AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Sidonie Van Den Dries (Traducteur)
ISBN : 2203372354
Éditeur : Casterman (29/09/2002)

Note moyenne : 2.94/5 (sur 18 notes)
Résumé :

Quelques semaines avant la date prévue pour leur mariage, Rob et Louise sont licenciés. Après les premiers moments de découragement, Louise remet le pied à l'étrier, enchaîne les entretiens à l'ANPE et revoit à la baisse le budget du mariage. Mais Rob a plus de mal à encaisser le choc. Persuadé qu'il ne sait rien faire d'autre qu'assembler de la porcelaine - son seul emploi depuis sa sortie de l'é... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Belzaran
  07 janvier 2015
Les romans graphiques ont explosé dans les années 2000, révélant à la fois des pépites comme des oeuvres sans grand intérêt. L'allongement de la pagination a permis aux auteurs de s'exprimer plus longuement et de travailler à la psychologie de leurs personnages plus en profondeur. Atteignant près de 200 pages, « Breakfast after noon » d'Andi Watson saura-t-il titiller l'intérêt jusqu'au bout de la lecture ? Surtout que c'est le trait au pinceau de l'auteur qui m'a au premier abord attiré. le tout est publié chez Casterman dans la collection écritures.
Rob et Louise vont se marier. Hélas, ils viennent tous deux de se faire licencier des industries Windsor, un fabricant de faïences. Elle était à l'emballage, un travail non-qualifié, lui était à l'assemblage, un travail qui disparaît d'Angleterre. Avec un crédit sur le dos et un mariage à financer, le couple se retrouve en danger. Et la réaction de chacun face à ça va être très différente.
« Breakfast after noon » s'intéresse au couple, mais est centré avec tout sur Rob. Ce dernier cumule les tares. Incapable de s'inscrire au chômage ou de s'occuper du mariage, il passe son temps à jouer à des jeux vidéo… Il ne fait absolument rien à la maison et ne réagit pas face à ce qui lui arrive. Si tout cela est psychologiquement juste, il est difficile de se passionner pour cela. Surtout que du coup, l'empathie est complètement absente. A la fin du livre je n'espérais qu'une chose : que le personnage se plante vraiment.
A l'inverse, le personnage de Louise est dynamique. Elle fait une formation, recherche du travail, se prend en main… Et c'est pour elle qu'on espère. Et finalement, on espère qu'elle largue Rob et vive un peu sa vie sans ce poids (non pas financier, mais inertiel). En cela, le livre est raté car on sent bien que l'empathie est censée être dirigée sur Rob…
Il faudra donc 200 pages pour montrer que le chômage détruit un homme et le plonge dans la dépression, l'esseulant et le fragilisant. Mais le livre manque d'originalité, d'un petit plus un peu surprenant… Ou même de dureté. Ici, toute la dureté se veut psychologique, mais elle reste insuffisante. Quand Rob fait ses petites magouilles, un peu de suspense se forme. Mais à aucun moment il ne lui arrivera quelque chose. Non. Il se fait prendre par sa nana et c'est tout.
Au niveau du dessin, j'ai été un peu déçu aussi. le dessin rappelle pas mal d'auteurs, mais il reste finalement peu personnel. Trop simpliste par moment, il ne m'a pas séduit. Ce n'est pas mauvais bien évidemment, mais on sent que les 200 pages pèsent sur le résultat final car l'ensemble reste inégal.
« Break after noon » m'a laissé assez indifférent. Or, tout le livre est fait pour impliquer émotionnellement le lecteur. Il manque vraiment, dans le scénario, de quoi toucher réellement le lecteur. Faire une analyse psychologique juste est une chose. Que cela apporte quelque chose en est une autre.

Lien : http://blogbrother.fr/breakf..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
svecs
  07 janvier 2015
Rob et Lou sont jeunes. Ils s'aiment. Alors qu'ils préparent activement leur mariage, la realite économique les rattrape. Ils sont licencies ! Comment réagiront-ils face a ce coup du sort ? Leur amour survivra-t-il ?
Le trait d'Andi Watson évoque directement Peyraud ou Dupuy/Berberian. Il a cette même capacité a nous faire partager la vie quotidienne de Rob et Lou sans tomber dans la banalité. Ses personnages, qu'ils soient premiers ou second rôles, sonnent justes. Leurs galères également. de plus, a la manière d'un Ken Loach, Andi Watson dépeint de la precarite sociale actuelle avec beaucoup de finesse. A travers Lou et Rob, il expose deux réactions diamétralement opposées face au chômage. Pour Lou, ce licenciement représente plutôt un chance. Elle n'avait aucune qualification. Grâce aux structures d'aide aux demandeurs d'emploi, elle peut reprendre des cours et, qui sait, décrocher un meilleur job.
Par contre, pour Rob, c'est la dégringolade. Il vit ce licenciement comme un échec personnel. Au lieu d'essayer de rebondir, il s'enfonce un peu plus chaque jour dans l'oisiveté. Chaque jour, Rob et Lou s'éloignent un peu plus l'un de l'autre. La rupture est-elle inévitable ?
Que dire si ce n'est que cet album est tout bonnement excellent. Decidement, les Anglais excellent dans la chronique sociale. Si vous aimez des films comme "my name is Joe" ou "Secrets et mensonges", vous devriez apprécier cet album.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ennapapillon
  12 mai 2011
Découvert par hasard à la médiathèque parce que le trait noir tout simple du dessin m'avait plu, j'ai lu ce roman graphique qui raconte une histoire de vie quotidienne sur fond de crise sociale, très intéressante d'un point de vue social, psychologique... En un mot, d'un point de vue humain.
Un jeune couple sur le point de se marier est licencié du jour au lendemain de l'entreprise de faïencerie dans laquelle ils travaillaient tous les deux.
Pour la jeune femme, qui n'avait pas un poste très intéressant, c'est presque une "chance". Dès qu'elle apprend la nouvelle, elle se prend en main, reste positive, va à l'agence pour l'emploi, trouve une formation et voit dans toutes ces démarches une manière de s'améliorer.
Pour le jeune homme c'est une catastrophe. Il travaillait dans cette usine comme ouvrier qualifié depuis qu'il avait quitté l'école et ne veut rien faire d'autre et surtout ne se croit pas capable de faire autre chose. Après avoir despérément cru qu'il pourrait récupérer son travail, il se laisser aller. Il traîne chez lui, regarde la télé à longueur de journée (et se lève très tard d'où le titre : "Breakfast after noon" : "petit déjeuner après midi"), boit beaucoup, voudrait continuer à vivre comme avant.
Malheureusement ce laisser aller fait qu'il ne pense plus qu'à lui, délaisse l'organisation du mariage, juge ses amis et perd peu à peu pied vis à vis de sa compagne. Ils s'éloignent petit à petit car elle ne supporte plus de le voir dans une espèce de déchéance.
Cette histoire est très touchante car elle montre la difficulté de garder la tête haute en période de crise, elle permet aussi d'évoquer les difficultés personnelles, autres que juste économiques, qui entourent le chômage.
Un document particulièrement d'actualité que je vous conseille.

Lien : http://ennalit.canalblog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Juliedlbrt
  12 septembre 2015
Dans ce roman graphique, Rob et Louise deux jeunes gens qui viennent de se faire licencier d'une usine de faïence. Alors que Lou profite de cela pour faire une formation qualifiante et donner une nouvelle direction à sa vie, Rob se laisse aller, déprime, et ne fait aucun effort pour trouver un nouveau travail. La situation compromet l'organisation de leur mariage...
Andi Watson nous raconte une histoire presque banale en temps de crise sociale, la thématique principale est intéressante, le personnage de Louise plus ou moins attachant mais celui de Rob est vraiment énervant. La fin de m'a pas vraiment convaincu. Par contre j'ai adoré les graphismes.
Commenter  J’apprécie          10
alouett
  01 juillet 2011
Rob et Louise vont se marier dans quelques mois. Tous deux sont ouvriers dans une usine de faïence en pleine récession. L'entreprise doit licencier, le couple se retrouve au chômage. Louise en profite pour reprendre une formation professionnelle alors que Rob plonge dans une profonde dépression. Peu à peu, il lâche tout et perd l'estime et la confiance de ses amis.
Une « tranche de vie » très banale sur fond de chronique sociale (chômage, endettement, alcoolisme…). le personnage de Rob est attachant quoiqu'assez agaçant à la longue. Quant à Louise, elle est très « cliché ». Une trame qui aurait pu être intéressante si ce n'est que le contenu n'est pas fouillé. On survole un récit saccadé qui dispose tout de même de quelques scènes intéressantes mais pas suffisantes pour rattraper l'ensemble. le contenu est vaporeux et cette impression est renforcée par un graphisme au trait épais (les ambiances sont douces mais les personnages ne sont pas assez expressifs à mon goût). le dénouement final est une jolie pirouette… un album rapidement lu et qui ne laisse pas de traces.
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (2)
BoDoi   19 janvier 2018
En mettant en scène des personnages à dimension humaine qui vivent des situations crédibles, Breakfast after noon est un album qui vaut donc la peine d’être lu et qui, même plus de quinze ans après sa sortie, n’a pas pris une ride.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDZoom   06 novembre 2017
Roman graphique anglo-saxon paru originellement en 2001, cette chronique sociale tendre et émouvante méritait d’être remise en lumière. C’est chose faite grâce aux éditions Çà et là, qui proposent dorénavant la totalité des ouvrages d’Andy Watson à leur catalogue.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
StockardStockard   02 août 2018
– Qui s'attend à garder le même boulot toute sa vie ?
– Je ne sais pas.
– Deux types de gens. Les sages-femmes et les croque-morts.
Commenter  J’apprécie          140
GregorGregor   19 août 2011
- Je comprends pas pourquoi t'en fais toute une histoire...
- Que le mariage soit annulé ?
- Il n'est pas annulé, on va s'arranger...
- Robe, c'est annulé ! Le 15 juillet est déjà réservé, est-ce que tu vas te mettre ça dans le crâne ?
Commenter  J’apprécie          20
Video de Andi Watson (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Andi Watson
Retour sur la rencontre avec Andi Watson à la librairie Sauramps Comédie autour de son dernier livre "La tournée", paru aux éditions Ça et là.
.
Retrouvez l'ouvrage en magasin ou sur notre e-shop : https://bit.ly/2O6IMjf
autres livres classés : chômageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3375 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre