AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782221264256
288 pages
Robert Laffont (22/09/2022)
3.62/5   20 notes
Résumé :
« Quand on aime les femmes libres, il ne faut pas les épouser. »

Victimes d’une panne de train, un ex-auteur à succès et un étudiant, réunis bien malgré eux, échouent dans un manoir vermoulu du Cotentin.
Leur cohabitation s’annonce houleuse, mais la découverte d’une correspondance soigneusement dissimulée depuis plus d’un siècle va tout changer. Son auteur : un illustre écrivain français.
Pourquoi cacher ces lettres et quel mystère entou... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Salix_alba
  17 novembre 2022
Le Grand prix des enquêteurs, est attribué chaque année, par un jury composé de spécialistes, dans les domaines tels que : la police, la médecine et bien sûr de la justice. Pour 2022 le livre choisi fut : « La septième diabolique ». En l'occurrence il s'agit là, d'un thriller et surtout du premier roman de Adrienne Wieck, qui propose une enquête à mener concernant l'un des écrivains français du XIXe siècle : Jules Barbey d'Aurevilly auteur notamment – surprise ! -du roman : Les Diaboliques (recueil de six nouvelles) paru en 1874. Roman qui attira, à l'époque l'ire du public.
Or donc, un auteur à succès et un jeune étudiant partent dans le Cotentin, quand par hasard ils doivent faire, contre mauvaise fortune, escale dans un vieux manoir. Ce qui est loin d'accroitre leur relation, tendue dès le départ. Or par inadvertance ils découvrent une correspondance secrète qui s'avère être de Barbey d'Aurevilly ! À vrai dire, l'information se révèle d'importance, en effet il ne s'agit, ni plus ni moins, que de l'existence d'une septième nouvelle, non publiée lors de son vivant !
Ainsi va se croiser divers aléas et de situations conflictuelles. de telle façon que nos enquêteurs vont se trouver sujet à des menaces voire des agressions. Des personnages singuliers notamment : une jeune fille dotée de raisonnements plutôt surprenant, une propriétaire agressive qui cherche à protéger le secret, une longue liste de généalogie – j'avoue m'y être perdu -. Et à l'opposé un dithyrambe sur la belle région du Cotentin et du « Connétable des lettres », sans aucun doute un choix délibéré de Adrienne Weick.
Avec ce roman, l'auteure nous propose un voyage au coeur des années 1870 de la Commune de Paris, et surtout, des moeurs réactionnaires, dont la liberté des femmes à pouvoir s'exprimer. D'ailleurs la nouvelle égarée s'intitule : « La femme recluse. ». Autant dire, que la présence de la misogynie sous-jacente perdure, car si une femme désire choisir et exercer ses choix, elle se voit l'objet de remarque, tel ce dandy : « Quand on aime les femmes libres, il ne faut pas les épouser ».
Une belle découverte, dans un univers différent de nos polars habituels - foin de calibres et autres -, et qui se lit d'une manière bien agréable et distrayante.

Lien : https://bookslaurent.home.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Chachou_90
  15 novembre 2022
La maison d'édition La Bête Noire est l'une des maisons d'édition que j'apprécie particulièrement. de ce fait, je reste à l'affût de leur nouveauté et c'est sur un premier roman que j'ai craqué.
Anatole, écrivain au succès effacé dans le temps, part avec Étienne, jeune étudiant. Ils se retrouvent malgré eux dans une demeure du Cotentin. Leur séjour s'annonce ennuyeux à souhait, quand ils tombent sur la correspondance de l'auteur Barbey d'Aurevilly, ayant notamment écrit six Diaboliques. Il en resterait une septième... mais celle-ci a disparu, emportant avec elle un secret de famille. Aidés, ou se retrouvant avec des bâtons dans les roues, par les habitants du village, ils vont partir à la recherche de cet écrit inédit, à leurs risques et périls.
L'ambiance de ce roman est tout à fait singulière ! On se croirait à moitié dans une enquête d'Agatha Christie et à moitié dans un grand roman historique du XIXème siècle. le tout dans un univers très sombre, à la Edgar Allan Poe. Pour ma part, j'ai trouvé cette ambiance très immersive et servant au mieux l'histoire.
Les personnages par contre manquaient un petit peu de contenance à mes yeux. Nombreux, ils n'ont pas été exploités à la pleine mesure de leur capacité. de plus, certains raccourcis peuvent gêner, notamment sur le fait qu'Étienne suive Anatole les yeux fermés.
Malgré ce bémol, je reste sur une très belle découverte, un univers singulier et déjà marqué. À découvrir pour les amateurs de policier et de roman historique
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JCM7060
  13 novembre 2022
Merci à Babelio et à Robert Laffon pour m'avoir envoyé "La septième diabolique" dans le cadre de l'opération "Masse critique".
J'ai trouvé l'idée de départ très intéressante, à savoir, un mystère honteux reposant sur le recueil de Jules Barbey d'Aurevilly, "les diaboliques", recueil comportant 6 nouvelles. Cette septième diabolique nous embarque dans une enquête historique qui mêle de façon ingénieuse la fiction et L Histoire. Ce roman m'a malheureusement déçu pour plusieurs raisons :
La première est que la surabondance de dates rend pénible la lecture de certains passages;
La deuxième est que certains ressorts du récit ou certains personnages manquent de profondeur ou de vraisemblance : pourquoi cet étudiant se passionne-t-il de généalogie au point de vivre en compagnie d'un homme qu'il ne connait pas et délaisse ses études, sa famille, ses amis et ses loisirs ? Pourquoi cette fillette parle-t-elle comme une adulte et s'amuse en toute liberté d'une vie de vagabondages et de visites de cimetières? Pourquoi cette femme donne-t-elle en location une maison qui recèle les secrets qu'elle y cache maladroitement? Des secrets de famille de plus d'un siècle méritent-ils d'être préservés au prix de chantage, d'enlèvement ou de tentative de meurtre? Etc...
La dernière raison est que les relations et sentiments entre ces personnages fluctuent de façon étrange ou artificielle : la défiance et l'agressivité laissent place aux confidences amicales ... une romance s'installe contre toute attente. le livre s'achève par un joli exercice de style et un happy end qui ne dissipent pas néanmoins une impression d'ensemble mitigée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Maelou01
  01 novembre 2022
Dans le cadre d'un évènement littéraire organisé par son école, un étudiant se retrouve obligé d'accompagner un écrivain de troisième ordre. Son engagement va le conduire dans un vieux manoir du Cotentin à la recherche d'une correspondance et d'une "nouvelle" dévoilant un secret de famille soigneusement dissimulé depuis plus d'un siècle.
Ce premier roman de Adrienne Weick à remporté le grand prix des enquêteurs 2022. Il m'a fait fort impression. J'ai d'abord fait la connaissance d'un illustre écrivain français : Jules Amédée Barbey d'Aurevilly,  Surnommé le « Connétable des lettres », ce romancier, nouvelliste, essayiste, poète, critique littéraire, journaliste, dandy et polémiste a contribué à animer la vie littéraire française de la seconde moitié du XIXe siècle.
Pourquoi ses lettres sont elles cachées dans le manoir et quel mystère entoure la jeune femme séquestrée dont il est question ? À la poursuite d'un secret criminel datant du Second Empire, nos deux détectives improvisés remonteront le temps à travers les vestiges des combats de 1871 pour élucider l'énigme de la recluse...
Ce roman se lit avec plaisir. L'auteure sait marier L Histoire et une enquête surprenante qui permet d'illustrer à quel point les hommes avaient tout pouvoir sur les femmes en France .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nath74gri
  27 septembre 2022
La septième diabolique d'Adrienne Weick a remporté le grand prix des enquêteurs 2022.
C'est un roman intéressant, sur la recherche par un étudiant et un ex-auteur à succès, d'un secret datant du second empire concernant un écrivain célèbre.
On ressent le travail de recherche très élaboré par l'auteure mais malheureusement le trop grand nombre de personnages m'a embrouillé très vite et même dérangé dans ma lecture.
C'est pourtant bien écrit, sans temps mort, le roman ne dépassant pas 300 pages mais ça n'a pas suffit pour vraiment me plaire.
Merci à la bête noire pour leur confiance.
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (1)
LeFigaro   28 septembre 2022
Un formidable roman, rythmé de coups de théâtre spectaculaires et de nombreuses références historiques à la Commune et au second Empire, jetant deux détectives amateurs sur les traces de l’écrivain Jules Barbey d’Aurevilly et d’un prétendu texte inédit du maître, La Septième Diabolique.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   27 septembre 2022
Il s’ingéniait à demeurer le marginal minoritaire face à tous les courants, politiques, artistiques, quitte à changer souvent d’avis car le siècle n’a pas manqué de revirements. En matière littéraire, là aussi, il partit en guerre contre le courant dominant, le roman naturaliste que représentait Zola.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   27 septembre 2022
Il a failli faire de la prison, notamment pour Les Diaboliques, un recueil de nouvelles sulfureux, qui mettait en scène une bonne société corrompue dont les crimes se dissimulaient derrière la bienséance. Sa théorie était que les plus grands crimes n’étaient pas ceux qui emplissaient les tribunaux mais ceux qui se déroulaient en silence, derrière les rideaux tirés des hôtels aristocratiques.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   27 septembre 2022
Mon rôle consiste surtout à mettre en relation des propriétaires de domaine et des clients à la recherche d’un lieu de charme ou de prestige. Nous sommes nombreux en Normandie à tenir à bout de bras des maisons historiques aussi vastes que délabrées. Leur entretien tourne au casse-tête. Une location pour une soirée apporte un complément de revenu appréciable et permet de faire des travaux.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   27 septembre 2022
Timide, Étienne fuyait les conflits ; l’agressivité d’Anne l’avait tétanisé, au point que, à sa grande honte, il avait eu un instant les larmes aux yeux. Alors qu’Anatole avait dominé la situation, désarmé la maîtresse de maison, et même arraché, par son numéro d’acteur, un prolongement de leur séjour. Aurait-il été capable d’en faire autant ? Il connaissait la réponse, sans se l’avouer.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   27 septembre 2022
Que cherchait le quinquagénaire en revenant sur les traces de ses méfaits ? Retrouver la maison où il avait pénétré autrefois, mais dans quel but : se venger des propriétaires, vingt-cinq ans plus tard ? Tenter à nouveau de dérober des manuscrits ? Malgré leur rapprochement de la veille, Étienne ne parvenait pas à se faire une opinion sur son imprévisible colocataire.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Adrienne Weick (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Adrienne Weick
Adrienne Weick, lauréate du Grand Prix des enquêteurs 2022 présente "La Septième diabolique"
autres livres classés : polar littéraireVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2449 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre