lecture. Et je retrouverais avec plaisir ces deux auteurs, sur une autre période historique ou sur un autre scénario !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (1)
BulledEncre   29 février 2012
La solide construction du premier tome semble elle-même balayée par la guerre. Un procédé original qui démontre la maîtrise de deux talentueux auteurs.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
PresencePresence   19 octobre 2017
Monsieur Spaak, premier ministre, ministre des affaires étrangères et du commerce extérieur, tient acquis que l'idée de l'union nationale dans ce pays, n'a jamais dépassé la chambre du Conseil. Au gouvernement, cette idée est une réalité, mais au Parlement elle n'est pas encore comprise. La situation de demain sera extrêmement délicate. Dans l'éventuelle campagne électorale, nous serons les uns contre les autres et, sans vouloir être pessimiste, monsieur Spaak craint que ce pays soit pendant longtemps ingouvernable et il pense d'une crise profonde n'est pas impossible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PresencePresence   19 octobre 2017
Chamberlain et Daladier ont accepté le lâche compromis des Sudètes. Ne nous laissons pas aveugler camarades. La Tchécoslovaquie s'enfonce dans les ténèbres. Croire qu'on peut obtenir la paix en jetant un petit état en pâture aux loups est une illusion ! Il faut se mobiliser contre cette peste brune, cet ordre nouveau qui envahit l'Europe ! Le conservateur anglais Winston Churchill a déclaré : Ils ont eu le choix entre le déshonneur et la guerre. Ils ont choisi le déshonneur et ils auront la guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
MarquePageMarquePage   15 novembre 2017
- Dis-moi !!! Elle m'en veut toujours !?! Qu'est-ce qu'elle désire à la fin !?! Que désirez-vous toutes !?! Réponds !
- Un peu de sincérité et donc du courage !
Commenter  J’apprécie          20
brigittelascombebrigittelascombe   22 mai 2012
Le conservateur anglais Winston Churchill a déclaré: "Ils ont eu le choix entre le déshonneur et la guerre.Ils ont choisi le déshonneur et ils auront la guerre."
Commenter  J’apprécie          20
PresencePresence   19 octobre 2017
Tous ces politiciens avec leurs beaux discours… Les paroles ne coûtent rien. Les promesses non plus. Bien au contraire.
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Eric Warnauts (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eric Warnauts
Raives et Eric Warnauts - Sous les pavés
autres livres classés : rexismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2337 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre