AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Mondaye


Mondaye
  27 septembre 2016
Terminé hier soir sans la pause prévu pour ma tasse de thé - que j'ai envoyé au diable :o ! - tant j'étais plongé dans l'histoire.

Et pourtant je partais avec des préjugés... l'autre série de l'auteur lu il y a deux-trois ans, m'avais laissé un gout e trop sombre et de malaise. Ce n'est que suite à des conseils de nombre de mes amis que je me suis décidée à me lancer.

Le début à un côté assez prévisible, je me suis rapidement construit les repères nécessaires pour suivre le rythme qui est dynamique en partie du fait du découpage en chapitre très court en partie en raison de leur densité. Et le saut de personnages participe aussi je suppose.
Et puis arrivé environ au tiers tombe une révélation que pour une fois je n'avais pas vu venir qui m'a laissé scotché. En vieille routière j'aime qu'on me prenne par surprise avec un détour logique mais que je ne prévois pas. Bref après cela c'est ensuivi une période un peu confuse pour moi mais tout s'est remis en place. Et le nouveau puzzle me plaisais bien.

Et puis sur la fin on a eu le droit à plusieurs autres petites surprises pas déplaisantes du tout... mais rien d'aussi secouant.

Bon je suppose que le mieux est de commencer par le World Building.

La magie est basée sur les couleurs. Je ne sais pas quel est le mot utilisé dans la version française pour "draft". J'utiliserais donc le mot français manipuler.
Bref je ne vais pas vous expliqué l'arc-en-ciel. Tout simplement chaque "drafter" peut manipuler une ou plusieurs couleurs pour pas exemple construire des murs, des armes, des explosifs ou autres en fonction des couleurs auquel il a accès et de ce qu'il veut faire. (par exemple manipuler les infrarouges permet de manipuler la chaleur, donc d'allumer un feu sans combustible)
Si jamais il est capable de manipuler deux couleurs il est bichrome. Et si ces couleurs ne se suivent pas il est bichrome discontinu. Si jamais il peut en manipuler plus de deux il est polychrome. Mais il ne pourra jamais toutes les manipuler, car sinon on appelle cela un Prisme. le Prisme peut séparé les couleurs et est par cela extrêmement puissant.

Ensuite il faut savoir que on ne peut pas manipuler les couleurs indéfiniment. Peu à peu les yeux change de couleur et quand on atteint la limite de l'iris on "break the halo", ce qui signifie généralement la folie. Et pour cette raison un drafter ne vis jamais bien vieux, une cérémonie annuelle les "libèrent" avant qu'il ne deviennent un danger pour les autres. En autres mots moins officiel, il sont abattus.

Normalement il n'y a qu'un Prisme par génération. Sauf que voilà il y a quinze ans il y en a eu deux. Deux frères assez semblable qui ont combattus pour ce pouvoir et mis le pays à feu et à sang.

Alors au niveau des personnages... comme d'hab j'ai choisis de m'attacher un max aux mauvais. On m'a spoiler à ce niveau mais je ne ferais pas de même. Donc je vais vous les présenter dans l'ordre d'importance et non celui de gout.

Alors Gavin... on a l'homme "le plus puissant du monde" qui essaye d'être juste mais qui a un passé assez chargé et un secret non moins. En fait c'est très dur de parler de lui car il y a un certain événement qui change de beaucoup la vision qu'on a de lui. Bref il est le plus puissant de part son statut mais ce statut est du à sa puissance en terme de magie.
Il faut savoir que malgré cette histoire de un seul prisme par génération Gavin avait un frère cadet qui s'est également révélé être un Prisme et que une quinzaine d'année avant notre histoire il y a eu une grande bataille suivis d'un combat dont seul est ressorti Gavin et l'annonce de la mort de son frère.

Et cette guerre est ce qui cause les troubles actuels, le monde ne s'étant pas encore remit du choc qui l'a amené à réfléchir sur la justice et légitimité du système actuel.

Viens ensuite Kip, le fils naturel de Gavin. C'est un garçon rondouillard qui se considère comme un échec. Mal aimé par sa mère qui ne l'a jamais entouré d'amour, témoins de la destruction de tout ce qui a fait son enfance et de l'embarras dans lequel il met le Prisme, bref il s'en tire plutôt mal avec tout ces fardeaux même s'il a une certaine tendance à agir sans réfléchir, sans doute du fait de cette culpabilité galopante. Il est parfois un peu - très?- maladroit, en particulier dans ses interactions avec Liv.

On arrive donc à Liv. (je devrais peut-être mentionner Karris avant?... dur de trancher) Liv peut utiliser les ultraviolets et le jaune, une combinaison plus que rare. Mais Liv est pauvre, fille d'un général ayant combattu du mauvais côté et donc plus ou moins en disgrâce. Si bien que son éducation est financée par un mécène dont la générosité discutable n'est qu'égale à l'obéissance inconditionnelle de Liv. Or Liv est honnête et entière... mais malheureusement manipulable. Et prompt à des déductions malheureuses.
Elle est aussi assez drôle - dans le genre un brin caustique- courageuse et bien pensante. Aussi est-ce triste de la voir prendre des décisions qui risquent de détruire cette innocence et cette intégrité.

Enfin Karris. Karris fut autrefois le prix d'une dispute entre les deux frères. Karris fut autrefois la fiancé de Gavin. Karris aurais sans doute du venir avant Liv car elle est une des raisons qui font de la situation une vraie pelote de laine avec laquelle aurait joué un chaton. C'est un personnage sympathique dont l'évolution au cours des évènements à venir sera sans doute plus qu'intéressante. C'est aussi une bichrome quasi polychorme.

Avec cela je crois vous avoir donné un tableau assez complet bien que désordonné. Et je ne peux que finir en vous conseillant vivement cette lecture.
Commenter  J’apprécie          105



Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Ont apprécié cette critique (9)voir plus