AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782357611764
264 pages
FLBLB (16/05/2019)
3.69/5   183 notes
Résumé :
Pour Barbara, capitaine de l'équipe des Roses de Rosigny, le foot passe avant le bac. Les filles ne se ménagent pas pour le championnat et c'est pas son histoire avec le beau Bilal qui va lui faire louper un entraînement. Quand les subventions au club sont drastiquement réduites, la présidente décide de tout miser sur l'équipe masculine et veut retirer les Roses du championnat. Barbara, abasourdie par cette injustice, propose une autre manière de décider : un match ... >Voir plus
Que lire après Saison des RosesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (38) Voir plus Ajouter une critique
3,69

sur 183 notes
Je dois reconnaître que je ne me suis jamais intéressée au foot.
« C'est parce que t'es une fille, les filles ça joue pas au foot ! »

Si vous croyez à ce genre de phrases, courez lire la bande dessinée Saison des Roses, qui va justement parler de football féminin. L'histoire se situe en France, dans une ville fictive, Rosigny et nous allons suivre Barbara, la capitaine de l'équipe. Cette dernière vit pour le foot et veut absolument jouer au championnat. Seulement, le budget est réduit et l'équipe qui ne pourra pas jouer est celle des filles…

Cette histoire, c'est l'occasion de parler du sexisme et de la place qu'occupent les femmes dans le milieu du sport (c'est-à-dire rien comparé aux places qui peuvent être occupées par des hommes, bien sûr). C'était aussi l'occasion pour Chloé Wary de parler de foot, évidemment, mais aussi de relations mère-fille, d'amour, d'amitié et de passion. Pas la passion amoureuse, non. Celle qui, parfois, vous dévore complètement, est au centre de votre vie, de votre quotidien. Pour moi, c'est la lecture. Pour Barbara, c'est le foot.

Et ce que vit cette jeune fille, ainsi que son équipe, durant cet ouvrage est à la fois parfaitement injuste et totalement crédible, si bien que je me suis prise à me révolter mentalement avec elles afin qu'elles puissent participer au championnat. Moi, qui serais incapable de reconnaître une faute sur le terrain ou un joueur professionnel (et, je le concède, encore moins une joueuse, malheureusement…).

Bien que je n'aie pas adhéré au style graphique, l'histoire a su m'émouvoir, me donner l'envie de me battre. L'autrice a le mérite d'avoir touché un sujet auquel je ne pense pas forcément lorsque je parle de féminisme : le sport. C'était très intéressant d'en entendre parler à travers cette histoire.
Commenter  J’apprécie          230
On adore le punch, la claque graphique si distinctive que laisse ce trait au feutre (gloire au retour du feutre, c'est régressif et on adore). L'histoire est linéaire et la fin prévisible mais cela n'enlève rien au plaisir de découvrir le personnage principal, son club et leur aventure.
A mettre vite entre les mains de n'importe quel amateur de foot, de femmes fortes et vraies, du français tel qu'il est vraiment parlé, des couleurs vives, ou tout simplement de très bonnes BD !
Commenter  J’apprécie          160
Barbara, capitaine de l'équipe de foot féminine de Rosigny, enrage : faute d'argent, la présidente du club veut retirer les filles du championnat pour tout miser sur l'équipe masculine. Mais Barbara et ses coéquipières sont bien décidées à se battre.

Beaucoup de mal à entrer dans cette BD. le dessin ne me plaisait guère mais, surtout, les couleurs m'ont particulièrement rebutée. le coloriage au bon vieux feutre des collèges, c'est un concept mais ça pique les yeux quand même.
Le deuxième point qui m'a fait grincer des dents, c'est le langage des personnages. Je veux bien comprendre que des jeunes filles de la téci ne parlent pas comme des héroïnes de Jane Austen mais j'ai quand même trouvé ça fatiguant et cela, ajouté au graphisme, a rendu difficile mon immersion dans l'histoire.
L'histoire elle-même paraît assez classique : l'équipe féminine, bien que très douée, est injustement écartée autant pour des raisons financières que sexistes. Aux États-Unis, tout finirait en happy end mais nous sommes en France et on adore montrer que les injustices, c'est trop injuste !
N'étant pas très branchée foot, je ne me suis pas plus passionnée que cela pour le combat de Barbara et de ses copines. Tout cela ne m'a pas vraiment semblé apporter du neuf sur un sujet connu : l'inégalité de traitement entre les équipes féminines et masculines de foot.
Les filles de l'équipe sont toutes présentées comme portant des jogging à longueur de temps et parlant le langage que j'ai cité plus haut. En voulant dénoncer ce reproche qu'on fait trop souvent à certaines femmes de ne pas être " féminines", l'auteur tombe dans l'excès inverse en donnant l'impression que les joueuses de foot sont toutes des parodies de mecs fagotées comme des sacs à patates et au vocabulaire de chauffeur vtc (sans vouloir les offenser mais pour trouver un équivalent aux charretiers).

J'accorderai cependant un bon point pour avoir choisi de mettre une femme comme présidente de club et montrer ainsi que même les femmes peuvent succomber aux préjugés sexistes.

En résumé : les couleurs criardes et le dessin "bof" de cette BD m'ont gênée pendant toute ma lecture et empêchée d'adhérer vraiment au propos par ailleurs assez convenu sur l'inégalité de traitement entre les équipes féminines et masculines de foot.
Commenter  J’apprécie          40
Bonsoir,

Un roman graphique aujourd'hui lu dans le cadre du challenge @varionsleséditions « Saison des Roses » de Chloé Wary aux Éditions FLBLB. Une histoire de filles et d'injustice. Nous sommes avec Barbara, capitaine d'une équipe de foot féminin dans une cité. Cette équipe féminine doit passer les épreuves pour passer en national. Les filles se sont données du mal pour atteindre leur niveau, et la la dirigeante du club leur annonce que faute de moyen ce sont les garçons qui iront aux qualifications. Les filles s'insurgent et vont défier les garçons en faisant un match contre eux.
Cette Bd évoque les injustices, la féminité, l'adolescence et les relations avec les parents. Les dessins sont très colorés à la limite du violent comme ce que rencontrent ces filles dans la vie. Elle a reçu le prix du public France télévisions au FIBD d'Angoulême 2020 et le prix Artémisia de l'émancipation 2020. Une très belle découverte pour ma part.
Quatrième de couv. Les Roses de Rosigny, c'est le nom de la section féminine du club de foot de Rosigny-sur-Seine, une équipe soudée qui se défend plutôt bien sur le terrain. Barbara, la capitaine, passe le bac cette année, comme ses coéquipières, qui sont sa deuxième famille. Elle a le caractère bien trempé et une grande complicité avec l'entraîneur, Esteban, qui croit dans l'avenir de cette belle équipe. Pourtant, quand les subventions sont drastiquement réduites, la directrice du club retire du championnat les Roses de Rosigny, afin de tout miser sur l'équipe masculine, récemment qualifiée. Barbara, d'abord abasourdie par cette injustice, va motiver ses coéquipières pour faire connaître leur club, chercher des sponsors et surtout jouer cette décision sur un match : les Roses de Rosigny contre l'équipe masculine. Ce ne serait pas la première fois que les filles gagneraient face aux garçons. Mais leur capitaine, Bilal, tourne depuis longtemps autour de Barbara et ne la laisse pas indifférente. Sur le terrain, chez elle face à sa mère, au lycée, dans la cité et au sein du club, Barbara apprend à se connaître et à défendre ses propres choix.
Commenter  J’apprécie          30
Les Roses, c'est l'équipe féminine de foot de ce petit club d'une ville de banlieue parisienne, on se doute qu'il s'agit de Paris car il y a beaucoup de maillots du PSG à droite à gauche, l'autoroute et les trains qui passent pas très loin, les terrains de foot coincés entres les barres d'immeubles tous identiques, les filles en survêts, les scooters, les pétards... Ce petit club manque de moyens, inscrire deux équipes U19 en championnat national, ce n'est pas dans ses moyens, alors il va falloir sacrifier une équipe, et forcément, ça sera l'équipe féminine.
Le dessin est brut, coloré au feutre, on voit les auréoles des feutres, cela pourrait déranger certains lecteurs, mais personnellement, je trouve cette technique en totale adéquation avec l'histoire, cela souligne le manque de moyens, le côté brut d'où ressort difficilement une certaine douceur. Les dialogues sont dans le même style, des paroles simples, brut, un parler naturel et réaliste. Évidemment, il est question de condition féminine, de la place de la femme dans le milieu du sport, mais surtout, c'est une vision de la banlieue très juste, ne jouant pas sur le misérabilisme, bien au contraire, faisant ressortir les moments de bonheur, mais aussi le combat nécessaire pour s'en sortir, pouvoir se faire entendre. On s'attache au personnage de Barbara, volontaire, brut de décoffrage et pas aidée dans la vie, un beau personnage, elle provoque nos émotions. Alors, une BD sur le foot, j'étais très sceptique au départ, en plus de foot féminin, je sentais venir les clichés sur la lutte féminine, mais au final, c'est une excellente surprise, la narration est sensible, subtile, les portraits très justes, et j'ai vraiment été touché.
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (5)
Bedeo
21 août 2019
Chloé Wary signe une chronique sur l’adolescence, la banlieue et le football féminin, mais également un magnifique portrait de femme. Son récit ample, dense, précis et généreux, véhicule un regard constamment aiguisé.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Telerama
18 juin 2019
Chloé Wary utilise sa propre expérience d’adolescente joueuse de football pour réaliser cette première bd tout en couleur et en énergie, Saison des roses. Une immersion à rebours des clichés sur le foot, les filles et la banlieue.
Lire la critique sur le site : Telerama
ActuaBD
17 juin 2019
Dans un récit réaliste au découpage très dynamique et aux couleurs chatoyantes, la dessinatrice défend un féminisme "ordinaire" grâce auquel les sportives défendent la place qui devrait être la leur. Une franche réussite !
Lire la critique sur le site : ActuaBD
LaCroix
07 juin 2019
Un récit initiatique au style énergique et coloré.
Lire la critique sur le site : LaCroix
BoDoi
21 mai 2019
Chloé Wary brosse des jeunes femmes pleines d’énergie, de ferveur et solidaires, mais à fleur de peau parfois. Et fait glisser la petite épopée vers le récit ado qui capte les premières fois et les turbulences de cet âge, semant un peu de sentiments ici ou là avec pudeur.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
— Super nouvelle ! Je viens de raccrocher avec Olympik, ils sont curieux et veulent venir voir, le défi les a interpellés ! Ils vont venir assister au match, faudra tout donner pour les convaincre le jour J ! S'ils nous sponsorisent, Chantal refusera pas de nous inscrire en championnat, et le vote ne sera qu'une formalité ! C'est pas encore l'heure de finir en pom-pom girls, les filles !
Commenter  J’apprécie          10
– On nous prend pas au sérieux nous les meufs. Des fois je me dis que ce serait plus simple si j’avais des couilles.
– C’est pour ça que tu t’habilles comme un mec.
– Arrête on dirait ma mère !
– T’façon même en talons tu serais pas plus féminine…
– Une gazelle, ça court pas en talons.
Commenter  J’apprécie          10
— On est ici pour se faire plaisir, pour l'honneur. Oubliez le vote, jouez ensemble. Montrez-leur ce que vaut l'équipe des Roses. Montrez-leur notre football. Allez les Roses, on va au bout !
Commenter  J’apprécie          20
- C'est facile pour vous, tout est déjà pensé pour votre saison en National, genre, normal. Alors que nous, on doit attendre en silence, comme si on était moins légitimes. C'est pas juste.
Commenter  J’apprécie          10
- On nous prend pas au sérieux, nous, les meufs.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Chloé Wary (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Chloé Wary
Rosigny Zoo, battle danse-dessin
Quatre ans après Saison des Roses, Chloé Wary retourne arpenter les rues de sa banlieue imaginaire à la justesse saisissante dans Rosigny Zoo, aux éditions Flblb. Interrogeant les notions de résistance, résignation ou adaptation, elle place la danse au coeur de sa nouvelle bande dessinée. Elle se lance dans un battle danse-dessin avec le danseur et chorégraphe break Bboy M12.
Animé par Margaux Leridon.
autres livres classés : football fémininVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (306) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5162 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..