AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2251447849
Éditeur : Les Belles Lettres (10/02/2018)

Note moyenne : 4.09/5 (sur 11 notes)
Résumé :
« Savez-vous où il est, ce métèque ? » Et, avant qu’elle ait eu le loisir de répondre, prise dans son extase, il marcha sur elle et, à brûle-pourpoint : « Eh bien, il est mort ! Voilà où il est ! »
Elle reprenait conscience et le regardait avec un sourire de pitié indulgente.
« Mort ! Sur la chaise électrique. Coupable et exécuté ! Et vous savez pourquoi ? »

Le drame dont voici l’épilogue forme la trame du roman, qui s’ouvre sur l’arrivé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
MissSherlock
  14 février 2018
Quel bouquin mais quel bouquin !
J'ai fini Les rendez-vous de la clairière hier soir et j'en suis encore toute retournée. J'ai adoré ce livre, il n'y a pas assez d'étoiles pour exprimer mon ressenti.
Robert Penn Warren signe un drame magnifique. Car c'est un drame, un drame antique, où le sort s'emploie à faire plier les protagonistes. Rien ne peut arrêter la roue qui les entraîne tous vers leur destinée fatale.
C'est d'une violence inouie.
La puissance du récit tient autant à ses personnages qu'au style de l'auteur et à sa trame.
Les longues phrases, les mots percutants, les points de vue qui s'imbriquent, tout cela donne une sensation d'inconfort à une histoire qui reste logique et compréhensible.
Je ne connaissais pas du tout Robert Penn Warren et je vous assure que je ne vais pas en rester là avec cet écrivain. D'autant que Les Fous du Roi a été publié dans cette édition.
Ce fut une superbe découverte que je dois à Babelio et aux éditions Les Belles Lettres qui m'ont fait parvenir ce titre dans le cadre de l'opération Masse Critique de janvier.
Merci, merci, merci !

CHALLENGE MULTI-DÉFIS 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          255
jmb33320
  03 février 2018
Le quatrième de couverture n'en fait pas mystère : une tragédie va survenir dans ce Tennessee rural, où se heurtent les personnages de ce magnifique roman. Les éléments semblent contre eux dès l'ouverture de ce récit. Sous une pluie battante, un ciel gris et une rivière en crue, trois d'entre eux s'affrontent immédiatement. Cassie Spottwood, dans sa maison délabrée observe de sa fenêtre la rencontre sur la route d'un jeune inconnu à l'allure citadine et d'un chasseur, qui vient d'abattre un daim à la limite de sa clôture. Elle qui semble être à peine une ombre, et qui depuis des années s'occupe de son mari, Sunderland Spottwood, devenu grabataire après une attaque, s'arme de son fusil et tire aux pieds du chasseur pour faire respecter son droit de propriété. Il n'est pas un inconnu pour elle ce Cy Grinder, en réalité un amour (non partagé) de jeunesse. Elle propose au jeune homme errant, dont elle découvrira le nom, Angelo Passetto, de l'héberger contre des travaux, malgré le peu de chose qu'elle sait de lui.
Le drame va se nouer dans cette maison et ses environs (la clairière du titre). Bien d'autres personnages très marquants font contrepoint à ce quatuor du début du roman. La nature du Tennessee est à elle seule un personnage essentiel, seule réalité tangible parmi ces êtres qui semblent douter chacun de leur existence, jusqu'à l'angoisse, mais qui pourtant sont violents et cruels entre eux. Malgré le contexte et l'époque (la fin des années 1950 pour l'essentiel du récit) il est peu question de l'existence ou pas d'un Dieu, de la notion de péché ou même de damnation. On est au delà de la morale ordinaire dont pourtant certains de ses personnages se réclament, à commencer par Murray Guilfort, un homme de loi autrefois ami de Sunder Spottwood,. La question centrale reste toutefois celle de l'amour, partagé ou pas.
Il est évidemment difficile de ne pas penser à Faulkner. Mais s'il existe certains points communs, avec notamment "Sanctuaire" ou "Lumière d'août", Robert Penn Warren dans ces "Rendez-vous de la clairière" (une citation d'un poème) a son ton bien à lui, une manière à la fois très crue (dans les scènes de sexes notamment) mais aussi par moments presque floue, d'avancer dans son récit pourtant cohérent jusqu'à la dernière ligne.
Merci aux éditions des Belles Lettres et à Babelio de m'avoir permis de découvrir cet auteur dans le cadre de "Masse Critique". Je lirai sûrement bien vite "Tous les hommes du roi", son roman le plus connu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
JeanLouisBOIS
  23 février 2018
L'univers de Spottwood Valley.
En refermant Les Rendez-vous de la clairière de Robert Penn Warren, on ne peut s'empêcher de se dire qu'on écrit plus ainsi des romans, qu'on ne pourrait plus, qu'on n oserait plus… Et pourtant en constatant qu'il fut publié en 1971, on doit se rendre à l'évidence que ce roman ne date pas du 19ème siècle !! Bien des traits le rapprochent effectivement d'une veine classique (réaliste) de la littérature ; nombreuses descriptions précises et détaillées, des personnages bien définis aux caractères bien trempés et subtilement analysés, une intrigue somme toute simple et conventionnelle construite principalement autour d'histoires d'amour et de passions pas toujours partagées. Mais, à y regarder de plus près, il existe indubitablement une veine beaucoup plus moderne (presque contemporaine) : les personnages sont toujours la résultante de leur histoire personnelle et de leurs actions, leurs pensées apparaissent conditionnées par cet héritage. L'écriture de Penn Warren est elle-même modelée par le rappel incessant de ce passé, de plus l'écriture est elle aussi moderne car le narrateur, celui qui dit « je », varie fréquemment, c'est soit une personne extérieure (l'auteur ?), soit un des personnages qui, grâce au style indirect libre, expose les raisons de ses actes en nous faisant part de ses doutes et de ses réflexions les plus intimes et on passe insensiblement d'un narrateur à un autre (sans s'y perdre, ce qui est remarquable !!). le lecteur devient omniscient. le dernier aspect moderne repose sur la mise en scène discrète mais bien présente de scènes érotiques ou simplement charnelles qui n'auraient pas été exposées avec la même désinvolture cent ans plus tôt.
Au-delà de cette dialectique entre modernité et classicisme, on peut distinguer un deuxième centre d'intérêt : le rapport à l'espace. Ce roman se déroule dans le sud profond des USA, au fin fond du Tennessee dans Spottwood Valley, une vallée perdue, difficilement accessible, inhospitalière et peu peuplée où tout le monde se connaît depuis longtemps. le lieu joue ici un rôle fondamental, c'est pratiquement un personnage. Il s'oppose bien sûr à la ville (Nashville, Chicago) et à ses facilités matérielles, mais aussi à l'anonymat. Spottwood Valley est l'endroit où il ne se passe rien, c'est l'endroit de la solitude et de l'isolement, un microcosme fermé et excluant.
Troisième centre d'intérêt : la relation entre les différents personnages. On aborde ici l'aspect social du roman. Penn Warren met en scène une Amérique pauvre, physiquement et intellectuellement. Les riches habitent les petites villes environnantes mais éloignées, appartenant à un autre monde. On côtoie ainsi une société du racisme ordinaire dirigé contre les noirs et les « métèques » (étrangers), seuls les blancs connus peuvent occuper le sommet de la hiérarchie sociale ou même seulement faire partie intégrante de cette société. On a affaire aussi à des gens qui considèrent comme naturel d'appliquer la peine de mort, qui en éprouve même une certaine fascination morbide. Penn Warren dénonce ainsi en passant tous les travers de cette société qu'il critique sans jamais la mépriser. Sa très grande force, c'est de toujours rester à la même hauteur que ses personnages. Les Rendez-vous de la clairière s'affirme comme un roman du tragique de l'existence humaine, relativement pessimiste où la plupart des personnages finissent mal. Seuls Cy Grinder et l'avocat Leroy Lancaster laissent entrevoir une lueur d'espoir. En effet, contrairement aux autres, ils ne se laissent pas emporter par le destin. Par la recherche d'une certaine liberté individuelle, ils parviennent à échapper, tant soit peu, à l'isolement et au désespoir
Ce roman de Penn Warren me paraît pénalisé par certaines longueurs dans la précision et la description des personnages et de leurs réflexions intérieures. Ce manque de fluidité et de dynamisme se réalise au détriment de la suggestion des faits (ici tout doit être clairement établi) et de l'imagination du lecteur. Ces réserves n'empêchent pas une lecture agréable même si on éprouve, en fin de compte, le besoin de relire ce livre tellement on a l'impression d'être passé à côté de situations essentielles dont on n'a pas mesuré pleinement la portée dans l'instant. En effet, ce roman riche et foisonnant de mille détails exige une attention soutenue. Les Rendez-vous de la clairière donne envie de redécouvrir et d'approfondir l'oeuvre de Penn Warren en commençant par son roman le plus connu: les Fous du roi.
NB: Livre lu dans le cadre de Masse Critique, reçu avec un marque-page de bonnes qualité et dimension, typique des Éditions des Belles Lettres.

