AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782808312295
192 pages
François Wautelet (15/02/2021)
4.54/5   13 notes
Résumé :
"Au centre du bric-à-brac émerge un carnet. Et une écriture. Immature. Empressée par d’autres choses bien plus ardentes à accomplir. Des phrases soulignées au feutre ressortent par endroits. "Il n’y a que le premier pas qui coûte". Des phrases poétiques ou incongrues, glanées çà et là, au hasard de mes découvertes. "Il ne faut pas s’embarquer sans biscuit". Cela me fait rire. Entre ces pages que je feuillette, c’est mon âme de vingt ans qui se réveille. Volage. Infi... >Voir plus
Acheter ce livre sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten
Que lire après Bagages inconnusVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
L'écriture de nouvelles est un genre littéraire qui retrouve ses lettres de noblesse actuellement. Est-ce un signe des temps ? Et si oui, que nous dit-il de nous-mêmes ? Avons-nous besoin de récits courts, vite entamés, vite terminés ? L'entrée dans la complexité des personnages, du rythme d'un roman, de ses aller-retours dans le temps est-il en contradiction avec notre souci de la performance, du résultat immédiat, de la recherche de l'instantané révélateur ? A chacun de répondre. Pour ma part, je prends beaucoup de plaisir à suivre des romanciers dans leurs constructions complexes comme je prends du plaisir à surfer sur un récit ne me présentant que quelques personnages, un nombre limité d'actions, d'espace-temps et de lieux et, toujours, une fin impromptue, parfois abrupte, surréaliste ou décalée ou d'un humour de bon aloi. Et cet art de la nouvelle, François Wautelet l'explore avec succès. Nouvelliste et comédien, ce liégeois d'origine a planté son coeur dans nos Ardennes. Et, c'est certain, la pétillance principautaire de Liège et la sagesse d'une vie au creux de la nature lui réussissent bien.
Son recueil bagages inconnus, édité en février 2021 par le livre en papier, est des plus agréable à lire. le lecteur est entraîné dans un tourbillon d'éclats de vie, de situations où il se reconnaît peu ou prou mais qu'il déguste avec bonheur.
La condition suspensive de Tante Fanny est désopilante si ce n'était la violence commise par des parents envers leur enfant qui ne peut se chercher. Et que recherche donc ce mélomane en auditionnant autant de fois la Nocturne Op. 9, n° 2 de Chopin. Et pourquoi s'arrêter à l'avant-dernière mesure ? Peut-on encore boire des cafés serrés de nos jours… et se parler ? Peut-on se passionner pour des ventes aux enchères de bagages perdus, oubliés dans les aéroports ? Et quand on l'ouvre, comment bascule notre vie ? Cette nouvelle, bagage inconnu qui, au pluriel donnera son titre au recueil, décrit à souhait le style d'écriture et l'état d'âme de l'auteur :
« Entre ces pages que je feuillette, c'est mon âme de vingt ans qui se réveille. Volage. Infiniment légère. Et qui, un instant, hésite en me voyant. Est-ce bien lui ? Et qui finit par se précipiter dans ma poitrine pour reprendre sa place. Je suis prêt. Je peux reprendre ma vie là où je l'ai laissée. »
On est au coeur du genre. Des flashs, des chutes, des questions qui naissent quant à ce qu'on vient de lire. Simple, efficace, traitant de sujets quotidiens, parfois de questions profondes comme la liberté, la vieillesse, le manque d'ouverture à l'imprévu… Mais toujours abordées avec la légèreté d'une plume amoureuse de la vie et guettant l'inattendu ou le retour des rêves enfouis.
Pas si simple d'écrire des nouvelles ! Mais tellement plaisantes à lire. Bon vent à ce recueil ! Je lui souhaite de beaux voyages dans vos bibliothèques et surtout dans vos coeurs !
Commenter  J’apprécie          210
Un excellent recueil de nouvelles, première publication de l'auteur belge François Wautelet. le style est d'une élégance raffinée, les textes sont intrigants, amusants ou poétiques et se terminent tous par une petite surprise que l'on découvre avec un plaisir d'enfant. À savourer, assurément !
J'ai fait la connaissance de François Wautelet (grifferro sur Babelio) il y a quelques semaines, lorsqu'il m'a contacté pour me faire la promotion de « Bagages inconnus », son premier livre. Je suis amateur de nouvelles, son message m'a donné l'envie de découvrir ses textes. J'aurais été peiné de devoir écrire un commentaire négatif mais bien heureusement, ce sera tout le contraire !
Car ces treize nouvelles m'ont procuré un remarquable plaisir de lecture, tant pour la forme que pour le fond, ce qui n'est pas si fréquent. La langue de François Wautelet possède un je ne sais quoi de raffinement. Sans tomber dans un classicisme prétentieux, les mots dégagent une délicieuse harmonie, avec la précision d'orfèvrerie requise par la brièveté du genre. C'est exactement ce que je recherche lorsque je lis des nouvelles. Un régal !
Et je serai tout aussi enthousiaste pour le fond. Les nouvelles de ce recueil se caractérisent par le fait qu'elles font naître chez le lecteur le même sourire que celui qui illumine le visage d'un enfant découvrant une belle surprise. On sourit parce que c'est drôle, ou mystérieux, ou tendre, suivant les cas. Mais on sourit. Comme on sourit aux plaisirs simples de la vie, loin des artifices de la techniques ou des effets de manche des influenceurs.
Les textes ne se limitent donc pas à un seul genre. On trouve un petit côté « policier » dans certaines nouvelles, un côté surréaliste dans d'autres, sans oublier de la tendresse ou de la poésie. Je n'en dirai pas plus: difficile de dévoiler un bout d'intrigue sans en dire trop.
L'ouvrage est distribué par « Le livre en papier », qui imprime des livres pour ceux qui souhaitent publier à compte d'auteur; une sorte d'impression à la demande, si je comprends bien. de ce fait, vous trouverez plus difficilement ce petit bijou sur les présentoirs de votre libraire favori. Mais que cela ne soit pas un obstacle qui vous priverait du délicieux moment de lecture offert par les nouvelles de François Wautelet ! Une fois de plus, je ne me prive pas de l'affirmer: c'est bon, puisque c'est belge !
Commenter  J’apprécie          134
La nouvelle à chute est un genre littéraire que j'apprécie beaucoup : j'aime me laisser surprendre, à la première lecture, par la fin inattendue pour ensuite relire la nouvelle avec un regard neuf et tenter de repérer les indices qui auraient pu me mettre sur la piste de la chute imprévisible.

Les treize nouvelles qui constituent le recueil « Bagages inconnus » sont toutes surprenantes et j'en ai vraiment apprécié la lecture. Certaines nouvelles sont réalistes, d'autres très poétiques et parfois les deux se mêlent admirablement au sein d'un même texte. Certaines nouvelles encore, un peu décalées, font sourire, d'autres sont très émouvantes, pleines de tendresse et vous mettent la larme à l'oeil. « Boulevard de la liberté » et « Si l'on pouvait arrêter les aiguilles » sont de loin celles qui m'ont le plus touchée.

L'auteur a su donner du rythme à ses textes, les récits sont vivants et le fait qu'ils soient tous écrits à la première personne du singulier permet au lecteur de se plonger dans la peau du personnage central de la nouvelle. On est plongé au coeur de véritables petits récits « existentiels » : certains personnages ont ou vont bientôt plier bagages, pour eux ou pour leur proches, c'est la fin ; d'autres font leur bagages pour changer de vie, pour trouver un autre sens à leur quotidien ou pour tout simplement se débarrasser d'un bagage trop lourd que leur passé a abandonné sur leurs bras. Rien de moralisateur mais, au contraire, des situations que nous aussi nous pourrions vivre un jour ou l'autre (enfin, certaines plus que d'autres, je n'aimerais pas me retrouver à la place du personnage principal de « Le parapluie » ou de « Un précieux petit papier »...)

Je remercie François Wautelet de m'avoir proposé la lecture de son recueil qui mérite réellement d'être découvert.
Commenter  J’apprécie          150
Voici un recueil de nouvelles tout en douceur et poésie. On déguste ces histoires comme des pralines, on les laisse fondre en bouche pour mieux s'en imprégner. L'auteur, très sympathique, sait y faire et nous emmène dans ses mondes où se côtoient tendresse, résilience, espoir, surprise(s) et beaucoup d'amour. Une très belle lecture et une certitude ciselée et élégante que je recommande à tous : aux amateurs du genre de la nouvelle mais aussi à ceux qui veulent franchir le pas et s'essayer au court !
Commenter  J’apprécie          60
Un recueil de nouvelles à chute. Chaque nouvelle m'a marqué d'une manière ou d'une autre. Ce recueil se dévore et se savoure avec délicatesse et finesse. Les mots sont bien choisis et malgré que les nouvelles soient toutes différentes les unes des autres, on y retrouve tout de même un fil conducteur entre chacune d'entre elles.
Ce n'est pas un coup de coeur, mais le plaisir de la lecture était présent. Ce fût chaque fois un plaisir de pouvoir découvrir une nouvelle histoire, un nouveau personnage. J'ai vu venir certaines chutes et d'autres pas.
Bref un bon petit moment !
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Nous n'avons pas toujours été d'accord sur tout. Et cela, dès notre rencontre, soixante-trois ans auparavant. Mais nous nous sommes aimés. Comme beaucoup d'autres avant nous. Nous nous sommes aimés sincèrement. Comme on peut en rêver lorsque l'on a quinze ans et que l'on croit tout connaître de l'amour alors que nous n'en savons rien. Nous nous sommes aimés tendrement. A coups de banalité, de train-train, de déchirures inopinées ou d'inoubliables baisers. ("Boulevard de la liberté", p.76)
Commenter  J’apprécie          20
Le silence nous attacha alors les regards. Solidement. Sous ses cheveux mi-longs très noirs et ses sourcils broussailleux, seuls persistaient deux minuscules points verts fanés au milieu de boursouflures. Je ne voulais plus les lâcher.
Commenter  J’apprécie          30
Le feu de bois crépite dans la cheminée. […] Mes yeux s’y perdent. Et quand ils s’y perdent, je sais que je vais les voir. À travers les flammes qui serpentent au ralenti, dans cette lumière dansante, mon monde scintille. C’est là que je retrouve mes amis. J’en ai plein. Ils portent des chapeaux pointus couleur cerise et de longues barbes frisottantes. Ils sont vieux. Ils veulent que je les appelle Nutons. Ou Moutons ? Je ne sais plus… Cela n’a pas d’importance.
Commenter  J’apprécie          10
Rêvasser à son tour. Et réaliser dans une béatitude électrique que la nuit avait un goût de cuberdon.
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : sensibilitéVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten


Lecteurs (31) Voir plus



Quiz Voir plus

Français ou Belge ?

Georges Simenon

Francais
Belge

10 questions
433 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature française , littérature belgeCréer un quiz sur ce livre

{* *}