AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782811230951
480 pages
Éditeur : Milady (17/11/2017)
  Existe en édition audio
3.18/5   55 notes
Résumé :
Je m'appelle Hope Arden mais vous oublierez ce nom et jusqu'à mon existence. Nous nous sommes déjà rencontrés des milliers de fois. Je suis la fille dont personne ne se souvient. Tout a commencé quand j'avais seize ans. Un lent déclin, un isolement inéluctable. Mon père qui oublie de me conduire au lycée. Ma mère qui met la table pour trois, pas quatre. Un prof qui omet de demander un essai que je n'ai pas rendu. Un ami qui me regarde et voit une étrangère. Qu'impor... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
3,18

sur 55 notes
5
3 avis
4
6 avis
3
7 avis
2
2 avis
1
0 avis

LightandSmell
  02 septembre 2019
Si j'ai apprécié les sujets abordés, j'ai regretté de nombreuses longueurs qui ont fini par rendre l'écoute du livre audio fastidieuse. J'ai d'ailleurs failli l'abandonner à plusieurs reprises avant de prendre mon courage à deux mains et de la terminer afin de pouvoir passer à autre chose.
Il est possible que je sois passée à côté de ce titre car mes attentes étaient bien différentes de ce que nous propose l'auteure. Je ne dirais pas qu'il ne se passe rien, mais nous sommes plutôt dans un roman qui fait passer la réflexion avant l'action.
Hope Arden est unique. Hope Arden n'existe pas ou, du moins, pas vraiment dans le regard des autres. Bénédiction ou malédiction selon les points de vue, son existence s'efface de la mémoire des gens dès qu'elle n'est plus sous leurs yeux. Il existe bien quelques exceptions à cette règle, mais elles sont bien trop rares pour que cette femme puisse mener une vie normale. Difficile dans ces conditions de garder des amis, un compagnon ou une compagne, un travail ou d'avoir une famille… En revanche, c'est parfait pour embrasser une carrière de voleuse professionnelle et internationale de haut vol.
La situation de Hope aurait pu forcer l'empathie, mais j'ai eu un mal fou à m'attacher à elle et donc à m'intéresser à sa vie qui, par la force des choses, se caractérise par sa vacuité. Voler, tromper sa solitude dans les bras d'un homme qui vous oubliera dès les yeux fermés, trouver des contrats, voler… C'est peut-être la raison pour laquelle Hope met autant de passion à mener une vendetta personnelle contre Perfection, une application qui ambitionne, ni plus ni moins, que de rendre ses utilisateurs parfaits.
Être parfait, un rêve que beaucoup vont poursuivre quitte à vendre leur âme au diable, la personne derrière l'application ayant des objectifs bien moins louables que ceux affichés. C'est que la perfection a un prix ! L'idée de cette application et de ses nombreuses dérives est certainement le point le plus intéressant du roman puisqu'à travers cette idée glaçante de perfection à portée de smartphone, l'autrice aborde de nombreux et très actuels sujets : la solitude, l'illusion de la perfection, le culte de l'apparence, l'obsession de l'argent et du statut social et des sacrifices que l'on est prêt à consentir pour cette vaine quête, la technologie et les réseaux sociaux, leur omniprésence dans nos vies, leurs dérives et leurs dangers…
Tout autant de thèmes qui forment une trame de fond intéressante, mais qui ne compensent pas un rythme trop lent et finalement assez répétitif. Il y a heureusement d'autres personnages qui viennent pimenter l'intrigue et la vie de Hope : une femme aussi responsable que victime de Perfection, une cyberconnaissance aux objectifs nébuleux, un homme qui la traque tout en nouant, à son insu, une relation assez particulière avec celle-ci… Et puis un événement vient bouleverser l'équilibre et apporte ce coup d'éclat tant attendu ! Trop tard pour me laisser une bonne impression de lecture, mais assez majestueux pour que je sois contente d'avoir persisté dans mon écoute.
Une écoute qui s'est d'ailleurs révélée agréable d'un point de vue technique, la voix de l'héroïne correspondant assez bien à l'image que l'on pourrait s'en faire. Seul petit bémol qui découle de la construction de l'intrigue autour de chapitres très courts : la musique qui accompagne le début de chaque chapitre. En plus de lasser par sa répétitivité, elle allonge inutilement un temps d'écoute qui nous apparaît déjà bien long.
En bref, La soudaine apparition de Hope Arden est un roman que je vous conseille si les thématiques de la perfection et des dangers de l'omniprésence de la technologie dans nos vies vous intéressent. Si vous êtes, en revanche, à la recherche d'un livre mené tambour battant, je ne suis pas certaine que vous trouverez votre bonheur avec ce titre.
Lien : https://lightandsmell.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Khalya
  11 mai 2017
Ce livre m'a laissé une impression mitigée. Je n'arrive pas à dire si je l'ai aimé ou non. Bien que je n'aie été à aucun moment tentée de l'abandonner, j'ai trouvé qu'il y avait trop de longueurs.
C'est le premier livre de l'auteur que je lis, mais il semblerait que tous ses romans soient sur le même modèle, avec une alternance du présent et du passé et je pense que, si c'est passé avec ce livre-là, c'est que c'était original, mais ça ne passera pas deux fois.
J'ai trouvé l'écriture très saccadée ce qui était parfois désagréable. Sur une petite partie du texte, cela donnait du relief et c'était intéressant, mais sur la longueur, c'est vite devenu un frein non seulement à la lecture mais aussi à la compréhension de l'histoire.
Le fait que Hope revienne sur son passé nous permet de mieux comprendre ce qui lui arrive, dans la mesure du possible, mais les digressions qui parsème le texte : énumérations, définitions de mots etc… sont très vite pénible. Il m'est arrivé de sauter des passages entiers pour pouvoir retrouver le fil de l'histoire.
En dehors de ces éléments plutôt négatifs, j'ai bien aimé l'histoire qui dénonce l'addiction au paraître et aux applications qui dirigent presque nos vies, décidant pour nous de ce qui est « bien » ou non. Ici on atteint la perfection quand on rentre dans un moule exclusivement fabriqué par un homme qui s'est basé sur ce qui fait vibrer les jeunes : les stars de cinéma, les célébrités, les paillettes… Tout dans le physique, rien dans la tête et surtout pas de sens critique, voilà la société que Claire North dépeint avec acidité à travers une histoire de vol, de terrorisme et de vengeance.
Cependant j'ai eu du mal à m'attacher à Hope, surtout à cause de ces informations, parfois dénuées de rapports avec les évènements, qu'elle récite comme un mantra.
Sa petite soeur, handicapée mentale suite à une maladie infantile, est la seule à se souvenir d'elle et j'ai trouvé dommage que ce lien entre les deux soeurs ne soit pas plus exploité.
Difficile aussi d'appréhender le fait d'être oubliable comme Hope qu'on oublie dans les 60 secondes après l'avoir quitté des yeux. J'ai trouvé certains personnages durs avec elle, comme l'inspecteur ou l'homme de main de l'entreprise qui a créé l'application mise en cause dans le roman. On lui reproche d'être une voleuse, alors qu'elle ne peut pas avoir de diplôme, ni avoir de travail (comment faire quand chaque jour votre patron oublie qu'il vous a embauché ?). Il faut bien qu'elle survive.
J'ai bien aimé que Hope rencontre une autre personne comme elle, mais encore une fois, comme avec sa petite soeur, l'idée à peine ébauchée n'a pas été exploitée. C'est vraiment dommage car on reste sur sa faim en permanence, attendant sans cesse des réponses qui ne viennent pas sur des personnages qui ne font que passer.
Le sujet était intéressant, mais il aurait pu être bien mieux traité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Le_chien_critique
  05 août 2016
Perfection, une sorte de Siri / Google now dont l'unique objectif est de vous faire atteindre la perfection. Il connait tout de vous, même si vous avez coché les clauses de confidentialité. Tous vos déplacements, loisirs, courses, travail sont analysés, traités et Perfection vous conseille la bonne marche à suivre pour atteindre l'élite mondiale du sourire ultrabright et de la peau tannée par les meilleures UV de la planète. Mais gare à vous si vous décidez de ne pas suivre ses conseils ou avez un compte en banque un peu juste.
Mais Perfection croise sur sa route Hope Arden, jeune femme qui souffre d'invisibilité. Vous l'oubliez dès que vous détournez le regard. Et Hope a l'espoir que cela change.
Le sujet du livre avait tout pour m'intéresser : les conséquences des nouvelles technologies, dont les suggestions et l'anonymat d'internet, sur nos modes de vie. Une déclinaison du concept d'invisibilité sociale dans nos sociétés, une interrogation sur la conformité, la société.
Mais cela ne fait pas tout. Des personnages, interactions binaires : la solitaire fuyant la solitude; le frère qui corrompt le projet de sa soeur; le voleur tombant amoureux du policier qui la traque, un méchant pas si méchant... Ajouter y les états d'âmes fluctuants et tirants en longueur de l'héroïne.
Pas d'analyses poussées sur le web, pas d'explications scientifiques. Sur les réseaux, je vous conseille le très bon Les affinités de Robert Charles Wilson.
Catherine Webb nous parle du World Wide Web, construit son récit comme une séance de surf : on passe d'un événement à un autre, du passé au présent, d'un lieu à un autre. Bonne idée mais qui cache malheureusement une intrigue faiblarde. L'auteur doit s'en apercevoir, revient à la moitié du livre à un récit chronologique et tente de relancer l'histoire en basculant dans l'espionnage.
Pour faire bonne figure, entrecoupez les paragraphes de mantras, aphorismes digne de la méthode Coué, et donnez la définition de chaque mot (l'héroïne ayant passé une partie de sa vie dans une bibliothèque !).
Je comprends la démarche de l'auteur mais cela n'a pas fonctionné sur moi.
Trop de gnangans. Trop de bons mots. Trop de politiquement correct. Trop de visites. Trop de superficialités. Trop de religiosité.
Hope Arden est une voleuse-hackeuse sans scrupule. Un autre personnage rappelle le courant anarchiste insurrectionnel. Un pamphlet anarchiste contre la société ? Non, rassurez vous, à la fin, la morale est sauve. Ouf !
Ceci dit, Catherine Webb a atteint son but, trois jours plus tard, j'avais déjà tout oublié de l'histoire de Hope Arden. Comme quoi, il y a une chance pour les mauvais souvenirs.
J'avais adoré Les quinze premières vies d'Harry August, j'ai détesté La Soudaine Apparition de Hope Arden.

Lien : http://lechiencritique.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
malecturotheque
  06 janvier 2017
Pour être honnête, si l'histoire m'a parue assez sympathique, j'aurais toutefois bien du mal à être précise : j'ai découvert cette histoire en livre audio, et je ne prenais donc pas de notes pendant ma lecture (je ne voulais pas faire « pause » toutes les cinq minutes). Et comme cette écoute date de décembre, l'ensemble est vague, et je vais sûrement oublier certains points.
Ce roman, c'est l'histoire de Hope Arden, une jeune femme dont personne ne se souvient jamais. Elle mène donc une vie solitaire, et vit de vols. Un jour, elle commet le vol de trop, celui qu'il ne fallait pas, et elle se retrouve face à une entreprise qui pourrait bien la retrouver, malgré le fait qu'elle soit oubliable…
Cette entreprise est à l'origine de l'application « Perfection », qui permet aux gens de devenir parfaits selon les normes de ses créateurs. « C'est quoi le rapport ? », me demanderez-vous. Eh bien il va s'avérer que cette application va prendre de plus en plus de place au cours du roman, mais je ne peux pas vraiment vous en parler, au risque de vous gâcher une partie de l'intrigue.
Alors parlons des personnages. Au début, j'aimais le personnage de Hope, bien qu'elle me fasse de la peine : personne ne se souvient d'elle, elle ne peut donc pas se faire d'ami.e.s, ne peut pas travailler, etc. La solitude incarnée. Mais, je crois qu'elle a dû péter un câble à un moment, et subitement je me suis éloignée d'elle. Elle ne m'intéressait plus tant que ça. Son sort ne m'indifférait pas, je voulais savoir si un jour les gens se souviendraient d'elle (puisque c'est ce qu'évoque pour moi le titre), mais je n'étais plus aussi passionnée. Heureusement, d'autres protagonistes apportaient un peu plus d'intérêt à l'intrigue : le flic de Scotland Yard, à la poursuite de la voleuse mystère, la femme cherchant vengeance, qui aimerait par ailleurs être oubliée, et puis la soeur de Hope. La seule à se souvenir de Hope. On la voit très peu, mais elle a su me toucher, car c'est finalement le seul pilier de notre héroïne.
Ce dont je me souviens aussi et surtout de ce roman, c'est que La soudaine apparition de Hope Arden parle de ces technologies, de ces applications qui enchantent pas mal de monde, mais qui s'avèrent plus contrôler notre vie que la guider. Il y a tout une réflexion là-dessus, et sur l'utilisation des données, etc. Etant déjà sensibilisée à ce genre de choses, j'ai trouvé que la réflexion manquait un peu de profondeur, mais le livre a le mérite de poser de bonnes questions, d'interroger le lecteur.
En gros, j'ai bien aimé l'histoire, le jeu du chat et de la souris, mais elle ne m'a pas laissé un souvenir impérissable – probablement à cause (ou en partie à cause) du format audio. Les personnages, dans l'ensemble, sont comme Hope : oubliables.
Cela dit, je pense un jour relire ce roman, au format papier ou ebook, car je n'aurais probablement pas les mêmes impressions qu'à l'écoute, et je pense accrocher plus.
[...]
Lien : https://malecturotheque.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
djihane
  09 août 2016
Je ne suis pas particulièrement fan de thriller mais ceux de Claire North je les lis avec beaucoup d'intérêt. Depuis ma découverte de cette auteure avec Les quinze premières vies d'Harry August et Touch, deux beaux coups de coeur, j'attends la sortie de ses romans avec impatience. Cette auteure est un génie qui mêle le thriller au fantastique et à la psychologie pour un résultat final saisissant.
Ce nouveau titre est l'histoire de Hope Arden qui à 16 ans se rend compte qu'un phénomène mystérieux a lieu autour d'elle: son entourage commence à l'oublier, son existence se dissipe petit à petit de la mémoire de ses proches. Toute personne qui rentre en contact avec elle, l'oublie au bout de 60 secondes. Hope se voit contrainte de quitter sa maison et sa famille qui ne se souvient plus d'elle pour errer de ville en ville, de pays en pays et pour survivre elle devient une voleuse.
Encore une fois Claire North nous offre un récit complètement fragmenté, elle brouille volontairement les indicateurs spacio-temporaux pour nous assurer une expérience de lecture atypique et déroutante. L'auteure nous donne très peux d'indices pour comprendre l'intrigue et il m'a fallu plusieurs pages pour m'immerger dans son univers aussi étrange que déroutant. C'est un véritable exercice de style que l'on retrouve dans ce texte qui ne ressemble à nul autre pareil.
La plume de Claire North est très particulière, le lecteur est perdu et ne comprend pas tout mais on reste fasciné jusqu'au bout, on a envie de connaître le fin mot de l'histoire. 574 pages peuvent paraître bien longs et c'est vrai qu'à des moments le rythme devient lent et j'ai pu déplorer quelques longueurs. L'auteure enrichit son récit avec beaucoup de fragments d'informations diverses et variées, en rapport avec l'histoire ou non, cet aspect m'a un peu dérouté parfois.
Malgré ces quelques éléments j'ai adoré cette lecture. L'univers de Claire North exerce une sorte d'attraction, une fascination. Hope n'est ni bonne ni mauvaise, elle est entre les deux. La frontière entre le bien et le mal semble vaciller pour laisser place à une autre dimension plus profonde.
L'auteure traite de thèmes très intéressants. Hope sera confronté à une organisation qui pèse des millions de dollars et qui dicte au monde entier, les critères de la perfection à travers une application qui gère littéralement votre vie. Elle vous rend dépendant des nouvelles technologies, des réseaux sociaux et vous rend obsédé par la réussite sociale et votre physique. C'est la société mercantile et ses dérivent que l'auteur pointe du doigt, comme le diktat de la mode et du paraître.
La soudaine apparition de Hope Arden est un roman d'une profondeur saisissante. A travers un univers fragmenté, la plume de Claire North exerce sur son lecteur une fascination addictive. Bienvenue dans un récit psychédélique, où l'on s'y perd pour mieux profiter de toutes ses circonvolutions.
Lien : https://lesinstantsvolesalav..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
Le_chien_critiqueLe_chien_critique   05 août 2016
Arguments en faveur d’une surveillance gouvernementale accrue d’Internet :
1. Empêcher la publication de modes d’emploi pour fabriquer une bombe ; réduire le terrorisme, la pornographie, la vente de drogue et le crime.
2. Les trolls, les harceleurs et les pirates. À une blogueuse féministe : « Je vais te violer jusqu’à ce que tu saignes tu habites au ***. La haine raciale : « Salopes de putes noires juste bonnes à servir d’esclaves. » Ça ne représente que 1 % des gens, disent les apologistes. Il faut vous endurcir. (Réponse : Allez vous faire foutre, connards trop lâches pour assumer la responsabilité de la société dans laquelle vous vivez.)
3. Si vous n’avez rien à cacher, qu’est-ce que ça peut vous faire ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   04 juillet 2016
Plus facile de voler que de travailler, plus facile de mentir et de s’en tirer. Parfois, ils ont raison. Parfois – trop souvent –, le système n’est tout simplement pas adapté pour les gens incapables de faire mieux. Ceux qui ont arrêté l’école trop tôt, les paumés et les drogués. Parfois, c’est plus facile de tricher parce que la vie est dure et que tu n’as nulle part où aller. Il faut avoir des amis et de la famille, des gens qui t’aiment et qui s’inquiètent pour toi, et il faut avoir de grands espoirs pour l’avenir, une idée de ce que tu veux. Parce que, si tu as tout ça, c’est plus facile de vivre – pas facile tout court, mais plus facile – et tu te rends compte que tricher est un acte désespéré, et que le désespoir c’est difficile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   04 juillet 2016
La sécurité peut repérer un éclaireur à un kilomètre à la ronde, mais elle ne se souvient jamais de moi assez longtemps pour s’en soucier. J’ai suivi des reines et des princes, serré la main à des diplomates et des espions, et personne n’y a regardé à deux fois. Personne n’y regarde jamais à deux fois avec moi.
Commenter  J’apprécie          10
Le_chien_critiqueLe_chien_critique   05 août 2016
– Je tiens un blog.
– Il me semble l’avoir lu.
– Vraiment ? Je n’ai pas tant de lecteurs ; vous devriez m’être précieuse. Trop de voix qui résonnent en même temps sur le Net, trop de cris, des cris tout le temps. Parfois, c’est difficile de se faire entendre. Parfois, il me semble que le monde entier hurle.
Commenter  J’apprécie          10
Le_chien_critiqueLe_chien_critique   05 août 2016
Tous les chagrins que vous éprouverez jamais ont déjà été éprouvés par d’autres humains avant vous, et seront éprouvés par d’autres humains à venir. Il est impossible de s’y préparer ou d’atténuer la douleur, mais pour ce que ça vaut, madame, vous devez savoir que toute l’humanité qui fut, qui est et qui sera vous accompagne en ce moment.
Je souris, le remerciai et m’enfuis avant qu’il me voie commencer à pleurer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Catherine Webb (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catherine Webb
Découvrir : https://tidd.ly/3B8ugPi
Théo Miller connaît la valeur de la vie humaine – jusqu'au dernier centime. Au Bureau d'audit des crimes, son rôle consiste à évaluer chaque dossier qui lui est confié et à s'assurer que les criminels paient intégralement leur dette à la société. Mais lorsque son amour d'enfance est assassinée, tout change. Cette mort est la seule qui ne peut se résumer à une ligne de plus dans un bilan annuel. Car si les puissants de ce monde peuvent tuer en toute impunité, il arrive parfois que le compte n'y soit pas.
« Un roman extraordinaire qui côtoie le meilleur du genre, rappelant La Servante écarlate. » Cory Doctorow, auteur du Grand Abandon
« Un chef-d'oeuvre de la dystopie, d'une crédibilité troublante, aussi poignant que brillant. » Emily St. John Mandel, autrice de Station Eleven
« Claire North ne cesse de monter en puissance… Un récit chargé de tension, bouleversant. » The Guardian
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2191 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..