AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Laurent Duvault (Traducteur)
EAN : 9782258039445
63 pages
Éditeur : Hors collection (17/02/2000)

Note moyenne : 4.59/5 (sur 98 notes)
Résumé :
L'enfance est pleine de désillusions et pleine d'inventions aussi. Heureusement Calvin, petit garçon de 6 ans, un peu turbulent, déborde d'imagination. Aidé de son fidèle tigre en peluche et compagnon Hobbes, il sait rendre la vie piquante et drôle. Tout le monde y passe : les parents, les filles, la maîtresse d'école. Mais la principale activité de ce tendre Calvin est d'animer le club le D.E.F.I. (Dehors énormes fi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
LiliGalipette
  09 mars 2012
Le petit Calvin et sa peluche tigre, Hobbes, n'ont pas fini de nous faire rire. Calvin est toujours ce petit garçon qui se pose de grandes questions sur la vie et le monde. Habité par une mégalomanie qui dissimule plutôt mal une fragilité d'enfant très touchante, Calvin fait montre d'une certaine anxiété juvénile. Mais attention, ses questions existentielles ne sont pas déprimantes ! Par exemple, il se demande comment prouver au Père Noël qu'il a été un gentil garçon tout en continuant à embêter sa voisine, la petite Susie. La lutte entre le bien et le mal l'intéresse surtout pour ce qu'elle lui permet de s'adonner aux pires vacheries sous couvert d'innocence infantile. « Tu es la seule personne que je connaisse dont même le bon fond est tenté par le mal. » (p. 58)
Le gamin est doté d'une imagination débordante qui, outre lui faire imaginer que sa peluche est animée, lui fait voir des bonhommes de neige maléfiques dans le jardin. Sinon il se rêve aussi en Spiff le spationaute ou en Hyperman, redresseur de torts. Mais surtout, il veut convaincre ses parents de ses délires ! Malheureusement pour lui, ces deux-là sont rôdés : leur fils est bizarre et tous les bouquins de psychologie infantile ne pourront rien y faire.
Calvin fait montre d'une rafraichissante insubordination face à ses parents ou à sa maîtresse : le filou cherche tous les moyens d'éviter l'école et les corvées pour jouer dans la neige ou rester planqué dans sa chambre. « Dis donc, ta maman est super gentille quand tu l'aides. / Oui, voilà pourquoi je ne l'aide pas d'habitude. J'aime que maman soit impressionnée quand je remplis la moindre de mes obligations. » (p. 7) Petit insolent à la répartie affutée, il reste toutefois un gamin soumis à l'autorité parentale. Comme un nouveau Calimero, toute sa vie semble trop injuste.
Enfin, il excelle dans son rôle de misogyne des cours de récré. « Je suppose que moi aussi je serais agressif avec deux chromosomes X ! » (p. 35) Bien trop fier pour avouer que la petite Susie lui plaît, il tente souvent de lui jouer des tours pendables qui se retournent parfois contre lui. « le ministère de la santé devrait avertir du danger de jouer avec les filles. » (p. 3)
Entre Calvin et Hobbes, c'est l'amour vache. « Il est jaloux parce que j'accomplis tellement plus de choses que lui. » (p. 35) Même si le gamin est inséparable de sa peluche, il sait aussi la faire tourner en bourrique, mais le matou de tissu ne se laisse pas faire. Et même Susie le constate : « Je ne sais pas ce qui est le plus bizarre : que tu te battes contre une peluche, ou que tu aies l'air de perdre. » (p. 8) le jeu préféré d'Hobbes ? Bondir sur Calvin et lui faire des frayeurs monumentales. Bizarrement, ça marche à tous les coups ! « le plaisir de la chasse est très diminué quand la proie a de petites jambes. / Oh, j'en suis vraiment désolé ! » (p. 49)
Désopilant et franchement hilarant, cet album fait la part belle aux bons mots et aux réflexions savoureuses. Qu'on se le dise, Calvin est une terreur dans le bac à sable de la philosophie ! Un vrai régal d'humour et de finesse.
Un grand merci à Babelio pour cet album !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Yvan_T
  06 février 2017
La majorité de ce quatorzième volet se déroule en hiver, une saison déjà souvent exploitée par Bill Watterson, mais l'auteur n'éprouve visiblement aucun mal à se renouveler tout en continuant d'aborder les mêmes sujets.
Le lecteur sait donc pertinemment qu'à l'aube de Noël, Calvin fait attention à ne pas être trop méchant car il doit s'assurer que le Père Noël lui apportera bel et bien des cadeaux. Chose peu évidente, car avec toute cette neige, la tentation de balancer des boules de neige dans la tronche de Susie Derkins, sa petite voisine et souffre-douleur attitrée, est évidemment très grande. Il compte d'ailleurs se rendre au pôle Nord afin de défendre sa cause avec pour avocat son fidèle compagnon en peluche Hobbes. Tout un programme !
Si le retour de l'hiver lui donne l'occasion d'effectuer des descentes périlleuses en luge à la recherche d'une poussée d'adrénaline, il démontre à nouveau à quel point il peut être créatif une fois entouré de cet or blanc. le neuvième tome avait déjà permis de donner naissance à son splendide « musée des horreurs des bonhommes de neige » et ce tome-ci dévoile quelques nouvelles créations intéressantes, dont un bonhomme de neige maléfique qui lui donne beaucoup de fil à retordre.
Ah, qu'il fait bon d'être enfant quand il neige ! Enfin, sauf quand on s'appelle Susie Derkins bien évidemment et qu'on a Calvin comme voisin. La petite va de nouveau en voir des vertes et des pas mûres, enfin, surtout des blanches et des bien froides. Encore que… la petite ne se laisse pas faire et n'a finalement pas trop à se plaindre lors de ce tome puisqu'à la grande surprise de tout le monde, Calvin va lui offrir des fleurs et même lui découper un beau coeur en papier. Y aurait-il anguille sous roche ?
L'imagination débordante de Calvin ne sert pas qu'à modeler la neige, mais également à se transformer en Spiff le Spationaute, pour réveiller son père, ou en Hyperman, le redresseur de torts, pour lancer une boule de neige grosse comme une boule de bowling sur la pauvre Susie, voire même en Balle Traçante, un détective privé qui n'a pas peur de mener l'enquête pour trouver l'identité de celui qui a mis leur salon sens dessus dessous. Mais sa créativité ne s'arrête bien évidemment pas là. En effet, si, lors du neuvième tome, le petit Calvin transformait déjà sa fameuse boîte en carton capable de voyager dans le temps en duplicateur, il améliore ici encore son invention grâce à son « éthicator », qui permet de créer des clones sans forcément multiplier le nombre de bêtises. Autant vous prévenir que cette version gentille de Calvin est non seulement assez surprenante, mais surtout à mourir de rire !
« Tu es la seule personne que je connaisse dont même le bon fond est tenté par le mal. »
À l'instar des tomes précédents, celui-ci reprend des histoires de différentes longueurs, allant de trois cases à quelques pages. Chacune offre un plongeon mélancolique dans le monde de l'enfance et invite à découvrir les fantasmes, les rêves et le regard critique de ce petit bonhomme sur le monde des adultes et sur la société en général. Au menu de ce quatorzième volet, il y a bien évidemment aussi les gags récurrents concernant les monstres sous le lit ou le bond de Hobbes lorsque Calvin rentre à la maison. le lecteur a également droit à quelques récits centrés sur la famille, qui abandonnent souvent les parents de Calvin assez perplexe, notamment lorsqu'il imite son père ou remplit la baignoire d'encre.
L'insubordination de Calvin ne se limite évidemment pas à ses parents car sa maîtresse et le proviseur en font également régulièrement les frais. Il faut dire que notre chenapan n'est pas trop fan de l'école, où son corps est parfois présent, mais son esprit rarement. le pauvre a d'ailleurs subi un lavage de cerveaux de la part d'extra-terrestres, ce qui explique qu'il ne sait plus additionner. Et je vous invite vivement à assister à son exposé intitulé « à la maison, après l'école », qui m'a fait hurler de rire.
Si la puissance comique de ces strips atteint des sommets, l'humour est également souvent d'une telle sophistication que plusieurs niveaux de lecture sont possibles. Au-delà de la simplicité apparente de ces gags burlesques se cache en effet un autre niveau de lecture, plus adulte, qui mêle critiques acerbes, réflexions intelligentes et cynisme ravageur. Les noms des personnages faisant respectivement référence à Jean Calvin et à Thomas Hobbes, le lecteur ne s'étonnera d'ailleurs pas de croiser quelques considérations philosophiques.
