AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Benoît Domis (Traducteur)
EAN : 9782362700248
560 pages
Éditeur : Eclipse (25/02/2011)
4.21/5   7 notes
Résumé :
Redécouvrez Londres, une ville qui bat au rythme d'une énergie mystique : une force créée par les alignements d'anciennes rues pavées, vibrant au passage incessant des bus et métro.
Ici règne une nouvelle forme de pouvoir : la magie urbaine. Bienvenue dans un monde ou les mendiants sont des rois, les SDF des oracles, et où les sorciers s'affrontent pour prendre le contrôle de nos âmes.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Nyx
  11 juin 2012
Une très bonne surprise ! Ce roman est vraiment surprenant et si vous acceptez de jouer le jeu et de vous laisser emporter par l'histoire alors vous découvrez quelque chose d'unique et de vraiment intéressant.
Bon : je crois que je n'avais pas lu le résumé en choisissant le livre ! Et même pas la couverture ! Donc commençant par l'entourage de ce roman.
La couverture est euh…voyante ! Plutôt flashy ce bleu. Alors maintenant que j'ai fini le livre, elle prend tout son sens, et on peut dire que l'illustrateur a bien su capturé l'âme du roman (si on veut). Mais je reconnais volontiers que lorsqu'on voit le roman en rayon (virtuel ou non) on n'ait pas envie ou qu'on hésite ! Donc je vais essayer de vous donner mon opinion et comme ça vous pourrez faire votre choix avec déjà plus d'indices !
On peut croire que la couverture digne d'un jeu vidéo en fait un roman pour mecs…et bien oui et non. Les garçons auront enfin le sentiment d'un livre qui n'est pas destinée aux nanas (implicitement ou non) et les filles apprécieront aussi ! Donc pas de distinction de sexe. Pour l'âge…dès 14/15 ans si on est plutôt mature, qu'on a du recul et de la réflexion. Sinon attendez encore quelques années et d'autres lectures. Je pense que ce roman permet une réflexion intéressante, donc avoir de la matière dans ses expériences de lecture est plutôt sympa.
Passons au résumé. Oui pas mal, ne sachant pas du tout à quoi m'attendre (je n'avais pas lu le résumé souvenons nous) j'ai pu vraiment me laissé prendre par la plume de l'auteur. Aucunes idées préconçues nées du résumé, aucuns faits dévoilés… j'étais donc ouverte à tous ce que l'auteur pouvait m'avoir proposé.
L'histoire commence par la résurrection de quelqu'un, un homme, qui pense comme “nous” et comme “moi” très déstabilisant. D'autant que l'explication est tardive, donc on se demande vraiment pourquoi. On devine que c'est un point important, crucial, mais intriguant et dérangeant. le lecteur n'a pas l'habitude et est donc un peu mal à l'aise. Et pourtant ce bouleversement des idées reçues est une bonne chose. Une bouffée d'air frais.
Notre héros revient donc à la vie…deux ans après sa mort ! N'ayant aucune idée de ce qu'il s'est passé pendant ces deux années, nu, et potentiellement entouré d'ennemi, il va fuir. Et il est immédiatement pris en chasse par une créature faites…d'ordure. Voilà l'idée est lancée : on est dans un roman de magie urbaine. La magie est omniprésente sous de multiples facettes, et la Ville est importante.
Va s'ensuivre une course-poursuite, de la dissimulation, des rencontres, des trahisons, des blessures, des plaisirs, de la magie, de la joie, de la peine, la mort et la vie.
Matthew Swift, revenu d'entre les morts pour une raison inconnue, par une personne inconnue, cherche vengeance. Moins pour la personne qui l'a ramené que pour Fringale, une Ombre qui lui a arraché la vie en même temps que la peau en lui demandant quel goût avait la vie…On serait perturbé à moins.
Je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous gâcher la surprise. Mais nous allons rencontrer des gens surprenant, et de la magie sous toutes ses formes.
L'auteur a très bien su m'attraper pour m'entrainer dans son monde. Elle a réussi je ne sais trop comment à me montrer la magie de la ville. La vie est magique, la ville est magique. La foule anonyme du métro a une force intrinsèque qui est magique. le plaisir de choses simples comme manger une crêpe ou regarder un coucher de soleil possède une vie propre une magie, un émerveillement que nous perdons en grandissant. Ce livre est étonnant par sa poésie. Pourtant certaines scènes sont dures, parfois brutales et sanglantes (comme le combat dans l'ancien central téléphonique), mais malgré tout j'ai trouvé l'ensemble délicat. Aussi délicat que la plume de cette auteur surprenante. Elle a prouvé qu'on pouvait faire de la fantasy urbaine unisexe, sans sexe, mêlant habilement les univers et la poésie.
Il est parfois difficile de suivre ce qu'il se passe…les sauts de lignes, les italiques, mais cette sensation de chute, de ne plus trop savoir où on en est, l'absence de repères, permet aussi de mieux appréhender l'histoire et les sensations du narrateur.
C'est écrit petit, c'est dense, complexe et c'est un pavé. Mais je pense que quitte à prendre du temps pour la lecture, ce livre vaut la peine d'être découvert. Je crois que cette une série, mais honnêtement ça pourrait être un tome unique tant il est bien construit structuré et se suffit à lui même.
Bref, vraiment une bonne découverte pour moi, il vaut chaque euros. Je recommande.
Lien : http://nyx-shadow.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
lianne
  18 janvier 2017
Un premier tome très original que j'ai vraiment adoré !
Lu quelque part : Une version Urban fantasy de Kill Bill.
Et c'est vrai que finalement c'est assez ressemblant, c'est exactement le même genre d'histoire, ou on ne connais que le désir de vengeance du héros et ou on en apprends plus sur ce qu'il c'est vraiment passé et qui est le coupable petit à petit.
En fait c'est vraiment de la fantasy urbaine au sens littéral, ou les magiciens puisent leurs pouvoir de la ville elle même, Londres. Des mythes et légendes, des souvenirs laissés par les gens dans les lignes téléphoniques, des objets oubliés dans le métro, des graffitis se crée un pouvoir et certaines sources sont tellement fortes qu'elles crée la vie, une vie magique, avec par exemple "la Mendiante" qui est l'esprit de tous les sans abris. Se sont les esprits des lieux urbains, créés par le nombre de vie dans une même situation. La vie crée de la magie en quelque sorte et l'accumulation renforce son pouvoir.
C'est vraiment un des univers les plus originaux que je n'ai jamais lu et j'ai trouvé ça génial. Un vrai sentiment de merveilleux, mais de merveilleux par rapport à quelque chose qu'on a tendance à ne pas aimer, nous citadins. Qui verrait de la magie dans une flaque d'eau salle ou sur une voie ferrée polluée et pleine de détritus? C'est la le génie de ce livre, arrive à nous faire ressentir tout ça.
Un autre originalité du récit vient du fait que le protagoniste principal .. est multiple. Il est certes revenu d'entre les morts, mais il est changé, il n'est plus lui même. D'ailleurs quand il parle il s'oublie souvent et il passe du Je au Nous en plein milieu des phrases. Et c'est assez perturbant, un peu comme si il était schizophrène, on ne sait pas vraiment ce qu'il se passe avant au moins la moitié du livre.
Il est aussi étonnamment naïf, bon c'est expliqué et logique je vous rassure, mais il y a une colère limite d'enfant dans cette vengeance qu'il poursuit tout du long, avec un coté très manichéen, d'un coté ceux qui sont coupable et dont il faut se venger ... et de l'autre tous les autres, pas de bons dans cette histoire, des alliés, temporaires, et si il faut s'allier avec le diable, il le ferra.
Cela donne un sentiment de décalage, j'ai eu un peu de mal à s'attacher à lui finalement. Mais pas dans le mauvais sens non plus, c'est à dire qu'il exerçait plus de la fascination qu'une identification quoi.
Ce livre m'a vraiment sorti de mon quotidien, j'avais une sorte de recul tout en étant vraiment totalement prise dans l'univers.
Le style est vraiment bon, rien à dire la dessus, l'auteur arrive a nous faire ressentir la poésie urbaine. J'ai vu ce livre comparé à du Neil Gaiman, et si je dois dire que cet auteur n'a pas encore réussi à me réussir je trouve la comparaison intéressante.
En fait il y a quand même pas mal de descriptions, c'est vraiment fouillé, on ne passe pas les événements en une ligne, non. C'est assez dense et travaillé.
Après je dirais quand même que ce n'est pas un récit facile. On est longtemps perdu dans l'univers, aussi perdu que le héros en fait, ou même plus que lui. On n'apprends pas la magie, on n'a que très peu d'explications, elle est juste disponible pour notre héros qui sait en fait usage et qui l'utilise quand c'est nécessaire. Mais jamais il ne nous prévient avant ou nous explique ce qu'il est en train de faire, ça reste très mystérieux.
De même pour la situation, on la devine petit à petit quand les événements arrivent, c'est la que le parallèle avec Kill Bill est bien trouvé parce qu'on ne fais que suivre le personnage dans sa vengeance sans avoir vraiment idée de ce qui se passe vraiment (ou ce qui c'est passé).
C'est assez brut et sanglant aussi, ici il ne faut pas non plus trop s'attacher aux personnages, car des morts ça ne manquent pas. C'est noir et sombre, on est vraiment dans les bas fond de la ville.
Au final je dirais que ce livre est une énorme découverte, je ne m'attendais pas du tout à ce genre de récit et du coup j'ai mis énormément de temps à le lire, je l'ai vraiment savouré.
Un livre que je suis vraiment heureuse d'avoir lu.
Pour ceux qui hériteraient à se lancer je rajouterais que ce live se lit totalement comme un one-shot, il a une vrai fin et seule l'envie d'en savoir plus sur ce personnage et l'attachement à l'univers nous poussent vers la suite qui n'existe malheureusement qu'en anglais.
17/20
Lien : http://delivreenlivres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Nelja
  12 août 2014
Dans ce premier tome d'une série de fantasy urbaine, le personnage principal, Matthew Swift, est mort il y a deux ans et se retrouve ressuscité, sans savoir pourquoi, et partageant sa conscience avec une collectivité d'"anges" bleus et électriques.
La narration à la première personne, qui passe sans cesse, subtilement, du "je" au "nous", rend très bien cet effet. La dualité du personnage, en général, est au centre de l'histoire, et je la trouve bien traitée.
Je suis partagée. D'un côté, l'univers est excellent. C'est de la fantasy urbaine vraiment moderne, pas d'anciennes créatures et d'anciennes magies qui se sont adaptées à notre monde, mais de la magie basée sur les règles et les pouvoirs de notre monde, palpable, vivante. Matthew peut utiliser les règles d'utilisation du métro pour faire une barrière mystique impénétrable à tout monstre qui n'a pas de ticket, les graffitis sur les murs s'animent... j'ai adoré cet univers et ces règles de magie. D'un bout à l'autre.
Le scénario est sympathique, même si les flashbacks et les explications se font parfois attendre un peu trop longtemps. Il se tient tout seul, il marche bien aussi en tant que début de quelque chose.
J'ai regretté l'humour des Horatio Lyle. C'est beaucoup plus sérieux. Oh, quand il y a de l'humour, il est toujours drôle, j'adore le passages où les anges emmènent Matthew voir Iron Man, et tout le passage avec l'infirmière spécialisée en blessures magiques est Grand. Mais c'est aussi beaucoup, beaucoup plus rare.
Et - ce qui est plus triste - je n'ai vraiment aimé aucun personnage. Ce qui, pour une série, est vraiment dommage.
Je vais quand même lire la suite, un jour où je passerai devant, pour voir si ça s'améliore ! Et pour l'univers, donc !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Prose-Cafe
  23 juillet 2019
Mattheu Swift est mort depuis deux déjà, pourtant il se réveille dans sa chambre qui n'est plus la sienne. Tous ces amis sorciers ou connaissance sont morts dans de mystérieuses conditions et de manières sanglantes, comme sa propre mort d'ailleurs puisque son corps n'a jamais été retrouvé.
Matthew Swift ne revient pas seul, il partage sa conscience avec les Anges Bleus Électrique.
Pourquoi est-il de retour ? Pour venger sa mort ? Pour venger ses amis ? Pour débarrasser le monde de la magie d'un fléau ?
Pour atteindre son but il parvient à réunir des sorciers noirs, des magiciens et des chasseurs de sorciers.
Tous ses ennemis jurés n'ont qu'un seul but : faire tomber la tour !
Avez vous déjà discuté avec un schizophrène ? Cela résume assez le premier chapitre.
Mais bon je m'étais promis de m'intéresser à la Fantasy Urbaine donc je persiste.
Mes efforts n'ont pas été vaincs, j'ai aimé.
J'ai aimé me retrouver dans Londres et y découvrir un monde de magie et de sorcellerie, de tueurs de sorciers formant une coalition pour abattre un groupe de sorciers qui tue et ou terrorise les autres.
Je m'y suis oublié, complètement déconnecté de la réalité pour me balader dans le livre avec mon café à la main à mi-chemin entre la table et ma bouche (ça m'arrive, pas vous?).
