AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Paul Watzlawick (Directeur de publication)Anne-Lise Hacker (Traducteur)
ISBN : 2020294524
Éditeur : Seuil (02/05/1996)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 13 notes)
Résumé :
Ce livre collectif marque une étape importante dans la réflexion de l'école dite de Palo Alto, car il élabore de façon rigoureuse et systématique l'épistémologie constructiviste sous-jacente à sa pratique thérapeutique. Nous construisons le monde, alors que nous pensons le percevoir. Ce que nous appelons " réalité " (individuelle, sociale, idéologique) est une interprétation, construite par et à travers la communication. Un patient est donc enfermé dans une (constru... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Krout
  05 octobre 2016
Y a-t-il intérêt à parler d'un livre dont je suis loin d'avoir tout compris ? Livre, qui plus est, dans lequel les auteurs eux-mêmes, c'est un collectif, tentent de décrire une réalité qui leur échappe. Oui car le langage est structurant et tenter de vous l'expliquer me permet en même temps de mieux l'appréhender. Au passage, la question laisse supposer qu'il faut tout comprendre d'un livre. Mais est-ce seulement possible ? D'ailleurs, ne vaudrait-il pas mieux se poser la question y a-t-il intérêt à lire toute critique prétendant avoir tout compris d'un livre ?
Ce préambule étant posé me voilà libre de parler de l'objet du livre sans avoir la prétention de stipuler qu'il s'agit de l'exacte pensée des auteurs, ni même d'une image de cette pensée, ni même de mon exacte perception de cette image. Car il est probable que ce que j'exprime existait déjà partiellement en moi avant de lire le livre et ce que j'en retiens de la lecture est ce qui confirme cette réalité intérieure. La vérité personne ne la saura car La vérité n'existe pas. Que tenir pour vrai ? Ce que nous voyons ? Ce que nous lisons ? Ce que nous ressentons ? Chacun à notre façon.
Voilà un message surprenant : nous ne vivons pas dans le même monde ! Nous n'en connaissons pas la réalité exacte. Juste une image, différente pour chacun. Prenons un exemple simple qui n'est pas dans le livre, ni ailleurs non plus car je suis en train de l'inventer. Un homme, une souris, une mouche et une chauve-souris se trouvent face à un escalier. Quatre mondes différents, quatre réalités. Je sais que la mouche à des yeux à facette et la chauve-souris "voit" le monde à travers des ultras-sons. Je peux penser que pour la souris une marche = une parois verticale infranchissable. Remplaçons la souris par un bébé : idem. Mais ceci n'est qu'un tout petit début qui part de l'organe de perception, (le capteur), vient ensuite la transmission (le codage) par signaux électriques et chimiques puis l'encodage et la génération de la représentation mentale propres à chaque individu. Se pose ainsi la question de la normalité.
Qui oserait prétendre que nous vivons dans la même représentation du monde que les Grecs ou les Egyptiens ou les Chinois de l'antiquité ou durant le moyen-âge ? Or tous ces gens avaient eux-aussi l'impression de bien connaître le monde. de savoir le bien et le mal. Alors ... Ce n'est pas parce qu'aujourd'hui la terre est ronde et tourne autour du soleil, que tous nous vivons dans la même réalité. Attention, la science aussi est une construction de l'esprit humain !
Passionnant tout simplement !
Et dans la pratique, pour des lecteurs voraces, cela pose bien évidemment la question du choix des lectures qui finissent nécessairement par forger à la longue une réalité intérieure.
Car l'on ne trouve que ce que l'on cherche !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Bruno_Cm
  11 mai 2013
Cet ouvrage collectif passe pour un incontournable. Il l'est en effet. Mais sa forme et certains de ses sujets ne m'ont pas passionnés. Il y a à boire et à manger, et à jeter?
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
KroutKrout   04 octobre 2016
Mais tout ceci ne nous dit encore rien sur la réalité que construit le constructivisme. Autrement dit, dans quel monde vit-on si accepte que l'on construit entièrement soi-même sa propre réalité ?
Avant tout, si on accepte cela, (...) on est tolérant. Si nous voyons le monde comme notre propre invention, nous devons admettre que tout un chacun en fait autant. Si nous savons que nous ne connaissons jamais la vérité, que notre vision du monde convient seulement plus ou moins, comment pourrions-nous alors considérer les visions des autres comme démentes ou mauvaises et rester attachés à la conviction manichéenne primitive "Qui n'est pas pour moi est contre moi ?" (...)
Ensuite, vivre dans un monde constructiviste, c'est se sentir responsable, au sens profondément éthique du terme, non seulement de nos décisions, de nos actes et de nos rêves, mais aussi, dans un sens beaucoup plus large de la réalité que nous inventons chaque fois que nous faisons des prédictions qui se révèlent d'elles-mêmes. Dans un monde constructiviste, il n'est plus question de confortablement rejeter la faute sur les autres ou sur l'environnement.
Cette totale responsabilité implique une totale liberté. Si nous avions conscience d'être l'architecte de notre propre réalité, nous saurions aussi que nous pouvons toujours en construire une autre, complètement différente. Nous serions, au sens premier du terme, des "hérétiques", c'est-à-dire des individus sachant qu'ils peuvent choisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173
KroutKrout   05 octobre 2016
Si la santé mentale et la folie existent, alors comment les distinguer ? Comment savoir ce qui les caractérise ? La question n'est pas superficielle, ni elle-même démente. Quelle que soit notre conviction personnelle de pouvoir définir le normal et l'anormal, la question n'en est pas pour autant résolue. [...]
Enfin, dès 1934, Benedict suggérait que la normalité et l'anormalité n'étaient pas universelles. Ce qu'on considère normal dans une culture peut au contraire être complètement anormal dans une autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          193
KroutKrout   29 septembre 2016
Il peut paraître aujourd'hui étrange de stipuler l'autonomie, parce que l'autonomie implique la responsabilité : si je suis seul à décider comment j'agis, alors je suis responsable de mes actes. Et, dans la mesure où la règle du jeu de société le plus populaire aujourd'hui est de rendre les autres responsables de nos propres actes - le jeu s'appelle "hétéronomie" -, mes arguments ont nécessairement un impact très impopulaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
PhilOchePhilOche   21 octobre 2015
La contribution de Rosenhan à ce livre (...) met en lumière l'effroyable possibilité qu'au moins certaines maladies mentales ne soient que des constructions, et que les institutions psychiatriques, supposées les traiter, contribuent en fait à la construction de ces réalités.
Commenter  J’apprécie          102
Videos de Paul Watzlawick (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Watzlawick
Thérapie par le Toucher et le Piano. PRIX WATZLAWICK. Grand Auditorium. Biarritz, Juin 2011. Cette vidéo a reçu le PRIX WATZLAWICK qui récompensait le praticien de santé auteur de la meilleure vidéo d'interactivité thérapeutique dans le domaine de la psychothérapie ou dans le traitement de la douleur. 7 ème Forum de la Confédération Francophone d'Hypnose et Thérapies Brèves, Biarritz, 2-3-4 juin 2011.
autres livres classés : réalitéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
282 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre