AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Apophis


Apophis
  18 novembre 2016
Le livre de SF de l'année, avec L'homme qui mit fin à l'histoire de Ken Liu

Pour reprendre un gimmick cher à l'auteur, nul besoin de champ magnétique modulé pour me persuader que Peter Watts est le dieu de la Hard SF, ce recueil suffira largement. Plus accessibles que ses romans, ces nouvelles, pour l'écrasante majorité d'une qualité allant de vraiment bonne à excellente, sont vraiment à lire par tout amateur de SF. En effet, elles effectuent avec brio cet alliage rarissime entre sense of wonder et profonde réflexion. Cette dernière s'articule autour de grands thèmes récurrents, le principal étant l'illusion du libre-arbitre, la pensée consciente (prétendument) rationnelle n'étant en fait qu'une justification a posteriori de processus inconscients issus des parties les plus anciennes et les plus primitives du cerveau humain, eux-mêmes n'étant que le fruit de phénomènes chimiques et électriques précisément déterminés par les lois de la physique. C'est un thème récurrent chez Watts, qui évacue d'ailleurs complètement la conscience du jeu dans son roman le plus célèbre, Vision aveugle.

Une autre thématique récurrente de ces textes est une charge répétée et sans merci contre l'irrationnel, la religion, les pseudo-sciences. C'est d'ailleurs le sujet d'une des parties du recueil (les nouvelles sont groupées par thématique commune). Les autres comprennent des textes sans lien entre eux ou avec les autres / les romans de Watts, trois nouvelles suivant le parcours d'un vaisseau tisseur d'un réseau de portes spatiales dans un futur inimaginablement lointain, un prélude à Échopraxie, ainsi que deux textes se passant dans l'univers de Rifteurs (dont un repris dans Starfish).

Toujours intelligentes, toujours pertinentes, invariablement compréhensibles si on se donne la peine de faire un petit effort, vertigineuses dans leur fond et / ou leur forme (les deux, le plus souvent), ces nouvelles sont un incontournable pour tout amateur de (Hard)SF qui se respecte. Elles sont aussi une très bonne porte d'entrée dans l'univers de Watts, sans doute plus accessibles, pour un premier contact, que Vision aveugle (qui est, cependant, j'ose le dire, sans doute le plus grand roman de Hard SF jamais écrit).

Malgré cette qualité, et malgré les dénégations de Watts en personne à ce sujet dans la postface, l'univers développé par l'auteur canadien est extrêmement noir, dystopique (du moins, et j'insiste là-dessus, c'est comme ça que le lecteur lambda le ressentira), ce qui fait que l'ambiance ne plaira pas à tout le monde (c'est particulièrement sensible dans la partie Starfish de l'ouvrage). Mais moi, j'ai adoré, c'est à mon sens la plus brillante antithèse possible aux niaiseries du dystopique Young adult.

Vous trouverez la version complète de cette critique, avec un résumé et une analyse de chacune des seize nouvelles, sur mon blog.
Lien : https://lecultedapophis.word..
Commenter  J’apprécie          313



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (29)voir plus