Lien : http://www.juanasensio.com/a..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
Alice_Alice_   27 novembre 2016
Avec d'infinies précautions, elle sortit ses mains de dessous les couvertures, l'une après l'autre, et effleura ses joues : c'était comme la caresse d'une plume. Sa chair eut des fourmillements, qui se prolongèrent après qu'elle eut cessé. Elle pensa à l'air qui toucha son visage de partout, le modelait, lui donnait forme et vie. Auparavant elle n'y avait jamais pensé: vous étiez une forme et l'air était sans forme, mais son enveloppe, son toucher créait le fourmillement qui était le signe de votre existence, vous faisait savoir que vous étiez vivante, que vous étiez vous-même...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
jmb33320jmb33320   03 février 2018
Il descendit et sortit. La lune était pleine et brillante, une lune de froid. Des ombres striaient la blancheur de la neige comme de l'encre renversée. La trace de ses pas entre la grange et la maison étaient effacées ; il regarda à l'endroit où elles auraient dû se trouver et où elles n'étaient plus... c'était comme un monde à jamais vide de présence humaine.
Il s'en alla vers la grange, la dépassa, et tourna à droite pour suivre le contour du champ en pente, sentant sous ses pieds les lignes des anciennes dérayures. Il gardait les yeux fixés sur l'ombre des bois, au loin. A l'orée, il se retourna et jeta un coup d'oeil sur le ciel vide et clair. Le monde le quittait lui-sembla-t-il, et il aurait pu rester là en contemplation devant les astres sans plus avoir à bouger ni à se souvenir. Puis il regarda la pente où la blancheur de la neige était avivée par la blancheur du clair de lune et en contraste les trace noires de ses pas qui jalonnaient son parcours, montaient de plus en plus nettes et noires jusqu'à l'endroit même où il se tenait, en un simulacre de poursuite impitoyable, et soudain comme si ses souliers eussent été doués d'une vie propre , ou que la terre se fut animée dessous pour les saisir et les forcer à avancer, il s'enfonça sous le couvert des arbres, à travers la géométrie hallucinante du clair de lune blême et des troncs noirs, de leurs ombres noires sur la neige blanche.
Il parvint enfin à la clairière, brillante sous la lune, les pierres de l'édifice blanchies par la lumière de l'astre, le cours sinueux de la rivière souligné par sa noirceur luisante, sauf là où elle était prise en glace ; au delà les fûts sombres d'arbres dénudés et le feuillage massif des cèdres.
Il alla jusqu'à la porte de la laiterie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MissSherlockMissSherlock   02 février 2018
Il ne dit pas qu'à la mort de son père, on l'avait expédié en Amérique, chez son oncle, dans l'Ohio ; qu'il avait travaillé dans cette « maladetto » ferme et qu'il haïssait autant l'oncle que la ferme, que lui-même, que le monde entier, jusqu'au jour où il avait cassé la gueule à l'oncle, et s'était enfui à Cleveland pour y découvrir quantité de merveilles, comme le whisky, les filles, les voitures et son propre visage dans un miroir pendant que le peigne passait et repassait à travers sa soyeuse chevelure noire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          83
MissSherlockMissSherlock   12 février 2018
Il n'était plus inquiet ni agité. Il la regarda se déshabiller puis venir nue vers le lit, légèrement frissonnante, les bras le long du corps, les paumes en avant, la lumière blanche sur son corps et le ruban rouge qui enserrait les cheveux sur l'épaule gauche. Il n'avait pas encore respiré le parfum. Quand elle avait ouvert le flacon pour s'en mettre, il s'était éloigné d'elle pour éviter de le sentir. Ce fut seulement à l'instant où elle laissa tomber sa tête sur son bras et où il dénoua le ruban pour laisser la chevelure flottante qu'il en aspira une pleine bouffée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          78
MissSherlockMissSherlock   07 février 2018
Ces escapades étaient rares : elles n'étaient en effet possibles que lorsque Cassie trouvait un biais pour éviter de rester avec une amie, Gladys Peegrum. Celle-ci était mal vue sur le plan social par Mme Killigrew, mais elle était la seule confidente et alliée de Cassie. Pauvre Gladys ! une grosse fille, molle, avec qui personne ne voulait sortir le soir pour la peloter, et dont le seul plaisir était la participation par personne interposée à tout ce que Cy Ginger devait sûrement faire à Cassie Killigrew dans le noir quand il disposait de cette minceur si commode, si différente de sa boule de graisse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Video de Robert Penn Warren (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Penn Warren
Bande Annonce "Les Fous du Roi" (2006)
Dans la catégorie : Textes diversVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature américaine en anglais>Textes divers (382)
autres livres classés : drameVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1764 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre