AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Umbrella Academy tome 1 sur 3
EAN : 9782756017174
164 pages
Delcourt (25/03/2009)
3.56/5   139 notes
Résumé :
À la suite d'un événement extraordinaire, 43 enfants naissent spontanément de femmes qui ne montraient jusqu'alors aucun signe de grossesse. Cette « immaculée conception » est doublement surprenante car ces enfants naissent dotés de facultés hors du commun. Sir Reginald Hargreeves, inventeur multimillionnaire, adopte et élève 7 de ces enfants dans l'espoir de sauver le monde. Les enfants grandissent et cette famille d'un genre nouveau se révèle vite hautement dysfon... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
3,56

sur 139 notes

Fifrildi
  22 mars 2019
Avec mon fils, nous avons découvert The Umbrella Academy sur Netflix. Nous avons regardé la première saison et puis nous avons eu envie de lire la BD.
Une LC particulière : bien installés dans le canapé, nous l'avons lu en même temps tout en faisant nos commentaires. C'était très sympa, il a juste fallu s'accorder sur quand tourner les pages ^^
L'histoire est sensiblement différente et nous sommes d'accord sur deux points : cela va trop vite et nous préférons les planches d'une page entière sans texte (on trouve les dessins plus beaux). Dans l'ensemble, il est assez déçu. Il pensait vraiment que la BD était le scénario littéral de la série.
Les personnages sont différents dans leur manière d'être et pour être franche j'ai préféré l'adaptation. Cela étant dit, si on arrive à s'en détacher, c'est quand même très sympa. J'ai trouvé que Numéro 5 ressemblait à Gru enfant dans le film des Minions.
Et puis où sont passés Cha-Cha et Hazel ??

Challenge Bande dessinée 2019
Challenge défis de l'imaginaire 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          413
Pavlik
  31 juillet 2020
Comme beaucoup, j'ai découvert ce comic grâce à l'excellente série Netflix, qui, au passage, diverge quelque peu de l'original.
Gerard Way (scénariste) nous présente l'histoire d'une équipe super-héroïque originale, composée de 7 membres, à l'origine. Tous furent adoptés, peu de temps après leur naissance, qui eu lieu dans de mystérieuses circonstances : ils vinrent tous au monde le même jour, partout dans le monde, et leurs génitrices n'étaient pas censées être enceintes (cela rappellera peut-être à certains le synopsis de "Rising Star"). Leur "père" adoptif, Sir Reginald Hargreeves les adopta dans le but de sauver le monde, et fonda l'Académie du Parapluie. Chacun de ses enfants présenta bientôt un pouvoir, à l'exception de "numéro 7". Si vous voyez là, à juste titre, une parenté avec le concept des X-Men, sachez que Hargreeves n'a absolument rien à voir avec Charles Xavier. Refusant que ses enfants le nomme papa, ils les appelaient, quant à lui, par un numéro (de 1 à 7, donc). Il est à noter que numéro 6 est décédé jeune, à ce stade nous ne savons pas encore pourquoi. Leur éducation fût dure et le seul souci de Hargreeves fut de maximiser leur potentiel. L'histoire débute alors, que dispersés depuis qu'ils sont devenus adultes, les membres de l'Académie apprennent le décès de leur "père". Ils se retrouvent donc pour ses funérailles...
J'ai beaucoup aimé ce comic, et seul le dessin de Gabriel Ba, simpliste, m'a empêché de mettre cinq étoiles. Mais pour ce qui est de l'histoire, Gerard Way s'amuse, avec talent, à mixer des personnages sombres, névrosés, avec les codes les plus kitch du genre (voir le "robot zombie de Gustave Eiffel" ou encore le super méchant "Terminal"). Et ça marche fort bien ; aucun d'eux n'est sorti indemnes de l'éducation prodiguée par Hargreeves et tous le manifestent d'une manière ou d'une autre. L'intrigue est rythmée, ce qui n'empêche pas que les personnages, et leurs relations, soient développés, avec une remarquable économie de moyens (bien que l'auteur, dans la postface, s'en défende). C'est bien là l'atout principal de cette histoire, qui n'est pas sans évoquée, par certains aspects, Alan Moore (je pense à Tom Strong) ou encore Authority, de Warren Ellis. Une vrai réussite donc, j'attends la suite avec impatience.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
XanderOne
  02 mars 2019
Après avoir regardé l'excellente série sur Netflix, beaucoup de monde doit avoir envie de découvrir le comics qui en est à l'origine, et c'est avec ce premier tome que tout commence !
Nous y suivons Sir Reginald Hargreeves qui adopte sept enfants, parmi les 43 qui sont tous nés au même moment, et ce quelque soit la localisation sur la planète. Celles et ceux qui auront vu la série, vont forcément savoir de quoi il en retourne, et ce premier tome suit globalement la première saison.
Mais là série n'est pas un copié-collé, car le comics à son identité propre avec des personnages qui sont assez différents, et un style graphique qui ne plaira pas à tout le monde. Avec ce premier tome, le ton est donné tout de suite, dès le premier chapitre. Cela ressemble plus à un comics de X-Men, mais en plus assumé, plus adulte, et parfois plus capillotracté. Les personnages sont vraiment très intéressants, notamment Numéro 5 et Space Boy qui sont ici au centre du récit. Les choses vont assez vite, car il y a une narration qui est teintée d'un certain humour noir très bien vu. Il y a un petit coté Tony Chu, que j'aime assez.
Les six chapitres que contiennent ce tome constituent le premier arc du comics et nous montrent à quel point cette famille est déchirée. Plus rapide que la série, on saura très vite quelles sont les origines de Sir Reginald Hargreeves (alors que dans la série on le sait à la toute fin) et aussi, on verra l'évolution de Vanya être bien plus rapide.
Outre la narration, les dessins de Gabriel Bà sont toujours aussi percutants. L'on connaît bien ce dessinateur pour ses séries Deux Frères ou Day Tripper, mais là aussi, son style particulier ne plairait pas à tout le monde. Si vous avez aimé la série, alors essayez le comics. Ce n'est pas une redite, bien au contraire, et il est fort probable que le tome suivant nous emmène bien plus loin !
Lien : https://chezxander.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Luria
  25 avril 2019
L'académie du parapluie (tout de suite ça pète moins hein)
Et donc comme beaucoup céans, je suis venue au comic suite à la série télé, sauf que comme je lis plus que je n'ecran à la maison, j'ai terminé le tome avant d'avoir tout regardé (j'en suis au 4ème) (pourtant j'ai bien traîné dans ma lecture) c'est le gros gros spoil (il me reste un tome pour tout parfaire).
La BD en elle même est pechu et on retrouve toute l'originalité de l'univers, des petites info en plus, mais par contre je n'accroche pas du tout au dessin (excepté l'art work de début de chapitre) ce qui ralentit mon plaisir et mon rythme de lecture.
Allez deuxième tome, saut dans l'espace et le temps pour le récupérer.
Commenter  J’apprécie          113
Follepicarde
  24 octobre 2020
Comme beaucoup, je suis venue à la BD grâce à son adaptation sur Netflix.
Et je pense que sans la série, cet album me serait tombé des mains.
J'imaginais poursuivre le plaisir de suivre les aventures de la famille Heartgreeves, voire même d'en savoir un peu plus sur eux, mais si le dessin est très beau, le scénario est décousu. Tout va très vite, les épisodes s'enchainent sans qu'on comprenne bien la psychologie des personnages ni les tensions qui existent entre eux. D'autres apparaissent et disparaissent sans qu'on comprennent vraiment. Quid de Maman ? Elle est là comme un cheveu sur la soupe. Horreur, alias Ben Heartgreeves apparait dans les souvenirs mais on ne sait rien de lui, ni de sa disparition. Réginald est un extra-terrestre, info balancée dès la planche 5 mais ce n'est pas exploité ni expliqué dans le scénario ?
Une fois n'est pas coutume, l'adaptation est meilleure que l'original à mon sens. Comme pour la série The magicians tirée des romans de Lev Grossman , les scénaristes ont su apporter un peu plus de cohérence et de chair aux personnages. Une ambiance et un univers qui fait défaut à la BD.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   19 octobre 2014
- Caprice!? Vous appelez ça un caprice?!! Je vais détruire le monde!
- Bien sûr que non. Vous avez perdu.
- Mais...
- Enfant, vous étiez fort décevante. Adulte, vous êtes devenue une source d'embarras. Oui bon vous jouez du crin-crin... et alors? Vous n'êtes même pas capable de détruire le monde. Admettez-le. Vous êtes une ratée.
- Vanya n'écoute pas ce fumier. Nous voulions tellement qu'il nous aime, mais il nous traitait comme des chiens. Il se fichait que l'on vive ou que l'on meure, tant que ça collait à ses plans. Hargreeves ne t'a jamais aimée mais ce n'est pas grave. Quelqu'un t'aime...
- C'est là qu'on s'embrasse tous, comme dans une vraie famille?
- Non. C'est là qu'une balle traverse ta tête, que tes vaisseaux capillaires se déversent hors de ton crâne, puis enflent, puis pressent sur tes motoneurones, et que tu deviens incapable de bouger.
- Qu'est-ce que tu as fait?
- Ce que tu n'as pas eu les tripes de faire...
- Incroyable, elle a marché même quand j'ai dit "Crin-crin"...
- Attends tu n'es pas Hargreeves?
- Quoi tu crois que l'esprit du vieux me laisserait l'attraper? Il est encore plus retors en fantôme ce salopard! Je devrais peut-être faire de la scène... J'ai toujours été tenté par la danse contemporaine, ou bien...
- C'est trop tard... Je pourrais l'arrêter mais je ne sens plus mes doigts...
- Arrêter quoi?!! De quoi tu parles?!! C'est quoi, ce bruit??!
- Vous avez gaché le concert... mais même une représentation ratée... à son finale
- Tu sais quoi Vanya...? Je ne t'ai jamais aimée.
- BOUM
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   12 octobre 2014
Mesdames et Messieurs ! Depuis des années l'homme cherche la réponse à une seule question : "Comment exterminer sans raison des milliards de gens en un clin d'oeil?" Il y eut toit d'abord l'invention de la mitrailleuse suivie de la chambre à gaz et enfin mon chouchou, la bonne atomique. Pacotille que tout cela. Ce soir mes amis nous faisons d'un rêve une réalité ! Permettez-moi de vous présenter la pus grandiose arme de destruction massive du monde! Merveille de la science moderne! Et, ce qui ne gâche rien, un magnifique petit lot! Orchestre Verdammten, je te présente Die Weisse Violine alias La viole blanche ! Votre instrument... Allons, pas de chichis... Faites ce pour quoi vous êtes née...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   12 novembre 2014
C'était l'année où Tom "La Tatane" Gurney a mis la payée au poulpe venu de Rigel X-9. Ca s'est passé à 21:38. La descente du coude atomique. Et à cet instant sans prévenir apr une conicnidece troublante 4 » enfants extraordinaires naquirent mis au monde, aux quatre coins du globe, par des femmes, souvent célibataires qui n’avaient présenté nul signe de grossesse. Les enfants furent abandonnés ou placés à l’orphelinat… les survinants du moins? Voici Sir Reginald Hargreeves, dit « Le Monocle ». Illustre scientifique et entrepreneur richissime. Inventuer du télé-ascenseur, du lévitaterur, du parapluie-télépjone-portable, et des céréales Cortex Crack. Médaillé d’or olympique et lauréat du prix Nobel pour ses travaux sur l’accroissement cérébral chez le chimpanzé. Extra-terrestre. Pour d’obscures raisons, Sir Reginald embarqua ce jour-là en compagnie de son garde du corps, Abhijat, à bird de son vaisseau privé, Le Minerve… lequel serait, dit-on, alimenté par les restes du roi Amen-Kharej IV. Par des moyens tout aussi obscurs, il retrouva et adopta un maximum de ces enfants. Un maximum s’élevant au nombre de 7. Sir Reginald fait annuler l’état civil des enfants avant de les isoler du monde. Lors d’une conférence de presse à Stockholm, le journaliste milanais Cosimo De’Lostrono lui posa la question : « Pourquoi avoir adopté ces 7 enfants? ». « Pour sauver le monde, voyons ».Ce à quoi le monde rétorqua : de quoi? Il n’y eut pas de réponse. Car ce fut la dernière apparition, publique de Sir Reginald et des enfants jusqu’à aujourd’hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
FifrildiFifrildi   22 mars 2019
Ce recueil compile les six premiers numéros de The Umbrella Academy, qui racontent l'histoire de La Suite Apocalyptique.
Ça commence par un coup de coude, ça se termine par un sandwich...
Entre les deux, vous allez entendre un air d'un genre tout nouveau.
(Grant Morrison)
Commenter  J’apprécie          100
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   12 octobre 2014
Mes frères, Mes soeurs, écoutez-moi! Prenez vos trompettes, vos harpes, vos violoncelles! Prêtez-moi vis vies, et préparez-vous à la fin... Ce soir, la fin de l'Umbrella Academy et demain, la fin du monde...
Commenter  J’apprécie          90

Lire un extrait
Videos de Gerard Way (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gerard Way
Umbrella Academy | Bande-annonce VF | Netflix France
autres livres classés : apocalypseVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4633 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre