AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2820516262
Éditeur : Milady (30/05/2014)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 35 notes)
Résumé :
On ne devient pas le tueur parfait par hasard. Gaelan Feu du Ciel est un fermier, un époux heureux et un père de famille ; bref, un homme simple et discret. Pourtant, il est aussi immortel, et d'un talent inégalé pour les arts de la guerre. À travers les siècles, il a arboré de nombreux visages, mais bien trop souvent les événements l'ont sorti de l'ombre pour faire de lui un héros, portant ses différents noms à la postérité. Cette fois-ci, sa nouvelle mission comma... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
meygisan
  12 avril 2018
Contrairement à ce qu'indique son titre, ce tome n'est pas le quatrième dans la chronologie et ne prend absolument pas sa place en tant que suite de la trilogie initiale. C'est même le contraire puisqu'il s'agit d'une préquelle centrée sur le personnage de Durzo Blint. Ne vous y trompez pas.
Ce petit bouquin se lit très vite, trop vite et il est constitué d'une nouvelle au sujet du personnage sus cité, d'un glossaire, et de quelques chapitres bonus ayant été retirés du tome 3 "au delà des ombres" par l'auteur.
La nouvelle nous permet de replonger au coeur de l'univers de L'Ange de la nuit, d'y retrouver principalement et exclusivement Mamma K et Durzo Blint, puisque cette histoire nous raconte leur histoire, leur rencontre et surtout comment Durzo Blint est devenu le personnage que l'on connaît par la suite. Et bien je trouve que ce récit est loin d'atteindre la qualité de la trilogie, même si l'on appréciera le style de Brent Weeks, un peu en retrait tout de même. Ce récit n'apporte pas ce qu'on attendait qu'il apporte, en ce sens où l'auteur ne fait qu'effleurer la vie des deux personnages. le personnage Mamma K aurait pu être beaucoup plus approfondi; quelques scènes et descriptions nous laissent véritablement sur notre faim et on espère, jusqu'à la fin, que l'auteur nous comblera, mais il n'en est malheureusement rien. J'ai été déçu par le peu de consistance et de profondeur qu'on était en droit d'attendre. Il s'agit tout de même deux personnages importants, emblématiques de la trilogie, et cette histoire finalement sonne plus creux que plein. Les fans de l'Ange de la nuit seront déçus, ou même se sentiront sans doute trompés par ce faux inédit.
On pourrait alors se retrancher et se consoler avec le glossaire ( il tient sur près de 90 pages), se réjouir des annotations rigolotes qui le parsèment, et se nourrir des nombreuses informations qu'il contient. Malheureusement c'est le même constat. Il eût été plus judicieux de proposer ce glossaire dans chacun des volumes de la trilogie. Ici, à moins que vous ne débutiez votre lecture et votre découverte de la trilogie par ce tome intermédiaire, le glossaire vous paraître vite barbant et inutile.
Reste les chapitres bonus dont le récit font la lumière sur un épisode précis de "Au delà des ombres". Un récit bien dispensable, qui n'apporte pas vraiment grand chose au récit initial, mais qui n'a que le mérite de vous replonger dans l'univers de Brent Weeks quelques minutes.
Je ne saurais que trop conseiller aux lecteurs et lectrices désirant découvrir L'Ange de la Nuit, en commençant par lire "L'Ombre parfaite", qui, même s'il s'agit d'une préquelle, et n'effleurant que timidement l'oeuvre originale, remplit son rôle d'introduction, et peut donner envie d'aller voir plus loin. Pour les autres, c'est seulement si vous avez 2 heures à perdre ou rien d'autre à vous mettre sous la main.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Indocile
  20 juillet 2015
Une fois n'est pas coutume, j'ai découvert la préquelle avant la trilogie. Comme pour la trilogie du magicien noir de Trudy Canavan, j'ai donc découvert "L'Ombre parfaite" avant la trilogie de "L'Ange de la Nuit".
L'histoire est relativement courte. Entendez par là qu'en 2h le livre est dévoré en traînant la lecture. Une cinquantaine de page environ pour cet opus. Si je triche un peu (j'ai lu la trilogie dans la foulée avant d'écrire cette critique) en faisant le parallèle avec la trilogie je dirai qu'on découvre un peu le passé de Durzo Blint, de son métier de pisse-culotte, de son arrivée dans le Dédale de Cénaria et de sa rencontre avec Mama K. Le décor est planté pour la trilogie.
L'écriture bien que fluide est pas très rythmée comme on s'y attendrait pour un récit d'action. Celles-ci sont d'ailleurs un peu trop éparses à mon gout. Je n'ai même pas pris la peine de lire complément les annexes (sauf le glossaire qui est vraiment le bienvenu lorsque l'on découvre la préquelle avant la trilogie) car je ne leur ai pas toujours trouvé grande utilité. Le personnage évolue dans un environnement sombre, même en plein jour. Son nouveau métier l'amène à être assez distant avec les autres bien qu'il soit marié en début de récit. Je reviens sur le fait que c'est court, résultat on ressent un manque d'informations en plus du manque d'action dont je parlais. Il y a juste ce qu'il faut pour donner l'envie d'en savoir plus et donc lire la trilogie, mais rien de palpitant ou transcendant hélas.
Les + :
Écriture fluide
Les - :
Manque d'action
Récit très court
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
malo87
  05 juin 2014
Une préquelle à l'excellente trilogie de l'Ange de la nuit qui, si ses scènes d'actions sont moins éclatantes et son style moins nerveux, reste très agréable à lire et permet de lever un peu le voile sur ce sacré personnage de Durzo Blint (tout en lui préservant une belle dose de mystères) et de sa rencontre avec la fameuse Mamma K.
Le glossaire est également fort sympathique, avec ses annotations et remarques parfois acerbes du chambellan et de ses réflexions sur l'importance des poitrines plantureuses, notamment. En tout cas, on voit que Brent Weeks s'amuse et joue la carte de l'autodérision. Ça fait plaisir.
Tiens, ça me donne envie de relire "La voie des ombres"...
Commenter  J’apprécie          60
Chatton
  30 mai 2014
Sorte de préquelle à la trilogie de l'Ange de la Nuit, on retrouve notamment Durzo Blint lorsqu'il arrive dans le Dédale.
La petite histoire est sympa mais malheureusement trop courte à mon goût, ce qui ne m'empêchera pas de retourner lire la trilogie afin de faire toutes les connexions nécessaires avec cette nouvelle.
Commenter  J’apprécie          10
axel86
  28 février 2016
j'ai déjà dit tout ce que j'avais ressentie dans les autres critiques mais-la c'était plutôt la tristesse, oui le fait de savoir que j'avais terminé la trilogie de l'ange de la nuit m'avais rendu très triste. Mais quand j'ai appris que l'ombre parfaite existait j'ai sauté de joie. Donc très bien pour les adepte de l'ange de la nuit et très instructif sur l'histoire de Durzo Blint et de mama K
Commenter  J’apprécie          00

critiques presse (1)
Elbakin.net   16 juin 2014
Une lecture loin d’être parfait en somme, qui pourrait même rebuter une partie des fans initiaux.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
malo87malo87   04 juin 2014
En bas de l'escalier, il entend de jeunes enfants crier et jouer. Des enfants de la rue, des rats de guilde, les nés esclaves qui n'ont nul endroit où aller. Gwinvere les laisse parfois entrer. Ils l'appellent "Mamma K". En ce moment même, ces pauvres gamins se disputent. Ce n'est pas vraiment le comportement qu'on espère de la part d'invités, mais c'est souvent la seule récompense qu'on obtient lorsqu'on fait preuve de gentillesse envers des êtres incapables de vous la rendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ChattonChatton   30 mai 2014
MODAI/MODINIEN : une nation fragmentée au sud-est de Cénaria, gouvernée par une sorte de prédictature anarchique.Pour devenir le chef de l'Etat, il suffisait de convaincre une majorité d'ignares que vous leurs accorderiez à peu près tout ce qu'ils demandaient en taxant les autres. Pour éviter que le chef de l'Etat ne soit effleuré par l'aile de la sagesse et décide un jour de s'occuper du bien du pays plutôt que de celui de ses partisans, il était remplacé tous les cinq ans , en général par un membre du parti de l'opposition. Dans les pays qui emploient cette méthode, les dirigeants peuvent échappés à leurs responsabilités et la populace, plongée dans un mécontentement permanent, peut croire à leurs nouveaux mensonges.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
malo87malo87   03 juin 2014
Tout le monde se croit unique. C'est pour cette raison qu'il est si facile de mentir.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Brent Weeks (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Brent Weeks
Le porteur de Lumière de Brent Weeks : ça vous dit de découvrir une super série de fantasy ?
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La voie des ombres

Comment s'appelle l'épouse d'Aléine Gunder?

Jasin
Nalia
Viridiana
Ezra

20 questions
37 lecteurs ont répondu
Thème : L'Ange de la Nuit, Tome 1 : La Voie des ombres de Brent WeeksCréer un quiz sur ce livre