AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de trust_me


trust_me
  06 octobre 2013
« Etô Yoshika, vingt-six ans. Nationalité japonaise, groupe sanguin B, employée à K.K. Mareuil, facilement acnéique. Copain zéro, économies zéro. Loyer mensuel 75 000 yens. Ce que je déteste : les glandeurs. Ce que j'aime : le ragoût de boeuf. Ma passion du moment : chercher sur Wikipédia les espèces animales éteintes. »

Yoshika est célibataire mais elle a deux amoureux. du moins, elle est restée follement amoureuse d'Ichi, la star du lycée qu'elle n'a pas revue depuis des années. Malheureusement Ichi ne s'est jamais intéressé à elle. Ce n'est pas le cas de Ni, un collègue du bureau lui ayant officiellement demandé si elle souhaitait devenir sa petite amie. « Ni, c'est l'ex-sportif affublé d'un petit début de bidon propre au buveur de bière, le type qui fixe sa vieille coupe ras du crâne quelque peu défraîchie au gel extrafort, grand nez, grands yeux, le type qui dégage une aura chaude et humide comme l'épaisseur d'un bento tout frais. » Entre les deux son coeur balance. Quoi que… Elle ne ressent rien pour Ni mais au moins il lui offrira une certaine sécurité affective. Seulement, lorsqu'Ichi réapparaît à une réunion d'anciens élèves, Yoshika se dit qu'elle va peut-être enfin avoir sa chance avec celui auquel elle n'a jamais cessé de penser depuis la fin de son adolescence…

Ça démarrait bien. Yoshika, jeune femme un peu paumée mais pleine de fraîcheur et d'humour raconte son quotidien avec une belle autodérision. Elle analyse avec finesse ses relations compliquées aux autres. On sourit devant les incertitudes amoureuses qui occupent ses pensées la plupart du temps et on se dit qu'elle est finalement aussi lucide que naïve. Bref, un portrait de femme sans doute assez typique d'un grand nombre de jeunes japonaises actives d'aujourd'hui très joliment troussé.

Mais dans le dernier tiers du roman le soufflé retombe. Les atermoiements de Yoshika deviennent exaspérant et on a juste envie de lui mettre un bon coup de pied aux fesses pour qu'elle cesse de se plaindre et se remue un peu, pour qu'enfin elle prenne les rennes et arrête de subir les événements. En fait ce dernier tiers est trop psychologique pour moi. La confession n'est plus légère et drôle, elle agace. C'est simple, j'ai eu l'impression d'être un psy auquel s'adresse une patiente. Mais je ne suis pas un psy, je suis juste un lecteur et j'avoue que la fin du roman m'a paru terriblement ennuyeuse.

Je retenterai néanmoins le coup avec cette auteure parce que j'ai trouvé le début de son récit excellent. Peut-être avec « Appel du pied », le roman qui lui fit gagner le prix Akutagawa (le Goncourt japonais) alors qu'elle n'avait que 19 ans. Dernier détail, je trouve le titre très beau mais je ne lui vois strictement aucun rapport avec le texte. Si quelqu'un a une explication je suis preneur.


Lien : http://litterature-a-blog.bl..
Commenter  J’apprécie          241



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (22)voir plus