Parlons finalement de l'empathie inévitable envers ce duo éminemment sympathique, qui émeut le temps d'un câlin lors de l'évocation des cadeaux de Noël. Ce gamin doté d'un sens de la répartie incroyable est particulièrement attachant et l'idée de donner vie à une peluche dans son imaginaire est tout bonnement brillante. Cela résulte non seulement en une complicité incroyable entre les deux, mais permet surtout de donner vie à l'imaginaire de l'enfant. Ensemble, ils vivent des aventures mêlant absurde, tendresse, drôlerie, nostalgie et justesse.
Visuellement, le dessin de Bill Watterson est d'une grande simplicité, mais ces visuels aux décors quasi inexistants permettent de mettre l'accent sur les personnages et sur des textes d'une finesse rare. Il faut un talent énorme pour parvenir à partager des tranches de vie en seulement trois cases et pour pondre des gags purement visuels sur base de postures ou d'expressions.
Encore un excellent tome !
Lien : https://brusselsboy.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Yanoune
  17 juin 2020
Calvin et Hobbes : Va jouer dans le mixer !... Ou la bd où même les titres te font rigoler...
Un album tournant autour de l'hiver, de la neige et du froid.. Comme Hobbes a de la chance d'avoir un si joli pelage, une fourrure si épaisse !
Calvin et la théologie, la météorologie et les monstres sous le lits... les dangers de jouer avec les filles... les dangers d'avoir un tigre pour copain... le stress de Noël... comment rentrer dans la case gentil pour le père noël quand on s'appelle Calvin (envie de dire c'est pas gagné gagné..^^)...
L'hiver la neige et les bonhommes déjantés et magiques de Calvin...
Les monstres des neiges... et les parent qui ne voient jamais le danger si c'est pas malheureux....
Le retour du duplicateur avec update... et l'incompréhension des parents... les pauvres !
Et puis les personnages récurrents de l'imagination de Calvin Spiff le spationaute et Balle Traçante le privé toujours aux prises avec une grande brune entreprenante... sans doute le personnage que je préfère ( même s'il n'y a pas eu beaucoup strip avec Balle Traçante, trop de boulot pour Watterson ), bon sans omettre le dinosaure... et les éclats de rires qui parsèment la lecture...
Et pour les bonhommes de neige, si un jour j'ai un jardin et qu'il neige je fais les mêmes, je le jure !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
FabriceW
  22 avril 2016
attention, Spiff le spationnaute est de retour :-)
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
LiliGalipetteLiliGalipette   09 mars 2012
« Le plaisir de la chasse est très diminué quand la proie a de petites jambes. / Oh, j’en suis vraiment désolé ! » (p. 49)
Commenter  J’apprécie          110
UbiksonUbikson   22 mai 2012
Calvin : Je viens de voir une pub pour une croisière de luxe. Pourquoi on ne part jamais en vacances comme ça ?
Papa : Les vacances ne servent qu'à la comparaison.
Calvin : Huh ?
Papa : Chaque année, on passe une semaine dans des tentes froides et inconfortables, pour que le reste de l'année ressemble à une croisière de luxe. Comme ça ta vie ressemblera à des vacances.
Calvin : Pitié, dis-moi que j'ai été adopté !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LiliGalipetteLiliGalipette   09 mars 2012
« Dis donc, ta maman est super gentille quand tu l’aides. / Oui, voilà pourquoi je ne l’aide pas d’habitude. J’aime que maman soit impressionnée quand je remplis la moindre de mes obligations. » (p. 7)
Commenter  J’apprécie          40
nekomusumenekomusume   25 février 2014
Le problème avec le futur, c'est qu'il arrête pas de devenir présent!
Commenter  J’apprécie          100
LiliGalipetteLiliGalipette   09 mars 2012
« Le ministère de la santé devrait avertir du danger de jouer avec les filles. » (p. 3)
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Bill Watterson (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bill Watterson
Calvin and Hobbes (The Web Series) Episode 1
autres livres classés : humourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Calvin et Hobbes

Comment s'appelle le jeu inventé par Calvin et Hobbes ?

Attrape-tigre
Calvinball
Footpattes
Saute-tigre

10 questions
34 lecteurs ont répondu
Thème : Calvin et Hobbes, tome 1 : Adieu, monde cruel ! de Bill WattersonCréer un quiz sur ce livre