AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782352948391
768 pages
Éditeur : Bragelonne (15/04/2015)
4.19/5   72 notes
Résumé :
Alors que les dieux s'éveillent, la Chromerie s'efforce de retrouver son Prisme, le seul homme capable d'enrayer le chaos. Mais Gavin Guile a été capturé par des pirates. Pire encore, il a perdu le pouvoir qui le définissait : celui de créer. Privé de la protection de son père, Kip Guile va devoir faire preuve d'intelligence pour survivre à une guerre secrète entre les nobles, les factions religieuses, les rebelles... et un ordre de mystérieux assassins de plus en p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
4,19

sur 72 notes
5
7 avis
4
2 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
0 avis

Alfaric
  19 juillet 2018
J'avais bien aimé le tome 1 et son mélange "Green Lantern "/ "Magic the Gathering" et j'avais bien aimé le tome 2 avec ses 200 dernières pages pleines de bruit et de fureur lorgnant du côté de la prélogie "Star Wars", mais avec ce tome 3 intitulé "L'Oeil brisé" je suis obligé d'endosser le rôle ingrat du pisse-froid...
A l'image du réalisateur Ridley Scott, l'auteur Brent Weeks assume le fait de sacrifier son histoire à son rythme : ici on perd carrément de vue l'intrigue principale pour conserver un rythme feuilletonnant qui foisonne d'intrigues secondaires riches en complots, en twists et en cliffhanger des familles qui tombent toujours à point nommé pour relancer ledit rythme feuilletonnant... Alors c'est facile, c'est fluide et on ne s'ennuie jamais, mais il reste la désagréable impression d'être toujours au milieu de quelque chose qui ne se conclue jamais, bref d'un tome pour rien, en l'occurrence d'un tome de transition qui succède à un tome de transition et qui précède un tome de transition : les tireurs à la ligne yankees continuent donc de transformer des trilogies en machinlogies (syndrome Robert Jordan ou syndrome GRR Martin ???), et ici on n'est pas loin des méthodes des écrivains professionnels spécialisés dans les livres pour casual readers...
Alors si cela ne manque pas de fun et de coolitude, cela manque vraiment d'efficacité !
- après la bataille de Ru et le déicide d'Atirat, Kip retourne à la Chromérie pour poursuivre son double apprentissage de magicien et de guerrier au sein de la Garde Noire, tout en continuant à jouer au poker menteur avec son grand-père manipulateur élu Promachos de la nouvelle guerre civile, et tout en continuant à chercher à percer les mystères de la mer céruléenne au sein de la grande bibliothèque en compagnie du jeune prêtre Quentin Naheed....
- à ses côtés l'affranchie adolescente Teia (de son vrai nom Adrasteia qui signifie « destinée » en grec ancien ^^) qui continue sa formation de guerrière au sein de la Garde Noire et de créatrice paryl aux côtés de Meurtre Shlak, l'assassin dont tout le monde loue les services mais qui réserve la préséance à société secrète de l'Oeil Brisé que Teia est censé infiltrer...
- on suit toujours Karris Blanc-Chêne qui doit passer d'agente de terrain à chef de réseau sous les ordres du Blanc, qui compte bien lui confier les clés des services secrets de la Chromérie...
- on suit toujours Gavin / Dazen Guile devenu esclave et qui passe de mains en mains (héritage Raymond Feist qui adorait faire découvrir les affres de la servitude à ses personnages principaux) : on suit sa descente aux enfers, mais même au bord du gouffre il refuse de passer du Côté Obscur et de faire appel à la luxine noire...
- de temps en temps, l'auteur se rappelle à son histoire et insère quelques POVs pour nous raconter ce qui se passe dans l'autre camp de la guerre civile et on retrouve le temps de quelques pages Liv, Corvan ou Samiya Sayeh... Mais comme tout le reste c'est noyé dans 850 pages d'intrigues secondaires pleines de dialogues et d'introspection qui rallongent l'ensemble, voire n'en finissent plus même s'ils sont bien faits !
Malheureusement au bout de 850 pages c'est presque le statu quo ante !

Bon, on a les sécessionnistes du Prince des Couleurs (qui se déclarent égalitariste alors qu'en fait il est suprématiste : on t'as reconnu Magnéto des X-Men / Joseph Staline IRL), et les complotistes d'Andros Guile qui veulent prendre le pouvoir à la Chromérie alors qu'ils le possèdent déjà (du coup ils passent plus de temps à pourrir voire trahir leurs alliés qu'à combattre leurs ennemis), mais on a aussi

Alors le double épilogue truffé de cliffhangers relance tout mais c'est loin d'être suffisant pour rattraper le coup...
Car les faiblesses de son cycle précédent réapparaissent : on passe sans prévenir du softcore au hardcore, et toujours sans prévenir on passe des adolescents aux adultes, et après des pages et des pages à construire l'évolution de ses personnages certains d'entre eux retournent leurs vestes d'un coup sans préparation et/ou explication...
Car on oublie surtout la règle d'or : Show, Don't Tell ! La guerre entre nordistes et sudistes on nous la montrait dans les tomes 1 et 2, et c'était très cool même si l'auteur prenait son temps avant de nous y amener... Dans ce tome 3 on en parle ici ou là et on attrape quelques brides d'informations à travers les dialogues des personnages, mais on ne nous la montre jamais : on se croirait dans tous ces les ventres mous du "Trône de Fer" où GRR Martin nous racontait son détournement de la Guerre des Deux Roses par tous les POVs possibles et imaginables mais en faisant absolument tout pour éviter ceux des personnages qui aurait pu nous la montrer... Soupirs...
Alors je ne pas resté de marbre pour autant hein : il y a les détournements de "Moby Dick" et de "Guillaume Tell", les hommages à Aristote, à Rabelais et à Cervantès, les piques contre le darwinisme social, le financiarisme à outrance, le néo- esclavagisme / le néo-féodalisme, l'eugémisme et le suprématisme revendiqués des classes dirigeantes et tutti quanti (les auteurs SFFF s'attaquent aux maux du passé pour mieux dézinguer les maux du présent, et ils sont nombreux !), ce fabuleux chapitre que certains pourraient qualifier d'inventaire à la Prévert mais qui s'avère être un condensé d'humanité dans ce qu'elle a de plus noble et de plus vil, toutes les descriptions de Ruthgar qui mettent en scène une chouette Égypte entre Antiquité et Flintlock, et on nous offre un détournement de la Sédition Nika avec un couple haut en couleur qui nous refait le coup de Justinien et de Théodora ! ^^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          403
Tatooa
  25 mai 2017
C'est en 5 tomes, c'est ça ?
ça va être rude d'attendre le 5ème, je sens. Non parce que avec des rebondissements et des twists aussi énormes, c'est difficile de s'arrêter en si bon chemin, flûte alors !
J'avoue ne pas comprendre les avis qui sous-notent ce tome. Même si il y a moins d'action que dans les tomes précédents, les intrigues politiques qui se tissent sont tellement fines que ça reste excellent de mon point de vue. On est bel et bien dans de la dark fantasy, même si tout ça parle beaucoup de lumière ! arfeu !
Kip gagne en maturité (bien qu'il se passe finalement peu de temps dans ces bouquins), tout au long du tome, c'est un personnage très intéressant. Les mésaventures de Gavin à qui tout réussissait sont un vrai crève-coeur, pour moi, en tous les cas. Pour tout dire, je me serais bien passée de l'épilogue 2. Karris la courageuse, Le Blanc retors, Cruxer le pur, Poing-de-fer le taciturne, Poing-d'acier le dur, Eirene la rusée, la Nuqaba foldingue, Bois-sinistre l'anguille, Tisis l'otage, Teia la battante, Andross le fourbe, tous les personnages sont tellement complexes, tellement bien brossés, tellement impliqués jusqu'au trognon dans des affaires beaucoup plus grandes qu'eux que ça en donne le tournis.
J'en suis à attendre la sortie du tome 4 en juin avec impatience, et que dire de la future sortie du tome 5 ? c'est trop loiiiiiiiiiiin, snif !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          187
lianne
  17 octobre 2016
Encore un tome que j'ai adoré, cette série est décidément vraiment à la hauteur !
On continue donc notre chemin dans ce monde. Après les terribles évènements de la fin du tome précédent on est ici dans un tome plus calme d'un certain point de vue. Pas de guerre, de grosses batailles contre les dieux et les fous, mais une période de creux entre deux phase de l'histoire.
Le prince des couleurs continue bien entendu ses conquêtes mais elles sont vues de façon lointaine ici, et ne concernent pas nos personnages principaux. On a dont quasiment pas de nouvelle de ce camp la, en dehors de quelques coup d'oeils du coté de Liv, on ne sais pas du tout comment les choses évoluent de ce coté la.
En fait on sens que tout ça va bouger bientôt mais les changements de ce tome sont internes à la Chromerie et aux personnages pas externes.
Andross Guile me fait toujours aussi peur. En fait on ne sais pas trop quoi penser de lui, vas-t-il finalement s'associer à l'énnemi comme il le voulait avant ou son miracle le fait-il changer d'avis? On n'en a aucune idée dans ce tome, car il a décidé de prendre le pouvoir dans la Chromerie et tout le monde sait que c'est lui qui décidera du prochain Prisme, si tant est qu'on ne parvienne pas à retrouver Gavin.
C'est vraiment un personnage très complexe, il a toujours un plan dans un plan et il a toujours une longueur d'avance sur les autres. C'est d'ailleurs ce que Kip découvre dans ce tome, le vieux Guile prend la vie entière comme un jeu, et il est excellent pour manoeuvrer ses pièces, n'hésitant pas à en sacrifier pour arriver à ses fins. Par contre je n'ai toujours pas vraiment compris l'intérêt des cartes en dehors de leur lien avec Kip vers la fin du volume mais bon, j'imagine que c'est un point qui sera développé dans les tomes suivants.
En fait l'évolution de Kip et Gavin se fait en miroir. La ou l'un prend conscience de sa valeur et de ce qu'il est capable de faire, l'autre descend aux enfers petit à petit. On avait déjà les début de cette évolution dans le tome précédent mais la c'est vraiment l'aboutissement. Par contre j'ai trouvé que l'auteur s'acharnait vraiment sur Gavin. du personnage principal capable de tout, sauveur du monde, il en fait un homme qui perd tout à de nombreuses reprises. C'était vraiment déchirant en fait, j'avoue que ce coté la m'a laissé vraiment triste parce que j'adore le personnage ! En fait on a vraiment des ascenseurs émotionnels avec l'histoire de ce personnage dans ce tome, on oscille entre l'espoir et le désespoir.
Kip de son coté est toujours maladroit mais il prend vraiment du galon ici. Il est encore loin d'avoir la dextérité de Gavin, ou son intelligence dans la politique mais il commence vraiment à comprendre, grâce à son grand père d'ailleurs qui le manipule et l'oblige à réagir, ce qu'il est capable de faire et l'usage qu'il peut avoir de sa mémoire de Guile (qui lui permet de mémoriser les choses de façon impressionnante).
Une autre menace commence à faire son apparition ici. Enfin pas vraiment commence, mais on commence juste nous à s'en rendre compte. Une société secrète appelée L'oeil Brisé agit en secret. Ils utilisent des assassins portant des capes d'invisibilité (utilisant la réflexion de la lumière) pour se faufiler de partout. Que veulent-ils vraiment et avec qui sont-ils sont les questions qu'on se pose pendant une bonne partie du roman.
J'ai adoré tout ses passages en fait, vu qu'ils concernent les personnages féminins que j'aime, notamment Karris, Le Blanc, Teia et quelques autres moins importants. Il y avait vraiment un jeu du chat et de la souri, d'espions de manipulation et autres et j'étais vraiment prise dans l'histoire, je voulais savoir ce qu'il y avait par dessous, découvrir les secrets ... Teia prend vraiment de l'importance, Karris aussi.
Ces personnages la évoluent autant que les autres en fait, rien n'est figé et toute l'image qu'on a des dessous de la politique de la Chromerie est vraiment mouvante !
Au final un tome qui tranche avec le précédent car il se concentre sur la politique et l'évolution de la Chromerie en l'absence de Gavin. Il n'en reste pas moins excellent car il fait vraiment évoluer la situation et les personnages de façon importante. Une nouvelle menace se met en place et j'ai hâte de voir comment tout ça peut évoluer !
J'aurais encore des tonnes de sujet sur lequel discuter mais malheureusement je ne serais obligé de spoiler donc j'ai du me restreindre.
Un réussite !
18/20
Lien : http://delivreenlivres.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          63
Apophis
  17 mai 2017
75 % bof, 24 % trépidant, 1% transcendant
Après des tomes 1 et 2 globalement très réussis et très prenants, et l'énorme cliffhanger de la fin de ce dernier, ce tome 3 part sur des bases beaucoup plus molles, n'offrant pas la constante montée en rythme de ses prédécesseurs pour s'enfermer dans une narration globalement trop plate durant ses trois premiers quarts (sur 1080 pages…). Verbeuse, perdant la focalisation sur l'intrigue principale au profit (notamment) de nombreuses intrigues secondaires, cette partie déçoit, sans jamais tout à fait ennuyer cependant. Et puis… tout se débloque brutalement au début du dernier quart, extrêmement nerveux et riche en scènes d'envergure, avant une fin explosive, dotée d'une énorme révélation qui remet bien des choses en cause et change, comme c'est la coutume avec Brent Weeks, le statut des antagonistes ou protagonistes. L'évolution constante des personnages reste d'ailleurs toujours aussi intéressante.
Au final, si ce tome 3 ne se hisse pas à la hauteur (vertigineuse) des deux autres, il reste globalement (et j'insiste sur ce terme) intéressant, mais n'en déçoit pas moins. La fin est néanmoins une puissante incitation à lire le tome 4, qui paraît en français fin juin.
Retrouvez l'argumentaire complet sur mon blog.

Lien : https://lecultedapophis.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          152
mauriceandre
  29 avril 2019
Salut les Babelionautes
La lecture de ce tome trois a été plus longue que prévus cause Printemps et des sorties Rando en Camargue.
C'est de la bonne Fantasy mis qui ne se démarque pas par son originalité, Certes la lumière comme source de Magie est une bonne idée mais le canevas de l'histoire reste classique.
Beaucoup de rebondissements dans ce récit et Brent Weeks ne ménage pas ses personnages, pour exemple ce qui arrive au Prisme.
En plus certains des gardes Noirs semblent avoir d'autres allégeance et les secrets qu'ils dissimulent sont a même de changer le cours des événements.
La multitude de Personnages oblige a une concentration intense pour suivre le fil de l'intrigue imaginée par l'Auteur tant et si bien que j'ai pris des notes avant d'ouvrir le tome quatre qui n'est pas encore arrivé sur ma PAL.
Ce tome quatre ce termine avec un Prisme complètement a la ramasse, dont le destin risque d'être tragique, avec Kid et ses amis en fuite devant Zymun, qui se révèle un dangereux manipulateur ayant ses propres ambition qui vont certainement entrer en conflit avec les autres prétendant au pouvoir.
Merci a Olivier Debernard qui s'est chargé de traduire les plus de 800 pages qui composent ce bouquin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   23 juin 2018
Peut-être que les grands hommes sont contents d'épouser une femme qui leur est inférieure, mais nous autres, grandes femmes... Nous avons bien du mal à trouver des hommes dignes de nous. Et quand nous en trouvons un, il est généralement marié à une dinde.
Commenter  J’apprécie          160
MondayeMondaye   10 octobre 2016
Abaddon seemed incredulous that Kip still didn't get it, even with what he semmed to think was a generous hint. He shook his head. Know this, O Kip. Your being here involves a compromise. Your mind is not structured to understand timelessness. So instead of being outside of time, you are instead carrying around with you a bubble of causality."
"Hammerfist centaur granite," Kip said gravely.
Ancient eyes wrinkled, irraitated. "What?"
"I was trying, uh, trying to demonstrate how I could understand each of the three words in a three-word phrase and still have no clue what they mean together."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MondayeMondaye   09 octobre 2016
This man was not, Kip decided, a 'man'. A shiver of fear ran down his spine, despite the man's apparant friendliness and beauty, but then Kip thought, I'm already dead. What's he gonna to do to me?
Good things fear is rationnal. Good thing you can talk yourselfright out of it.

"Hail, Godslayer," the stranger said. With his pretty face and sharp beard and immaculate coiffure, Kip had excepted a tenor, but instead the voice emanating from this being was a bass - crisp, perfectly enunciated, not gravelly or an indistinct rumble, but a bass that sounded to big to be comming from this man-sized creature.

"Hail, scary guy that fell out of the sky."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
AlfaricAlfaric   15 juin 2018
Nous sommes en guerre. Les innocents meurent pour les péchés des puissants.
Commenter  J’apprécie          332
AlfaricAlfaric   26 juin 2018
Pour un peu d'espoir, à quelle justice et à quelle vengeance ne renoncerait-on pas ?
Commenter  J’apprécie          200

Videos de Brent Weeks (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Brent Weeks
Le porteur de Lumière de Brent Weeks : ça vous dit de découvrir une super série de fantasy ?
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La voie des ombres

Comment s'appelle l'épouse d'Aléine Gunder?

Jasin
Nalia
Viridiana
Ezra

20 questions
38 lecteurs ont répondu
Thème : L'Ange de la Nuit, Tome 1 : La Voie des ombres de Brent WeeksCréer un quiz sur ce livre