Un seul petit reproche ?! C'est de l'urbain à l'extrême où l'on découvre le sorcier des villes et le sorcier des champs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
nymeria
  16 juin 2011
La Fantasy Urbaine n'a jamais aussi bien porté son nom qu'avec ce premier tome de Matthew Swift ! En effet, l'épithète « urbain » prend tout son sens ici, Kate Griffin nous livrant un roman où la ville de Londres, ses transports, ses habitants, tout ce qui fait l'âme même de la ville, se retrouvent personnifiés à l'extrême. Un roman singulier et surprenant qui m'a scotchée maintes fois, et qui devrait plaire aux plus exigeants d‘entre vous !

Lien : http://avideslectures.over-b..
Commenter  J’apprécie          60


critiques presse (1)
Elbakin.net   12 novembre 2013
La Folie des anges, c’est une couverture moche, cinquante premières pages un peu molles et cinq cents pages de bonheur. De la fantasy urbaine de qualité qui se hisse sans peine aux côtés des cadors du genre, en haut de la bibliothèque, entre Les Dossiers Dresden et les Félix Castor.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
TomatoKetchupTomatoKetchup   24 janvier 2014
Ça n’aurait pas dû se passer ainsi.
Trop laborieux, ce réveil, le sol chaud sous mes doigts, un tapis qui gratte, épais, la peau qui me démange, un véritable assaut de fourmis affamées ; trop longtemps privé de sensations, faible, les jambes d’un nourrisson. J’ai ordonné à mes orteils de remuer, et mes orteils ont remué ; après un tel effort, tout mon corps a frissonné. J’ai ordonné à mes yeux de cligner, et mes yeux m’ont fait l’effet de deux caramels mous, collants, lourds, refoulés par mes paupières qui menaient une garde inflexible. J’avais l’impression d’essayer de soulever des haltères avant un marathon.
Tout ça finirait par passer, j’en étais persuadé. Alors que le choc bleu électrique de mon réveil (faute d’un terme plus approprié) refluait, en fibrilles se faufilant dans le sol ou grimpant au plafond afin de retourner dans les lignes téléphoniques, la chaleur qu’elles m’avaient procurée a disparu avec elles. Le froid s’est introduit comme un gros ver affamé dans chaque articulation et sous chaque centimètre de ma peau, mes os soudain trop longs, mes muscles soudain trop contractés au repos pour pouvoir jamais se tendre de nouveau. Saluant le retour de l’ensemble de mes sensations, je tremblais comme une feuille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BlackWolfBlackWolf   15 février 2012
- [...] Jeune homme, il y a trois choses qui font la grandeur de la Grande Bretagne. La première est notre incompétence en matière de sports.
- En quoi est-ce que ça contribue à la grandeur de la Grande Bretagne?
- Malgré la certitude de la défaite, nous donnons le meilleur de nous-même avec la conviction absolue que chaque nouvelle année sera la bonne, alors que tout nous prouve le contraire.
J'ai haussé les sourcils, gagnant une vue encore meilleur sur mon sang, j'ai donc préféré me détourner et ne rien dire.
- La Deuxième, a-t-elle poursuivie, est la BBC. Il lui arrive de se fourvoyer, d'être peu fiable ou de flatter les bas instincts des téléspectateurs, et elle n'a pas les moyens de ses ambitions, mais je suis convaincue que sans le World Service, ses obscurs adaptations de Dickens, l'émission Today et Doctor Who, le patrimoine culturel de cette nation aurait régressé d'un homme singe et ce en grande partie à cause du téléphone portable.
- Oh, ai-je fait, sentant qu'on attendait une réaction de ma part et que "Oh" était amplement suffisant.
- Et enfin, nous avons le NHS! (National Health Service)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Catherine Webb (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catherine Webb
Découvrir : https://tidd.ly/3B8ugPi
Théo Miller connaît la valeur de la vie humaine – jusqu'au dernier centime. Au Bureau d'audit des crimes, son rôle consiste à évaluer chaque dossier qui lui est confié et à s'assurer que les criminels paient intégralement leur dette à la société. Mais lorsque son amour d'enfance est assassinée, tout change. Cette mort est la seule qui ne peut se résumer à une ligne de plus dans un bilan annuel. Car si les puissants de ce monde peuvent tuer en toute impunité, il arrive parfois que le compte n'y soit pas.
« Un roman extraordinaire qui côtoie le meilleur du genre, rappelant La Servante écarlate. » Cory Doctorow, auteur du Grand Abandon
« Un chef-d'oeuvre de la dystopie, d'une crédibilité troublante, aussi poignant que brillant. » Emily St. John Mandel, autrice de Station Eleven
« Claire North ne cesse de monter en puissance… Un récit chargé de tension, bouleversant. » The Guardian
+ Lire la suite
autres livres classés : urban fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1886 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre